Comment aider l’enfant d’un manipulateur pervers ?

3 février 2014 Par

Aider un enfant vivant un contexte de manipulation

Nous pouvons et nous devons aider les enfants qui sont contraints de vivre auprès d’un parent manipulateur pervers narcissique !

Nous devons apprendre à ces enfants à « nager en eaux troubles » …

 Vidéo 1:

Règles de bases:

  1. La parole vraie!
    Il est important de dire aux enfants la réalité de la situation, les faits, sans tomber dans l’interprétation et en s’adaptant bien sûr à l’age de l’enfant.
  2. Poser des limites!
    Les enfants ont  besoin des limites pour grandir en sécurité.
    Ils apprendront aussi que les limites peuvent être différentes chez l’un ou chez l’autre
  3. Aider vote enfant à bien comprendre la différence entre le bien et le mal

 

 

 Vidéo 2:

Cette vidéo apporte plus de précisions sur différents aspects de la perversions faites aux enfants tout en donnant des exemples vécus par certains patients.

 

–  d’autres vidéos

Geneviève Schmit – Coaching thérapeutique pour les victimes de manipulateurs pervers narcissiques ©

115 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. maya

    Bonjour,

    Ma mère est une PN manipulatrice et j’ai vécu avec elle pendant des années en haïssant mon père,je m’en suis rendu compte grâce à une personne extérieur et m’en veux beaucoup pour ce que j’ai fait subir à mon père. Le problème c’est que mon petit frère de 12 ans est aliénée à cette sa mère et dénigre complètement mon père. Je ne sais pas quoi fauire et mon père non plus…
    Pourriez-vous nous aidez s’il vous plait ?

  2. Coco

    Bonjour Geneviève, je vous remercie pour ces vidéos qui sont à mon avis ,VITALES pour les personnes qui se retrouvent dans les situations de vie comme celle ci. Je suis belle maman d’une petite fille de 7 ans.(et maman d’un petit garçon.) Sa maman est de toute évidence une pn manipulatrice. Je viens de le comprendre car rien ne peut justifier une telle attitude d’une « maman » envers cette fillette absolument adorable mais effacée par moment,je dirais soumise, « timide »- ou incapable m( car interdit par sa maman)d’exprimer son « Moi »? Cela a provoqué en moi même un mal être et j’ai décidé d’en parler , de faire un travail sur moi pour comprendre ou est la logique?En mettant le mot sur le maux – c’est comme si J’ai ouvert les yeux ,mais une culpabilité par rapport à l’enfant s’est installée.
    Mon compagnon et moi auront bien besoin d’aide afin d’essayer d’adapter un comportement envers l’enfant qui permettra d’apporter de l’aide face à cette mère toxique. La petite fille n’exprime JAMAIS sa peine intérieure avec des mots, ne RÉPOND JAMAIS si elle se fait disputer, ne pleure que très rarement, somatise depuis peu, l’école – catastrophe … Il nous est difficile de savoir à quel point son mal-être l’empêche de s’épanouir. De plus, comme je ne comprenais pas le « personnage  » de la mère , j’avoue avoir eu un comportement « qui n’aidait pas » parfois avec la petite en pensant qu’elle ne nous aimait pas, que c’était une menteuse…
    Nous sommes en région parisienne :) merci

    • Bonjour,
      Cette petite a bien de la chance que vous ayez cette lucidité !
      Je vous invite à lire mon protocole d’accompagnement et, si cela vous convient, revenir vers moi pour un rendez-vous à distance. Je ne vis plus en région parisienne.
      Le mieux serait de faire une ou deux séances Skype avec vous et le papa.
      Bon courage, Geneviève Schmit

      • Coco

        Je viens de voire votre réponse!!! Je vous en remercie! Nous reviendrons vers vous!( de snotre retour ;)! Belle ete

  3. lorette

    j’ai vecu pendant 20 ans avec un pn je pense. J’ai 61 ans et j’ai réussi à me reconstruire.j’ai eu deux enfants 34 et 41 ans.
    Mon garcon de 34 ans  » enfant roi » pour son père.
    PMa fille de 41 ans, mere de 4 enfants dont ubne petite autiste, n’arrive pas à faire un trait sur son passé d’enfant et recherche toujours l’amour de son père qui semble se désinterresser d’elle.
    Ma fille me pose des soucis: fibromyalgie, dépression , bipolaire aussi, peut etre.
    Comment l’aider? elle passe par des phases d’excitation et de grosses coleres pour des motifs qui me semblent futiles, mais qui doivent importants à ses yeux.
    Je suis prete à tout pour l’aider, mais je ne sais pas vers qui me trouner.
    Enfant; elle a assisté à ma lente dévalorisation de la part de son pere, en a été qqefois victime.
    Moi, à l’époque, bloquée dans mes problèmes et ne voyant peut etre pas les souffances de ma fille.
    Comment faire maintenant?

    • Bonjour,
      A son age, c’est elle qui doit décider de se prendre en main et de consulter un thérapeute …
      Vous ne pouvez pas la « sauver » ….
      Soyez heureuse vous-même . Je pense que c’est aussi ce qui l’aidera au mieux .
      Bon courage dans ce lâcher prise. Geneviève Schmit

  4. Sylia

    bonjour,
    Mon fils age de 42 ans vit avec une manipulatrice depuis 13 ans elle sème la zizanie dans notre famille il faut que l’on se plie à toutes ses volontés dans 10 jours ils baptisent mes petits enfts et je n’ai pas envie d y aller .

    J’ai fait une dépression à la naissance de mon petit fils qui mon interdit de voir pendant 18 mois qui as aujourd’hui 12 ans ils viennent d’avoir une petite fille de 1 an et cela recommence je suis épuisée mon fils ne voit rien et s’en prend après nous je ne le reconnaît plus et je ne le ressent pas heureux il est très fatigué .
    Mais moi aussi et c’est néfaste dans mon couple mon mari ne veut plus les voir il se protège et je le comprend mais moi je suis perdue
    Que faire SOS aidez moi je voudrais tellement être en paix
    Merci pour votre reponse

  5. Rona

    Bonjour,
    Merci pour vos nombreux articles très enrichissants !

    J’aurais une question, vous dîtes informer l’enfant pour ne pas le laisser dans le flou, je suis tout à fait d’accord.

    Et l’inverse, l’enfant qui informe le parent victime, qu’en pensez-vous ? En fait fille de père pn, ma mère n’a jamais posé les mots.
    Amicalement.

    • Bonjour,
      Les enfants ont souvent une lucidité que n’a plus le parent sous emprise … mais sa voix est vite muselée.
      Bon courage, Geneviève Schmit

    • Sophie

      Bonjour, vous qui avez vécu cela, pouvez vous m’aider ? L’ex femme de mon mari est perverse narcissique. Identifiée après 8 années de manipulation avec son amour à lui pour ses enfants comme moyen de pression et une aide psychologique extérieure.
      Leur fille de 15 ans est en plein dans l’adolescence et c’est très compliqué entre son père et elle du fait des projections de sa mère sur ce père.Nous voudrions la protéger doit-on être directe et lui parler de cette pathologie ? Doit on attendre qu’elle ouvre les yeux? Je suis très sensibilisée car neuropsychologue de métier, mais aussi trop car j’adore ces enfants et me suis moi même laissée manipuler. Il y a t il une lecture ? Merci a qui peut me conseiller.

  6. laffineur

    Madame
    cela fait 4ans et demi que je me bat pour protégé mon fils mais je suis belge et le papa français c’est la police qui m’a évacué avec mon fils lorsqu’il avait 2ans pour cause de violence conjugal et mise en danger de mineur j’ai été suivie pour violence conjugal par un manipulateur pervers narcissique. la belgique ne peu RIEN! en 4ans j’ai vécu un enfer mais ça continue, pas de jugement, insulte, menace, chantage, violence mental et physique envers notre fils mais comme nous vivons dans des pays séparé c’est toujours classé sans suite monsieur invente toujours des chose horrible à mon sujet j’ai eu droit à plusieurs enquête qui ont révélé que j’était une bonne mère mais a part cela rien… aujourd’hui mon fils à 6ans et demi, je suis marié et j’ai un bébé d’un an et demi mais cela fait plus d’un an que je suis en dépression car monsieur vient pendant des heure devant chez moi, me coupe du monde, monte notre fils contre moi, il la déjà obligé à taper son petit frère, j’ai même une vidéo ou la fille ainée de monsieur abuse de mon fils lorsqu’il avait 3ans! mais rien n’y fait j’ai passé les 15dernier moi en dépression a pleuré et m’enfermé incapable de regarder mon bébé car j’avais émit plusieurs fois la demande de lacher comme vous dite mon ainé pour ne plus qu’il ai a vivre dans le déchirement de ses parents car il ma déjà dit plusieurs fois « papa a dit que j’allais plus te voir et que je devais plus t’aimer mais je t’aime encore » en pleur mais heureusement j’ai un mari formidable qui a chaque fois me pose une simple question « pense tu qu’il sera en sécurité et heureux la bas tout seul? » non il est en danger j’ai des preuve a ne plus savoir compter que monsieur est schizophrène non traité, instable, dangereux, irrespectueux de son fils et j’en passe mais il arrive toujours à faire trainer et reporté les institution censé faire justice… après 4ans et demi sans jugement je fini toujours avec une enquête sur le dos pour être considéré comme dangereuse pour mon fils (désormais pour MES fils) et après enquête rien… tout va bien mais monsieur s’en sort toujours et je ne peux rien faire…. je dois avouer que j’ai déjà tellement de fois baissé les bras que j’ai pris il y a un an des cachets rien de dangereux des somnifère et anxiolitque j’ai dormi 48h… et des fois je voudrais tellement plus je suis à bout et personne ne nous aide car la justice bloque… il a vu une pédopsychiatre qui au bilan nous a dit le week end quand il revient de chez son papa j’ai peur c’est un enfant qui n’est pas heureux de vivre il a peur de tout et est anti sociale alors que quand il est chez vous le week end, il est heureux, curieux, poli, participatif aux jeux et histoire. mais elle refuse de faire une attestation…nous avons du mettre en place tellement de règle pour le sécuriser que certain parent par exemple ne comprennent pas ou l’école la aussi le père est démissionnaire, ne fait pas les devoir, lui interdit parfois d’aller en cours juste pour « profité », ne participe pas au activité scolaire refuse de parler avec les autre parents sauf si en mal de moi, mais les instituteur ne veulent rien faire il est aller jusqu’a retourné une ancienne institutrice contre moi ou on ma proposé un suivi psychologique car j’était folle j’ai du prouvé avec des preuve, des rapport de police ect… que c’était faux… je veux bien qu’il faut une période pour faire le deuil de la relation mais après 4ans et demi il ne changera pas et pour nous ce n’est plus une vie….

  7. nalie

    Bonjour,
    Je viens vers vous pour avoir des conseils,(je suis la grand-mère)
    Ma fille,2 garçons 3 et 5 ans, séparée depuis 1an, après jaf, elle a la garde, il a des droits de visite, il fait appel sur la totalité du jugement(nous attendons ses conclusions), jusque là normal, sauf que ma fille était sous emprise de ce pn.,(nous nous sommes rendus de ce fait, au fil de la procédure, elle pratique le non contact, ce qui est difficile vu ces réactions, il fait du dénigrement, on le constate à chaque retour, ils manquent de respect à leur maman, s’opposent à tout ce qu’elle dit, passent de la colère aux pleurs, le + grand régresse, et rentre dans une forme de mutisme, ils cauchemardent, maintenant ils ont ces mêmes réactions avec nous, c’est très déstabilisant, nous ne savons pas comment réagir, nous essayons de les rassurer, de les entourer d’Amour, la dernière fois, notre fille a mis une semaine pour que cela aille mieux, mais « rebelotte » avec ces week-end prolongés…, c’est éprouvant pour toute la famille, (suivi psychologue scolaire pour le petit, et la pédopsychiatre pour le+grand n’est pas toujours dispos.(on pense qu’elle ne veut pas se « mouiller » car elle dit que ces comportements sont liés à la séparation), Que faire, Quoi dire aux enfants…. Merci de votre attention

    • Bonjour,
      Il est effectivement essentiel de bien comprendre ce qui se passe chez les petits, et … chez votre fille, pour pouvoir apporter les bons comportements.
      Le mieux seraient que nous convenions de quelques rendez-vous Skype, pourquoi pas avec votre fille également.
      Ne perdez pas espoir.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  8. BRICE

    Bonjour,
    ma fille de 12 ans vient de comprendre qu’elle doit se protéger de son père. Pour cela elle a décidé de ne plus le voir.
    les démarches juridiques sont en cours.
    Cependant, maintenant qu’elle s’autorise à parler, je constate qu’elle n’a confiance en personne(en moi et en sa psy aussi)
    Nous sommes prés de Marseille et je cherche donc un pédopsychiatre qui connait les victimes de PN.
    Avez vous des adresses ?
    Cordialemnt

    • Bonjour,
      Je n’ai malheureusement aucun contact dans cette région …
      Par contre, je pourrais sans doute vous aider vous, à mieux la guider.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  9. Vox

    Bonjour, merci pour vos vidéos mais je me permets un petit conseil : vous devriez éviter les (grosses) fautes d’orthographe, c’est un peu décrédibilisant…

    • Bonjour,
      Vous avez tout à fait raison.
      Dans les vidéos je ne peux malheureusement rien y faire.
      Par contre, dans les articles, vous avez tout à fait la possibilité de relever les erreurs et de me les soumettre afin que je modifie le texte.
      C’est une manière utile et bienveillante de participer à l’aide aux autres.
      Amicalement, Geneviève

  10. daddy

    Bonjour
    J’ai récemment essayé d’échapper à la pn mère de mes enfants, avec les enfants, après une extrême violence physique. Elle a utilisé la tactique que vous décrivez au tribunal exactement et a obtenu la garde des enfants. Je vois rarement les enfants comme elle les utilise comme une arme contre moi. Que dois-je dire à mes enfants pour les aider à voir que le comportement de leur mère n’est pas normal et de protéger leur moralité? J’ai fait appel de l’erreur des juges mais il peut prendre plus d’un an. merci

  11. Ben

    Bonjour je voudrais tout d abord vous remercier pour ces explications qui donne une direction aux parents cherchant à protéger leurs enfants d un parent pn.
    Je voudrais apporter mon témoignage tout en sachant que chaque situation est différente. Cela fait 2 ans que je suis séparé de mon ex conjointe et mon plus jeune enfant n à que 2 ans et demi. J’ai pourtant réussi l impensable grâce au soutient de mes proches à obtenir une garde alterné. C’est pourquoi la première chose à se dire c’est oui c’est possible je peux lui faire face .c’est pourquoi se reconstruire est essentiel. La confiance en soi est le premier pas vers la protection de ses enfants car une fois conscient des mécanismes et assez fort vous serez en mesure de faire le deuil que rien ne changera jamais .ceci vous permettra de moins souffrir de ces manipulation qui passe souvent par les enfants pour vous touchez. Aujourdhui après plusieurs jours d’appel infructueux je me suis déplacer à son domicile pour pouvoir juste leur parler. Elle ne m’a pas ouvert et je vais devoir patienter encore une semaine. Ce petit exemple du quotidien j’ai appris à l encaisser. Je me suis libéré de toute haine à son encontre . Ceci est très important pour éviter les conflits devant les enfants et faire apparaître l agressivité et les incohérences du pn devant les enfants. Ma fille de 8 ans navigue depuis 2 ans entre mensonges aliénation et crise de colère de sa mère. J avais peur de perdre ma fille car pendant tout l instruction du dossier je n’avais les enfants que une semaine sur 2 permettant l aliénation. Cependant en adoptant une attitude détaché des problèmes liés au conflit en me centrant tout mon temps avec mes enfants jai pu construire des moments de qualité et de partage. J’ai toujours voulu que mon aîné sache en qui elle peut avoir confiance que je ne lui mentirai jamais. Ça été parfois douloureux pour elle car pour lui montrer j’ai du la mettre dans des situations difficiles en la plaçant face aux mensonges de sa mère. On croit les protéger en leur cachant des choses dites par l’autre parent. Mais un enfant à le droit de savoir ce qu il se passe. Il a le droit à la verite .je ne critique pas l’autre parent mais je démontre les incohérences entre le discours et les faits. C’est comme ça que ma fille à pris la mesure des techniques et méthodes utilisées. C’est comme ça que elle est capable de savoir chez qui elle peut recharger ses batteries. Pour finir il faut d’abord se reconstruire pour aider ses enfants car plus on est bien en soi plus on sera capable de donner à ses enfants. Lâcher prise accepter qu on ne peut changer un pn celui ci fera toujours en sorte de vous toucher pour garder son énergie pour faire des choses avec les enfants et non perdre son energie a répliquer ou combattre le pn. Dans la mesure du possible et de l’âge de l enfant ne pas critiquer le pn mais montrer les incohérences à l’enfant entre le discours et réalité même si parfois ça fait mal.voila je voulais partager cela car je vis un enfer depuis ma separation mais trouver la paix intérieur pour se centrer sur les enfants en zappant tant que possible les coups bas me permet à mon sens d’être le meilleur moyen de protéger mes enfants de leur mère pn.

  12. Ben

    Bonjour je voudrais tout d abord vous remercier pour ces explications qui donne une direction aux parents cherchant à protéger leurs enfants d un parent pn.
    Je voudrais apporter mon témoignage tout en sachant que chaque situation est différente.

  13. Interrogation

    Bonjour,
    Je m’interroge sur la situation de mon fils.
    Je me suis séparée du père de mon fils quand ce dernier avait 2 ans, nous avons de suite fait une sorte de garde alternée. Tant qu’il n’était pas à l’école, il passait ses journées chez moi et les soirs de semaine dormait chez son père une semaine sur deux. Dès ses 3 ans, il allait une semaine sur deux chez son père.
    Je pensais que c’était important qu’il garde un lien avec son père.
    Je l’ai quitté parce que j’étais épuisée de devoir justifier tout ce que je ressentais, tout ce que je pensais. Il avait la manière pour détourner mes propos ou d’utiliser mes justifications pour parvenir à me faire accepter ses demandes malgré moi.
    J’ai réalisé recemment que cet homme fait souvent du chantage affectif. Il a toujours été protégé par son environnement, moi la première. Il a eu une enfance difficile et sait à merveille jouer la victime des autres pour qu’on cède. Comme vous le décrivez, il pique des colères dès qu’on ne cède pas et comme j’évitais les conflits pour mon fils, je cédais. Sa femme, sa mère, son fils… nous avons tous eu peur de lui et de ses colères.
    J’ai cru que c’était lié à mon histoire personnelle, au fait que j’étais sa compagne et qu’il n’userait pas de ces manipulations avec notre fils.
    Mon fils a 17 ans aujourd’hui et développe des troubles anxieux particulièrement importants au point qu’on est en démarche pour l’hospitaliser.
    Mon fils est sensible et très intelligent. Mais au fur et à mesure des années, il a commencé à ne plus parler, à tout garder pour lui. Il m’avait dit quand il avait 10 ans que de toute façon, parler n’allait pas réduire son problème mais n’a jamais voulu me dire ce qu’il avait. Je me demande dans quelle mesure, il n’a pas également voulu me protéger en évitant lui aussi le conflit avec son père.
    Est-il possible qu’il puisse développer ces troubles anxieux à cause de ce père manipulateur?
    Merci d’avance

    • Bonjour,
      Il est indéniable que des pressions de chantages affectifs et des situations difficiles à gérer ont un impact sur le développement des troubles anxieux.
      Maintenant, il ne faut jamais oublier que tout cela est multifactoriel.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  14. Nathou

    Bonjour,

    Je suis inquiète pour ma fille âgée de 17 ans qui a un comportement PN.
    Je reconnais en elle les mécanismes de la manipulation que je connais que trop bien, moi même fille d’un PN et séparée de son père depuis 1 an lui aussi PN. Je fais un gros travail sur moi avec l’aide d’une psychiatre et en tant qu’ex victime et survivante, et je m’en sors peu à peu.
    Cela fait de mois que je m’épuise à « sauver » ma fille pour qu’elle ne bascule pas à son tour dans mode de comportement et qu’elle choisisse la bonne voie.
    Elle a compris le comportement de son père auprès duquel elle cherche désespérément sa reconnaissance et son amour, en vain.
    Quand elle semble avoir compris qu’elle ne doit pas tomber dans son cercle vicieux de culpabilisation, de dénigrement, de punition/récompense, elle finit toujours pas se comporter comme lui. Vis a vis de moi et de mon entourage, elle est irrespectueuse, blessante, arrogante, elle ne tient aucun de ses engagements et tente de me rendre responsable de ses agissements en tentant de me culpabiliser.Ces mots sont extrêmement durs. Je garde mon calme et pose mes limites, pas suffisantes sans doute puis qu’elle agit ensuite comme si rien ne s’était passé. Elle ne s’intéresse qu’à sa propre personne, semble dénuée d’affect. Je me sens impuissante, épuisée et découragée. Elle me fait vivre un enfer et pompe toute mon énergie qui est déjà bien érodée par tout ce que je vis.
    Je garde le cap mais sincèrement je me demande si tout cela n’est pas peine perdue et que dois me résigner au fait qu’il est trop tard pour elle et qu’elle est et demeurera ainsi. Je ne peux me couper d’elle puisqu’elle vit avec moi et que j’assume pleinement son éducation.
    J’ai trouvé de nombreux articles et témoignages concernant les enfants mais là il s’agit d’une adolescente, d’une jeune adulte. Elle m’a dit être enfin d’accord pour consulter une thérapeute mais je crains que si elle tient son engagement de s’y rendre, qu’elle tente aussi de la manipuler et de mettre fin rapidement à ces consultations.
    D’après votre expérience, quel comportement adéquat devrais-je adopter et est t’il possible à son âge, qu’elle puisse effectuer tout ce travail sur elle pour sortir de l’emprise de son père et adopter un comportement sain ?
    Merci beaucoup de votre aide. Je livre une bataille difficile et je ne veux pas y laisser ma peau.

    • Bonjour,
      Il y a effectivement moyen de tempérer les réaction nocives… et cela passe par un apprentissage pour vous et pour l’enfant.
      Je ne puis vous expliquer concrètement tout cela dans le vide aussi je vous invite à fixer un ou deux rendez-vous pour que nous le fassions en consultation.
      Bon courage ! Geneviève Schmit

  15. Karen

    Bojour,

    Je suis séparée depuis 2012, et j’ai la garde de ma petite fille de 9 ans.
    J’ai consulté une psychologue lors de notre séparation et elle a défini mon ancien compagnon comme manipulateur.
    Aujourd’hui, je démonte encore des mécanismes d’auto défense que j’avais mis en oeuvre pour me protéger de lui, mais je n’arrive pas à refaire ma vie.
    J’ai comme qui dirait le coeur en panne.
    La question de la rentrée en 6ème se pose et elle aimerait suivre les copains copines de sa classe mais comme le collège dont dépend cette école n’est pas le même que celui de notre lieu d’habitation, je vais devoir demander une dérogation.
    Le problème est que lorsqu’elle en a parlé à son père, celui ci lui a répondu qu’il n’était pas d’accord parcequ’il voudrait qu’elle aille chez lui une semaine sur deux lorsqu’elle serait au collège.
    L’établissement scolaire correspondant à notre lieu d’habitation correspond aussi au lieu d’habitation de son père, et je lui avais toujours dit que si en 6ème elle souhaitait aller une semaine sur deux chez son père , alors ce serait ok pour moi.
    Mais aujourd’hui que la question commence à se poser vraiment elle me dit qu’elle ne sait pas comment dire à son père qu’elle voudrait aller avec ses amis et qu’elle voudrait rester avec moi.
    Je la comprends, elle ne souhaite pas lui faire de la peine et sait que la réaction de son père peut être imprévisible, allant de l’ignorance pur et simple de la personne qui le contrarie afin de le laisser avec son malaise, ses pensées, sa culpabilité, à l’excès de colère violente et incriminente en passant par des menaces de suicide.
    De même, n’ayant pas refait ma vie mais étant quand même mieux dans ma peau, je ne veux pas qu’elle reste près de moi de peur que je sois seule.
    Je ne sais pas comment l’aider à prendre sa décision pour elle même.
    Nous en avons longuement parler, elle a très peur de faire de la peine à son père.
    Je lui ai proposé de déménager de quelques kilomètres, ce qui serait alors suffisant pour que son futur collège soit le même que celui de ces amis.
    Ca lui éviterait d’avoir à vivre un moment douloureux.
    auriez-vous des conseils?
    Merci

    • Bonjour,
      Pour une dérogation, il me semble qu’il faut donner une raison valable …. Est-ce que rester avec ses copines peut être présenté comme une raison valable ?
      J’ai l’impression, en vous lisant, que votre fille a perdu sa place d’enfant, ou plutôt de jeune fille.
      Il serait temps de lui apprendre qu’elle n’est pas le soigneur de ses parents et qu’elle doit faire des choix pour préparer son avenir tout en en assumant les conséquences.
      Si c’est aussi important pour elle, elle doit apprendre à se confronter à son père. VOus ne pourrez toujours tout gérer pour elle.
      Quant à l’idée de déménager de quelques km pour qu’elle se rapproche du collège de ses copines … sauf si vous avez vraiment les moyens financiers, ou, seulement une valise, je trouve cela excessif !
      Parlons en si vous le souhaitez dans le cadre d’une consultation.
      Bon courage! Geneviève SCHMIT

  16. Liberté

    Bonjour,
    Je suis divorcee depuis 2010 avec un mode de garde alternee pour les enfants (2 1/2 et 4 ans lors de la séparation). Mon ex mari correspond au profil de PN que vous décrivez. Après plusieurs années de suivi psychologique je reste marquée par ma rude expérience (violences verbale et physique) mais je me suis relevée et je parviens tant bien que mal à maintenir une relation neutre pour l interet des enfants. Je rentre le moins possible en contact physique avec lui car je ne sais jamais à quelle « sauce » je risque d etre mangée. Dr Jeckill ou Mr Hyde…J ai constaté à de nombreuses reprises qu il m accuse des maux qui caractérisent le PN: il me renvoie automatiquement l image qu il a de lui..(je suis « radin » quand je réclame de l argent qu il me doit, « fourbe » quand je le mets en face de ses incohérences permanentes..etc..). Je parviens néanmoins à rester droite dans mes bottes, en lui répondant le plus objectivement possible, sans émotionnel, jamais à chaud. Pour cela les mails sont parfaits.
    Aujourd hui ma préoccupation concerne mes enfants: ils sont manifestement manipulés par leur père, qu’ils admirent, défendent systématiquement. I se donne l image de heros (c est un competiteur sportif) et en impose aussi physiquement. J ai été battue sous leurs yeux quand ils étaient tout petits, ils ont entendu nos violentes disputes (même enceinte).. j ai l impression qu il faut taire ces violences pour ne pas briser le mythe du père, ce héros..auquel ils s identifient (ils sont en pleine pré adolescence). Mais si je n en parle pas alors ce seront des non dits..les psychologues me recommandent d attendre..qu en pensez vous??
    Merci très sincèrement, bien cordialement

  17. marie-christine

    Bonjour,j’ai 60 ans et vient de prendre conscience, par le biais d’un suivi psy,que mon mari est un pn.
    J’ai fait ces dernières années 3 épisodes de mélancolie stuporeuse et sais que une rechute pourrait m ètre fatale.
    J’ai su m’entourer des bonnes personnes,intégrer un groupe de paroles,trouver des soutiens psy diverses.
    ma fille est sous l’emprise de mon mari, »tu es morte depuis lgtps » m a-t-elle dit récemment.
    Mon fils de 27 ans a su prendre de la distance avc nos problèmes de couple.
    Cependant,depuis un mois,ses propos changent et leur teneur est visiblemt le fruit de manipulation de mon mari.
    Mon fils a subi la violence de son père,lui a pardonné,le comble,grâce à un travail de ma part.
    Il reste fragile et je ne sais si un éclairage de ma part sur la personnalité de son père lui serait bénéfique ou dangereux pour lui…
    Merci de votre éclairage.

  18. lalalie

    Bonjour,
    Au cours de notre entretien j’ai omis de vous dire que mon fils(7 ans) m’a dit à deux reprises »je n’existe pas »
    Il ne donne pas d’explication supplémentaire.
    Dois je m’inquiéter en urgence ou cela peut il attendre notre prochain rendez vous?
    Merci

  19. Je viens de divorcée le 1er avril 2016.mes 2 filles de 21 ET 28 ANS ne croivent pas à la manipulation que j’ai eu pendant 32 ans et 2 mariages avec lui et 2eme dicorce.VOL ENTRE EPOUX,imitation de ma signature sur les comptes bancaires,suspicion d’enfant extra conjugal( liaison depuis 10 ans par episode),detournement d’argent,eloignement et critique de ma famille, pendant notre vie,profit de l’heritage de ma famille tres habilement.J’ ai decouvert cela 2ans aprés ma séparation en sept 2015.Je n’ai pas eu la force de prendre mon avocat pendant la procedure,tellement abbatue et ,de peur qu’il m’enterre en depression.il a appele ma mere pour lui dire de me faire hospitaliser car j’etais une malade ,et que c’est notre avocat commun qu’il lui aurait dit,chose que j’ai demandé à l’avocate qui était faux.J’ ai fait une etude graphologique qui revelait bien ma signature imitée et en voulant porter plainte,c’est là que le pere de mes filles a tourné mes filles contre moi,en disant que je devais me faire soigner.de ce jour ,j’ai perdu contacte avec mes filles,car pour elle je mentais,et en leur montrant l’etude graphologique ,elles ne voulaient absolument pas croire ce que le pere était pas capable de faire, »il est si gentil et droit aux yeux de ses filles.elles vivent sous le toit de la maison familiale et je suis tellement triste de croire a l’enfant de sa compagne actuelle serait la sienne(la ressemblance est plus que probant) .LE TEST ADN n’a pas etait fait car un seul avocat en commun,et la peur de detruire mes filles et moi même.
    JE REVOIS MA GRANDE FILLE DEPUIS PEU , mais j’ai des mots qui partent pour lu exprimer que son pere n’a pas ete correct dans ce divorce.ELLES DEUX NE VEULENT RIEN ENTENDRE CAR PAPA NE PARLE JAMAIS DE MOI ,alors que moi ,je salie l’image de leur pere,et tourne toute de suite la conversation.
    JE SUIS RONGEE de l’interieur ,et je voudrais retrouver notre complicité avec mes filles.
    Mais je vois aussi ma grande deperrir,amaigrissemnt ,drogue,
    JE NE SAIS PLUS COMMENT FAIRE POUR RETABLIR MON INTEGRITE ET HONNETE ,qui n’est pas le cas de leur pere
    JE SUIS A LEURs YEUX ,desiquilibrée,dépressive,dans la vengeance( faux car je n’ai pas eu la force de batailler pendant le divorce pour faire valoir tous mes droits :heritage de la ma famille,la maison au 3/4 pour moi,l’argent vole pas de pension compensatoire ,j’ai tout laisse faire pour en finir avec cette homme.
    AIDEZ MOI A SAVOIR SI JE DOIS TOUT DIRE A MES FILLES ET COMMENT ???
    J AI PEUR POUR MES FILLES QU ELLES SOIENT ENDOCTRINES PAR LEUR PERE.

  20. jean louis

    Bonjour,
    je viens vers vous chercher de l’aide. je vous raconte les faits en essayant de faire court. J’ai rencontré ma compagne il y a 10 mois, j’ai vite compris qu’elle était victime d’un ex mari manipulateur pervers narcissique, avec lequel elle est séparé de corps depuis plus de 10 ans, malgré que non divorcée officiellement dans les papiers. pour cause que Mr est parti vivre son homosexualité. Ma compagne à 2 enfants un garçon de 23 ans et une fille de 15 ans, qui sont tous les deux le reflet du père. Seule sa fille vis avec sa mère, et suis aussi des études au lycées. La situation fait que les 2 enfants ont une emprise totale sur leur mère, ce qui l’empêche d’avancer et de vivre sa vie de femme. Elle à mis en route une procédure de divorce, et la cette situation s’envenime de plus en plus, ou son ex se sert des enfants pour faire pression, quitte à les mettre dans des états de souffrance intense. de l’autre coté la mère se sent impuissante, car aucun des 2 enfants ne semble comprendre ou ils sont engager. Il n’y a aucun dialogue entre les enfants et la mère, et aucun respect en vers la mère ou moi même, qui passe vraiment pour le méchant.
    Aujourd’hui le soucis pour lequel on recherche de l’aide, c’est que sa fille âgée de 15 ans se renferme, il y a un problème de manipulation avec une amie de lycée qui est en train de prendre une tournure énorme, passe ses journées enfermé dans sa chambre devant l’ordinateur (visio), mais ne partage aucun moment avec sa mère, que je soit présent ou pas. Dès qu’elle en trouve le besoin elle commande à sa mère ses désirs, et la, la mère pour évité le conflit, cède et ne peux rien demandé en contre sens.
    ce que l’on peux dire aujourd’hui, c’est que plus les mois passe et plus cette situation ce bloque et risque d’exploser à tout moment. La fille de 15 ans est suivi par un psy depuis déjà quelques années, mais rien ne progresse car elle manipule le psy et donc gère elle même, donc aucun refus de s’y rendre.
    Aujourd’hui on cherche désespérément quelqu’un qui pourrait nous aider. un coach, un éducateur spécialisé, ou autre. SVP pourriez vous nous éclaircir ?
    merci par avance.

    • Bonjour,
      Si vous êtes sur ce site, vous pourrez voir que j’accorde des rendez-vous à distance aux personnes qui souhaitent être accompagnées.
      Je vous invite donc à prendre un premier rendez-vous sur mon agenda en ligne ou à me laisser un texto.
      Bon courage! Geneviève Schmit

  21. Bonjour Mme schmit.
    Je souhaiterais connaître votre avis concernant les faits exposes dans mon précédent mail.
    Je vous remercie de l attention que vous voudriez bien accorder à mon commentaire (24 aout).
    Cordialement.

  22. PETROLETTE

    Bonjour,
    Tout d’abord un grand merci pour votre réponse. Je pense effectivement qu’elle devrait vous expliquer et j’avais peur d’écrire trop de choses alors j’ai un peu abrégé. Son ex mari lui met des batons dans les roues souvent et par le biais de son fils ça m’énerve !Moi même mon père est un très grand manipulateur mais je ne le vois plus du tout et je m’en porte très bien !
    Je vois ma meilleure amie dès que je peux car je suis de Bretagne et elle d’Isère mais je n’aime pas la voir souffrir c’est comme ma soeur et je trouve ça tellement injuste pour elle et révoltant ! Pouvez vous me dire svp combien de temps peut durer un rdv et votre tarif si possible par mail. Je veux vraiment l’aider et que son fils soit plus souvent avec elle et qu’il comprenne que son père le manipule. Je lui en parlerai vendredi après elle fera son choix. Merci

  23. Bonjour,
    J’ai déjà posté 1 mail sur le site pour vous parler de ma séparation et demande de divorce d avec mon conjoint que je pense être un pn.
    Je ne pouvais plus rester j avais l impression de subir au quotidien un lavage de cerveau si bien que je ne savais plus ce que je disais il fallait qu’il ai raison et je finissais par ne plud savoir ce que je voulais dire ou faire.
    Les humiliation et dénigrement devant les enfants. Pour que je change disait il.
    J’ai attendu 10 ans mes collègues m avait alerter que ce que je vivais n étais pas une relation saine , je le savais aussi.
    Mais je ne sais pas expliquer pourquoi je restais et pas porter plainte.
    Pourtant les paroles de mon aînée on ete mon déclenchement « ça ne s arrêtera jamais » je lui promis que si.
    Je savais que je partirai avec mes enfants. Rester c’était subir et leur faire subir.
    Tout ne c est pas bien passé. Il voulait voir les enfants, il en avait le droit en a usé me reprochant de mettre enfuis avec eux.
    Me culpabilisant de la separation, de ce que je fais subir aux enfants de les priver de leur père une semaine sur deux (garde alternée ).
    Il n était pas present auprès d eux avant. Mon aînée revenait de chez son père avec un moral pessimiste, pleurait. Disais qu’elle ne faisait pas les choses pour elle. Qu’elle n’existe plus.
    J’ai alerter la psy scolaire. Mais elle n en parle pas et n exprime rien de ce dont elle me fait part.
    Elle a changé d attitude avec son père. Elle le craignait maintenant elle peut passer une heure au téléphone en me regardant.
    Parfois elle me parle mal ou ne me écoute pas. Quand je lui en parle elle me dit ne pas comprendre son comportement qu elle se sent obligé de être comme ça malgré elle.
    Je suis très inquiète. Merci de votre soutien.

    • Bonjour, Il semble évident que vous avez besoin d’une aide compétente.
      Je ne sais si c’est moi, mais il vous faut quelqu’un.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  24. RIGAUD

    Merci pour ces videos.
    Je suis une grand-mère qui a passé le mois de juillet avec ses enfants mariés qui vivent en Chine(son fils, sa femme, et leur petit garçon de deux ans et demi).
    Ces vacances m’ont permis de confirmer ce que je redoutais le plus depuis deux ans : la sous nutrition de mon Petit Fils qui a été confirmée par le pédiatre.
    Je pense que cette sous nutrition de la part de la mère est volontaire puisqu’elle est totalement hermétique aux conseils depuis deux ans. Mon fils qui travaille ne se rend compte de rien.
    D’où ma question : je ne souhaite plus du tout de relations avec ma belle fille. Ce serait ma façon de parler vrai avec cet enfant. Ai-je raison ?
    Faire semblant sonnerait faux pour moi, voire serait impossible.

    • Bonjour,
      Rompre toute communication avec votre belle fille risquerait de provoquer une rupture avec votre petit fils ….
      Je ne suis pas certaine que ce soit la meilleure manière de faire.
      Parlons en lors d’une consultation si vous le souhaitez.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  25. PETROLETTE

    Bonjour,
    Je me permets de prendre contact avec vous pour une question.Je suis allée chez ma meilleure amie que je considère comme ma soeur, elle est divorcée depuis 12 ans et à un fils de 15 ans qui est manipuler par son père (promesse de tel ou tel chose, faire culpabiliser l’enfant vis à vis de lui)
    Aujourd’hui l’ado doit trouver une entreprise pour des études en alternance et sa mère voudrait qu’il aille vivre chez elle car elle le voit peu, en souffre et à l’impression de perdre des années d’amour et de bonheur avec lui.
    Malgré ses 2 petites sœurs et un équilibre familial bien plus saint chez la mère que le père, l’ado ne veut pas ou trouve des excuses pour je pense éviter le sujet…
    Pensez-vous que le père à une emprise sur lui et comment sa mère pourrait elle faire pour retrouver son fils près d’elle pour la rentrée.
    Elle essaye de lui expliquer et de le protéger.
    Ça me fait mal de voir mon amie si triste alors j’essaye de lui apporter mon aide.
    Merci beaucoup

    • Bonjour,
      Le peux d’information que j’ai sur la situation ne permet pas du tout de définir un phénomène d’emprise …
      Le mieux serait que votre amie prenne un rendez-vous à distance avec moi pour que nous puissions y répondre et surtout tenter de rétablir un bon lien avec l’enfant.
      Elle a de la chance de vous avoir comme amie …
      Bon courage, Geneviève Schmit

  26. mimi

    Bonjour,
    Mon ex compagnon et moi avons un enfant ensemble qui a maintenant 2 ans et demi. séparés depuis 15 mois, la situation n’est pas tous les jours facile. Ayant obtenu la résidence principale, j’attends la date d’un appel demandé par le papa. J’ignore si il est un PN, ou un borderline qui veut se protéger car il ne supporte aucun jugement mais en tous les cas certains comportements de sa part devant notre fils me laissent perplexes et commencent à m’inquiéter et même à me miner.
    exemples,( j’ai entendu tous les propos) : il dit à son fils que je suis une salope et une pute (ta mère est une salope et une pute), un autre jour qu’il va me donner une raclée et que son fils comprendra puisque c’est lui aussi un homme (deux ans et demi !), que la volonté du juge, il s’en fiche que seule celle de son fils compte car depuis un certain temps d’après ses dires, notre enfant ne veut plus aller chez maman, quand une « crise » a lieu, notre enfant a l’air de « défendre son père et de le protéger » (veut rester avec lui, ne veut pas aller avec moi…)
    A la maison, ce qui me rassure c’est qu’il est joyeux,qu’il me fait des câlins (mais jamais devant son père) qu’il ne réclame pas son père et qu’on en parle de manière très naturelle.
    J’ignore, -je ne veux pas me prendre la tête-, ce qui est dit chez le papa.
    J’ai rappelé à notre enfant que le juge avait décidé de ce mode de garde et que ce n’était ni le fait de maman, ni celui de papa et encore moins le sien.
    J’ai peur pour notre enfant, pour la façon dont il va évoluer.
    J’essaie de cadrer, de ne pas culpabiliser, de ne pas l' »acheter » (beaucoup de cadeaux chez papa et ce n’est pas un reproche mais je ne veux pas jouer aux enchères). J’ai aussi peur pour mon état car chaque crise que j’essaie d’ignorer m’affaiblit.
    Evidemment, pour le père je m’accapare mon enfant, je veux l’élever seule, je le considère comme une bouée de sauvetage parce que je suis probablement une pauvre fille qui effectivement va chez un psy (et je crois heureusement..). Il a envoyé à des gens de ma famille une lettre qu’ils n’ont pas voulu me faire lire révélant des choses à mon sujet que je lui avais confiées (je ne suis pas une sainte mais n’ai jamais été hors-la-loi). mais là j’ai l’impression de me justifier et j’en ai marre.
    Voyez-vous dans le peu que je vous ai raconté des signes qui peuvent m’inquiéter au sujet de notre fils ?
    Merci de votre réponse

    • Bonjour,

      Si je vois des signes qui peuvent vous inquiéter ??? OUI ! Catégoriquement OUI!
      Il faut agir sans tarder !!
      Faites vous accompagner, parlez en autour de vous, parlez aux assistantes sociale, au juge même !

      Bon courage, Geneviève Schmit

  27. P

    Bonjour
    J aurai besoin de renseignements et savoir comment sortir des enfants D un PN urgent
    Il nous détruit tous à petit feu et les enfants ne savent plus sont complètement anéantis
    MERCI DE VOTRE AIDE

    • Bonjour,
      Vous devez bien vous douter que sans le moindre renseignement sur les enfants, vous-même, la situation, et les procédures en cours personne ne pourra vous répondre.
      Le mieux serait de vous rapprocher d’un avocat ou un thérapeute compétant dans ce domaine.
      Si vous le souhaitez,réservez 2 rendez-vous sur mon agenda en ligne, et nous pourrons alors étudier les stratégies.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  28. Lumi

    Bonjour,

    le fils de mon mari a 5 ans et demi et subit la violence psychologique de sa mère MPN (ils sont séparés depuis 4 ans).
    Nous voyons l’enfant régulièrement (mercredis PM + 1 we sur 2 et moitié des vacances) et cela se passe très bien avec nous, mais à chaque fois qu’il revient, nous sommes effarés de ce qu’elle lui raconte et comment elle essaye de le monter de plus en plus contre son père. C’est de pire en pire et elle est allée jusqu’à frapper son père devant l’enfant parce qu’il était en retard (plainte de nous 2 puisque j’étais présente aussi). Nous avons peur de cette escalade de violence, et peur pour la construction de l’enfant.

    Elle manipule son médecin pour déscolariser l’enfant à outrance, et elle a manipulé la justice en première instance où elle avait obtenu une diminution du DVH du père (heureusement DVH réobtenu en appel un an après, ce qu’elle ne digère pas d’ailleurs).

    Quelle démarche est possible pour prouver qu’elle est MPN et qu’elle ne peut pas conserver la garde principale ? Comment trouver un avocat qui maîtrise vraiment ce type de personnalité (nous sommes dans le Puy de Dôme) ? Comment obtenir une expertise psychologique fiable, et sans que l’enfant en pâtisse ?

    Merci beaucoup pour votre aide et vos précieux conseils.

    • Bonjour,
      Si vous souhaitez une aide concrète, je vous invite à fixer 1 ou 2 rendez-vous directement par mon agenda en ligne.
      Nous pourrons alors réellement étudier ensemble ce qui peut être mis en place.
      Vous pouvez aussi me laisser un texto pour que je vous envoie les coordonnées d’avocats.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  29. Esthelle

    Bonjour Madame, j’ai actuellement 19 ans et j’ai commencé à prendre conscience que ma mère était une manipulatrice à l’age de 16 ans, mes 2 frères ont coupé tout contacts avec celle ci. Mes parents ont divorcé lorsque javais 6 ans, avant ça j’étais déjà une petite fille fragile, après la séparation ma mère a commencé à faire un long travail sur moi pour me détourner de toute ma famille y compris mon père où je suis allée jusqu’à le haïr, que je n’ai pas vu durant 10 ans. Un gros manque.

    Quand j’ai repris contact avec celui ci, il est venu environ un mois après me chercher. Je suis partie du jour au lendemain. Je n’en pouvais plus physiologiquement et mentalement. J’étais soulagé bien que vivre avec un père de but en blanc que l’on ne connait pas, n’est pas simple du tout. J’ai passé une longue période sans contact avec ma mère, mais après 1 an, j’ai cédé… et je n’aurais jamais dû.

    Au début, elle était adorable, je me demandais presque comment javais pu croire qu’elle m’était néfaste, un vrai lavage de cerveau. Et puis, au fur et à mesure que mon père s’éloignait de moi, car cela l’a beaucoup blessé de me voir replongé, j’ai recommencé à voir son vrai visage. Et de nouveau, l’enfer.

    Je me suis débrouillée comme j’ai pu, seule et aujourd’hui c’est fini, j’ai bien compris la leçon. Mon père et moi reprenons tout juste des liens. Et pour lui, il me rabâche souvent que ayant grandi avec cette mère toxique, je le suis forcément également. Cela me blesse. J’ai été voir des Psychologues, qui m’assure que je n’en suis pas une, mais ça ne me convint pas pour autant car j’ai vu ma mère allé voir des psy et à la fin elle me disait que le psy trouvait que c’était une femme formidable.

    Peut-être est ce un mensonge, mais bref, c’est pour cela que je me demande vraiment, si moi aussi, je suis comme elle. Alors ma question, est ce possible, que les enfants qui ont grandi avec leurs parents manipulateurs, puisse être comme eux ou qu’il y ai certains dysfonctionnement ?
    Je ne suis pas lucide la dessus, je me suis tellement convaincu, que moi aussi je devais lui ressembler…

    • Philippe

      Bonjour Esthelle.
      Je viens de prendre connaissance par hasard de votre message qui est très touchant. Je ne suis pas psychologue mais un papa confronté au même problème que vous avez vécu dans votre enfance.
      Le fait que vous ayez un doute et que vous vous en inquiétiez indique que vous n’êtes pas manipulatrice et que vous faites attention de ne pas entrer dans des processus de manipulation quels qu’ils soient. Expliquez sereinement à votre papa que vous êtes blessée par ce qui n’est qu’une projection de sa part. De mon point de vue, la meilleure façon de lui montrer votre sincérité est d’être le plus honnête possible avec lui car les petits mensonges (pour ne pas heurter), le tabou ou le non-dit peuvent raviver chez lui des souvenirs douloureux liés à votre longue séparation. Lorsque vous êtes éventuellement « choquée » par des mots ou une attitude, prenez un peu de recul pour y penser pour ensuite lui en parler calmement.
      Concernant le diagnostique sur votre maman fait par des psychologues, c’est probablement qu’ils ont été dupés. Dans votre cas, vous ne cherchez à duper personne, vous cherchez simplement qui vous êtes, avec courage, et vous pouvez vous féliciter de cela.
      Faites-vous confiance, votre papa vous le rendra :)
      Philippe

  30. Stefane

    Bonjours,tout d’abord merci pour toutes vos analyses qui aide énormément à comprendre le mécanisme du pn,
    en ce qui me concerne c’est ma femme qui est le parent toxique et je me reconnai parfaitement dans vos video mon bébé à 3 ans et a l’âge de 18 mois
    j’ai du partir pour sauvé ma vie afin de revenir vers lui plus solide pour lui donné l’amour qu’il ne connaîtra jamais si je ne la lui transmet pas.
    je suis parti de chez moi sans force sans estime de moi sans argent sans rién à part des photos de mon bébé dumoins le peu que j’ai pu emporté avec moi,je suis parti sans prévenir je suis parti par instinct de survi à présent je suis en prison
    j’ai fait plus de 5 années de dépression sans le savoir mais je voyais bien que quelque chose clochait dans mon attitude passive ,anesthésier ,je n’étais plus personne mais comme par un dernier souffle de vie et surtout grâce à mon fils
    j’ai trouvé paradoxalement la volonté de fuir dans l’espoir de revenir pour (sauver) mon fils,je me suis découvert comme étant un hpe par madame hazan Raymonde.
    merci merci et merci de nous aidez à déchiffrer les labyrinthes dans lesquelles nous sommes enfermé par les pn j’espere pouvoir désamorcé le processus de destruction que mon fils va subir
    il me motive par son innocence le peu de temps que passe avec lui je le recharge en amour et je montre aucun signe de desarois à sa mère du à son comportement que j’ai largement analyse,je veut resté avec elle pour ne pas abandonné mon petit
    sa me déchire le coeur elle ma transmis ses douleurs je suis conscient de qui elle est et je ne veut pas que mon fils pense que l’amour c’est ca mère qui le représente moi
    je veut que mon fils connaisse l’amour l’empathie le don de soi sans rien attendre en retour le bonheur à sa plus simple expression et non pas comme sa maman vivre pour le regard des autre,
    Je remerci encore

  31. Tigrou

    Bonjour,
    J’ai découvert ce qu’était un P.N. en regardant une présentation par la réalisatrice elle-même, Mélanie LAURENT, de son film RESPIRE. Et ai tout de suite fait le rapprochement avec ce que j’avais vécu durant 5 ans de vie commune et les années qui suivent… Je suis encore sous son emprise même si j’ai démenagé avec mon fils à 150 km pour nous protéger.
    Le pire est qu’en tant qu’handicapé motrice, ce qui implore encore davantage la pitié dont le PN sait jouer, elle a réussi à obtenir le droit de garde de notre garçon agé de 8 ans maintenant.
    L’enfant a qui j’ai expliqué le caractère de sa maman m’a vite expliqué quelques unes des réprimandes auxquelles il a déjà eu à faire face. Du genre « je te préférais quand tu étais bébé », consternant et j’en passe. Ce garçon dit vouloir une vie d’enfant pas celle d’un adulte.
    Mais comment le faire agir en justice pour soi se faire soit pouvoir revivre chez moi, son papa ? Il m’a déja exprimé son souhait de rester avec moi car sa maman est trop dure avec lui et qu’il n’avait pas trop à la parole avec elle.

    Il refait pipi dans ses slips, resuce son pouce et en plus je crains qu’elle limitera les appels de son fils ou qu’elle filtrera les miens lorsqu’il l’aura rejoint dans quelques semaines, en plein milieu d’année scolaire. Je ne sais que faire pour le protéger.

    • Bonjour, Je crois que vous avez tout intérêt à vous rapprocher d’un avocat compétant et des services à l’enfance.
      Bon courage! Geneviève Schmit

  32. Manou

    Bonjour,
    Ma sœur et moi avons la cinquantaine et nos deux parents sont PN, papa étant un PN violent.
    J ai réussi à m’extraire de leur emprise, pour ma sœur c est plus dur car elle habite près d eux.
    Mon père est très malade depuis neuf ans. Nos deux parents utilisent la vieillesse et la maladie pour nous remettre sous leur emprise, particulièrement maman.
    La simple phrase «  ton père va mourir » justifie toutes les agressions verbales et violentes et les excuse.
    Il y a une escalade.
    Comment gérer cette situation?
    Je refuse d être à nouveau victime de ces deux prédateurs mais je souhaite tout de même assurer une fin de vie décente à mon père.
    Merci pour votre réponse et pour vos vidéos qui sont si justes.

    • Bonjour,

      La maladie ne justifie rien … et la vieillesse non plus.
      C’est à vous à apprendre à poser et faire respecter vos limites.
      C’est aussi à vous d’arriver à ne plus donner prise à ce chantage affectif.
      Faites vous aider!
      Affectueusement, Geneviève Schmit

  33. Heukmes

    Bonjour Madame,
    Mon petit-fils de 21 mois est placé en pouponnière depuis l’âge de 6 semaines, avec des retours très progressifs au domicile des parents. Ma belle-fille est une manipulatrice PN, j’ai pu la cerner, maintenant pour la contrer, c’est difficile, je fais semblant de rien, j’ai l’impression qu’elle se rend compte de mon stratège, mais j’habite en Belgique et elle a emmené mon fils, sa victime, sa marrionnette, à 900km en France, après de sa famille. Moi-même, je n’en peux plus, je vais suivre une thérapie ici à Liège à base d’hypnose éricksonnienne, mon fils n’a jamais rien voulu entendre, est-ce que je peux signaler mes soucis à la pouponnière où se trouve mon petit-fils? De plus, elle m’a avoué qu’elle avait fait « exprès » d’engendrer un deuxième enfant qui naitra en mai, j’en perds les jambes quand j’ai su cela et je suis encore plus déprimée, mais je me rends compte qu’elle essaie de « décauser » mon fils, qui travaille 6 jours sur 7 dans l’horéca, pour ses besoins à elle. J’ai bien conscience que je dois être patiente et toujours répondre aux quelques malheureux signes de vie de mon garçon (sms, pour lesquels je sais s’il est seul ou accompagné!). Je dois pouvoir l’aider quand il en aura besoin, donc moi-même je pense renforcer mon moral dans ce but. Merci Madame.

  34. juju

    Bonjour
    Je suis divorcee d un pn et j ai 2 jumelles de 5 ans et demi avec lui.comment les proteger a distance?
    Je n ai jamais lu ce cas de figure….

    • Bonjour,
      Les « protéger à distance » ? C’est à dire que vous n’avez aucun droit de garde sur elle ?
      Si vous les avez, ne fût ce que la moitié du temps, tout ce que j’écris s’applique.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  35. Amandine

    Bonsoir Geneviève,je suis Amandine qui vous a écrit le 14/12 et j’attends toujours votre aide.
    Merci de me répondre.

  36. Amandine

    Bonjour,j’ai 50 ans,mon mari en a 73,on a 2enfants de 8ans et 11 ans,j’ai tout de suite compris au début de notre rencontre que quelque chose clochait chez lui,je voulais m’en séparer mais il déversait des larmes à chaque fois que je prenais mes valises, s’en est suivie la naissance des enfants et pendant toute cette durée j’étais tellement investie dans l’éducation ,l’entretien des enfants ,de la maison,la paperasse,le travail car lui quand je l’avais rencontré il était déjà en préretraite,donc ne travaillait pas mais en plus ne faisait rien en dehors de dormir ,regarder la télé et attendre le manger,ces derniers temps,je n’arrivait plus à tenir avec toute cette tension accumulée depuis 15 ans et j’ai dû démissionner plusieurs fois et reprendre par la suite car sa petite retraite ne suffisait pas à faire vivre la famille et puis là tout ce qui était doute s’est confirmé pour moi en tout cas que c’est quelqu’un qui ne pense qu’à lui car li se met dans des états quand j’arrête le travail sans se demander quelle est la raison alors qu’il en est l’origine,il me prend pour une irresponsable et le raconte à qui veut entendre.je suis tombée malade et j’ai cette fois Encore demissionné,il ne s’est bien sûre pas inquiété pour ma santé Mais continue à déverser la vie privée en dehors du foyer et remonte les enfants contre moi,Il m’a bien utilisé pendant toutes ces années pour effacer ses dettes contractées d’un précédent mariage(endetté auprès de la banque de france)à payer les loyers de son ancien logement……..etc.
    Actuellement à 50 ans je suis au chômage,j’aimerais retrouvé mon travail mais je ne sens pas la force et est ce que j’en trouverai à mon âge?je suis vidée ,je n’ai en tête que ma vie ratée auprès d’une personne ingrate,narcissique,ça tourne en boucle dans ma tête avec toutes les questions possibles sur mon passé ,mon présent et le comment procéder pour faire le moins de dégâts possibles pour mes enfants et figurez vous pour lui aussi car j’ai peur que dans le cas où je l’abandonnerai les enfants se retourneraient contre moi car certes ils se rendent compte que l’ambiance à la maison est pesante mais vu que leur père est du genre PN non violent ,calme et joue de son statut de personne âgée ,il se victimise auprès d’eux,je me retrouve piégée je n’ai pas envie de dire à vie,car j’ai envie de me retrouver ,protéger mes enfants et leur donner des valeurs car justement il détruit tout ce que je construit en bien dans les enfants et me contredis dans tout ce que je fais et tenez vous bien que quand je leur remonte les bretelles à la suite d’une bêtise il est toujours là au bon moment pour leur dire qu’il ne faut pas en tenir compte et que ça me passera! Lui qui s’isole toujours dans sa chambre et ferme la porte quand il t’a souci et qu’il faut résoudre un problème,je vous laisse le temps de méditer avec mes remerciement de me lire.

  37. xymissal

    Je suis un homme marié depuis trois décennies, deux enfants majeurs.
    Je veux bien parler de ma femme comme étant une PN, mais comment faire un diagnostic sérieux si elle refuse d’aller voir un psy sinon de façon épisodique, pour dire à tous qu’elle est allée mais n’a rien.
    Ma fille de 25 ans me traite comme sa mère, mon fils de 20 ans est bien avec moi, mais dès qu’elle l’entoure de sa toile il se ferme et coupe le contact avec moi. Je n’arrive pas à leur donner la raison et leur ouvrir les yeux car elle est d’un tel pouvoir de persuasion, mêlant le vrai et le faux, la calomnie et les larmes de crocodiles, ainsi que les sentiments maternels enveloppés dans la mauvaise foi pour arriver à imposer ses idées et à les couper de moi. Que puis-je faire pour savoir ce qu’elle est et si possible arrêter la destruction programmée de nos enfants ? Merci.

    • Bonjour,
      Je pense qu’il est toujours possible d’aller vers le mieux.
      Un « diagnostique » de toute manière ne servirait pas à grand chose …
      Par contre, vous aider et aider les enfants reste possible.
      Bon courage. Geneviève Schmit

      • xymissal

        Merci Mme Schmit
        Mon message avait deux buts:
        1-les femmes peuvent être des tyrans, même si sans doute en majorité statistique, elles sont plutôt victimes ! moi je souffre et nos enfants sont dans le désarroi.
        2-bcp de personnes disent être victimes de PN, comment le savent-elles ? Les PN ne vont pas voir les psys (pas plus que les paranoïaques et bcp d’autres psychotiques).
        3-le diagnostic est crucial à mon sens car il permet à la victimes (aux victimes) de savoir comment se comporter, comment éviter les impasses dans les échanges, quelle décision prendre (rester ou partir et quand), peut-on protéger les enfants, etc.). Mais je reconnais que pour moi aucune chance de savoir ?
        Merci pour votre échange.

  38. Anne

    Bonjour, victime depuis 20 ans d’un mari pervers narcissique je vis dans un état d’extrême tension et n’osant pas évacuer mon stress sur lui ce sont mes 2 filles que j’agresse constamment.
    Pour des riens je leur hurle dessus pour finalement m’excuser 2mn après.
    Elles m’assurent qu’elles me comprennent mais elle n’en peuvent plus entre lui et moi.
    Ma plus grande (16 ans) m a avoué qu elle pensé au suicide.
    Je lui ai pris rdv chez une psy q46ui j’espère va l’aider.
    Je m’en veux terriblement parce qu au lieu de les soutenir je participe à leur destruction et d’ailleurs leur père prend un malin plaisir à leur dire qu’ils s’inquiètent pour elles… et pour moi.
    Est-ce une réaction habituelle chez les victimes de PN.
    Merci de votre réponse

    • Bonjour,
      C’est une réaction habituelle mais que vous devez impérativement modifier.
      Cela viens de ce stress constant et de la crainte que vous inspire votre mari.
      Ce n’est pas tant votre fille qui doit aller voir le psy, même si cela fera du bien de parler de sa sitation, mais vous.
      Il vous faut trouver la force de prendre les discussions qui s’imposent!!
      Appuyez vous sur votre instinct maternel et AGISSEZ pour vos enfants et pour vous-même !!
      Courage! Geneviève Schmit

      • Anne

        Merci de votre réponse. Effectivement j ai prévu d aller chez un thérapeute mais il m est difficile de payer pour nous deux. je suis totalement dèpendante financièrement de lui et il a déjà réagit très négativement quand il a su que sa fille voulait voir un psy. Il a essayé plusieurs fois de la fare changer d’avis. Il lui a même dit « à la place viens jouer au tennis avec moi ». j’ai honte de moi parce qu il a réussi à me manipuler pour me prendre toues mes économies, y compris l’héritage de mes parents en enrobant ça de belles paroles style je vais monter ma société mais c est pout vous que je le fait et j ai besoin de cet argent…. Nous habitons au Maroc et je n ai aucune aide ou assistance.

  39. Merci

    Merci pour cette vidéo qui me rassure car c est presque exactement je cheminement que j ai vecu.
    J ai dû laisser partir mo fils vers son papa qui est pervers narcissique afin e me reconstruire et d accueillir mon enfants.
    je l ai attendu 2 ans.
    Nous vivons ensemble et je me rend compte que son papa pervers narcissique ne fait plus le pois devant son fils et moi car nous faisons bloque devant lui.
    Notre combat a duré 7 ans.

  40. Camille

    Merci pour cette vidéo !
    La garde de notre fils à été donnée à son papa par jugement (je demandais une garde alternée). Je n’ai pas voulu faire appel, parce que je voyais à quel point notre fils était tiraillé lors du conflit. Beaucoup de mes connaissances m’ont reproché de ne pas me battre davantage. Certains ont même dit (pas à moi évidement) que je ne méritais pas la garde à cause de cela.
    Votre vidéo me redonne espoir.
    Bien à vous.
    Camille

    • Bravo pour votre choix altruiste.
      Vous n’avez pensé qu’ apaiser votre enfant en le sortant du conflit. C’est courageux ! Bravo !
      Affectueusement, Geneviève Schmit

  41. Virginie

    Bonjour,

    Je suis séparée depuis le mois d’avril d’un homme dont j’ai un petit garçon (5 ans).
    Je n’arrivai pas à mettre un nom sur le comportement de mon ex compagnon, mais j’ai bien conscience de l’emprise physiologique qu’il avait sur moi- y mettre un nom, PN, c’est déjà un peu me reconstruire.
    J’ai fait appel à un juge des affaires familiales pour organiser la garde de notre fils, puisqu’aucun accord ne semble tenir avec monsieur.
    Il nous a été préconisé une médiation, je sais déjà que c’est vain.
    J’ai très peur de l’influence qu’il pourrait avoir sur son fils, notre enfant est en adoration devant son père, mais je le sais nocif.
    J’ai très peur de l’avenir…

    • Bonjour Virginie,
      Je comprend votre peur qui est certainement aussi justifiée que légitime.
      C’est aussi par un travail psychologique sur vous même que vous pourrez aimer au mieux votre enfant à vivre ce qui lui sera imposé de vivre ….
      Bon courage! Geneviève Schmit

  42. kamadheva

    arrêtez de généraliser que le pervers narcissique est souvent un homme.
    beaucoup d’homme n’ose pas à se dévoilé leur calvaire. ils ont simplement honte de ce qu’il ont vécu. seulement pas que ces femme battent leur marie et en plus elle se font passé pour des femme battu. elle se déguise très facilement en victime devant la loi française.

    • Je parle souvent des hommes victimes de femmes PN …
      Et nous en parlerions encore plus s’ils répondaient présent lorsque l’on demande des témoignages … ce qui n’est pas la cas !
      Nous ne pouvons parler à votre place.
      Si vous souhaitez participer à ce travail de recherche vous êtes le bienvenu.
      Cordialement, Geneviève Schmit

  43. Patricia

    Bonsoir. J ai 58 ans et je comprends tant bien que mal,depuis 2ans déjà,que mon mari est un PN.
    Me reste mon fils de 33 ans que je dois aidé à comprendre et à admettre cette réalité.
    Une délivrance pour moi qui me suis sentie tellement coupable de la mort de ma fille tout comme d avoir ruinée la vie de mère.
    Mon fils me semble perdu et N attendant plus rien de la vie.
    Il a pris ses distances avec nous au point de m avoir remplacé par sa belle mère. Du moins, c est ainsi que je le perçois, l ai perçu depuis 15 ans.
    Plus de visite toujours plus vite et plus courte que prévu.
    Je refuse de continuer ainsi. De le perdre ainsi plus longtemps.
    Je en souffre bien trop. Mon état de santé ne cesse de se dégradé depuis 10 ans.
    Que puis je faire efficacement pour retrouver le petit homme si gentil que j aime plus que tout.
    J ai gâché tant d années de ma vie avec cet homme monstrueux qu’est son père.
    Je veux vivre proche de mon fils que j aime tant.
    Merci de me dire comment faire’ qu elle conduite tenir pour l aider à vivre moins angoissé et proche de moi.
    Il ne laisse rien paraître de ses peines, me dit aussi (je n’ai rien à te dire).
    Sa vie serait si peu intéressante ? Il voulait un enfant mais commence à renoncer. S
    a compagne est particulière. Je ne le sens pas heureux, je ne sais comment et il est si renfermé, si secret. Je ne sais même pas comment faire pour entamer la conversation à ce sujet sachant que je lui a appris la chose par SMS. Merci de nous aider à nous retrouver .. enfin.

    • Bonjour Patricia,

      Vous vous doutez bien que je ne peux vous aider à faire en sorte que ce jeune homme corresponde à ce qu’il était pour vous lorsqu’il était plus jeune ….
      Je ne peux pas non plus vous donner de « recette » avec ce peu d’informations.
      Il y a surement un travail à faire à partir de vous-même.

      Je vous suggère vivement de trouver près de chez vous un thérapeute (thérapies brèves) qui puisse vous y aider.
      Vous avez aussi la possibilité de prendre rendez-vous avec moi pour une ou deux consultations à distance.

      Bon courage!
      Geneviève Schmit

      • GILLET

        Bonjour. Me voici presque un an plus tard face à l etat de sante de mon fils de 34 ans qui s est considérablement dégradés ces derniers semaines. Il nous tient son pere et moi egalement à l ecart de tous ces problèmes aussi graves soient ils et ils le sont. A force1 de lui dire qu en tant que mère, sa vie m intéresse car je l’aime, il m a mise au courant des derniers événements … chomage et bruxisme important entrainant des symptômes majeurs physiques inpresssionnants. Il a fini par venir à la maison voici 15 jours et je l ai accompagné chez mon medecin traitant qui lui a prescit des exments indispensables afin de le soigner. J ai énormément souffert de le voir dans un etat de delabtrelent physique et mental. Je vous précise qu il a fait appel à moi car il considerait à juste titre que les médecins ne l ecoutait pas, ne le croyait pas. IRM cerebral normal et il attend le rendez vous aupres du neurologue. Les anxiolitiques prescrits par mon généralistes le plonge dans la déprime selon lui et il s est retrouvé le week end dernier en hooital sphychiatrique quelques jours. Il a consulté hier pour une thérapie une femme qui lui a prescrit un neuroleptique que je connais ar ma mere 87 ans souffrant un temps d allucinations en prenait. Ceci s ajoute au contexte difficile de la sante precaire de sa compagne anorexique qui est de nouveau en arret maladie depuis janvier prolongée depuis peu jusqu en octobre. Bref, la situation est fort difficiles et ilne voient plus de solutions de sortie alors qu’il n est pas du genre a baisser les bras. Apres avoir vu très jeune son père me maltraiter, tenter de me detruire toute sa vie, voilà qu il me dit qu il prefere son pere à moi …
        Incompréhension et dessaroi total pour moi.
        Comment puis je le sauver, il peut arriver à se recontruire, il, en a le tempérament mais si il se tourne vers son père et etant donné qu il agit a comme lui comme lui à mon encontre (reproches, absence totale de respect, agressivité allant jusqu’à me rebaisser commme si j avais huit ans. C est a dire, agir exactement comme l a fait son pere lors d un voyage en Asie en mars sachant je lui en ai parlé, je suis sans arme face a cette situation nouvelle que je pressentait depuis fort lingtemps mais j avais encore un espoir !!!
        Ainsi, il est devenu inconsciemment « la chose » qui sert à son pere pour me deduire ! Mon mari hier soir losque je lui ai apppris fut tres froid, distant, impénétrable. « En fait que tu crains, c est que ce soit moi qui soit « le responsable » … je eu le sentiment qu il jubilait.
        Je vous demande deux rendez vous pour que vous m aidez. Merci

        • Bonjour,
          Je vous remercie pour votre confiance.
          Pour les rendez-vous, je vous invite à le faire sans tarder depuis mon agenda en ligne.
          Ensuite, une fois le premier règlement fait, envoyez moi un texto pour être sur la liste d’attente pour pouvoir avancer ce rendez-vous …
          BOn courage, Geneviève SCHMIT

  44. espoir

    Bonjour,

    Je me bats depuis maintenant 1 an pour récupérer mes 2 enfants de 12 et 7 ans qui suite à une assignation et décision d’un juge qui n’a même pas pris la peine de consulter le dossier (preuve, témoignage contre le père) à pris la décision de donner les enfants à leur père parce que j’ai fait le choix de partir vivre en province (300 km de mon ex mari) car je ne pouvais supporter son harcèlement.
    Mon fils ainé à été manipuler par son père qui lui à promis une chambre (monsieur vie dans un 7 pièces où il loue 5 chambres) de lui acheter tous ce qu’il voudrait si il demandait à vivre chez lui. Aujourd’hui mon fils se rends compte que toute ses promesses n’était pas vrai et m’a avoué que son père le frapper et le rabaisser.

    Mes enfants aujourd’hui sont un moyen de pression financière la justice m’a imposé un montant de pension que je ne peux honoré étant au chômage (je lui versé la moitié en lui expliquant que je ne pouvait pour l’instant lui donner plus).
    Leur père le sais et profite de cette situation sachant que lui est chef d’entreprise et possède plusieurs terrains en province et gagne très bien sa vie.
    Il a demandé une saisi sur mes assedics et je ne vie qu’avec 870 euros par mois sachant que je dois également payer les frais de déplacement des enfants mais leur père s’en contre fiche.
    Il m’envoie des mails où il me dit que si je veux voir ou même contacter les enfants, je dois le payer et faire tout se qu’il me demande.
    Chaque droit de visite a été compliqué il m’empêchait de récupérer les enfants à la sortie des écoles, à mis le nom de sa petite amie comme responsable légale, dit au directeur des écoles que je ne suis pas leur mère mais une folle….

    J’ai fait appel de la décision et nous somme repassé devant un juge fin juin qui a demandé une enquête sociale prévu qu’en novembre.
    Je ne sais pas quoi faire pour aider mon fils qui est terrorisé et ne veut pas que j’en parle sinon c’est lui qui va prendre.
    Il m’avait fait un courrier où il m’expliquait comment été son père, courrier que j’avais transmis à mon avocate. son père à bien évidement été informé et mon fils m’a dit que son père lui avait fait payé ses propos (violence physique et moral) et il a du faire un courrier disant que je l’avait forcé à faire la lettre.

    Je suis anéantie de voir mon fils complètement renfermé sur lui même lui qui été un enfant très souriant, il ne veut pas voir de psy pense être suffisamment fort pour gérer tout ça mais il n’a que 12 ans.

    • Que dire … si nous aider votre enfant à oser dire encore et encore au risque de vivre la vengeance du père …
      Dites lui qu’il peut / doit aussi appeler le numéro d’urgence au cas où …
      Bon courage! Geneviève Schmit

  45. POIRSON

    Bonjour Madame,

    J’aurai dû vous contacter depuis longtemps car j’ai lu certains de vos ouvrages à l’époque de mon divorce et j’ai hésité à vous appeler.
    Mes deux enfants vivent avec moi depuis le divorce avec une garde semi-alternée, depuis 2010.
    Aujourd’hui leur père part en Bretagne et a décidé de les emmener.
    Les enfants veulent partir avec lui et tiennent des propos très mensongers à mon égard, me faisant passer pour la pire des mères.
    Le plus jeune, surtout, âgé de 12 ans m’inquiète, car il est clivé et montre parfois des signes ressemblant fort à ceux de son père.
    J’ai malheureusement laissé un peu dormir la situation, mais nous étions tellement heureux d’être affranchis de la violence psychologique paternelle, que j’ai préféré imaginer que cela n’arriverait pas, tout en sachant au fond de moi, que cela arriverait.
    Aujourd’hui, c’est arrivé.
    Enquête sociale en cours, jugement qui doit être rendu le 16 juillet, et toutes les tortures que cela implique.

    S’il est possible de nous rencontrer, cela pourrait être bien.

    Cordialement.

    Me POIRSON Armelle

    • Bonjour,

      Je vous remercie pour votre confiance.
      Si vous souhaitez que je vous aide, le mieux serait de prendre un rendez-vous directement par l’agenda en ligne dans ce site pour une consultation à distance, ou de me laisser un texto sur le 06.43.43.15.79

      Bon courage! Geneviève Schmit

  46. pallen

    Je vous remercie pour vos explications. Ma fille est sous l’emprise de sa mère et pour ma part je ne vis pas.
    Ma fille a du mal, mais par peur de perdre sa mère elle préfère rester avec. Je ne comprend plus. Mais je v’ai de mettre à profit vos explications.

    Merci

  47. Baudry

    comment me protéger de ma fille manipulatrice pervers: elle me harcèle d’accusations incendiaires et veut pourtant absolument qu’on se revoit: elle a 47 ans moi 72.
    Merci

    • Bonjour,
      Mais vous … vous, qu’avez vous envie ?
      Vous ne la changerez pas … et vous avez droit à avoir un peu de paix …
      Faites un choix « égoïste« !
      Bon courage! Geneviève Schmit

      Rejoignez moi sur mon Facebook Pro: Soutien.Psy

  48. karouna

    Bonjour madame
    Je suis séparée depuis 5 ans d un homme PN. J ai la garde de notre fils de 8 ans et il va chez son père régulièrement comme le stipule le jugement. Non fils a menacé de se suicider avec un couteau car son père le manipule sans arrêt.il le rejette puis le veut bien à nouveau.
    Mon fils va très mal.que puis je faire ? Merci bcp

    • Bonjour,
      Il est essentiel qu’un psy accompagne votre fils. Des désirs de mort sont toujours à prendre au sérieux !
      Faites vous également aider.
      Bon courage! Geneviève SCHMIT

  49. andrèa

    bonjour,je suis dans une situation ou je ne sais pas comment rèagir,mon fils est sous une forte emprise de sa compagne,
    malheureusement est nèe de cette union une petite qui est agèe aujourd,hui de 5 ans,
    cette petite subit des gifles et des fèssèes relativement violente de la part de sa mère,
    j,en est parler a mon fils,mais celui-ci ètant dans un ètat pitoyable ne prend pas conscience de la gravitè des ces actes infligès par la mère,
    que doit-je faire,pour protèger cet enfant?
    je suis en demande de conseils,merci a vous

    • Bonjour,
      Situation très difficile effectivement …
      Lorsque vous accueillez la petite chez vous, faite tout pour qu’un réel lien se tisse entre vous de telle sorte qu’elle puisse se confier à vous.
      Si la violence augmente et que votre fils n’agit pas … peut-être un moment donné vous faudra-t-il faire un « signalement« … Parlez en à votre médecin.
      Bon courage! Geneviève Schmit

  50. cazaban anne

    Bonsoir Madame,
    Je lis tous les témoignages ci dessous et je m’interroge : être « PN » est uniquement réservé aux hommes, aux pères, aux ex maris ou ex compagnons ????
    Merci pour votre réponse
    AC

    • Bonjour,
      En aucun cas !
      Je parle très souvent de la perversion narcissique chez la femme, dans le cadre du travail, en fait, dans tous les domaines de vie … hélas.
      Courage! Geneviève Schmit

  51. Poona

    J’ai découvert vôtre site,il y a un an alors que j’étais sous une emprise démoniaque et autorisée par une autre culture,en plus,de 22 ans.je commence à me sortir de l’emprise car mon fils de 21ans, qui a commis un acte violent,un de ceux de son père, sur moi,a dû partir habiter chez son gd-père maternel.J’avais une fille de 14ans au moment de l’arrivée du PN.Adolescente,si je la recadrais,le PN lui disait de ne pas m’écouter et que j’étais folle.Elle a subi ma dévalorisation,alors qu’elle cherchait ses repères.Elle est partie à 18ans avec son ami qui n’a rien vécu de tout celà.Après dix années de silence,elle est revenue vers moi,après un an en Thaïlande,celà a été de courte durée.Mais la destruction a continué avec le fils commun du PN.J’ai dû sans arrêt recadrer mon fils, par rapport au bien et au mal.Il avait 11ans quand son père a obtenu sa résidence jusqu’à l’âge de 14ans.Il vivait dans la banlieue qui a flambé en 2007,livré à lui-même,devant faire des punitions exagérées,avec des concepts éducatifs allant du contrôle au laxisme.Je devais l’habiller,le soigner,lui préparer à manger,bref,je faisais son éducation par téléphone.Impossible de saisir la JAF car le dossier était bétonné contre moi.
    Il a refusé d’y retourner à 15ans.Pendant toutes ces années,j’ai subi de la haine et dévalorisation,lors des hébergements,700kms tous les 15j.ne répondant plus devant mon fils,pour le préserver de ces « disputes »stériles.Nous étions tous 2 soumis au pervers.Les conséquences ont été dramatiques,mon fils a voulu se suicider 2 fois,il était devenu violent et cassait tout dans la maison,à force d’être sous pression.Etant dans un gros village,je n’avais plus que le recours à la gendarmerie pour rétablir l’autorité,son père prévenu une seule fois,n’a évidement rien dit.Il a attendu…J’ai toujours parlé avec mon fils car s’il gardait son stress(lycée,sport)il explosait.jusqu’au jour,il y a un an,où il m’a frappée,j’ai dû cette fois poser l’acte ultime pour arrêter cette violence et le plus cruel pour une mère:porter plainte afin qu’il intègre la Loi.Toute ma famille était encore sous l’emprise de l’homme charmant,pourtant parti en 1997 et s’est liguée contre moi.Son père lui a donc parlé pour lui montrer, à 21ans,la « dossier » conservé contre moi.Mon fils a fini par douter de moi,pensant que son père disait vrai.Quelle aubaine pour continuer à ma détruire!
    Même réaction de ma fille qui a 35ans.Ils ont subi tous les 2,le Syndrôme d’Aliénation Parentale(même par un beau-père!)et reparlent en boucle contre moi.Mais cet éloignement de mon fils m’a permis de commencer à m’affranchir de l’emprise car c’est nôtre fils qui lui servait à la manière d’un « enfant-soldat »(bien connu dans son pays),avec les petites suggestions très voilées pour les rendre crédibles.
    Je n’ai jamais su comment leur expliquer,je m’embrouillais.Mon seul but était de faire intégrer le Bien et le Mal à mon fils.
    Quand j’ai revu le psychiâtre qui m’avait soutenue,il a employé le mot de « bouc émissaire »qui englobait toute ma famille et le PN.C’est la 1ère fois que je lui en ai parlé(j’étais bloquée)et j’ai contacté mon ex-mari pour parler de ma fille.Leur écoute a été un révélateur,ils me croyaient!Ils m’ont vue comme j’étais avant.
    Je ne sais toujours pas comment en parler.Le S.A.P.peut engendrer le fait de devoir faire le »deuil » d’enfants vivants.Ma reconstruction leur sera bénéfique ainsi que l’éloignement.J’ai toujours eu une bonne analyse,c’était mon métier. Mais je suis détruite à l’intérieur,ma santé aussi,et il m’a ruinée.J’ai 58ans,je n’ai pû retravailler,mon métier était ma béquille. Je devais « intellectualiser » avant pour prendre du recul,je vivais des vies en parallèle.Cette fois,je me sens vraiment concernée par vos écrits,serait-ce la résurrection? Un grand merci de m’avoir lue.

  52. zanna

    j ‘ai « lâché » mon fils Thomas depuis 1 an …. j essaie de me reconstruire car je me suis écroulée, je ne travaille plus, j ai mal à en crever, tout s’est passé comme vous l avez décrit (le pouvoir de l argent…), mais de vous écouter m’a fait un bien fou…je ne sais pas si je vais réussir à continuer de vivre ..le père m avait dit « je te prendrai tout, le gosse , la maison » et il a réussi pour ce qui est de Tom! il m avait déjà tout pris bien avant de partir …ces PN sont des vampires…il ne reste rien de vous après leur passage…

  53. Olivia lia

    Bonjour je vais vous éviter mon histoire et aller droit au but je viens de me sépare il y as une semaine du père de mes enfants 3 et 1 ans. Il vient les voir tout les jours ( quelque minutes) il utilise ma fille de 3 ans pour faire passer des message au détriment de ses sentiment ( Hier il lui a répéter 4 fois la je vais aller réserver mon hôtel blabliblablabla en s’éternisant en espérant je sais pas quoi ? ( en plus ça veux dire qu il réserve au jour le jour ) et il lui dit du coup par vengeance aller  » a bientôt on se vois dans 3 jours  » je ne sais pas pour qu’elle raison ( mais il veux que je lui pose la question)Alors que juste avant il lui avait dit demain matin je te ramène tes petites bouteilles d’eau??. Son comportement montre qu’il ne lui manque pas mais il le dit sans émotion J’ai passer les trois année de sa vie a essayer de noUs mettre sur un même pied d’égalité à leurs yeux. Aujourd’hui comment expliquer à ma fille de 3 ans que son père est un pn?

    • Bonjour,
      Ne lui parlez pas de PN !
      Soyez « simplement » aimante et équilibrante pour elle et pour vous-même.
      Elle est bien trop petite pour d’autres réflexions.
      Courage ! Geneviève Schmit

      • Olivia lia

        Merci à vous, pour votre coup de pouce.
        Ça me fait du bien d’être fixer sur ce que je lui dois dire . Bonsoir et merci encore

      • Olivia lia

        Bonjour,
        que dois-je lui répondre qu’elle me demande  » pourquoi tu as dit à papa de partir?  » je suis perdu, je ne sais pas quoi lui dire, elle me le répète souvent. Pourquoi pense t’elle que « j’ai dit à papa de partir »?
        Merci d’avance pour votre réponse.

  54. grassi

    Ma fille est DCD en 12/2010(suicide)à l’âge de 26 ans parce que elle est tombé dans sa relation amoureuse sur un prédateur narcissique. Et malheureusement une petite fille est restée avec cette homme qui n’est pas le père.(La loi est clair c’est celui qui a contribué à l’éducation ,jusqu’à l’âge de 5ans qui à les droits). Celui ci n’a pas arrêté de déménager et nous empêchent de voir notre petite fille pour un droit de grand parents. Cette affaire est devant le JAF. Mais comme il est dit dans la description de cette « pathologie » cette personne sait mieux que personne manipuler les gens homme ou femme. Sadique et manipulateur .Ma petite fille est en DANGER, nous sommes désespérés elle vie à Bruxelles depuis septembre et nous Toulon. Nous avons besoin d’aide pour la sortir de là et nous aider à gagner cette procédure pour lui donner de l’amour, réconfort et sécurité dans la lumière
    Ma petite fille âgées maintenant de presque 7ans . Comment faire pour contrer un tel personnage… Merci à vous tous qui lirai ce message

  55. Rayon de soleil

    Merci beaucoup pour votre vidéo. Elle est très réconfortante.
    L’image de Salomon est très juste. Bien souvent, le PN joue un rôle parental qui n’est pas le sien, car il ne sait pas se positionner à sa place parentale. (manque de limites posées par son père ? manques de repères ?)

    J’en profite pour rebondir et vous poser une question.
    Pensez vous que les profils inconscients PN/Victimes de PN s’emboitent de cette manière ?

    PN : Surmoi parental absent ou faible sans son enfance.(absence de Loi du père)
    Victime de PN : Surmoi parental très fort.

    Merci pour votre réponse.
    Bien à vous.

    • Rayon de soleil

      Pardon j’ai fait des fautes de frappe. « Sans » son enfance, non c’est « dans » son enfance c’est à dire enfant tyran, enfant roi.

      Je voulais savoir si le problème du surmoi parental chez l’un et chez l’autre dans la relation est un schéma classique ou habituel.

  56. Rayon de soleil

    Merci beaucoup pour votre vidéo. Elle est très réconfortante.
    L’image de Salomon est très juste. Bien souvent, le PN joue un rôle parental qui n’est pas le sien, car il se sait pas se positionner à sa place parentale. (manque de limites posées par son père ? manques de repères ?)

    J’en profite pour rebondir et vous poser une question.
    Pensez vous que les profils inconscients PN/Victimes de PN s’emboitent de cette manière ?

    PN : Surmoi parental absent ou faible sans son enfance.(absence de Loi du père)
    Victime de PN : Surmoi parental très fort.

    Merci pour votre réponse.
    Bien à vous.

  57. basile

    Bonjour ;
    Je vous remercie de toutes ces vidéos très instructives ; j’avoue aimer la façon dont vous expliquez comment se comporter et comment expliquer à l’enfant.
    Pour ma part, J’ai une enfant de 14 ans dont le père est PN ; je suis séparée depuis 12 ans. (en garde partagée !!)
    Aussi loin que je m’en souvienne, même lorsque ma fille était toute petite ; je lui ai toujours expliqué avec des mots appropriés. J’ai tenté de lui apporter le réconfort, la protection et l’écoute qu’elle a toujours recherchée. J’ai basé notre relation sur la confiance et le respect. Je ne l’ai jamais trahie. (très important pour elle car elle a toujours exprimé le manque de confiance qu’elle ressentait envers son père).
    Très lucide sur ce qu’elle vit ; sur les maltraitances subies (résilience ?) elle a pourtant « implosé » il y a 3 ans. Son fort mal-être a duré quelques mois. Et j’ai été impressionnée par sa force de rebondissement. Les enfants ont énormément de ressources.
    Aujourd’hui, je peux dire que ma fille a la tête sur les épaules, qu’elle est bien dans ses baskets. Pourtant, je suis inquiète ; je sais que sa vie la-bas n’est pas de tout repos : qu’elle est constamment sous pression, épiée, obligée, contrôlée, traquée. En ce qui concerne la manipulation ; il essaie bien sur : il lui demande de faire des choses contre son gré . L’emprise est là mais (je pense) qu’elle a depuis longtemps compris que sa liberté de pensée et son esprit = Personne ne pouvait « rentrer dedans ». Je lui ai expliqué que c’est une personne Unique et à part entière et que son jugement devait se baser sur des faits. Pour exemple : Il lui demande de ne pas être gentille avec cette personne ? Alors, Je lui demande si cette personne est gentille avec elle et si oui alors elle était en droit de l’aimer et de l’apprécier.
    Il multiplie les conquêtes qui finissent toutes par partir : ces séparations toujours douloureuses pour ma fille
    A 14 ans, c’est le début de l’adolescence et parfois face à ses nouvelles envies, ses changements dus à l’adolescence (ses hormones qui la travaillent) elle ne sent pas à sa place (comme elle dit).
    Je poursuis dans la voie de la communication, de la compréhension et de l’écoute. Elle se sent en sécurité à la maison. Face à ses questionnements, J’ai parfois envie de lui faire lire des textes sur les PN mais je trouve qu’elle est un peu jeune : Qu’en pensez vous ? Je pense qu’il n’existe pas de livres dédiés aux adolescents sur ce sujet ?
    Merci en tout cas de vos actions. J’aurai aimé vous connaître lorsque j’étais victime (violences de toutes sortes). Les livres m’ont beaucoup aidé à comprendre et à déculpabiliser. Je me suis posée beaucoup de questions sur la femme que j’étais et la femme que j’avais envie d’être. Je me suis aussi beaucoup questionné sur le comment aider ma fille à traverser les épreuves, comment l’aider parfois à lâcher prise. Mais ce n’est pas simple. Lorsqu’elle était petite : elle me disait : » il y a deux petites filles : celle chez maman et celle chez papa. celle chez papa, si tu voyais maman comment elle est gentille ; elle ne dit jamais rien : elle ne donne jamais son avis ; elle dit toujours Oui! » et moi de lui dire : que ici, il n’y a pas de monopole de pensées : qu’elle pouvait me dire non en expliquant pourquoi. Qu’elle pouvait donner son avis même s’il était différent du mien. Je lui apprends à être libre ; à penser par elle-même pour qu’elle soit plus tard une femme forte ; libre et affranchie de ce père toxique.
    Bien cordialement
    Basile (ce n’est pas mon prénom : mais vous l’avez compris)

    • Bonjour,
      Un immense merci pour votre témoignage qui montre que la seule manière d’aider les enfants dans ce piège pervers est de préserver le lien de confiance et de communication tout en gardant bien claires les limites du bien et du mal.
      Oui, les enfants, lorsqu’ils peuvent s’appuyer sur un des deux parents équilibrés, ont plein de ressources à déployer !
      Merci encore pour ce partage encourageant !
      Maintenant, il faut garder à l’esprit que vous faite tout ce que vous pouvez, avec votre cœur et votre conscience, mais que vous ne pouvez pas tout faire …
      L’adolescence est naturellement un moment difficile, il peut l’être encore plus dans ce contexte … ou pas.
      Donnez nous de vos nouvelles!
      Amicalement, Geneviève SCHMIT

      • KitKat

        Bonjour Geneviève, Merci pour notre rencontre récemment.
        J’ai récupéré mes deux enfants (7 et 10 ans) vendredi après l’école, complètement tétanisés, le grand menaçant de taper la petite parce qu’elle avait « parlé »… Leur père leur a demandé de ne pas me parler et de mentir car il les fait vivre chez une femme qui a deux enfants. Leur père leur a annoncé que c’étaient « leurs nouvelles demi-soeurs ». Il a quitté le domicile conjugal il n’y a que 2 mois et demi.
        Les enfants ne savaient plus où ils habitent qui est leur mère, leur famille.
        Vous m’avez conseillé de donner les limites du bien et du mal, de rappeler la vérité et de dire qu’ils peuvent aussi refuser de rentrer dans le jeu pervers de leur père. Ils étaient soulagés, la semaine reprend avec des repères normaux, de bien-être, de confiance et de liberté.
        Je sais bien que le combat est permanent et qu’il faudra tout recommencer encore lorsqu’ils rentreront de chez leur père mais maintenant ils savent qu’ils trouvent secours, écoute, protection et bienveillance auprès de leur mère.
        Merci.

        • Merci infiniment pour ce témoignage.
          Je suis heureuse que vous trouviez l’énergie nécessaire pour recadrer avec amour vos enfants…
          Cette attitude qui consiste à piéger les enfants dans des secrets est vraiment … écœurante.
          Bon courage !!
          Geneviève SCHMIT

        • Renaissance

          J’espère à mon tour réussir à élever mes enfants en garde alternée avec le même courage et réussite que « basile ». Ma petite fille de 5 ans me dit déjà que chez papa elle est très très sage car il crie trop fort et je comprends mieux pourquoi elle me dit non des qu’elle revient après une semaine chez son père.

        • Bonjour,

          Avez de l’amour, de la patience, un cadre clair, vous arriverez à offrir à cotre enfant les meilleures chance de s’en sortir aussi .

          Bon courage! Geneviève Schmit

  58. ROGER Nathalie

    Comment protéger mes enfants de 6 et 11 ans dans un contexte de garde alternée imposée par la cour d’appel de Paris en janvier 2014, en totale contradiction avec 2 jugements antérieurs, dont une ordonnance de protection de 2011 et malgré les faits établis de violence intrafamiliale + attouchements sur mes filles ainées.

    Malgré les plaintes pour violence physique et morale, les expertises de mes ainées indiquant des séquelles et les signalements, la cour prononce la RA, sans même une enquête sociale, ni mesures provisoires, estimant que la violence est une affaire de couple et que les faits sur mes ainées ne jettent pas le discrédit sur les qualités de père de monsieur.

    Monsieur triomphe,mes enfants sont instrumentalisés et ils souffrent. Pour moi, tout s’écroule, après des années passées à sortir de l’emprise et à nous reconstruire.

    Que faire? Aidez-moi s’il vous plait, pour l’amour de mes enfants et parce que le mal ne doit pas triompher.