Cyber harcèlement

1 mai 2016 Par

Cyber harcèlement

Cyber-harcèlements, diffamations, dénigrements sur les réseaux sociaux

Régulièrement, nous observons sur Facebook des campagnes de dénigrement, de diffamation et d’accusations aussi grotesques que violentes. Ce genre de propos n’honore pas leurs auteurs et j’aime à penser qu’aucune personne saine ne peut y apporter le moindre crédit. Le travail d’accompagnement des victimes de violence psychologique ne s’accompli pas sans difficulté. A cause de la problématique elle-même, nous sommes amenés à croiser le chemin d’hommes et de femmes plongés dans un état de grande fragilité émotionnelle. Il arrive aussi que cet état de fragilité émotionnelle les fasse basculer dans un autre monde, celui de la violence, de la haine.

Le harcèlement, la diffamation, l’atteinte à l’image de l’autre sont malheureusement l’expression d’un comportement aussi classique et ancestral que peut l’être la jalousie humaine. Il semble  que l’illusion d’un anonymat  préservé offert par les réseaux sociaux, favorise ce genre de comportement pervers où les énergies les plus basses, les plus refoulées peuvent exploser sans avoir à courir le risque de devoir en assumer les conséquences.

En parallèle des rumeurs sourdes et insidieuses,  engluées dans l’énergie poisseuse de la lâcheté humaine, il y a les hurlements hystériques et diffamatoires de celles et ceux qui ont trouvé un public docile, prêt à les seconder.

Vouloir donner un sens à sa propre existence en dénigrant l’autre, voilà le credo de ces pervers délinquants du Net.

 

Quelles sont les raison de ce comportement destructeur ?

Que veulent ces personnes? Qui veulent-elles atteindre, et pourquoi agissent-elles de la sorte ?

L’ennui, l’oisiveté, la pauvreté intellectuelle et émotionnelle, la haine de soi, les blessures non gérées, l’envie, les déséquilibres psychologiques sont  autant de facteurs qui favorisent l’explosion de ces comportements délirants. Ces individus, perdu dans leur vacuité, s’illusionnent en se donnant l’impression d’offrir un sens à leur vie sans devoir fournir l’effort d’un travail sur eux-mêmes.

Ce sont des personnes perdues qui, par leurs vociférations tentent d’échapper à leur propre néant.

En brandissant l’étendard d’une mission grandiose comme celle de sauver le monde, d’éradiquer une espèce, un groupe d’individus ou une personne, elles se renarcissisent au frais des autres.
Comme tout bon manipulateur pervers, elles isolent de leur contexte  une série de faits saillants pour modeler une réalité fictive servant leurs propos.

Il est plus simple de détruire les autres que de s’occuper de soi.

Ces comportements déviants proviennent d’une volonté d’exister au travers d’une destruction gratuite et au détriment de toutes les personnes qui s’y rallient. Ils sont le fait de véritables vampires qui s’abreuvent de l’énergie vitale des personnes qu’elles assaillent aussi bien que des pauvres crédules qui les suivent.

Au travers de ce mécanisme hautement nuisible, c’est aussi la vie qui a l’audace de vibrer chez les autres que ces monstres vampiriques cherchent à détruire.

Tuer l’image de l’autre pour exister soi.

Ces individus en mal d’existence perçoivent toute vie pleine et active comme une insulte à leur médiocrité. En détruisant l’image de l’autre, ils tentent désespérément de s’attribuer ses qualités dans l’espoir vain de camoufler leur propre médiocrité. Ils me font penser à ces guerriers de tribus anciennes, qui mangeaient le cœur encore palpitant de leurs ennemis vaincus au champ de bataille, afin d’ingérer toute leur puissance. C’est en quelque sorte tuer l’autre pour ne pas disparaître soi.

Tuer l’autre pour ne pas disparaître soi-même.

Les hurlements de ces fous furieux du Net ont le double objectif de détruire et d’apporter un peu de jouissance au pervers. Ils trouveront toujours un public. Plus l’initiateur du harcèlement crie fort, plus il ralliera à sa cause une meute de loups qui le suivra comme son ombre et sans la moindre ébauche de discernement.

Cela ressemble à un viol collectif. Chaque individu pris séparément n’aurait sans doute jamais commis ce crime, mais ensemble, ils trouvent l’excitation suprême qui les fait passer à l’acte.

Les raisons de ce phénomène de ralliement sont à chercher dans la nuit des temps ….
Les individus qui se ressentent comme faibles, se rallient à ceux qu’ils estiment suffisamment forts pour les protéger. Le fait de hurler, de gesticuler, de menacer suffit bien souvent à tromper les consciences immatures et affaiblies qui n’ont pas le recul nécessaire pour se rendre compte qu’elles sont tout simplement manipulées. Le risque sera, qu’au moment de faire face au couperet de la Justice, les réels responsables iront se cacher courageusement derrière leurs pantins qui en subiront les conséquences à leur place.

 

Conséquences sur les suiveurs :

Ce qui m’afflige le plus dans ce contexte qui nous intéresse, c’est-à-dire du harcèlement, des diffamations et des atteintes à l’image d’une ou plusieurs personnes cibles sur les réseaux sociaux, c’est le danger que courent ces victimes. Ces proies,  déjà affaiblies par une relation avec un pervers narcissique, se trouvent piégées dans une paranoïa et une colère qui ne sont pas les leurs et sont entraînées dans une croisade furieuse dont elles ignorent parfois le sens. Elles sont dès lors doublement victimes.

Lorsque l’on s’acharne sur une personne elle est tout sauf ce qui est dit.

Toujours prisonnières de la nécessité de trouver un tuteur à leur dépendance affective, ces « proies secondaires » que sont ceux qui se rallient à la cause de l’instigateur du harcèlement, entraînées dans des délires persécuteurs d’un ou de quelques individus au comportement psychotique, pensent découvrir là un substitut de résilience.  Si elles se font happer, elles peuvent perdre toute chance de se reconstruire.

Entretenir la peur, exciter la paranoïa, inventer des « preuves », se positionner en sauveur, sont des manières de régner en maître sur le monde de l’ombre.

 

Comment réagir, que faire ?

De la même manière qu’il est indispensable d’apprendre à combattre et à se protéger des pervers narcissiques, il est nécessaire d’apprendre à faire face aux toxiques, médisants, jaloux et malveillants de tout poil.

S’il n’y a qu’une seule personne harcelante et dont on connaît l’identité, il est assez simple de la confronter pour l’amener à s’expliquer devant la justice.
Si la personne harcelante se dissimule courageusement derrière l’anonymat d’un groupe qu’elle manipule à sa guise, le problème est très différent.
Et il arrive aussi qu’une personnalité hystérique créé un réel réseau de pantins qui se galvanisent de ce petit pouvoir ponctuellement acquis, qui est ressenti par eux comme une marque ultime de confiance du leader. Gare à elles ! Toute « faute », toute infidélité, toute opposition, même infime sera lourdement sanctionnée ! Il est courant d’en voir chuter et passer du rôle de tyran à celui de victimes. Devenant persona non grata, elles n’ont alors plus personne vers qui se tourner pour avoir aide et soutien.

 

Trois options s’offrent à vous :

  • Ne pas agir & S’élever
  • Agir & Attaquer
  • Souffrir & Subir

Ne pas agir : Vous pouvez parfaitement faire le dos rond, dans l’espoir qu’un jour ou l’autre, ces personnes malfaisantes se fatiguent… mais … le Mal ne semble pas se fatiguer rapidement en ce bas monde… Expertes dans l’art de manipuler la boue visqueuse de la médisance, elles seront capables  d’atteindre plusieurs cibles à la fois, ou même de disparaître un temps pour fondre à nouveau sur la cible le moment venu.

Personnellement je trouve très juste l’attitude de ne pas s’abaisser au même niveau que ces personnes malfaisantes. Justesse et paix. Si leur bassesse ne les honore pas, ne leur donnons pas le plaisir de nous mettre à ce même niveau. Et puis, patauger dans la boue n’a jamais rendu propre qui que ce soit.

Avoir une autre attitude dans l’altitude.

Pour atteindre cet objectif, pour mettre de la distance, il faut un mental fort et stable. Il faut également s’entourer de personnes bienveillantes, rassurantes et aimantes. Si cette option est choisie, il est  indispensable de ne plus perdre de temps et d’énergie à porter de l’attention à ce qui est diffusé sur soi. Ce lâcher-prise risque de se faire par à-coups, car des âmes bien pensantes sont toujours là, tout le long du chemin, prêtes à agiter le spectre de la peur.
Un conseil à ceux qui choisissent ce chemin: Faites-vous du bien, beaucoup de bien, beaucoup plus que d’ordinaire ! Dites-vous que cette expérience traumatique est là pour déployer en vous encore plus de Lumière et que vous êtes en train de vous élever.

 

Agir : Parfois, il est utile d’attaquer, attaquer pour se défendre. Mais attention à ne pas « réagir » ! Être dans l’action n’est pas être dans la réaction. Une réaction est un acte qui manque de réflexion. Il est instinctif, immédiat, pulsionnel. Toute réaction risque de vous entraîner vers le fond.

Une action implique une réflexion, une préparation, une stratégie et des alliés.

Quand l’action s’avère nécessaire, il faut tout d’abord trouver les bons interlocuteurs puis réunir un maximum d’éléments prouvant le caractère délictueux des actes de harcèlement. Ensuite, il faut saisir la justice. L’inconvénient de ce travail fastidieux est qu’il consomme du temps, beaucoup de temps, coûte de l’argent, parfois même altère la santé, et cela pour un résultat qui reste incertain. Car les monstres combattus sont comme des Phénix venus de l’Ombre, capables de renaître de leurs cendres, ou pire, capables de se multiplier en une armée de petits soldats. C’est la multiplication des mogwaïs dans les Gremlins.
Donc, si l’option retenue est celle d’entrer dans l’action pour que la Justice se fasse, il faut se préparer à une guerre des tranchées, longue, coûteuse en temps et en argent, ainsi qu’incertaine quant à son résultat.

 

Souffrir : Beaucoup de victimes subissent les actes de harcèlements, de diffamations, de dénigrement et souffrent à cause de leurs actions inconsidérées, ou de leurs réactions irréfléchies, ou encore parce qu’elles se figent dans l’immobilisme total. Certaines personnes n’ont pas, ou n’ont plus, la puissance de réflexion. Il arrive alors, bien malheureusement, qu’elles soient happées dans un cercle vicieux chargé de tourments; elles se trouvent prostrées. C’est la posture qui apporte le plus de jouissance sadique au manipulateur pervers à l’origine du harcèlement, qu’il agisse sur les réseaux sociaux ou ailleurs. Tel le chat jouant avec la souris, il prend son temps avant d’apporter le coup final.

Plus la victime se débat, plus le bourreau jouit de son plaisir sadique.

 

Quelles conséquences sur soi-même.

Les conséquences que vivent les victimes de tels harcèlements sont toujours les mêmes.

Après le choc de l’effet de surprise, la victime tente de trouver les arguments pour se justifier, pour rétablir la vérité, sa vérité. En agissant ainsi, son anxiété, sa colère, sa stupeur augmente dangereusement.
Se rendant compte qu’elle est en fait impuissante à faire cesser cette violence, la victime peut entrer dans une sphère de panique, et de tension extrême dans laquelle son discernement vole en éclat.

Cet état de tension extrême, saturé par l’impossibilité même d’agir sur l’agresseur, plonge tout l’organisme en zone rouge !

La victime entre alors dans un enchaînement de douleurs psychiques et physiques qui peut la couper de toute réflexion de sauvegarde, puis la mener à la maladie. Immanquablement, les dégâts apparaissent. Ils sont comparables aux failles d’un barrage qui, mis à rude épreuve, cède là où il y a un point faible. Le système cardio-vasculaire peut être atteint, le système cérébral, saturé, peut amener des troubles de comportement, des insomnies, des crises de paniques, et ouvrir une voie royale au développement de maladies comme le cancer. La victime piégée dans ce système face auquel elle se sent impuissante, n’aura d’autres solutions pour apaiser son angoisse et sa rage que d’absorber de l’alcool ou des substances calmantes.

La victime se trouve plongée dans un état constant de choc post-traumatique face à un bourreau qu’elle ne peut appréhender, et convaincue que rien n’arrêtera. Elle devra gérer la dépression réactionnelle due aux attaques incessantes.

La violence est inouïe et peut mener au suicide!

 

Comment apaiser le corps et l’esprit :

Modifier le déferlement des symptômes traumatiques est aussi difficile que de modifier à mains nues l’aiguillage d’une voie ferrée !

La victime a besoin d’aide !

Il est indispensable de parvenir à lui faire prendre conscience, coûte que coûte, qu’une certaine distance peut et doit être prise. Partant du principe que, de toute manière elle a très peu de prise sur ce phénomène machiavélique, il est vital de l’en extirper au plus vite, ne fût-ce que quelques heures, quelques jours, et de l’aider à retrouver un peu de lucidité. La victime de ce harcèlement se trouve piégée dans le tourbillon d’un cyclone. Il faut l’amener à en sortir afin qu’elle en devienne spectatrice. « Si vous allez sur mars, vous verrez que c’est une lamentable pièce de théâtre… »

Surtout, il ne faut pas négliger la puissance de l’humour, et cela même, et surtout même, si la situation n’est pas drôle du tout ! L’humour facilite la mise à distance. Pensez à l’autodérision.

Voici pour conclure quelques conseils promulgués directement aux victimes:
Raccrochez-vous à ce qui est important pour vous, à votre spiritualité peut-être. Tentez de créer l’unité en vous-même. Dans l’unicité on n’est plus autant attaché à l’extérieur, on n’a plus le « besoin »  de l’autre. On travaille sur « renforcer et densifier la persévérance ». Il s’agit d’incorporer, d’inscrire définitivement en soi les « qualités du chevalier » : la sagesse, la prouesse, la générosité et la fidélité.
Relisez également les 5 Accords Toltèques : Que votre parole soit impeccable – Quoi qu’il arrive n’en faites pas une affaire personnelle – Ne faites pas de suppositions – Faites toujours de votre mieux et le cinquième : soyez sceptique, mais apprenez à écouter !
Pour tout cela, et d’autres choses encore, densifiez votre Lumière.

Un accompagnement psychologique et même médical est indispensable. Une bonne prise en charge des chocs traumatiques sur l’esprit et le corps est une chose sérieuse. La psychothérapie comportementale et cognitive, l’EMDR, les thérapies brèves, et d’autres encore sont des voies de renaissance personnelle. L’entourage d’amis bienveillants facilite le travail de protection puis de restauration mais ne suffit pas. Une démarche personnelle de reconstruction de l’image de soi et de recherche de sens est essentielle.

 

Où trouver de l’aide ?

Sur le Net, commencent à apparaître des sociétés spécialisées dans ce type de défense, des « Cyber Sentinelles ». Elles font des investigations numériques complexes et diverses, s’occupent des retraits de contenus numériques illicites, effectuent des analyses et des tests des sites internet ainsi que montent des dossiers pour les présenter à la Justice.
Il existe également certains avocats qui se sont spécialisés dans la défense de victimes plongées dans ces situations effrayantes.

Faites le bon choix.

Bon courage, Geneviève Schmit

 

1er mai 2016


Lire aussi :

Victimisation     Photographie de Geneviève SCHMITHarcèlement-mobbingPhotographie de Geneviève SCHMIT  Accords tolteques


 

Geneviève SCHMIT - Coaching thérapeutique pour les victimes de manipulateurs pervers narcissiques ©

Geneviève SCHMIT – Coaching thérapeutique pour les victimes de manipulateurs pervers narcissiques ©

 

Geneviève Schmit – Experte dans l’accompagnement des victimes de violence psychologique et de manipulateurs pervers narcissiques.

 

 Facebook pour les victimes de violence psychologique et de manipulation perverse. https://www.facebook.com/Soutien.Psy - Geneviève SchmitJ’aurais grand plaisir à lire vos interventions sur le Facebook qui vous est dédié: Soutien.Psy

.

 

 

 

.

Geneviève Schmit © Toute reproduction, même partielle est interdite sans l’accord de l’auteur


.

http://bit.ly/harcelement-facebook

 

2 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Je ne suis plus capable de me connecter à WordPress. C’est bien ennuyeux.