Pervers narcissique et victime

28 août 2015 Par

Pervers narcissique et victime

Le manipulateur pervers narcissique et sa victime

 

– Quelques questions/réponses –

.

Suite à une interview réalisé le 29 avril 2015

Qu’est-ce qu’un pervers narcissique ?

Un pervers narcissique est un individu, homme ou femme qui s’est construit autour d’une structure émotionnelle totalement immature. Pour lui, « l’autre » n’existe pas en tant qu’individu. Il n’est que l’objet de ses besoins.
A partir de cette réalité sur laquelle il n’a lui-même aucune prise, le pervers narcissique doit réussir à bâtir une personnalité puissante qui le protègera du vide sidéral de ce Moi qui n’a jamais pu devenir adulte.
De cette immaturité, découle un comportement à 100% centré sur lui-même qui est justifiée par le fait que sa survie même en dépend.

Chaque acte, même en apparence désintéressé a toujours un bénéfice secondaire qui va le servir.
Le PN est un peu comme un préadolescent de 10/15 ans, caractériel et mal élevé, dans un corps d’adulte et avec un pouvoir de nuisance d’adulte. Comme l’ado, il sera donc capable d’actions pulsionnelles démesurées, capable de punir l’autre, de bouder, de crier, d’imposer sa propre loi qui évoluera suivant ses propres intérêts.
Il joue sur un échiquier dont lui seul connait les règles et qu’il réadapte au cours de la partie pour être certain de la gagner.

.

Pourquoi le pervers narcissique détruit-il sa proie ?

L’objectif premier du PN n’est pas de détruire l’autre …
La destruction de l’autre n’est que la conséquence malheureuse de son besoin premier qui est de garder le pouvoir et d’avoir une constante valorisation de lui-même. Il épuise et transforme sa victime en la stimulant constamment pour qu’elle lui donne toujours plus de gratitude.
Le rôle du prédateur sera de déployer toute l’intelligence de sa ruse pour pousser sa proie à le nourrir.
Il est condamné à avoir une représentation sublimée de son image, car la réalité de ce qu’il est, le ferait basculer instantanément dans la panique et la mort.
Les postes d’influence et de pouvoir, l’attrait de l’argent viennent renforcer la puissance du prédateur et le rassurer.
La séduction, l’apparence brillante, le soutien (posture du sauveur au début de la relation) ne sont que des impostures misent en place pour appâter la proie, un peu comme le paon qui fait la roue.
La violence psychologique, la pression, les mensonges, les crises et autres chantages affectifs sont là pour maintenir la proie sous son joug.

.

Pourquoi le pervers narcissique change-t-il brutalement ?

Le manipulateur pervers, comme l’adolescent, est totalement incapable de gérer les frustrations et les tensions.
Les tensions peuvent le faire basculer dans des paniques telles qu’il peut avoir des réactions violentes qu’il  ne contrôle plus, de type psychotique.
Tout ce qui vient déstabiliser son équilibre personnel est perçu comme un danger de mort de manière inconsciente. Il peut donc être capable, dans ces moments-là, de passer à l’acte.
Ce basculement de la période de « lune de miel » à la période de tension intervient en général à la première situation vécue comme déstabilisante pour lui. Ce peut être un premier refus de sa victime, l’arrivée d’un enfant, le décès de sa mère …

.

Qu’est-ce qui relie le pervers narcissique à sa victime ?

Il est intéressant de réaliser que pervers narcissiques et victimes de pervers narcissiques ont à la base de leur structure interne la même faille: une estime de soi faible et instable.
Le PN a remédié à cela en construisant autour de lui des protections extrêmement puissantes qu’il est condamné à garder fermement. Aucune remise en question n’est possible sous peine de se sentir se disloquer dans ce vide intérieur sidéral.
La victime du PN, elle, va tenter de remédier à son manque de confiance et d’estime de soi en recherchant un protecteur, un père. Elle se remettra constamment en question. Elle trouvera un apaisement en déployant dans son esprit des rêveries idéalisées, des contes de fées qu’elle aimera croire possible.
La victime va donc créer de toute pièce son propre fantasme qu’elle va projeter dans le manipulateur pervers qui, tel un prédateur, va instinctivement s’approprier pour pouvoir lui offrir en retour l’idéal de sa représentation.
Et le piège est fermé.

.

Y a-t-il plus d’hommes que de femme pervers narcissique?

Force est de constater que l’on trouve plus de pervers narcissiques hommes que femmes.
Ce fonctionnement neurologique est d’un type plus masculin que féminin. Mais il est évident que des femmes peuvent avoir cette structure mentale perverse narcissique.
De plus, notre société et notre héritage judéo-chrétien vient renforcer cette nécessité de dominance masculine. De même que les petites filles sont encore bercées dans des rêves de princesses « sauvées » par des princes tout à fait charmants….
Cela n’aide pas à construire une estime de soi forte…

.

Pourquoi est-ce si difficile de quitter un pervers narcissique?

Il est très difficile pour la victime de quitter un pervers narcissique pour deux raisons:

  1. D’une part, la confiance en soi de la victime, déjà faible à la base, a été totalement ravagée par le prédateur afin de préserver sa suprématie.
  2. D’autre part, la victime a eu le temps de se lier au prédateur par un lien de dépendance affective extrême que l’on peut comparer à celui d’un drogué à sa drogue.

Le temps joue contre la victime.
Plus le temps avance, moins la victime à de forces, de ressources, de relations, d’argent, de possibilités pour s’en sortir…
Plus le temps passe, plus le manipulateur pervers s’organise, réécrit l’histoire, organise son insolvabilité, trouve des alliés …

Vidéo: Mais je l’aime ! ou addiction au PN

.

Pourquoi le pervers narcissique agit-il comme çà ?

Pour comprendre le fonctionnement du manipulateur pervers, il faut toujours revenir à ce postulat de base qui est qu’un PN est un préadolescent dans un corps d’adulte et avec un pouvoir de nuisance d’adulte.
Pour lui l’autre n’existe pas. Il n’est là que pour le servir.
Il tentera de détruire l’autre comme on cherche à effacer une offense car, dans son esprit malade et immature, faire disparaitre l’autre fait que le problème n’existe plus.
La victime qui rompt le lien avec le prédateur commet un crime de lèse-majesté impardonnable. A partir de là, tous les coups sont permis.

.

Que doit faire une victime qui a des enfants avec un manipulateur pervers narcissique ?

Les enfants, seront après l’argent, le moyen de pression le plus sûr contre la proie qui a fui. Les enfants seront objetisés comme l’est toute personne. Ils serviront de moyen de pression, seront des espions à la solde du prédateur, seront le bras armé du pervers narcissique.

Pour s’en protéger un minimum, quelques règles de bases:

  • L’avocat doit faire en sorte que le jugement concernant les droits de garde soit extrêmement précis. Ils ne doivent laisser aucune interprétation ou aucun doutes sur les heures et jours de passage de bras.
  • Le parent protecteur ne doit pas sortir du cadre du jugement, même pour « arranger » le ou la PN. Toutes tentatives de conciliation de la victime sera un aveux de faiblesse pour le prédateur qui reprendra son pouvoir.
  • La victime, doit se protéger de toute infiltration du PN dans sa vie privée: téléphone, Skype, visites impromptues, passage de bras dans le logement de la victime… Tout doit être verrouillé.
  • Le parent protecteur, une fois que la justice a statué sur les droits de garde, quels qu’ils soient, doit se faire aider pour entrer dans le lâcher-prise qui mène à la résilience.
  • Le parent protecteur va devoir apprendre à ses enfants à « nager dans ces eaux troubles » en lui apportant des valeurs stables, des limites claires, une bonne connaissance du bien et du mal ainsi qu’un environnement sécure qui permet de garder la parole libre.
  • Le parent protecteur doit contre balancer le lavage de cerveau subit par les enfants en disant les faits. Il ne faut pas protéger l’image du terroriste … mais dire les choses telles qu’elles sont.

Vidéo: Comment aider l’enfant ?

Que doit faire la victime qui n’a pas d’enfant ou de bien avec un pervers narcissique ?

La victime qui n’a pas d’enfant ou de biens avec le prédateur, doit impérativement trouver en elle la force de rompre tous les liens, quitte à fuir.
« Gagner » ne sera jamais mettre à genoux le PN.
« Gagner » c’est reprendre sa vie en main et la construire en tenant compte de l’apprentissage de l’expérience vécue.
La recherche de vengeance, le désir de faire comprendre à l’autre à quel point on a souffert, le désir de faire reconnaitre par l’entourage et par la justice que le bourreau est un pervers narcissique n’est qu’une pirouette de l’esprit addict de la victime qui veut conserver le lien de manière parfois inconsciente.
Cela demande beaucoup de courage, d’aide, de soutien professionnel et affectueux car la victime, telle une droguée, va rechercher sa dose en tentant de rappeler ou de revoir le prédateur.
La victime qui fait le choix de rompre arrivera à partir… quelques heures, quelques jours…
Au fur et à mesure du temps, le « manque » de l’autre va se faire sentir, et elle ira, consciemment ou non, le rechercher pour trouver un apaisement, comme pour la drogue.
La dose reprise, l’esprit s’apaise et la victime se rend à nouveau compte de l’horreur de la situation …. Ce va et vient peut durer… La réussite viendra de la qualité de l’entourage de la victime et de la force et des ressources qui lui restaient.

.

 

Geneviève SCHMIT - Coaching thérapeutique pour les victimes de manipulateurs pervers narcissiques ©

Geneviève SCHMIT – Coaching thérapeutique pour les victimes de manipulateurs pervers narcissiques ©

 

Geneviève Schmit – Experte dans l’aide aux victimes de violence psychologique et de manipulateurs pervers narcissiques.

 

Besoin d’aide ?   Prenez rendez-vous dès maintenant.

 

 

.

Geneviève Schmit © Toute reproduction, même partielle est interdite sans l’accord de l’auteur

http://bit.ly/pervers-narcissique

189 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. T

    Bonjour j ai rompu après deux ans avec une personne très manipulatrice je me retrouve seul isoler elle me harcèle bien que elle est refait sa vie (plutôt une nouvelle victime)et dernièrement je suis allé au commissariat et cela c est retourné contre moi je suis perdu je suis un homme et elle est une femme dernièrement je suis allé voir un psychologue et un psychiatre il m on dit que je suis une victime et que cela vas être long

  2. P

    « Relation » ultra-courte pour ma part : 3 semaines. Mais j’ai lu quelque part, qu’entre deux « vraies » victimes, les PN avaient souvent des petites cibles avec lesquelles la phase de lune de miel était bâclée. Je devrais donc me considérer heureux…

    Monsieur est arrivé de nulle part, tel un prince sur son cheval blanc, avec les mêmes goûts que moi, le même passé, la même sensibilité, c’était à la fois mon double et mon homme idéal. Pendant une semaine, nous enchaînons les conversations de 6-7h au téléphone, des sms à n’en plus finir et des rencontres passionnelles. Il devient donc rapidement le centre de ma vie et de mes journées. J’étais son cadeau, c’était la première fois qu’il ressentait une telle fusion avec quelqu’un.

    Pourtant, rapidement, c’est moi qui me retrouve en position de réclamer des sentiments, du temps, des réponses. Je n’ai plus aucune logique. J’en suis à 2 semaines de relation mais j’ai l’impression qu’on se connait depuis des mois. A bien y réfléchir, c’est en fait lui qui me connaît parfaitement car il n’a finalement pas dit grand chose sur sa vie et surtout sur ses faiblesses. Je deviens rapidement le faible dans cette histoire. Il m’avait vendu un homme idéal répondant à tous mes désirs mais maintenant j’étais obligé de lui demander de rester comme ça, de le supplier, je n’avais plus le choix, j’étais devenu dépendant en un temps record.

    Je pense qu’inconsciemment j’ai voulu fuir cela et je me suis reconnecté à des sites de rencontre. Il s’en est aperçu et m’a fait lourdement culpabilisé en me disant qu’il ne pouvait plus me faire confiance, qu’il tenait à moi mais que c’était trop. Ma tentative de libération avait aboutie mais pas de la manière dont je le souhaitais. Je me sentais tellement mal de culpabilité, il fallait que je sauve mon honneur, lui montrer que je n’étais pas quelqu’un qui trompait son partenaire.

    Je lui ai finalement fait une déclaration 2 jours plus tard en lui demandant de revenir. Il a accepté. J’étais de nouveau dans une relation que je ne voulais pas vraiment mais dont j’avais besoin. Il a recommencé à me dire plein de belles choses, à booster ma confiance en moi.

    Finalement, la relation s’est terminée la semaine d’après, après m’avoir ignoré pendant toute une journée. Lorsque je lui ai fais la réflexion, il m’a dit qu’il valait mieux qu’on arrête, que j’en demandais trop. J’ai été anéanti. Aucune explication, aucune construction possible. Il n’y avait pas de souffrance de son côté, c’est comme si c’était pour le pur plaisir de me punir.

    Après coup, on se dit bien sûr que c’est pas normal d’avoir été dans cet état en 3 semaines de relation avec quelqu’un. Ce que je prenais pour un coup de foudre et de l’amour immédiat, c’était en fait une relation de dépendance. J’étais hautement intoxiqué.

    J’ai fait une thérapie pendant des mois afin de travailler sur mon estime de moi et surtout le sentiment d’humiliation extrême d’être rentré dans ce jeu-là, d’avoir été victime, d’avoir été faible, d’avoir rêvé comme une petite fille. Et surtout, encore une fois, cette honte d’être tombé si bas en seulement 3 semaines…

    Je me suis dit que ça serait bien si au moins on pouvait rester ami avec cette personne mais impossible de nouer une relation saine avec ces gens-là. Il était reparti à me culpabiliser parce que je n’ai plus donné de nouvelles et que de toute façon il m’avait oublié et qu’il vivait très bien sans moi.

    Je veux envoyer du courage à toutes celles qui ont été dans des vraies relations avec un PN, vous valez mille fois mieux que lui! La culpabilité doit être de son côté, pas du vôtre!

  3. toussaint

    bonjour
    j’ai 22 ans et je suis sortie en aout d’une relation très douloureuse avec un garçon même âge que moi. j’ai souffert d’abus psychologiques importants, de rabaissement, d ‘insultes, d’isolation, de viol et de violences physiques fréquentes pendant près de trois ans et demi, en pensant que j’étais coupable de tout. j’ai compris récemment en tentant de le recontacter pour avoir des explications, un dialogue sincère, des excuses, qu’il ne se sentait responsable de rien. Il m’a parlé au téléphone avec mépris, il m’a même passé sa nouvelle copine qui m’a dit qu’elle était au courant qu’il m’avait frappé, elle m’a parlé comme si j’avais été une merde et qu’elle était spéciale en comparaison à ses yeux, alors que c’est la preuve qu’elle est sous emprise, déjà. comment peut-elle sortir avec un homme dont elle sait qu’il a frappé violemment et régulièrement son ex compagne?. Je me sens totalement niée et au fur et à mesure des jours je me rends compte de plus en plus des abus que j’ai supportés par amour. Il n’en a aucune culpabilité, il m’a même dit qu’il n’avait plus aucun intérêt pour moi parce qu’il m’avait détruite et qu’il ne voyait plus en moi aucune valeur. Je suis extrêmement en colère, j’ai envie de le faire souffrir à mon tour mais j’hésite à porter plainte parce que je culpabilise à l’idée de détruire sa vie, j’ai peur de devenir comme lui. Mais je suis révoltée contre l’idée qu’il continue à vivre et à reproduire les mêmes schémas comme si de rien n’était. je veux obtenir réparation de sa part, ça devient une obsession, je ne peux pas supporter de penser qu’il a pu maltraiter mon ancienne moi qui était si naïve et qui a tout donné pour lui.

    • @toussaint,
      La meilleure manière de te reconstruire et qu’il te voit heureuse et épanouie sans lui, et indifférente à son existence.

  4. Leïla

    Bonjour je suis séparé du père de mon enfant depuis bientôt deux ans et depuis quelques temps je tombe sur des articles qui parlent de perversité narcissique, je suis énormément identifié des ses témoignages ce qui m’a permis de comprendre que pendant plus de 5ans j’ai était victime d’un partenaire pervers narcissique. Je l’ai rencontré très jeune il était parfait au début mais au bout de 2ans quand les choses sont devenu officiels changement total. Mon quotidien était fait d’humiliation, de critique, d’isolement… A chaque fois qu’il fessait quelques chose de mal il fesai toujours en sorte de me faire croire que c’était de ma faute, et je finissait toujours par lui donner raison. Au fil des années même mes goûts on disparu, je devenait lui petit à petit. Ma vie a moi n’exister plus je passé mon temps à vouloir lui faire plaisir à essayer d’être à la hauteur je fessait même des choses dont je n’avais pas envie pensent que je devais avant tous satisfaire Monsieur mais il ne l’était jamais. Je n’avais ni amis, ni ne voyait ma famille, quand je sortait de chez moi c’était pour aller chez sa mère. A plusieurs reprises j’ai essayé de me plaindre concernant sont comportement mais il a une image tellement parfaite devant les gens qu’on me prenait pour une folle, pour celle qui ce plaint de rien alors qu’elle avait le meilleur des hommes à ses côtés.il à détruit mon image auprès des autres il m’a faut passé pour une parano, une fille qui ce victimise, et pour tous le monde il avait raison, je suis la mauvaise donc c’est de ma faute si il m’insulte, me rabaisse, m’humilie, me trompe, me critique sur tous car je n’est pas à la hauteur de l’homme que j’avais en face de moi. J’ai perdu toute confiance en moi, tout estime de ma personne, je me sentais plus capable d’accomplir quoique ce soit. Le pire dans tous çà c’est que je n’arrivais pas à le quitter, à me séparer de lui, que se soit par amour au début, et même je n’arrive pas à imaginer ma vie sans lui, pour moi le jour où je le quitter bin ma vie se serrai arrête aussi, il n’y aurait plus de but de sense… J’ai supporter la situation plus de 5ans, ça fait 2ans qu’on est séparer j’ai jamais réussi à refaire ma vie, cette expérience m’a vraiment marqué, de plus on a eu un enfant ensemble donc on est toujours en contact et obligé de l’admettre il garde toujours l’influence qu’il avait sur moi, il arrive toujours à me faire faire des choses à contre cœur… A me faire reculé quand j’entreprends des projets, il réussit toujours à avoir le dessu sur moi, je sais plus quoi faire sa me ronge mais j’ai pas la force de lutter contre lui.

  5. jeanne

    Merci pour cette analyse pertinente. Je suis tombée sur un PN dans le cadre de mon travail. Je suis auxiliaire de vie et c’est un homme handicapé marié, très entouré qui est parvenu à me manipuler, avec son pouvoir de persuasion il est parvenu à me faire accepter une attitude déviante avec des gestes déplacés à mon égard, me demandant toujours plus qu’une aide humaine et technique. Je suis une personne très empathique, dévouée , un peu rêveuse, qui ne veux vexer personne; tous les ingrédients réunis pour être une belle proie. Heureusement, cela n’a pas duré longtemps, ( 2 mois). Ce qui m’a sauvée c’est tout d’abord mon corps : Prise de violentes nausées, impossible de m’alimenter, j’ai compris que quelque chose n’allait pas. En fait c’est son comportement qui me dégoutait.
    J’ai pris mon courage à 2 mains et je me suis confiée à mon compagnon avec qui je partage ma vie depuis 11 ans. En réalité, à travers sa compréhension, sa bienveillance, c’est lui qui m’a sauvée.

  6. Virginie

    Bonsoir,
    Je retrouve énormément de choses dans cet article qui correspondent à mon propre père. Mes parents ont divorcé en 2014, suite à cela j’ai soutenu mon père alors que ma mère disait de lui qu il était manipulateur pervers narcissique, qu il avait fait le vide autour d elle ect … en plus de son alcool. Mon plus grand frère l a recueillis chez lui dirant 9 mois après quoi mon père a été vivre chez sa nouvelle copine. Mon frère a coupé les ponts avec lui, puisque durant leur colocation un peu forcée il est tombé en depression à cause de mon père. Mon second frère avait une entreprise dans laquelle mon père est entré, son envahissement à poussé ma belle soeur à demander une séparation et faisant tout et n importe quoi avec l entreprise mon père a poussé mon frère a bout qui a finit par faire une tentative de suicide. Suite à cela mon second frère a déménagé dans un autre département et a coupé tous les ponts en lui laissant la boîte pour un euro symbolique. Suite à tout cela la copine de mon père à bout de nerfs l a mit a la porte un soir sans prévenir en prétextant qu elle finirait par y rester. J ai donc recueilli mon père le temps qu il puisse se retourner pour trouver un logement. Etant mère célibataire de deux enfants et étant en congé longue maladie pour une hémiplégie de la jambe gauche entraînant une baisse de revenu, j ai pris sur moi pensant que durant le temps de sa recherche il participerait et que de plus comme s etait mon père il était normal que je sois là. Mais voilà … cela fait 11 mois qu il vit sous mon toît sans participer ni financièrement (pretextant un manque de moyen mais il a enchainé les conquètes et restaurants, vacances dans les hôtels de luxe … ), ni dans le quotidien ( ménage, courses, linge …) bien au contraire il a tout fait pour que je l aide pour l entreprise (ce que j ai fait durant des mois jusqu a ne plus tenir le coup pour mes enfants et moi même). Sans parler son alcoolisme pour lequel j ai du le faire interner quelques jours parce que le médecin et moi avions peur pour sa sécurité et la notre. Le nombre de fois à le voir ramper au sol, ivre, à se casser la gueule par terre, à tituber … malgré tout cela il a toujours nié qu il buvait. À en mentir ouvertement en nous regardant dans les yeux alors qu il empeste l alcool a plein nez. Bref depuis deux ans j étais en attente d’un logement social adapté à mes moyens. Depuis 3 semaines j en ai obtenu un pour le mois prochain, et depuis ce jour il me fait la misère. Il me fait des reproches sur des choix que j ai fait par le passé qui ne le regardent même pas, il me dit qu il est heureux pour moi même si je le fou dans la merde (alors que je ne fais rien mais il a perdu un le plus gros client a cause de son comportement a essayer d entourlouper et son alcool), bref il me reproche tout et n importe quoi en essayant de me faire perdre ma ligne de vie stable (malgré sa présence à ma charge entière et celle de son chien aussi d ailleurs qui est venu avec lui), il a essayé à plusieurs reprises de créer des conflits avec les personnes qui me sont chères ( malheureusement pour lui il n a pas réussit puisque je suis entourée d amitié et d amour sincère et d ailleurs ca le bouffe), il essaye de me blesser sur des choses concernant mes enfants … bref j en passe des meilleurs. Sans oublié le fait que monsieur avait prêté des sous à mon ex sans lui faire de reconnaissance de dette et qu il essait de me faire payer sa faute. Des messages à toute heure, des appels dans le même genre, des réflexions à longueur de temps … avec son comportement j ai déjà eu 2 fois des idées noires, heureusement soutenue et bien entourée je ne suis pas passée à l acte. Plus qu une semaine à tenir et ce cauchemard sera finit pour mes enfants et moi même. Il était nourrit, logé, blanchit, je l aidé pour l entreprise, tout cela sans rien demander, tout se passait bien pour lui jusqu au jour où physiquement, nerveusement, mentalement et financièrement il a mit la pression de trop qui m a fait ouvrir les yeux. Depuis je vis un enfer qui heureusement sera bientôt terminé. Mais dans cette situation il arrive a me faire douter, il se met en victime, il retourne tout à son avantage, j ai perdu la confiance que j avais en lui et en moi, je me sens coupable alors que j ai tout fait et tout donné pour lui, mais aujourd hui a mon tour et malheureusement je me dis que s est lui ou moi, et j ai choisi, mes enfants et moi même. Et cela il a décidé de me le faire payer, j essai de ne plus lui montrer qu il m atteind dans ses gestes et propos, mais sans qu il le sache j en suis malade, je ne dors presque plus, j ai perdu l appétit … je ne le supporte plus sous tous les sens du terme. Rien que de penser au fait de le voir m angoisse par peur de ce qu il trouvera encore a dire ou a faire. Malgré que ce soit mon père, je vais couper les ponts dès qu il sera partit de mon domicile cette semaine. Il nous faudra beaucoup de temps pour oublier tout cela parce qu il a fait beaucoup de dégats psychologiquement et affectivement.

  7. nathalie

    Victime de perversion narcissique ,d’abus et on même piraté toute ma télephonie ,j ai deposer ^plainte ,plus 5 mains courantes mais rien y fait . Je me suis faites escroquer de 120 euros ,plus 35 ,a essayer de monter mes enfants contre moi ,humiliation,essaie de me faire ramper,vont jusqu’a mettre des messages vocales sur la messagerie de mon fils pour nous faire passer pour des ignard et dire ce qu’il ce passe chez moi ,me font passer pour une folle,m’accuse de leur delits ,me pourrissent la vie .Trois fois a l’hopital a cause d’eux ,je ne peux même pas refaire ma vie parce qu’ils ont tous piraté et que vous ne savez pas si ils ne vous envoies pas leur connaissance ,je me suis faites insulter et humiliez par les femmes avec qui il est ,manipuler,et entendu dire qu’on ne pouvais me rendre ma liberté de peur que je raconte ce que j’allais subir ,m’entendre dire lors de la dette de 120 euros j’ai grave mal pour toi ,j’ai le coeur meurtri et je ne peux oublier toutes les paroles qu’on m’a dite ce n’est pas possible ,chaque jour qui passe je me demande si un truc va m’arriver ,comment faire pour me liberer de ces malades mentaux ?
    Comment être en paix et vivre sans être constamment espionné,on agresse mes enfants ,on les humilies et j’en passe . Comment me libérer de ces malades qui veulent que je leur signes des assurances sur la vie ? Je subis de ces malades depuis 2009 .
    5 mains courantes ,une plainte et aucune justice de faites ,ils sont des menteurs patentés et violent moralement et je ne subis pas d’une seule personne mais plusieurs . Ces gens me mêle a leurs histoires de couple ,de tortures et j’en passe .J aimerais pouvoir enfin être heureuse et tranquille .

  8. SOLANGE

    J ETAIS MARIEE AVEC UN HOMME QUE J AIMAIS AVEC 3 ENFANTS LUI ETANT PARTIT UN AN POUR UNE FORMATION
    J AI SUIVI DES SEANCES DE KINE NE TRAVAILLANT PAS CE KINE M A PROPOSE QUELQUES HEURES DE MENANGES PENDANT 3 MOIS IL M A CHARME BIJOUX WEEK END.
    JE LAISSAIS PARFOIS MES ENFANTS LA NUIT POUR LE REJOINDRE.
    IL ETAIT MARIE ET VIVAIT AVEC UNE AUTRE FEMME DANS SON NOUVEL APART MALGRE CELA IL M A ENSORCELE JE LE TROUVAIS FORMIDABLE UN ETRE COMME J AI TOUJOURS REVE
    IL ME DISAIT QU IL M AIMAIT QU IL N AVAIT JAMAIS CONNU UNE FEMME AUSSI BELLE ET QUE CES RELATIONS PRECEDENTES ETAIT DES HYSTERIQUES QUI LE HARCELAIT.
    MON MARI A SON RETOUR DEFINITIF A DECOUVERT CETTE RELATION IL M A DONC LAISSAIT VIVRE AVEC LUI.
    IL M AVAIT PROMIS D ACHETER UNE MAISON POUR MOI
    IL M A TOUT D ABORD EMBAUCHE EN TANT QUE SECRETAIRE DANS SON CABINET PUIS NOUS AVONS DEPOSE UN CREDIT QUE NOUS PARTAGIONS (DEJA LA J AURAIS DU COMPRENDRE) BREF.
    JE ME SUIS INSTALLE DANS CETTE NOUVELLE MAISON AVEC MES ENFANTS ET LA ON COMMENCAIT LES REGLES L ELOIGNEMENT DE MA FAMILLE DE MES AMIS JE NE VIVAIS QUE POUR LUI ET COMME TOUTES LES VICTIMES QUE J AI PU LIRE JE ME SENTAIS SANS VALEUR
    MES ENFANTS VOYAIT LE CHANGEMENT LE MAL ETRE QUE J ENDURAIS CETTE RELATIONS A DURE 5 ANS DONT 4 DE SOUFRANCE PSYCHIQUE
    A L HEURE D AUJOURDHUI JE ME SENS DESORIENTE
    J AI MES ENFANTS MAIS JE ME SENS INCAPABLE DE REPONDRE A LEUR ATTENTE

    • Bonjour,
      Comme beaucoup, vous sous êtes laissée « charmée », flattée, par cet homme, un kiné, qui s’intéressait à vous.
      Vous avez donc projeté sur lui tous vos fantasmes et tenté de les faire se réaliser sauf que… la réalité a pris le dessus.
      Il est vraiment important que vous puissiez travailler votre estime de vous et votre image de vous-même.
      Bon courage! Geneviève Schmit

  9. JP

    Comment protéger ma fille handicapée adulte contre un type apparamment 55ans avec un allure délabré.Ma fille souffre de défience intellectuelle légère avec défience de language classée moyenne.Elle a 35 ans.
    Celle-ci est suivie périodidquement par le CLSC

  10. JENNYAL

    Bonjour,
    J ai été voir dans un centre d aide aux victimes, un juriste, médiateur pénal pour un renseignement sur mes droits.
    Ce dernier m a reçu, et au lieu de me donner une réponse , m a laissé en attente de celle-ci , en me posant toutes sortes de questions et hors propos.
    Malgré mes efforts pour recentrer la conversation , il persistait dans ses questions,sourd à ma demande et exigeant des réponses à ses questions sur ma vie privée.
    Ce dernier m q dit qu il me répondrait lors de notre prochain rendez-vous. .
    Et de fil en aiguille, il m a vu ainsi 6 fois sans jamais me repondre, mais par contre , ses questions dérangeantes, de plus en plus intrusives et intimes.
    Me demandant si je serais prête à avoir une liaison avec un homme marié. Je lui ai dit non.
    Il a secoué la tête comme pour dire « c est n importe quoi  » me respecte et ne veut pas interférer dans un couple…comment était mon intimité avec les hommes..etc et tout mon vécu.
    J ai pu esquiver bcp de ses questions, mais il s acharnent en me disant je veut que vous deveniez quelqu un de bien.
    Malgré que je disais que j ai déjà un psy , il essayait ce médiateur pénal (quelle honte)de me manipuler et d assouvir sa perversité.
    J ai fini par annuler le rendez vous suivant en lui écrivant les raisons : que ces questions étaient hors propos, intrusive et déstabilisées inutilement.
    Cette personne, nouvelle dans son métier, est dangereuse dans le cadre de ce travail ou bcp de personnes fragilisées arrivent avec un espoir de protection.
    Et il en profite pour détruire par sa perversité et en jugeant en permanence.
    Ouf. J ai sû m en sortir.
    Si mon expérience pouvait aidé bcp de personnes à se méfier.
    Il y en a dans tout lieu. Mais dans un milieu d aide , c est minable d abuser de la fragilité des personnes..

    • JENNYAL

      Je vous prie de m excuser pou les fautes de frappe et d accord dû aux touches trop petites de mon portable et mon impossibilité de me relire. Trop écoeurée que je suis.

    • Bonjour,
      Vous avez rudement bien fait de cesser les rendez-vous!
      Personnellement, je pense que j’irais même plus loin en prenant le temps d’écrire un courrier clair et concis à sa direction.
      Bon courage pour la suite. Geneviève Schmit

  11. CLIO1

    Bonjour,

    Une question me taraude : existe t il différents degrés dans la perversion narcissique ?
    J’expose ma situation avec l’espoir de conseils.

    Mon fils est malheureux depuis 8 ans qu’il connait sa compagne. Expatrié, il m’appelait régulièrement pour me dire sa souffrance, pleurait parfois au téléphone. Il a essayé de rompre, puis il l’a épousée en sachant que sa vie serait compliquée, persuadé que si besoin absolu, il pourrait divorcer. Je n’ai jamais vu un marié autant stressé. Il lui a donc clairement formulé qu’il ne voulait pas d’enfants de suite, bien entendu elle a été enceinte le mois suivant le mariage. Avertie par lui de ses difficultés, je lui ai fait découvrir sur internet la notion de pervers narcissique, et ce avant son mariage, lui demandant de faire attention, et lui faisant confiance. Il n’a pas pu reconnaitre ce problème, et n’étant pas psychologue moi même, ne connaissant que très peu cette fille que nous souhaitions bien accueillir, je ne savais pas trop.
    Ils sont en France maintenant depuis 3 ans, avec 2 enfants, et bien entendu la situation ne s’arrange pas. Mon fils est métamorphosé : de gai et plein d’humour, il est passé à triste et exténué. De gentil, patient, serviable, il est devenu aigri, impulsif et parfois agressif avec des tiers. Après de belles études, il a trouvé des jobs intéressants et bien payés, qu’il vient de quitter pour devenir entrepreneur, son désir depuis très longtemps. On constate tous et lui même le formule, il est exténué, ne peut plus compter sur sa mémoire, a toujours envie de dormir, et devient complètement inefficace, alors que l’efficacité était sa qualité première. Ainsi depuis 4 mois qu’il a quitté son travail, son projet professionnel n’a absolument pas avancé. Personne ne le reconnait…

    Sa compagne a aussi tendance à s’en prendre au 1er de leurs 2 enfants, qui a un caractère difficile au point que l’école a tiré le signal d’alarme : comportement difficile pas acceptable, enfant en souffrance, pas heureux. Ils les ont orientés vers le psychologue scolaire. Celui ci a fait passer le message à mon fils qu’il devait être plus présent et participer à la vie familiale.
    Leur vie familiale, la voici : il travaillait donc en entreprise comme cadre sans compter ses heures. A la maison, il fait le ménage, la lessive, le repassage, les courses car elle parle difficilement le français, les papiers et assure tous les rendez vous médicaux de toute la famille et toutes les conduites. Quand il rentre et le week end, il doit faire la cuisine, la vaisselle de toute la journée, il s’occupe des enfants. On peut dire que dès qu’il est présent, elle n’assume aucune tâche de la maison. Donc il rentrait fréquemment pendant les heures de travail pour un rendez vous par ci ou par là, et devait ensuite travailler de chez lui une partie la nuit pour assumer son job. Il n’a donc pas souhaité continuer avec ce psychologue, se sentant culpabilisé une fois de plus.

    Devant cette situation, j’ai pensé à une déprime, ce qu’il m’a confirmé. Je lui ai demandé de consulter, le fera t il ?

    Par ailleurs, mon fils m’a dit que sa compagne a été touchée par le discours de l’enseignante, et qu’elle a changé d’attitude avec l’enfant : ce serait un peu mieux. Mon fils a appris à se soumettre totalement, garde l’esprit lucide sur le caractère de sa compagne, et tente de ne plus culpabiliser, d’avoir du recul. Il ne souhaite pas divorcer, sait que sa vie sera douloureuse. Il tente de faire avec. Il faut dire que s’il divorce, je suis persuadée qu’elle partira de la France avec les enfants. Elle n’a jamais cherché à s’intégrer ni même à parler notre langue, alors qu’elle a suivi des cours de français dans son pays durant des années et qu’elle le comprend. Elle semble aussi très intéressée par l’argent, comme sa mère. Elle a un caractère d’enfant roi ne supportant pas la frustration, ses parents lui obéissent au doigt et à l’œil. Sa mère a le même tempérament, mais est très courageuse et très active. Devant un test pour évaluer la perversion narcissique, mon fils a trouvé 11 points concordants sur 12. Le test donnait pour pervers narcissique à partir de 10/12.

    La situation étant décrite, je souhaite donc savoir s’il existe divers degrés dans la perversion narcissique. Quelqu’un qui est capable de modifier son comportement quand il constate la souffrance de son enfant est il un vrai pervers narcissique ? Cela augure t il de l’espoir ? Ou pensez vous qu’il s’agisse de manœuvres dilatoires pour mieux recommencer ensuite ?

    Je ne sais que faire ni que penser. J’ai même peur que mon fils, au bout du rouleau, ne choisisse inconsciemment une voie qui les conduise au désastre.

    Comment me comporter face à sa compagne ? J’avoue ne pas la haïr. Je ne peux dire que je l’accepte telle qu’elle est, mais j’accepte sa venue chez moi sans enthousiasme, mais sans rancœur. J’espère seulement qu’elle puisse s’améliorer un peu.

    Que dire à mon fils, à son enfant de 4 ans qui trinque de la situation ?

    Je vous remercie de l’attention que vous voudrez bien nous porter, en espérant votre réponse.

  12. Deux fois?

    Bonjour et merci pour votre travail qui m’aide énormément!
    Mon compagnon vient de partir, je pense qu’il a les caractèristiques du PN (j’avais déjà laissé un post, j’étais en plein doute), et là je suis partagée entre plein d’émotions contradictoires. J’aurais aimé qu’on se quitte autrement, et je lis et relis vos textes et les messages des autres personnes, et finalement je me demande si ce n’est pas moi qui suis PN… On a vidé notre sac, et il me reproche plein de choses: qu’il n’est jamais à la hauteur, qu’il a tout fait pour moi, en fait des choses que je ressens!! Il exprime aussi que sans lui je ne saurai pas assumer ma vie (il ne l’a pas dit comme ça mais c’est ce que cela voulait dire), etc… Et j’ai l’impression d’être un monstre. En fait, ces derniers temps, j’ai commencé à me recentrer sur mes valeurs, à m’opposer/m’affirmer, ne plus anticiper ses désirs/besoin (attendre qu’il demande clairement= pour lui c’est du rejet de ma part), etc… Nos discussions sont devenues de plus en plus folles, quand je m’exprime, il me reprend parce que je communique mal. Avant c’est une sorte de peur qui m’empêchait de parler, et là ce furent des reproches sur ma façon de communiquer, je n’osais plus parler et commencais mes phrases en disant « je ne sais pas comment bien dire mais blabla ». C’est débile!! Aujourd’hui, je navigue donc dans des montagnes russes: je suis à comme il le dit un tyran, je l’ai d’une certaine façon trahi (ce ne sons pas ses mots mais c’est ce que je ressens)? A d’autres moments, j’ai pitié de lui et une immense affection pour lui et de la tristesse pour sa « faille »,envie de faire qqch, je me dis que c’était possible et que l’on aurait pu garder les bons moments. J’ai aussi peur de « perdre » une histoire qui aurait pu être belle si j’avais été plus ceci ou moins cela. J’ai des moments de peur aussi, il a les clés, ses affaires sont là, je ne sais pas ce qui va se passer, je sursaute au moindre bruit. Et à d’autres moments, je me surprends à me retrouver seule avec plaisir, comme s’il n’avais jamais existé!!!! C’est ce sentiment qui me fait le plus culpabiliser: on dirait que mon esprit le gomme, mais dans ce cas, est-ce que j’ai vraiment investit notre relation? Ou je suis la longue liste de ce qu’il dit (egoiste, je ne vois rien de bien, incapable d’être heureuse, etc…). Je revois mes proches ces derniers temps, et avec eux je sais que la communication est « normale » (on s’écoute, on discute, etc…).
    Il vient de rentrer.
    Je suis perdue… Avez-vous des idées pour débrousailler tout ça?
    Merci!

    • Bonjour,

      Il n’est peut être pas indispensable de mettre l’étiquette « PN » à l’orteil de l’un ou de l’autre…
      Tachez d’avoir un regard pragmatique. Si vous vous êtes séparé c’est que le couple ne fonctionnait pas.
      Si vous avez pensé « PN » c’est que vous étiez en grande souffrance émotionnelle.
      Ces raisons à elles seules justifient déjà la séparation.
      Si vous souhaitez y voir un peu plus clair, le mieux est de convenir avec moi d’un rendez-vous pour une consultation à distance.
      Bon courage, Geneviève SCHMIT

  13. Cluzel

    Bonjour Mme Genevieve Schmit,

    Je m’appele Laurent j’ai 35 ans.
    J’ai vecu avec une fille pendant un an et demi, elle m’a plu tres rapidement. Mais elle je sentais qu’elle etait interessé par moi que par sa reconversion professionnelle dont je connaissais beaucoup sur son futur metier.

    Assez rapidement on a emmenagé ensemble chez moi. C’etait quelqu’un qui ne s’investissait pas du tout ou tres rarement dans la relation. Preferait ses copains. Je lui ai rendu beaucoup de service par rapport à sa reconversion j’essayé de beaucoup l’aider ou de la conseiller. Quand moi j’y demandait des petits services c’etait non, toujours des excuses bidons.
    Dans la relation tres rapidement on avait des moments intimes quand elle le voulait et à sa facon.
    Quand on avait des conversations fallait que je l’ecoute ce qui est normal mais des qu’elle me posait une question et que j’y repondait, elle me coupait la parole et continuer son discours. Quand moi je parlais elle m’ecoutait pas et me coupait aussi la parole
    Elle critiquait beaucoup mon chez moi que j’avais construit de mes mains. Alors qu’elle ne payait quasiment rien et ne faisait rien.
    Il n’y avait que sa petite personne fallait que tout le monde gravite autour d’elle, s’interresse à elle y pose des questions sur sa vie …. Quand c’etait pas le cas elle s’enervait et raler
    Les activités communes ou les moment qu’on avait ensemble c’etait quand elle le souhaité et ce qu’elle voulait. La vie etait reglé par rapport à sa personne.
    Elle avait des attitudes tres gamines pour une fille de 29 ans.
    Ne s’investissait pas du tout dans la vie de couple ou juste quand elle voulait quelques choses.
    Aucune taches menageres,et pas merci quand je m’occupait du linge de la bouffe ou du reste.
    Quand on etait pas d’accord avec elle lors d’une simple discussion que se soit moi ou sa famille elle quittait la table ou l’endroit ou on se trouvait, et on l’a revoyé pas d’un bon moment.
    Elle disait que son pere etait manipulateur, je sais pas si c’etait le cas mais c’etait quelqu’un des tres gentil que ce soit avec elle ou avec moi
    Son projet professionnel avancait et la relation se deteriorait au fur et à mesure.
    Avant qu’on se separe je lui avait demandait de reflechir sur notre relation sur son investissement dans notre couple. Elle voulait reflechir puis à voulu arreter. Je voulais pas la mettre dehors comme une mal propre; je lui avait laissé du temps pour trouver un appart. Donc on faisait chambre à part ce qui etait normal mais elle abusait encore plus de la situation. Zero tache menagere, c’etait mise sur des sites de rencontre, cherchait tres lentement un appart, de temps en temps me refaisait les yeux doux mais pour quelque chose.
    Puis je l’ai aidé à demenager et à partir de là plus un mot plus rien elle avait plus besoin de moi.

    Je sais que c’est pas une bonne personne objectivement mais j’y pense beaucoup. Six mois apres la rupture j’en pleure encore . Quand vous parlez de drogue ou de dependance je m’y retrouve completement alors que je sais que j’ai pas interet à la revoir et à arreter d’y penser mais c’est dur.

    En tout cas merci pour votre article et vos video

    Laurent

    • Oui, ce n’était vraiment pas une bonne personne…. bien trop ego-centrée …
      Vous êtes une dépendante affective …
      Il est vital pour vous de travailler cela, de travailler votre confiance en vous , votre estime de vous, d’avoir une bonne image de vous-même.

      Bon courage, Geneviève Schmit

  14. Julia

    Bonjour Geneviève,

    Je suis très inquiète depuis de nombreux mois car je crois que mon père est victime d’une perverse narcissique (ou simple manipulatrice..?).

    Cette histoire a commencé il y a 4 ans et s’est terminée rapidement car cette femme ne se voyait pas dans une relation avec un homme qui vivait encore avec ses enfants.
    Depuis mon frère et moi sommes partis (il y a 1an et demi) et la relation a repris. Et depuis, je ne reconnais plus mon père.

    Tous les deux mois, l’histoire casse et mon père me raconte les situations que cette femme lui fait vivre :
    – « redresse toi quand tu manges »
    – « écoute moi quand je te parle » « quand tu me téléphones, ne fais pas d’autres choses à la fois »
    – « le cadeau que tu m’as offert ne me plait pas du tout »
    – « ne me tourne pas le dos au restaurant pour parler à d’autres gens alors que je reviens des toilettes; tu dois te retourner quand j’arrive »…
    – « quand je te cris dessus et décide de ne plus t’appeler c’est pour que tu comprennes bien et que tu ne recommences plus (en l’occurence, elle ne supportait pas qu’il fasse plusieurs choses à la fois alors qu’elle lui parlait au téléphone) »

    Mais malgrès les nombreuses frasques il y retourne quand même en NIANT tout ce qu’elle lui a fait subir. C’est ce qui m’a mis la puce à l’oreille. Il dit que quand il me raconte c’est souvent sous l’émotion (pas toujours, parfois plusieurs jours ont passé..) et qu’elle n’a jamais dit ça, que les choses ne se sont pas passées comme ça… Mon père n’est pas un émotif, je n’y crois pas..

    Je ne le reconnais plus quand il est avec elle; c’est comme si plus rien existait autour, son attention est entièrement sur elle. Mon père est un papa poule, je ne l’avais pas vu depuis un an Noël dernier (je vis à l’étranger) et il était comme absent, hypnotisé par cette femme qui a décidé de le quitter en plein pendant mon séjour. Je l’ai ramassé à la petite cuillère et deux jours après, elle était revenue et il rentrait tout guilleret comme si rien ne s’était passé.

    Est-il victime d’une perverse narcissique? Lui me dit non, il me dit que le problème c’est lui.
    J’ai des doutes et je ressens le besoin d’en parler à une professionnelle car j’ai peur que mon père soit en danger. Et si oui, que dois-je faire?

    L’instabilité de sa relation (va et vient constant), son changement d’humeur (de plus bas que terre à trop bien dans l’excès), ce qui me dit qu’elle lui fait subir, puis cette façon de nier les mauvaises facette de cette femme, cet étrange sentiment que j’ai en l’entendant en le voyant comme hypnotisé…
    Tout ça m’alarme.
    Il voit maintenant un psy depuis 1 mois car sa copine l’avait quitté et il était plus bas que terre. Elle est apparemment revenue et c’est comme si rien ne s’était passé, j’espère qu’il continuera ses séances de thérapie.

    Je vous remercie pour votre lecture

    • Bonjour,
      Il semble souffrir de dépendance affective, c’est indéniable.
      Elle semble très dirigiste, ce l’est aussi.
      Mais il ne faut pas oublier que si elle se conduit en matrone, c’est que lui se conduit en petit enfant.
      Nous sommes dans un « jeux » relationnel complexe.
      Cela ne veut pas dire qu’elle est PN.
      QUe votre père se fasse aider c’est une bonne chose. Soyez proche de lui, mais ne le considérez pas comme un enfant malade, mais bien comme un homme, un père !
      Bon courage, Geneviève Schmit

  15. Merci pour ce portrait si précis. Ça fait écho chez moi. C’est exactement ce qu j’ai vécu.je partage.

  16. Gérard

    Bonsoir Mme Geneviève Schmit,

    Pourriez-vous répondre à ma question :
    Est-ce qu’une victime d’un PN peut devenir une PN ?

    Merci

  17. aubace

    Bonjour
    Je me suis séparée du père de mes enfants il y a quelques temps, mais j’éprouve le besoin maintenant de comprendre certaines choses.
    C’était un homme qui m avait beaucoup charmé mais on ne peut pas dire que ce soit quelqu’un avec un grand niveau intellectuel. Il était charmant et prévenant au début. Puis, il s’est mis à me rabaisser, être de plus en plus exigeant, etc… J’ai subi beaucoup de choses de cet homme et j’ai fini par me perdre sur des chemins que je ne voulais pas emprunter.
    Le déclic pour partir: il était devenu violent avec mon fils (j’ai supposé qu’il était jaloux car il me reprochait d’être plus câline avec mon fils qu’avec lui).
    Quand je suis partie, il disait à tout le monde que j allais revenir en le suppliant de me reprendre, qu’il ne me laisserait rien, mais je ne suis pas retournée vers lui car je sentais pour la première fois que j’étais sereine…
    Ma cousine m’a lâché ces mots, un jour : pervers narcissique. Et voilà comment j’ai fini par chercher et vous trouver. Mais il y a 2 questions que je me pose et pour lesquelles je n’ai pas trouvé de réponse dans votre site :
    – un MPN a-t-il forcément conscience qu’il veut manipuler les autres ?
    – un MPN est-il forcément plus intelligent que sa victime ?
    Merci d’avance pour vos réponses et merci d’être là pour nous écouter, nous comprendre et nous aider.
    Cordialement

    • Bonjour,
      Bravo pour votre détermination!

      Vos 2 questions:
      1/ Non, un PN n’a pas nécessairement conscience qu’il veut ou même qu’il manipule les autres. C’est son « naturel ».
      Toute fois, il peut volontairement en accentuer l’effet.
      2/ Non également. Le PN n’est pas forcément très intelligent mais … il a l’intelligence de la ruse… celle de l’instinct de prédateur, d’auto protection.

      Tenez bon. Affectueusement, Geneviève Schmit

  18. Masha

    Bonjour,

    Je suis en couple depuis 3 ans avec un homme de 32 ans, j’en ai 28, coup de foudre immédiat.

    Beaucoup de points communs et d’envies communes. Cela dit depuis le début de notre relation il ment (jamais pour des « fautes » mais pour se mettre en valeur le plus souvent, ou par gêne – ce que pensent les autres de lui est primordial), même si je lui montre à quel point j’en suis touchée et que je lui dis que ça ne peut pas se reproduire pour l’avenir de notre couple il continu à mentir, toujours pour des « petites » choses mais très souvent. Ou bien il ment pour l’argent.

    Je me suis rendue compte que l’argent était très important pour lui. Dès que nous rencontrons une personne avec de l’argent selon le degré il est soit dans le jugement soit dans le respect même si la personne a un comportement irrespectueux! Je viens d’une famille très aisée et gagne très bien ma vie, au début de notre relation il était hors de question que je sorte mon portefeuille pour quoique ce soit et petit à petit sans savoir comment je me suis retrouvée à tout payer (le loyer, son abonnement à la salle de sport, son téléphone, nos hôtels, toutes les courses, les restos…).

    Lui qui passait pour quelqu’un de très attentionné dans son discours n’organise jamais rien pour nous, et lorsqu’il fait quelque chose pour lui il dit qu’il le fait pour moi en retournant la situation. Il continue à mentir et à tricher de plus en plus avec l’argent.

    S’il m’arrive de me faire un plaisir matériel il me crie dessus comme quoi je suis inconsciente. Il me dit alors que je suis superficielle etc et me blesse jusqu’à me faire culpabiliser alors que je le couvre régulièrement de cadeaux hors de prix et que ces dépenses n’entachent en rien notre rythme de vie quotidien.

    Il a passé un séjour de 15 jours à l’hôpital récemment, 15 jours durant lesquels j’ai pris des congés pour rester avec lui jour et nuit, à la sortie il m’a demandé de payer mon lit que l’hôpital lui avait facturé une misère. Je précise qu’il gagne 4x mon salaire !

    Il y a un an j’ai eu le courage de le quitter mais il est revenu, il était différent, PARFAIT ! Cela a duré un mois et c’est redevenu la même personne qui ne pense qu’à ses désirs, qui ne dépense que pour ses désirs, qui ne voit l’avenir que par ce que je pourrais encore lui apporter… En vacance il ne s’occupe de rien et me demande souvent de le prendre en photo alors qu’il n’a jamais pris une photo de moi. Il laisse mes parents s’occuper de ses papiers ou payer ses amendes en faisant toujours comme si ça lui avait échappé et qu’il avait oublié, le tout avec un grand sourire.

    Quand on se dispute sur un de ses mensonges ou que j’ose lui dire qu’une relation de couple c’est quelque chose qui s’entretien et qui n’est pas acquis il me répond qu’il ne voit pas les choses ainsi et que dans son esprit je suis à lui et qu’il n’a aucun effort à faire pour ça. Quant à ses mensonges il réussi toujours à retourner la situation en se victimisant « j’ai menti parce que j’avais honte… » il arrive même à des stades où il a les larmes aux yeux et passe son temps à s’excuser et me dire qu’il m’aime. Aujourd’hui cela sonne faux malgré moi…

    Ai-je à faire à un PN ou bien est-ce que le pb est ailleurs ?

    Merci d’avance pour votre aide,

    Très cordialement
    M.

    • Bonjour,

      C’est sordide l’épisode du lit d’hôpital !!
      Mais que faites vous encore auprès d’un homme qui ne vous respecte pas ??
      La seule bonne question est: que voulez vous de mieux pour votre vie?
      Si la réponse est ce que vous vivez là, et bien bon courage.
      Si votre réponse est autre chose, prenez vos jambes à votre cou !
      Cela ressemble à des comportements de PN, mais de toute manière ce n’est pas le plus important.

      Bon courage, Geneviève Schmit

  19. Cora

    Bonjour,
    J’ai été la maîtresse d’un PN pendant 2 ans. Je sors de cette relation et lis tous les articles sur ces personnes avec effroi…
    Les mots ont été posés sur ce personnage il y quelques semaines seulement et je n’arrive pas à croire que rien de ce que j’ai pu vivre avec lui n’était vrai…
    Je l’aimais tellement, et comme beaucoup d’autres je l’imagine je l’aime encore, j’ai toujours besoin de « ma dose » comme c’est expliqué ici.
    J’ai pris conscience que j’avais commis toutes les fautes attendues par un PN : crises de colères, insultes etc face à son ignorance, ainsi que les attaques directes de sa nouvelle « proie » (qui était une de mes copines), dont il s’est servi à mon sens pour obtenir toutes ces « preuves » que c’est moi qui lui fait du mal. Il m’arrive encore de me demander si effectivement ce n’est pas moi qui ai un problème, alors que j’aurais fait n’importe quoi pour son bonheur.
    Je ressens, comme toutes les victimes, beaucoup de honte et de culpabilité.
    Comment est ce que j’ai pu ne pas me rendre compte ?
    Comment ai je pu le laisser faire de moi cette chose vide de tout ?
    Tout cela semble tellement évident aujourd’hui, et pourtant je ne me sens pas à l’abri d’une rechute car l’homme que j’ai connu au départ était tellement parfait !
    Comment se sortir de ça ?
    Comment lutter contre cette dépendance qui nous fait si mal mais en même temps nous manque terriblement ?
    Merci.

    • Bonjour,

      Vous décrivez parfaitement l’addiction, la dépendance affective qui vous lie au manipulateur pervers…
      Pas de recette miracle… Du temps, un travail d’accompagnement psychologique, des actes à poser…
      Parlons en lors d’une consultation si vous le souhaitez.

      Bon courage, Geneviève Schmit

  20. Cécilia

    Bonjour,
    J’ai atterri sur ce site poussée par le désespoir de ma situation et cherchant désespérément à « comprendre » comment j’avais bien pu en arriver là…
    Après avoir lu de nombreux articles et commentaires, je n’ai plus l’ombre d’un doute: je suis enceinte d’un PN! Et qui plus est d’un PN avec un historique de 5 enfants de 5 femmes différentes (dont deux conçus à quelques jours d’intervalle!!) Il a abandonné les 5 mères, elles étaient toutes « mauvaises » selon lui. Cela fait de moi victime N°6.

    Je suis dévastée, car grosso modo je suis laissée face à un choix terrible: soit garder l’enfant et en prendre pour 20 ans supplémentaires de souffrances et manipulation, tout en promettant un futur difficile à cet enfant, soit avorter et vivre avec « ça » pour le reste de ma vie (connaissant ma psychologie, je sais que commettre un tel acte me condamnera à une vie de remords, de honte et de culpabilité.) Car oui, cet enfant je l’ai désiré, il n’est pas le fruit d’un accident. Et maintenant je vais le jeter à la poubelle parce que j’ai peur de son père et surtout pas assez de confiance en moi pour gérer cette situation ?! C’est pitoyable.

    J’étais tellement fascinée, irresistiblement attirée par cet homme qui pourtant m’a fait souffrir dès le début. Je l’aimais tellement. J’ai tellement honte de m’être mise dans cette position de victime! Alors même que j’étudie la thérapie cognitivo-comportementale. Mais face à lui, je ne peux être moi-même, aucun argument rationnel ne marche, je vois bien les drapeaux rouges, je « sens » que je fais une erreur, mais j’avance quand même vers lui, comme hypnotisée.

    Je précise que le PN m’a laissée tomber froidement 5 jours après la conception de l’enfant car j’avais refusé de lui « prêter » une fois de plus une grosse somme d’argent. D’où mon désespoir et mes recherches, et ma présence sur ce site ce soir.

    Entre la peste et le choléra, il me faut donc choisir! Et très vite, tant que c’est encore possible…
    Peut-être quelqu’un ici peut-il comprendre ma détresse…
    Merci.

    • Bonjour Cécilia.
      Je comprend parfaitement votre détresse qui est celle de nombreuses femmes que je croise.
      Ne restez pas seule avec çà !! Rencontrez un thérapeute près de chez vous, ou même moi si vous le souhaitez, mais ne restez pas seule !!!
      Bopn courage, Geneviève Schmit

  21. clem

    Bonjour,
    Tout d’abord un grand merci pour cette mine en or qui nous aide à comprendre.
    Nous sommes parents d’un jeune garçon de 19 ans.
    Nous avons pris contact avec une association qui a confirmé nos douloureux doutes concernant les troubles de la personnalité qui habitent notre fils.
    en visionnant une de vos vidéos j’ai appris que le cerveau d’un PN serait resté au stade d’un pré-ado.
    Ma question est : en a t il conscience?
    Nous avons pris la décision de tenter de l’aider quitte à sacrifier notre relation avec lui. Perso dans un 1er temps je préfère faire un break, le temps de « digérer » et de me protéger. Mais mon veut tout tenter.
    Donc ma 2ème question est : Mon mari a-t-il une chance de faire d’arriver à quelque chose?
    Merci pour votre retour. Clem

    • Bonjour,
      Je ne peux vous répondre précisément car je ne connais pas la situation… J’en suis désolée.
      L’aider c’est une bonne chose, mais pas n’importe comment ! Attention !!
      Le remède peut être pire que le mal …
      Si vous le souhaitons, nous pourrions en parler plus précisément lors d’un rendez-vous.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  22. Dorail

    Bonjour

    Je suis victime d’un PN, et je me suis rendue compte qu’il y a 3 ans que je vivais avec mon bourreau.
    Infidélité, violence psychologique, il a essayé d’accaparer mes enfants, mais reviens toujours en victime.
    Nous avons acheté une maison, car cela a été piège pour m’enfermer,
    je suis sortie de la dépendance affective mais il essaie à tout pris de me mettre dans une dépendance financière.
    je résiste, mais je n’arrive pas a agir, telle une drogue on reviens chercher sa dose
    je n’ai plus d’enfant en bas äge, je suis quand même prisonnière de ce malade immature.
    j’ai commencé à mettre une survie financière afin de me libérer de ce bourreau
    il m’a fallu du courage, du caractère, des aides de thérapeute afin de travailler sur les émotions négatives pour le dominer.
    je souhaite beaucoup de courage aux femmes victimes de ces manipulateurs,
    travailler la confiance en soi, aimer vous, et garder les yeux ouverts.

  23. Jen

    Bonjour Madame SCHMIT,

    J’ai besoin de vos lumières…

    Je suis marié avec des enfants.

    J’ai connu une femme dans le cadre de mon travail. Il s’agissait d’un supérieur hiérarchique mais pas de mon administration.
    Rapidement le contact est passé entre nous et cette femme m’a fait comprendre que je lui plaisais.
    Nous sommes sortis ensemble. Au début c était passionnel, on se voyait de temps en temps, on ne pouvait pas se passer l’un de l’autre. Puis au bout de quelques mois, cette dernière a pris un peu de recul jouant sur les peurs d’être demasqués, le risque lié à nos professions MAIS en m’expliquat qu’elle ne pouvait pas vivre sans moi…J’ai donc pris le temps de l’écouter, m’expliquant qu’elle avait été violée par son demi frère lorsqu’elle avait 6 ans, que sa mère s’était suicidé à ses 17 ans..Bref un passé douloureux dont elle traine les sequelles. J’ai voulu des le départ prendre du recul, mais étant un homme plutot compréhensif, j’ai ouvert mon coeur à cette femme. J’ai pris le temps d etre à SA DISPOSITION permanente. Elle a été mutée un peu plus à 40 min de nos domiciles, et m’a indiqué qu’on pourrait mieux vivre notre histoire. Simplement dans son processus qu’elle m’expliquait, étant elle aussi en couple avec deux enfants, elle tombait enceinte de son compagnon, et l’année d’après m annoncer qu’elle se marier…Moi n’écoutant que son processus, n’écoutant que ses louanges sur ma présence vitale dans sa vie, je suis resté à accepter l’inacceptable. Le résultat c’est que je suis totalement devenu amoureux de cette femme. Tellement je souffrais du manque et de son absence (soit lié à son travail ou son emploi du temps perso), j’ai décidé d’aller vers une autre femme pour l’oublier…Puis une autre….Mais sa présence était trop importante à mes yeux. Mon investissement personnel avait dépassé l’entendement. En fait j’allais voir ces femmes juste pour attendre son retour…J’ai donc continué avec elle, les rendez vous se sont faits moins fréquents, zéro sexe, mais des mails de temps en temps rassurants…Et à chaque rendez vous le simple fait de la voir comblait l’addiction à cette femme. Il y a trois jours son frère vient de mourir…(celui qui avait abusé d’elle petite). Depuis des semaines elle savait qu’il était malade…Bref , elle n’avait plus de contact avec mais culpabilisait un maximum…Donc mli n’écoutant que l’amour à son égard, je comprenais le fait qu’elle veuille rester seule…qu’elle n’appelle plus…bref après quelques mails de ma part pour lui soutirer l’amouur qu’elle avait pour moi car el manque totale d’elle, elle me confirme qu’elle m’aime mais que ne peut gérer cette situation, qu’elle vit dans la culpabilité et notamment celle de me perdre d’une maladie ou autre, et qu’elle a essayé de vivre notre histoire mais qu’elle souffre trop de handicap liés à son passé…Par contre elle me dit que ma présence est importante dans sa vie, qu’elle a besoin de moi. EN GROS elle me propose de ne plus être des amants mais de rester en contact. Pour la décrire, c’est une femme qui a une faible opinion d’elle même, qui vit dans la culpabilité pour tout et rien…
    Alors voilé, je me sens vide, car çà fait quatre ans, je n’ai recolté rien du tout a part de l’absence, du manque et aujourd’hui un sentiment d abandon , de trahison.
    C’est elle qui part apparemment…
    Je suis addict à la messagerie sur laquelle on s’envoyait des messages ainsi qu’à a présence….
    Suis je tombée sur une manipulatrice PN ?
    Que dois je faire ? Puis je garder un contact « amical » avec elle?
    Je suis perdu à vrai dire

    MERCI POUR VOTRE REPONSE

  24. Bernier

    Helene
    Voilà j’ai besoin de savoir si j’ai à faire à un PN.
    Je vous raconte mon histoire en quelques lignes. Le PN est un ami depuis 5 ans . Il était en couple , marié depuis 14 ans , et a demandé le divorce il y a quelques semaines . Il a une maîtresse depuis plusieurs mois maintenant et a commencé à se confier à moi , j’étais devenue sa confidente et au fur et à mesure du temps il m’a charmé ( je suis en couple aussi avec des problèmes intimes venant de mon ami) je me suis confiée aussi de mes problèmes de couple et a commencé à me charmer , à me dire de belles choses pour me rassurer et nous avons fini par avoir des sentiments amoureux ( je croyais) il m’a tres vite dis qu’il m’aimait , qu’il était fou de moi , qu’il n’avait jamais vécu ça , je croyais vivre une belle histoire , toutes ces belles paroles qu’on a envie d’entendre. . Il voulait m’emmener en voyage , m’a demander en mariage … J’y croyait vraiment , c’était un homme que je connaissais depuis longtemps et puis je lui ai demandé de quittèrent sa maîtresse qu’il voyait toujours et que tant qu’il ne le faisait pas , j’arrêterai cette relation.
    Il était en larmes, me suppliant de ne pas le laisser, qu’il allait la quitter.
    Ce qu’il a fait ( enfin ce que je croyais)
    Un peu plus tard , il m’a dit qu’il me quittait , qu’il fallait arrêter . Ca m’a boulversé, je ne comprenais pas , mais il est revenu en larmes, il ne voulait pas me perdre. Toujours pleins de promesses, j’étais à lui et il fallait tout le temps que je lui dise que je l’aimais , que je lui appartenais. Dès que je sortais le week end avec des amis , il me harcelait, me disait qu’il étais jaloux , ca lui déplaisait que je sorte sans lui de peur que je rencontre un autre homme….

    Et puis il a commencé à me dire qu’il était malheureux car sa maîtresse était malheureuse car elle avait quitté son mari pour lui .
    Je ne comprenais pas , il l’avait quitté…. De la culpabilité, je pensais.
    Je lui ai demandé de couper les liens , il me répondait à chaque fois  » oui je viens de lui dire » . Je vais l’appeler et lui dire que c’est toi que j’aime……

    Bref il m’a demandé de quitter mon ami … J’étais folle de lui et j’ai commencer à chercher un logement et à dire à mon compagnon que j’avais des sentiments pour un autre Homme.

    Après avoir passé une nuit à l’hôtel , où il m’a dit avec les larmes dans les yeux que j’étais la femme qu’il avait toujours rêvé , qu’il voulait que je devienne la femme de sa vie , il voulait vivre avec moi , cherchait une maison pour nous , bref j’étais aux anges…
    Le lendemain il me fait comprendre que c’est compliqué, qu’il est malheureux , qu’il culpabilise pour l’autre et décide de prendre du recul.
    J’accepte tant bien que mal , je me sens perdue et commence à me poser pleins de questions …
    Je le revois 2 jours plus tard et il me dis qu’il m’aime …… Tout le même refrain , je retourne dans le panneau . Il paraît si sincère …
    Le lendemain il stoppe tout et plus de nouvelles de lui alors que moi je lui envoie des mails de désespoirs toute la semaine . Je suis accroc , je l’aime!!!
    Bref , j’ai finis par trouver le numero de son ex maîtresse et je l’ai contacté et la le coup de massue ,
    Il était toujours avec , il l’a quittait , revenait lui disant que c’était la femme de sa vie , qu’il voulait se marier , enfin il lui faisait vivre la même chose ( les mêmes mots…)
    Elle a tout quitté pour lui et moi j’étais prête à faire la même chose.
    Je l’ai quitté définitivement mais n’arrive pas à digérer et même à l’oublier.

    Pensez vous que c’est un PN ???

  25. Christine

    Bonjour, moi aussi j’ai changé de prénom.

    J’ai vecue 2 relations avec des PN, ils agissaient différemment. Le premier (17 ans vie commune) etait plutôt dans la violence verbale destruction de sa proie, moi! Humiliations de toutes sortes, verbal et physique . Devant les autres était gentil, attentionné. Je l’ai quitté obligé de lui donner nos biens commun, finance pour être libre..afin de ne plus vivre des violences
    La deuxième relation, 10 ans vie commune! j’etais la plus belle, j’etais l’amour de sa vie. des « je t’aime » tant qu’il en pouvait, même la veuille de son départ (partit car je venais de perdre mon papa, donc depression) quand il etait avec sa maîtresse! ! (J’ai declanché une grave maladie)) A côté de sa! Il agissait tout en futilité criait, impulsif, etait très jaloux. Moi naive je croyais que c’etait de l’amour, que j’ai manqué toute ma vie. Profitait de moi financièrement, et le lendemain m’achetait un cadeau.
    Jaloux de mes enfants.Faisait tout pour m’éloigné d’eux.. Nous avons eux un enfant en commun , aujourd’hui c’est très difficile car nous avons toujours un lien avec notre enfant..
    Il continue à travers notre fils, de me manipulé.
    A travers les sms , il me culpabilise en disant que je le harcele, hors c’est faux je lui dit juste quand notre fils est malade, c’est la loi, il est avec une autre femme.., mais elle n’est pas une proie!! Bizarre! ! Je me pose toujours la question? Ma t’il aimé, m’aime t’il? Va t’il venir s’excuser? Pourquoi j’ai besoin de savoir si il m’aime?? Pourquoi toutes ces questions?? Et moi je me dit qu’il m’aime encore! Je ne l’aime plus pourtant
    Il manipule notre enfant, que dois je faire pour expliquer au petit, qui est son pere? Il a 11 ans il est en âge de comprendre! Il a peur de son père, ne désire pas lui téléphoné. .Sa me retombe dessus, il me harcele au téléphone.Ou me provoque pour avoir la garde (mais il ne le veux pas) ou ne me donne pas la pension. Pourquoi je n’arrive pas a refaire ma vie après 5 ans.. Je suis terrorisé par les hommes.Et enfin est t’il possible que j’attire se genre d’hommes afin d’être mal traité? Ainsi que les hommes qui me font subir des abus sexuelle?? Merci pour votre réponse. J’ai vraiment besoin de votre aide…pourquoi suis aussi naive, bête? ?

    • Bonjour,
      Vous êtes aussi immature et naïve parce que vous n’avez pas encore pris la peine de travailler la cause en vous …
      Bon courage, Geneviève Schmit

  26. Laura

    Bonjour,
    J’ai eu une relation de quelques mois avec un PN qui m’a maintenant quitté.
    Nous partagions le même réseau d’amis et aujourd’hui, bien qu’ils me disent tous qu’ils n’ont « aucun problème avec moi » ils me tournent tous le dos pour rester avec le PN.
    Je me retrouve totalement isolée, que puis je faire?

    • Bonjour,
      Ce n’est pas ces gens qui vivent votre vie !
      Ne les laissez pas dicter ce que vous devez ou pas faire!!
      Con courage, Geneviève Schmit

  27. marie

    Bonjour mon speudo est Marie…
    Je suis resté avec un pn pendant neuf mois…
    Aprés plusieurs ruptures de ma part et de lui,aujourd’hui je l’ai quitté (hier soir par telephone)
    Il m’a bloqué sur son téléphone est ce qu’il va revenir??
    Je suis perdue.
    Merci pour votre réponse

    • Bonjour,
      Ne pouvant deviner le futur je ne peux savoir précisément s’il va revenir.
      Ce que je peux vous dire au travers des expériences c’est qu’il est probable qu’il tente de vous recontacter, d’une manière ou d’une autre, car il sait qu’en vous parlant il va vous retourner une fois encore le cerveau.
      Et l’autre danger, c’est que vous aussi, lorsque le manque se fera sentir, vous le recontactiez.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  28. Virginie

    Bonjour je voulais savoir si les victimes de pn sont aussi immatures affectivement? J’ai cette sensation…merci

    • Bonjour,

      Je partage cette sensation !
      Oui, elles le sont. D’une manière différente mais elle le sont.
      Bonne réflexion!

      Geneviève Schmit

  29. Bsr, étant dans ce triste schéma depuis presque 3 ans,j’ai réussi a quitter un PN.
    J’ai été abasourdi quand j’ai lu tous ces articles même en choc car je n’y croyais pas..bientôt 3 mois que je me bat seule,isolée,dépouillée mentalement, physiquement, financièrement et relationnel.je vais être franche, j’ai toujours ce manque de lui, mais je tiens malgré ses textos appels crises partout pour me discriminer ses chantages harcèlements et coups bas en tous genres sans oublier l’extrême gentillesse entre deux rages…
    J’ai eu cette chance (!!!???) qu’il a écopé de 2 ans de sursis et 3 ans de mises à l’épreuve avec cure désintox à l’alcool suivi psy (il s’y plie mais manipule tout le monde même la psy lui a dit vous m’avez leurré!!!et finalement s’en sert pour se faire plaindre partout comme un petit garcon malade et malheureux et par ma faute…)suite à des violences physiques terribles sur 1 an ;il ne dit rien mais m’en veut gravement..je pense qu’il se venge depuis que je lui ai cédé ..j’ai cru qu’il changerait vraiment, par moment il était merveilleux.Tout ceci c’était avant que je me renseigne.. a ce jour, je suis épuisée de me battre, je ne sais comment me sortir de là, je pense à toutes ces souffrances, personnes pour m’aider, les gens m’ont condamnées d’etre retournée vers lui et pourtant je l’ai quitté dix fois, changer de tel de vie, il m’a volé plusieurs fois et rien rendu et je suis à la gorge pour tout il me manipulait sans cesse pour l’argent, je n’y voyais rien, il travaillait rarement car toujours en conflit aussi avec sa hiérarchie m’a fait des chantages financiers honteux jusqu’à me laisser des semaines sans 1 euro sans rien à manger et ayant bien écarter tout mon entourage, à chaque fois j’y retournais croyant qu’il me rendrait mais c’était le labyrinthe infernal .j’ai une maladie des muscles et je me suis rendue compte que depuis plus de deux ans je me soigne même plus,tout était que pour lui sans cesse .j’ai 2 de mes chats qui sont morts sans raisons apparentes et les 2 à son mois d’anniversaire!!!, j’ai 8 chats depuis 15 ans. il buvait énormément, un matin après une nuit d’alcool et de violences, il est parti sans prévenir avec notre chien et l’a fait piqué sans me le dire…Depuis ce jour, j’ai eu très peur de lui et me suis pliée POUR MES CHATS .aujourd’hui, je me rends comte que je suis en état de choc depuis longtemps, j’ai cette confusion mentale sans cesse qui me plombe et m’empeche de vivre, il continue de me relancer, me harceler,je ne dis rien mais je suis comme paralyser. je ne pouvais plus voir ni même parler à plus personne, il a vandaliser les voitures de nouveaux amis que j’ai reçu il y a 2 semaines, je me croyais libre enfin, mes amis ont peur ; d’ailleurs tout le monde a peur de lui et m’évite ;tout ce qu’il fait est calculé donc on ne peut jamais avoir de preuves et je suis impuissante légalement parlant de surcroit il se vante que je ne coincerais pas!!!il m’a volé, vandalisé au jardin, au cabanon, à la maison il m’a sapé partout, il habite à 5mn de chez moi, il a meme porter plainte contre moi pour des faits purement inventés et soudoyés des témoins mais finalement tout ceci s’est retourné contre lui enfin qu’il avait calculé car les gendarmes ne me croient plus!!!toujours mis son ex entre nous, elle me déteste, il ment partout, il dormait chez elle et chez moi pendant 1 an avec des conflits et des souffrances terribles pour moi et je l’ai su que beaucoup plus tard; y’a un an il a couché avec une pauvre fille (alcoolique et pommée)lui faisant juré de rien me dire(elle avait peur)et il a réitéré cela il y a 2 semaines demandant encore à elle ci de m’appeler pour nier.. le but étant je pense que je comprenne qu’en fait surement il y retournais depuis un an et que ça me rende folle de souffrance..Bref y’en aurait des pages et des pages..je me bat pour pas y retourne car maintenant je sais mais j’ai peur de craquer car je suis à bout de forces face à ses attaques et souvent j’ai remarqué que son harcèlement était tellement puissant et endurant que je disais amen pour « avoir la paix ».Alors comment fait on quand on a pas les moyens financiers de consulter (je suis pensionné adulte handicapé/il choisit bien ses proies ses 2 ex aussi sont invalides et isolées – je me souviens qu’il m’avait dit une fois m’avoir repérée depuis 1 an..C’est très apeurant) , comment cesser ce calvaire moral incessant de se dire ou je vais que dois je faire ai-je le bon mode de fonctionnement comment vais je me reconstruire tout est compliqué et épuisant..je remercie mes chats tous les 2 secondes qui m’ont sauvés de lui mais je me sens coupable honteuse diminuée démunie et tellement seule. j’ai mis 1 mois à enfin poster ce message. Peut etre pourrez vous m’aider à me retrouver?
    ISA

  30. Clara

    Bonjour Geneviève et merci par avance pour la réponse que vous me formulerez. J’avais déjà laissé il y a quelques mois un message en m’interrogeant sur le comportement d’une psychiatre qui me paraissait plus que malsain et anti déontologique. Après 6 mois de non thérapie j’ai décidé d’y mettre fin. Je me suis rendue compte que la bienveillance que j’attendais tant de sa part n’était pas au rendez-vous.
    J’avais consulté cette personne justement après avoir été victime (plus de moi-même que d’une autre personne à vrai dire) d’une manipulatrice perverse narcissique. J’ai d’ailleurs raconte mon histoire. Je pensais avoir une amie, en fait j’avais eu affaire au Diable. Les mpn n’ont pas d’amis.

    Je débarque donc dans le cabinet d’une psychiatre après avoir récupéré mes ressources psychiques. Il s’est avéré que la psychiatre avait des comportements similaires à celui de la personne pn que j’ai côtoyé. Est-ce possible qu’elle y soit ? !

    Son travail de sape a été très insidieux mais très dévastateur.
    Je ne raconterai pas tout dans les moindres détails mais voici certains faits qui m’ont interloqués :

    – critique sans en avoir l’air
    – souffle le chaud et le froid
    – défend une perverse narcissique !!
    – décrédibilise les livres de professionnels
    – s’excuse pour des faits peu graves mais recommence ensuite sur des choses beaucoup moins anodines
    – me compare aux autres patients
    – lance des sous- entendus blessants et accuse l’autre de mal interpréter
    – impossible à saisir : elle changeait de sujet lorsque je voulais lui faire parler explicitement.
    – quand elle est prise en « faute » donne des réponses absurdes.
    – dépourvue d’empathie : se moque totalement que je sois une fois ressortie en pleurs.
    – paroles contraires aux actes
    – répétitions de mes phrases, de ma façon de m’exprimer et de mes tiques. Elle me mimait
    – j’ai eu le droit à des mots d’elle me disant à mi-mots qui elle était. Elle faisait tomber le masque
    – tentait de me culpabiliser lorsque je lui exprimais ce que je lui reprochais
    – reproches meme les qualités de l’autre : souriant et ne pleurant pas en public. J’ai même eu le droit à une pique parce que je ne pleurais pas en public.
    -change de version d’une fois à l’autre
    – ne SUPPORTE PAS la MOINDRE contradiction.

    Malgré tout cela j’appréciais mon bourreau mais j’ai du choisir entre sauver ma vie (elle s’en prenait à mes valeurs) où elle.
    J’ai failli sauter d’un pont.

    Je ne peux pas affirmer avec certitude qu’elle soit pn mais le fait est qu’elle avait des comportements similaires et m’a psychiquement vide comme le font ces diables de pn.

    Cela fait plus de deux mois sur j’ai arrêté cette (non) thérapie. Aujourd’hui j’ai besoin de comprendre pourquoi elle a agi ainsi. Ce n’est sûrement pas à cause de ma personnalité : j’ai un caractère assez doux. Je me suis toujours exprimée avec tact.

    Cependant j’ai une très grande faille empathique.

  31. Rossana Rosa

    Bonjour;

    Je viens de tomber sur ce site après plusieurs lectures et recherches sur le profil d’un PN,je vous laisse mon témoignage et j’aimerai bien recevoir des réponses de votre part.

    Je viens de quitter et arrêter ma relation avec un PN qu’au départ je croyais mon prince, mon protecteur, la personne que j’attendais toute ma vie ( hhhh), en faite notre relation a duré très peu,2/3 mois avec une rupture au milieu de 2 mois, durant cette première séparation, je ne comprenais pas exactement la situation dont je me trouvais ou la personne que j avais en face, je pouvais sentir que cet homme avait un problème sérieux de confiance en lui, qu il été obsédé par devenir quelqu’un d’important de puissant et avec beaucoup d’argent, j’interprétais ceci comme de l’ambition…au départ il s’est montré quelqu’un de très ouvert, compréhensible, proche, serviable, affectueux,..mais au fil des jours je commence à voir un changement de comportements et de traitement à mon égard: il se donnait le droit de me crier, de me critiquer, de m’humiliait parfois,de ne pas répondre à mes appels, des comportements auxquels je répondais avec force et on terminaient par des disputes, je dois préciser que je suis une fille forte de caractère, indépendante, j’ai une très bonne situation, de bonne famille, mais avec quelques défauts dont je suis consciente: Sentimentale,Romantique, Naïve, en recherche d’amour et de protection: je vis dans une société Machiste ( Pays Arabe Musulman) et la présence de l’homme (époux) dans la vie d’une femme lui procure protection et respect, je pense que inconsciemment cette idée je l ai au fond de moi…je ne sais pas, mais ce qui est sur est que ce PN que j’ai rencontré a bien compris cela et a essayé de me manipuler en utilisant des comportements parfois de très gentil et parfois de très odieux, ce qui été peu crédible pour moi, il a essayé de me convaincre de changer mon travail parce qu il le jugé peu porteur pour moi et pour ma carrière alors que moi adore mon travail et il me procure toute la satisfaction dont j’ai besoin, apparemment il voulait me déstabilisé et me faire perdre confiance en mes choix!! ensuite il m incitait a laissé mes activités culturelles: je fais du Chant Arabe Classique et du théâtre, de voyager sous le prétéxte que je dois épargner mon argents pour mon avenir!!

    Puisque je n’arrivais pas à comprendre ces réactions je l’affrontais ( par téléphone, jamais face à face) en lui disant tu manques de confiance en toi, tu ne t’aimes pas, tu as certainement vécu une vie difficile pour haïr et vouloir rabaisser et te venger de cette manière des autres!!! ceci avant même que je prend conscience de l’existence de ce genre de personnes les PN….sa réaction été parfois de silence absolut a l’égard des mes commentaires ou parfois des explosions et des crises d’hurlements!

    Aujourd’hui je m’estime chanceuse d’avoir pu comprendre comment il fonctionne et d’avoir pu prendre la décision de le quitter, (chose qu il me pardonnera certainement pas) mais aussi et pour être sincère je me culpabilise et je me reproche le faite d’être trop naïve, d’avoir tomber dans ce piège, sachant que je suis une fille bien instruite, éduquée et je me considérait intelligente! mais après cette expérience je doute de plus en plus en mes qualités et je me sens Idiote et imbécile!! ( j’ai vécu un autre échec de couple dans ma vie, mais pas en relation avec PN).
    les jours qui ont suit ma décision de le quitter, il n’arrêtait pas de m’appeler, et se montrer gentil, attentionné, patient mm devant mes critiques et mes reproches, là depuis une semaine plus aucun signe de vie…vous pensez qu il a trouvé une autre victime? ou c’est le silence qui précède l’orage?! je crains d’une vengeance de sa part!! moi je ne veux que tourner cette pages sans dégâts dans ma vie.

    Merci d’avance pour votre collaboration et vos conseils.

    • Bonjour,
      Je ne puis vous dire ce qu’il y a dans la tête de cette personne.
      La probabilité est qu’il reviendra à la charge. A vous de l’y en empêcher, ou pas …
      Bon courage, Geneviève Schmit

      • Rossana Rosa

        Bonjour Madame;

        Je vous remercie infiniment pour votre réponse! Oui effectivement il m ‘ a appelé plusieurs fois la! je ressens de la haine dans sa voix et me demande si je comprends ce que je fais et si ss consciente de ma décision!! chose à la quelle je réponds avec confirmation!!j’espère qu’elle pourra passer à autre chose le plutôt possible.

        Merci encore une fois.

        • Leila

          Bonjour Rossana,
          Je retrouve tellement de similitudes entre la personne que tu décris et la personne qui m’a manipulée. Il cible les filles d’origines arabes ou emirates et de bonne famille avec un sens des valeurs traditionnelles et il fait croire qu’il est maître en matière de parcours professionnels en conseillant voire forçant sa victime à faire certains choix pro/financiers. Il est lui même à la recherche d’un travail mais il est intelligent et séduisant et évolue dans un cercle d’industriels ce qui le rend légitime. Il joue sur une image de parisien précieux 35-40 ans. La probabilité que ce soit la même personne est faible mais j aimerais avoir ton avis.
          Bon courage à toi et bravo pour avoir démasqué ton PN si rapidement. Moi j’ai mis 3 ans avant de m’en apercevoir

    • Leila

      Bonjour Rossana,
      je suis moi même victime et après avoir lu ton message,
      je me demande même si ce n’est pas la même personne que toi qui m’a manipulée pendant plusieurs années.
      Si tu vis sur Paris, et que son prénom est Stéphane, n’hésite pas à me répondre…

  32. Marielle

    Je vis en Haute-Savoie (74), pouvez-vous m’indiquer si une association est présente sur ma région.
    Pour des conseils car mes deux filles sont pris « en otage » par un PN.
    Mes filles et moi-même sommes en souffrance.
    Merci de votre réponse.
    Marielle

    • Bonjour,
      Je ne connais aucune association, j’en suis désolée.
      Je tiens aussi à vous signaler de faire attention à ne JAMAIS mettre votre nom de famille dans des post public …
      Bon courage, Geneviève Schmit

  33. Odile

    Bonjour, une question qui me préoccupe : un PN sait-il quand il bascule ou, au début quand il est plus jeune, pense t-il que la vie est comme ça pour tout le monde ? Que faire très bien semblant c’est la solution du bonheur et que si il est vide de quelque chose ( ce qu’il recherche par la suite chez une autre personne quand il a compris ) il pense que tout le monde est pareil ? Peut-il bien vivre une période dans sa vie dans le cas d’un entourage non contrariant, voire être adulé ? se rend t’il compte de son vide intérieur ? Je vous remercie d’avance de me donner votre avi

  34. Lucie

    Bonjour,
    J’ai quitté le père de mes enfants après 7 ans de souffrances. J’ai eu le courage de le mettre dehors après qu’il m’ait giflé devant mes enfants.
    Quand je regarde votre site, j’en ai froid dans le dos… J’ai l’impression que ce site est fait pour lui, mais il ne l’admettra jamais. J’ai encore un long cheminement avant qu’il daigne me laisser tranquille, mais j’ai enfin réussi à l’éloigner de moi.
    Aujourd’hui, j’éprouve du soulagement mais je m’en veux d’avoir été autant manipulée.
    Il a profité de mon empathie envers les autres à son avantage.
    On ne m’y reprendra plus.

  35. Sophie

    J’ai vécu près de 9 ans avec un PN et je n’ai que 25 ans. Cet article correspond tout à fait à ce qu’il représente. Il me présentait comme son beau tableau de chasse, une fille qui allait devenir docteur en pharmacie et qui s’intéressait à lui. Seulement lorsqu’on était tous les 2 ce n’était que son boulot qui comptait, mes études on en parlait que très rarement et il ne m’écoutait presque pas si jamais j’en parlais.
    Je savais au fond de moi que je ne m’épanouissais pas dans cette relation mais il m’avait promis tout ce que je prévoyais pour mon avenir ; une maison, des enfants. J’étais la femme de sa vie ou bien encore la mère de ses enfants, j’étais tout selon lui tout ce qu’il recherchait chez une femme. Dans nos rapports il demandait toujours plus, rarement satisfait de ce que je donnais il devait être un dominant et moi sa soumise. Et je l’étais aussi dans la vie de tous les jours, vaisselle ménage, pourtant je n’étais là que les week end (effectuant mes études la semaine dans une ville à côté). Il avait aussi de gros problèmes avec l’argent il fallait montrer aux autres une belle voiture, des vêtements de marques, des chaussures de marques, etc.. alors que chaque fin de mois c’était dans le rouge que se retrouvait son compte mais c’était de ma faute puisque j’étais dans les études et que je ne touchais rien, et qu’il fallait nourrir 2 personnes le week end (alors que mes parents nous faisaient régulièrement des courses) mais il ne supportait pas non plus l’idée quelqu’un nous aide (famille ou amis).
    Et puis un jour j’ai découvert des mails suspects, des mails qui avait été envoyé à une jeune fille (ou à une nouvelle proie?) durant notre 1ère séparation. Cette séparation c’était selon lui MA faute : je ne lui donnais plus d’affection comme au début, ne lui montrait plus mon amour, mes études passaient avant lui (et heureusement d’ailleurs!!). Il a su carrément me détraquer le cerveau en me disant que cette fille ce n’était rien qu’il avait voulu voir si il s’intéressait à d’autre filles mais non c’était moi la femme de sa vie. Cette même jeune fille qui a appelé mes parents à leur domicile ou bien envoyé une lettre chez ses parents à lui pour leur dire que cela faisait 2 ans qu’ils entretenaient une relation. Mais pareil mon cerveau était pris en otage par ce PN et il m’a sorti une excuse bidon comme quoi elle voulait juste se venger qu’il n’ait rien eu avec elle.
    Et de plus en plus je voyais que je me renfermais sur cette relation, je ne parlais presque plus à mes amis qu’il ne supportait pas (ou plutôt que mes amis avaient découvert qu’il était manipulateur), je voyais peu ma famille et j’étais dans la spirale des révisions de mon concours.
    Au moment de passer mon concours 2 jours loin de chez lui, il ne m’a pas soutenu de simples petits messages d’encouragements qui ne ressemblaient pas aux autres comme si il voulait que je loupe mon concours (parce que lui loupait les siens…), alors je suis rentrée de ces 2 jours épuisants physiquement et moralement et là il m’a remise à la porte la veille de Noel!
    Pendant plus d’un mois il m’a harcelé comme moi c’était de ma faute, que je vivais très bien sans lui, il voyait que j’étais heureuse, alors il a bien vu que je résistais que je n’allais pas revenir grâce à mes parents et amis d’ailleurs et 1 mois après notre rupture qui a durer presque 9 ans il est avec sa nouvelle proie (la jeune fille qui a voulu m’interpellait).
    Ce sont des moments très durs que je suis en train de vivre comme vous le dites si bien il est pour moi une drogue (et bientôt je pourrais dire « il était » une drogue), je commence une thérapie pour retrouver une confiance en moi et une estime de moi que j’ai totalement perdu.
    « Gagner c’est reprendre sa vie en main » c’est ce que je vais essayer de faire même si cela est dur,me reconstruire car malheureusement pour lui j’ai réussi le concours, je me raccroche donc à toutes ses ressources et mes proches qui me comprennent.

  36. cecile

    J ai eu une liaison de 4 mois avec un PN.
    C est fini depuis un mois mais je n arrive pas à oublier. ni lui ni l histoire.
    Je ne sais pas comment m en sortir. Il me hante jour et nuit.
    j ai cru avoir trouvé l amour. tout n était que mensonge et manipulation.
    je voudrait qu il souffre autant que moi. Mais je sais à présent que je n existe plus pour lui. Il est déjà passé à autre chose.
    moi je bloque. je suis malheureuse. peu de personnes autour de moi me comprennent.
    je me sens si seule.
    Je me demande si un jour je pourrai à nouveau être heureuse ?

    • Bonjour,
      Vous vous en sortirez mais je crois qu’il serait mieux pour vous de faire un petit bout de chemin avec un thérapeute.
      Bon courage. Geneviève Schmit

  37. callie

    Bonjour,

    Je suis mariée depuis 30 ans avec un pervers narcissique et je viens seulement d’en prendre conscience avec l’aide de ma psychiatre. Les violences psychologiques ont fait partie de ma vie avec lui et ont empirées ces dernières années : dépression, mal-être, maladie auto immune, tentative de suicide…..
    Je suis sidérée de savoir que de tels monstres puissent exister et cela fait froid dans le dos. Ils n’ont aucune empathie, aucune compassion, aucun sentiment et n’aiment pas leurs enfants….. quelle horreur ! J’ai encore du mal à comprendre ce qui m’arrive.

    J’ai l’impression d’avoir raté ma vie, il a fait le vide autour de moi, en nous faisant partir de notre région à 700 km, j’y ai perdu mes racines, mes amis, le peu de famille qu’il me reste, il m’a fait perdre mon travail, ma santé….je n’ai plus rien.

    Il a manipulé mes enfants (mon fils n’a même pas pu passer son examen professionnel avant de partir, il a fait arrêter l’école à une de mes filles en 1ère pour l’exploiter dans son entreprise sans être payer pendant un an avant de l’embaucher, il les fait travailler dans son restaurant 380 heure par mois et sans jour de repos lors des vacances scolaires, il les exploite.

    Je demande le divorce et lui aussi, mais j’ai fait l’erreur de lui dire que je savais qui il était vraiment. Depuis il manipule ma fille à outrance, il lui fait « la cour » et la colle en permanence pour la monter contre moi, il fait mine maintenant de s’intéresser à nos chiens !!!. Elle qui ne supportait plus de travailler en restauration et qui rêve de travailler au contact d’animaux et repartir dans notre région, la voilà qui pense comme lui maintenant, elle me parle mal, est distante, veut continuer à travailler pour lui. Je suis presque sûre qu’elle ira habiter avec lui à la conciliation alors qu’on était si proche toutes les deux avant.

    – Que cherche t-il vraiment à faire avec ma fille ? Va t-il nous séparer ? Comment lui ouvrir les yeux ?
    Pouvez-vous répondre à ces questions car je suis au plus mal ? Merci

    • Bonjour,
      Il est clair que son intention n’est pas d’assurer un bel avenir aux enfants…
      Je ne peux vous donner de « recette » par un échange de commentaires … C’est bien trop complexe à expliquer.
      Si vous le souhaitez, prenez un rendez-vous sur mon agenda en ligne. On pourra alors réfléchir précisément à la situation.
      Bon courage. Geneviève Schmit

  38. julia

    Bonjour,

    Aidez moi a m en sortir j ai beau faire toutes les remises en question. Je consulte une psy. J’ai 24 ans ca fait depuis l âge de mes 18 ans que je suis sous son emprise. Il m a quitte 4 fois. Mais j y retourne a chaque fois ! J ai compris que c était un pervers narcissique. Depuis un moment déjà… Mais des que je m efforce a couper les ponts je replonge et il répond et me reprend et me rejette encore et encore.
    J ai tout perdu. J ai echoue a l université il m a detruite psychologiquement. Déjà un passe familial complique assez anxiogène. Je ne peux pas quitter le nid comme ça. Je suis en train de préparer un concours. Mais c’est très dur de lutter contre la dépendance affective. Je n ai jamais réussi a couper les liens plus de 5 mois. Et pourtant ça fait 7 ans que ce sont toujours les même scenarios.
    Je consulte psys mais ça ne m aide pas a décrocher. Tout le monde me dit d arrêter. Mais j y retourne a un moment ou un autre ou quand il sent que je m echappe il me rappelle et je n arrive pas a ne pas répondre.

  39. Un homme très à coeur

    Bonjour je me présente.

    Depuis toujours j’ai une nervosité à ressentir de grosse souffrance émotionnel, depuis que je suis né d’après ma mère.

    Je suis en permanence en colère et plus je grandis plus les gens que je fréquente tombent le masque.

    Je me suis aperçu cette année que j’étais entouré de PNM.

    Car dés que je m’en débarrasse d’un, un(e) autre se dévoile. Mais au cours du temps je remarque qu’ils se défende entre eux, vous savez, vous vous confiez sur une personne qui est PNM et votre amie va jusqu’à défendre cette personne, jusque là je me disais qu’elle avait un problème, mais non s’en est une aussi.

    Mon premier PNM je l’ai rencontré en 3e, quand j’étais en 6e j’aimais tout le monde, tout le monde m’apprécier aussi, j’avais des tonnes de contacte jusqu’à que ce démon sorte de l’ombre. Elle est allé jusqu’à sortir avec mon cousin très naïf qui ne l’est plus depuis. Elle échangeais nos personnalité, j’ai perdu tout mes ami(e)s en partie, seul les vrais sont encore là. Aujourd’hui nous sommes en bon terme, mais elle ne me calcule plus. Je sais que je fais tomber tout c’est masque à l’époque, car je suis vraiment la mauvaise personne à manipulé car je m’en rend très vite compte. Bien que dés que je disais quelques chose de moi, elle me menacé à sa façon « Arrête de dire n’importe quoi, tu me soûle » et une autre amie me disais ce qu’elle lui raconter qui était exactement ce qu’elle me disait de me taire, j’en étais fou. Quand j’y pense j’aurais dû la remballé directe à l’époque à cette biatch. Je suis très en colère.

    En suite après la 3e je suis tomber sur une classe de PNM, où j’ai passé une sale année…

    Pendant se temps que j’étais en train de me reconstruire, je rencontre une amie d’une amie qui me connaissait de mon « trône » du collège. ça à de suite collé mais pas dans le bon sens, j’étais en froid avec ma meilleure amie, et Camille n’arrêté pas de se foutre d’elle et en suite disait que c’était moi. Un jour je craque et l’envois boulet, comme retour j’ai perdu ma meilleure amie, mais Camille à subit mes foudres aussi, je me retrouvé sans presque plus personne et elle avec une seule amie (mon ex best friend).

    Je pensais que c’étais enfin fini, mais non je rencontre l’amour de ma vie avec qui je passe deux moments inoubliable dans l’intimité, mais moi qui était partie pour réussir mon lycée, une bande PNM me prend pour cible mais n’arrive pas à leurs fin. Aujourd’hui je me rend compte que Arnaud mon grand amour étant est un aussi, car il refoule son attirance pour les hommes.

    En suite je crois être dans le calme après la tempête, mais cette amie avec qui je m’entend si bien depuis 5 ans ce révèle être une PNM aussi. Car le masque tombent quand mon père est entre la vie et la mort. Quand je pense que j’ai défendu cette bitch la vieille de son sale cou, ça me désole. Je suis en no-contact depuis Septembre 2015.

    Et c’est pas fini, pendant mon POI, il se trouve que ma formatrice en est une aussi… L’affrontement à durée trois mois mais je m’en suis sortie.

    Pendant mon BAFA l’un des formateurs se trouve être aussi PNM.

    Je deviens fou !!!

    Je dois voir une amie samedi qui à annulé cette après-midi. Et par une réponse qui les trahi à chaque fois par texto c’est le « MAIS NON » qui signifie « MAIS OUI », genre je peux même passé la nuit chez elle. Mon dieu elle blague je me suis laissé avoir une fois, pas deux !

    Je reviens sur mes 22 ans où durant le code un PNM ma pris pour cible et ma presque conduit au suicide.

    Franchement je suis désespéré. J’en parles et sa ne change rien.

    J’en arrive à devenir Incrédule, froid, non-empathique, on me dit cruelle, méchant. Je vois un psychologue, ma consultation me tarde chaque jours.

    ILS SONT PARTOUT. JE VEUX UNE REVANCHE !

    • Bonjour ,
      Non, ils ne sont pas partout !!
      Avez vous pensé à vous remettre en question ?
      Avez vous pensé que c’est peut être votre manque de confiance en vous qui provoque ces situations ?
      Si vous cherchez une « revanche« , vous ne sortirez pas de ce cercle vicieux et passerez votre vie à vous battre.
      Si vous vous remettez en question, si vous trouvez ce qui en vous provoque cette souffrance, vous vous libèrerez réellement et pourrez vivre !
      A vous de choisir.
      Bon courage, Geneviève Schmit

      • L'hauteur

        Je suis navrez de mon poste. J’étais dans la période de reconstruction. Oui, il ne sont pas partout. Mais j’en est bien croisé pas mal.

        Actuellement je suis en thérapie, et je vais de mieux en mieux.
        D’ailleurs ma PN m’a laissé partir. Merci le No Contact.
        En faite ma vrai vengeance est d’avoir fait « le sourd aux textos & appelle » c’est dernier mois.

        J’avais pas encore les armes quand j’ai écrit ce commentaire.

  40. Sonia

    Bonjour,
    meilleurs voeux pour la nouvelle année!

    Je vis actuellement une situation extremement douloureuse, j’ai eu le courage de demander le divorce après 10 ans de vie avec un PN et je peux vous dire que depuis Février 2015 je vis un véritable enfer!!!!!
    Violences verbales, vol d’argent, documents personnels(passeports, clé, Pass de transport);

    mon futur ex mari m’a clairement fait comprendre qu’il allait me ruiner, me détruire, me mettre à genoux pour l’avoir ainsi humilié, frustré, défié en demandant le divorce.

    il faut dire que j’ai été un bon investissement pour lui: grâce à lui j’ai pu régulariser ma situation en France, mes diplômes m’ont permis d’avoir un travail et un salaire confortable.
    Pendant 8 ans j’ai pris tout en charge: loyer, charges, vacances, loisirs enfants pendant que Mr se faisait construire un duplex au pays!!!! Pas de sorties, des humiliations , de l’indifference, « assècheement sexuel » comme il le dit lui même, insultes, j’en passe…
    J’ai voulu partir depuis ms également sous l’emprise de sa mère qui me disait que j’étais sa belle fille adorée, qu’il se « Bonifiait » à mon contact, que c’est Dieu qui m’a voulu pour lui et moi je me disais effectivement que j’étais trop exigeante!
    je faisais des crises d’angoisses quand on recevait du monde car je m’en prenait toujours plein la gueule jusqu’au jour je suis tombée sur un article sur les PN et je me suis dis c’est mon mari tout craché.

    A l’heure où je vous parle notre audience de non conciliation a eu lieu hier et Mr l’a faite reportée pour communication de pièces tardives, il a débranché la box internet la veille, car ce n’est que la veille que j’ai communiqué les justificatifs de mon nouvel appartement!

    c’est reparti pour 2 mois de souffrances, nous avons 2 filles de 10 et 6 ans, il manipule notre ainée qui aujourd’hui se ferme de plus en plus à moi.
    Je tiens grâce à mes collègues et des amis de qualité. C’est dur! aidez moi, je suis endettée à hauteur de 30000 euros, un appartement que je vais payer pdt 3 mois à 1150euros sans y habiter!
    Cet homme veut me détruire j’ai tenu jusqu’ici , j’ai si peur de craquer :-(, trop de choses à raconter. s’il y a des personnes pour échanger avec moi je suis partante

    • Bonjour,
      Situation critique et tellement classique ….
      J’espère de tout cœur que vous tiendrez bon!
      Amicalement, Geneviève Schmit

  41. Julie

    Bonjour,

    Je voudrais vous dire merci pour cet article. Je ne sais pas si lire est suffisant, mais cela rentre surement dans le processus d’une certaine manière.

    J’ai rencontré mon ex copain dans le cadre de mon travail. Je suis rapidement devenue accro (comme on peut effectivement l’être à un drogue).

    Moi j’étais plutôt conventionnelle, stable dans ma vie (en couple depuis 5 ans, en ménage depuis 4), respectueuse des autres, des règles, des valeurs… Il a déboulé dans mon existence comme une tempête. Il me paraissait flamboyant, sans retenues, théâtrale. Il repoussait les limites et jouait avec le regard des autres. Cette capacité et cette façon d’être me captivait. Je ne lui ai pas dit mais cela me subjuguait.

    J’ai eu l’impression que quelque chose s’ouvrait en moi. Même si je suis très sociable, je pense être introvertie dans le fond (le regard des autres compte beaucoup pour moi et parfois me pèse). Il me permettait en quelque sortes de m’affranchir de cela et aussi de tester certaines déviances ou excès que je ne m’étais jamais autorisé. Tout cela était très addictif.

    J’ai rompu avec la personne avec laquelle j’étais en couple. J’ai pris un petit appartement seule et commencé une relation en dent de scie avec lui.

    Je ne sais pas quand notre relation a commencé à basculer dans quelque chose de toxique pour moi. Je crois que cela s’est fait très insidieusement dès le départ. Au début, il me disait que j’étais parfaite physiquement et qu’il n’avait aimé que deux personnes dans sa vie (moi et son premier amour). Mais notre relation était chaotique et nous nous disputions énormément. Il était très jaloux et me reprochait ma manière d’être. Par exemple, je souriais trop ce qui était un appel pour les hommes selon lui ou bien ma lingerie se voyait un peu au travers de mes vêtements, encore un appel pour aguicher les hommes… Et puis, il critiquait ma façon de communiquer (maladroite, inappropriée, insuffisamment réfléchie…). Il me disait comment j’aurais dû réagir dans la situation puis lorsque cela se reproduisait, il me reprochait d’avoir appliquer la règle qu’il m’avait lui-même énoncé en me disant des mots durs (tu applique bêtement, je suis plus nuancé que cela, fais un peu preuve de logique, tu n’est qu’une gamine, tu peux vraiment être conne parfois…). Je me sentais perdue, imparfaite et lui m’expliquait à quel point il avait travaillé sur lui même, à quel point il aimait le développement personnel, qu’il se connaissait parfaitement, que ses parents lui avait transmis des valeurs fortes et qu’ils avaient été parfaits dans leur rôle…

    Souvent je ressentais une forte injustice du fait de toute cette perfection qu’il voulait m’imposer. Il me considérait si imparfaite, en manque de confiance en moi, ayant bénéficié d’une structure familiale défaillante avec des parents au système de valeurs et d’éducation discutables… Personnellement même si j’ai vécu des choses difficiles étant enfant (séparation de mes parents, éloignement et manque de mon père…), j’ai toujours été reconnaissante de ce qu’ils m’avaient apporté en termes de valeurs (argent, travail, justice,…). Ma faille étant ma relation aux autres (l’importance de leur regard/jugement).

    Mon ex a bénéficié d’après moi d’une enfance privilégiée. Nous sommes tous deux enfants unique mais lui a été adopté et ses parents sont toujours mariés (les miens étant divorcés). Je crois qu’il a été ce que l’on appelle un enfant roi, très choyé. Et selon moi, il est encore à la trentaine avec des parents aux petits soins. Je trouve cela beau, compréhensible et admirable mais je pense aussi que cela l’a construit d’une façon égocentrée. Il ne supporte pas la privation, veut être au centre de l’attention, prends des risques sans en assumer toutes les conséquences… Avec ses parents, il a un comportement d’enfant gâté, capricieux et borderline (il a la trentaine comme moi).

    Mon caractère à son contact est très différent. Avec lui je suis plus instable, je me mets dans des colères qui m’impressionnent moi-même, je me mets en danger en testant des choses qui me mettent dans des états seconds. Je suis aussi plus fragile, sensible. Je me sens paradoxalement protégée par lui, en confiance dans ce chaos. Moi qui m’étais toujours dit que si un jours quelqu’un me disait certains mots, ce serait fini immédiatement, je l’ai non seulement laissé me dire des choses odieuses, extrêmement dévalorisantes, brutales mais je l’ai aussi laissé lever la main sur moi à deux reprises. Concernant l’aspect sexuel, nos câlins sont passionnés, nous repoussons les limites et nos corps finissent souvent très fortement marqués après nos ébats (griffures, suçons, morsures…). Notre relation est extrême sur tous les plans.

    Je l’ai quitté à de nombreuses reprises en me disant que je n’en pouvais plus, que c’était la dernière fois mais nous finissons toujours par revenir l’un vers l’autre (peut-être moi surtout). Depuis le début de notre relation, j’ai la sensation que nous sommes incompatibles sur le long terme. Imaginer avoir des enfants avec lui est difficile car je suis convaincue qu’il les utiliserait sûrement et cela me ferait beaucoup souffrir (impuissance à les protéger et à les éduquer de façon équilibrée). En même temps, je n’ai ressenti l’envie d’avoir des enfants que deux fois dans ma vie dont une avec lui.

    Aujourd’hui nous sommes séparés, nous avons fait un essais de vie commune qui s’est soldée par un échec (j’ai fuis après une dispute). Une chance, je n’avais pas lâché mon appartement. J’ai essayé de supprimer son numéro et j’essai de maintenir le cap. J’ai le soutien de mes amis, de ma famille et une relation épisodique avec un garçon. Mais je ressens un vide important. Il me manque. Je n’arrête pas de penser que si seulement j’avais pu lui faire comprendre que son mode de fonctionnement était destructeur, que si seulement il avait pu être moi ne serait-ce qu’une journée et voir ce qu’il me faisait, que si seulement j’avais pu … Parfois je me suis demandé si ce n’était pas moi la pervers narcissique ou la personne toxique. Je chasse ces idées et refuse de me victimiser. Je n’en parle pas non plus à mes proches. Mais bizarrement j’ai l’impression que ma vie était en couleurs avec lui et en noir et blanc sans, comme si elle était plus tiède, molle sans lui. La folie me manque. Du coup je me dis que je suis un peu sadique sur les bords :)

    J’espère tenir bon. Le plus vrai et le plus dur dans ce que décrit dans votre article est la solitude. Se reconstruire seule. Moi j’aimerais me perdre dans d’autres bras pour oublier. J’ai la croyance qu’il faut que je rencontre quelqu’un autre. Je sais que ce n’est pas la clé mais cela me permettrai d’arrêter de tourner en rond dans ma tête comme un petit poisson dans son bocal.

    • Un grand merci pour ce beau témoignage!
      Affectueusement, geneviève Schmit

      • Vincent

        Julie, j’ai vécu exactement la même histoire, je me reconstruit doucement, et t’inquiète pas, notre personnalité, nos valeurs ont les a toujours en soit.
        J’essaie de voir des personnes qui ont de l’empathie, de confiance, ça aide énormément et je pense qu’il faut ce refaire une confiance en soit même minime avant d’entamer une nouvelle relation stable.perso j’ai essayé les sites de rencontres et je les déconseilles, on trouve des personnes qui y sont pour analyser et trouver leurs proies.

        • Julie

          Merci Vincent,

          Tu as raison. Ce type d’expérience nécessite de se reconstruire, prendre du recul, digérer, ne pas s’auto-flageller tout en restant lucide sur les motifs qui nous ont pousser à accepter et entretenir la relation toxique.

          Je me rappelle d’une phrase qu’il disait selon laquelle il n’y avait pas de victime sans bourreau mais pas non plus de bourreau sans victime. Ce n’est pas complètement faux même si cela est terrible à entendre.

          La souffrance et la violence (verbale ou physique) peuvent être à la fois horribles à vivre au quotidien et addictives (surtout lorsque cela dure). Parce-que cela s’installe petit à petit et cela prend une place. Après, il reste une sorte de vide, un espace de non-sensations avec de surcroît une culpabilité et l’impression de ne pas pouvoir être compris sur ce point.

          A cause de cela, on peut avoir l’envie se remettre avec quelqu’un du même type (sombre) pour combler ce vide ou on peut aussi sombrer dans d’autres déviances pour retrouver l’état que l’on a quitter car même s’il nous faisait du mal, cet état était aussi très intense.

          Dans ce sens, je crois que tu as raison, il faut se faire violence pour prendre du recul sur ce que l’on a vécu et ce que l’on veut dans la vie. L’objectif étant de combler la bêche avant de vouloir reprendre une relation avec quelqu’un. Prendre du temps pour soi, essayer de se comprendre (au lieu de chercher uniquement à comprendre l’autre), s’observer et puis faire le choix d’être heureux, choisir une autre voie qui peut aussi être intense que la première mais positivement cette fois…

  42. Blanchard

    Bonjour Madame; Si vous pouviez me répondre je vous sen serais très reconnaissante.
    Voilà mon histoire: mon mari a changé d’attitude vis à vis de moi progressivement.
    Plus je m’élevai contre ses discours abherants, ses jugements sur les autres, plus il devenait odieux.
    Il m’a quittée une première fois pour la mère d’une amie de ma fille mais est revenu car je voulais divorcer.
    3 ans après, porteur d’un bracelet électronique mais avec une certaine liberté de mouvement, le cauchemar a recommencé: violence verbale, dénigrement, violences physiques.
    A bout, espérant créer un électrochoc, j’ai appelé les gendarmes qui sont intervenus, mais je n’ai pas porté plainte.
    Libéré de son bracelet, il est parti en douce et nous a annoncé qu’il ne reviendrait pas, qu ‘il voulait partir à l’étranger.
    S’en est suivie une période où il alternait les harcèlements téléphoniques et où je devais être sa maitresse. Puis j ‘ai reçu une requête en divorce.
    Il n’a pas supporté d’être condamné à nous verser une pension ni que nous ayons déménagé.
    Ma fille et moi commencions à nous reconstruire, meme si au fond de moi j’espérais une réconciliation, pensant qu’après ces « pétages de plomb« , je retrouverais l’homme que j’avais épousé.
    Mais en septembre, nous avons découvert qu’en fait, il avait toujours une liaison avec la meme femme, que ce n’était qu’une histoire d’adultère: souffrance extrême de ma fille, colère de ma part de me voir à nouveau humiliée.
    Je découvre par ailleurs des mensonges divers, notamment sur son adresse, son activité;;;Et là je pète les plombs, 78 sms ou je crie ma révolte devant ces années de mensonges, ou je l’insulte.
    Tout ce qui était resté en moi est sorti. Maintenant, il m’a cité en justice le 17/12 pour que je sois condamnée pour harcèlement;;;

    Et j’en suis à me demander si ce n’est pas moi la PN; Rassurez moi s’il vous plait.
    Je suis perdue. Je précise que nous sommes toujours mariés.

    • Non, vous n’êtes pas PN, mais oui vous avez un problème important à régler: celui de l’illusion !!!

      Vous avez explosé parce que vous étiez encore dans l’attente fantasque d’une « changement » de sa part !!!
      « Votre » problème est là et il vous faut en tenir compte, pour vous ET pour votre fille.

      Devant le juge, parlez de la violence, parlez des humiliations et osez parler de votre dépendance affective à lui qui a fait que, comme pour beaucoup de femmes battues, vous avez continué de l’attendre…
      J’espère pour ma part que cet électrochoc là vous libèrera définitivement de lui et vous fera entamer un travail de réconciliation avec vous-même.

      Avec toute mon affection, Geneviève Schmit

  43. Ma

    Bonjour moi je suis mariée avec un manipulateur pervers narcissique qui ma detruite moralement

  44. Louis-Marie Lapierre

    Bonjour Mme Schmit,
    Je viens de voir sur un autre site que vous travaillez en Seine-et-Marne.
    Je cherchais des sites québécois où l’on discute de perversité morale.
    Je commence mes recherches mais je vais quand même décrire notre cas particulier.
    Notre sœur est une perverse. J’ai lu des descriptions de pervers narcissiques qui ne conviennent pas tout à fait.
    Elle est manipulatrice mais sans charmer ou séduire! Elle méprise trop les humains pour s’en donner la peine. Elle croit plutôt à la violence verbale, l’intimidation, la diffamation, au mensonge et au fait que la plupart des gens laissent faire ceux qui sont agressifs, étant passifs.
    Par contre, elle peut se transformer instantanément de prédatrice agressive, furieuse, à victime apeurée quand surgissent des témoins.
    Mon frère et moi sommes gays. Ma sœur s’en fout totalement (la vie des autres ne l’intéresse pas du tout) mais si un petit fond d’homophobie pouvait lui servir, tant mieux.
    Elle nous a, un jour qu’elle venait de nous apercevoir par hasard dans la ville où elle habite, poursuivis en auto, dépassés par la gauche dans une voie à sens inverses, tenté de nous faire entrer en collision en freinant sec devant notre auto pendant que je téléphonais à la police.
    Mon frère conduit très bien, et elle aussi d’ailleurs! Alors nous avons joué à ce jeu sur 2 kilomètres en espérant les policiers.
    Quand la police nous a interceptés et obligés à descendre des véhicules, elle s’est mise à hurler, surtout pour que les piétons en soient bien témoins que ses deux frères homosexuels tentaient de la tuer en voulant provoquer un accident.
    Puis dans les jours suivants elle a raconté partout que nous l’avions poursuivie en auto dans les rues de ville et que nous tentions de la tuer.
    Celle fois-là, nous avons décidé d’aller en cour pour obtenir une ordonnance pour la faire évaluer en psychiatrie. Ce n’est là qu’un petit exemple de coups qu’elle nous fait depuis des années ainsi qu’à plusieurs personnes de son entourage.
    Elle me harcèle depuis 15 ans, elle a commencé à harceler mon frère depuis 5 ans, son ex-médecin depuis un an.
    Elle a provoqué des AVC chez notre mère par ses actes de méchanceté. Elle nous traite de criminels sur toutes les tribunes téléphoniques possibles.
    Une amie m’a dit qu’elle avait entendu ma sœur à la radio. Elle ne l’a jamais rencontré alors je lui ai demandé comment elle en était certaine. Elle m’a répondu: «Ta sœur a dit: Je suis Mme Lapierre de Granby et mes deux frères homosexuels veulent me tuer.!!!!»
    Cette ville compte 50 000 habitants. Ma famille y est connue. Rares sont Lapierre qui y ont 2 frères homosexuels!!
    La plupart des gens sont tellement ignorants et innocents face aux manipulations des pervers et ceux qui sont attaqués doivent apprendre à se défendre coup après coup.
    Le plus insultant, c’est quand les gens nous disent: «Elle est malade, c’est sa maladie».
    La perversion n’est pas une maladie. Et elle est parfaitement consciente du bien et du mal.
    Je l’ai souvent entendu se vanter de ses vols, ses affronts, ses méchancetés et elle sait parfaitement quand passer de prédatrice à victime inconsolable.
    Maintenant, je dis à ces gens: «Alors, d’après vous, je suis un menteur? Mais, rassurez-vous, vous n’aurez aucun ennui avec elle si vous continuez d’agir en béni-oui-oui. Si vous ne la provoquez pas, vous ne verrez que son côté sainte-nitouche.»
    J’ai entendu plusieurs cas terribles de personnes attaquées par des pervers de leur entourage.
    Heureusement, on commence à en parler. Je sympathise avec tous ceux qui se font prendre dans les filets de ces monstres sans cœur et sans conscience.

    • Bonjour Louis-Marie,
      Je vous remercie pour votre confiance.
      A titre indicatif je travaille essentiellement par téléphone et Skype et j’ai de très nombreux patients québécois.
      Bon courage! Geneviève Schmit

      Soutien Psy en Ligne
      Vous pouvez aussi me rejoindre et échanger sur mon Facebook pro: Soutien.Psy

  45. MademoiselleC

    Je viens de me réveillée après plus d’un an et demi de relation avec un PN.

    Aujourd’hui, je suis prete à partir et je crois qu’il le sait. C’est une personne qui est victime de tout, notemment de son ex femme qui soit disant le battait, l’a ruiné. Bref son statut de victime m’a touché et j »ai voulu lui apporter du reconfort mais maintenant, la situation se retourne, il serait aussi victime de moi. Bref, je viens de comprendre que le PB n’etait pas l’ex femme mais bien lui. Cela me fait tres peur.

    Je souhaite recuperer toutes mes affaires, y compris mon chat chez lui mais je n’ai pas les clés. J’ai peur d’avoir fait une erreur en lui donnant les indices que j’allais rompre.

    Est-ce dangereux d’aller recuperer seule mes affaires apres l’annonce de la rupture? Vaut-il mieux jouer encore son jeu en attendant que je recupere toutes mes affaires puis appliquer le NO CONTACT?

    • Bonjour,

      Si vos affaires sont peut de valeurs monétaire ou sentimentale, laissez les !
      C’est le prix de votre liberté !
      En lâchant ce lien, vous le laissez dans son problème et vous en sortez.

      Bon courage! Geneviève Schmit

      • MademoiselleC

        Madame,

        Merci pour votre réponse rapide.

        J’ai tout de meme mon chat à récupérer. Je me demande donc quelle est la meilleure tactique, annoncer la rupture avant d’aller recuperer mon chat accompagné d’une amie, jouer encore le jeu le temps de deux soirées quitte a subir et recuperer mon chat ce weekend puis faire tout mon possible pour disparaitre?

        J’essaie d’organiser ma sortie sans trop y laisser des plumes. Je tiens à mon chat.

        Merci d’avance pour vos conseils.

  46. SB

    bonjour chère madame,
    j’ai 18 ans, et après avoir été victime d’une amie Pn pendant 9 mois, avoir perdu plusieurs amies et m’être récemment retrouvée en plein double deuil ( littéral et figuré: j’ai perdu un proche et me suis retrouvée séparée d’une autre personne qui comptait énormément à mes yeux ), j’ai l’impression d’être en pleine anesthésie émotionnelle et d’avoir perdu mon empathie.
    Aujourd’hui je n’ai qu’une peur: que cela me mène à devenir moi-même Pn, ou tout du moins froide et manipulatrice, et je voulais savoir si vous saviez comment je pourrais m’y prendre pour retrouver mes émotions et mon empathie…
    Avant, j’étais quelqu’un d’hypersensible et émotionnellement instable.
    Maintenant, je ne sens rien d’autre que de l’angoisse et une grande peur de blesser les gens.
    Devrais-je suivre une psychothérapie ???
    J’ai peur de devenir un monstre et même si cela n’est rien d’autre qu’une dépression, je ne supporte pas l’état dans lequel je me trouve actuellement.
    Merci d’avance.

    • Bonjour,
      Vous avez 18 ans et vous êtes en pleine construction de votre personnalité.
      Vu le passif, je vous suggère effectivement de faire une thérapie, pas pour ne pas devenir PN, il n’y a pas de risque, mais pour prendre confiance en vous.
      Ne programmez pas un monstre qui n’existe pas 😉
      Affectueusement, Geneviève Schmit

  47. Kevin

    Bonjour Madame Schmitt,

    Je vous écrit tout d’abord pour vous féliciter du travail que vous faites dans ce site et surtout pour vous encouragez à persévérer dans cette cause qui est à mon sens salvatrice d’âmes.
    Mais je vous écrit aussi pour avoir des réponses à mes questionnements concernant un ami.
    Bon, je me présente : Kevin, 21 ans, black, étudiant.
    Mon ami s’appelle Tristan, il a 20 ans, français. On s’est connus au collège et notre amitié perdure jusqu’aujourd’hui (soit huit ans). J’ai des vagues souvenirs de comment on s’est connus, toutefois je sais que nos débuts étaient paisibles. Mais c’est vraiment lorsqu’on tendait vers l’âge adulte que je commençais mieux à être conscient de ma relation avec lui. C’est alors que des questions me sont venus à l’esprit. Pour faire court, je suis de nature timide, peu bavard, souriant, bon enfant…..j’ai aussi des défauts que j’essaye à ma façon de rectifier. Depuis que je suis avec cet ami, j’ai vraiment l’impression d’être une erreur de la nature. Je me demande si ce sentiment préexistait avant notre amitié, mais une chose est sûr : ses paroles y ont contribué !
    Pour faire court, pour lui la réflexion, le calcule et la raison sont au dessus de tout, et les gens qui ne rentrent pas dans ce modèle sont des bon à rien. De toute façon, j’ai toujours eu l’impression d’être bête et stupide auprès de lui parce que en effet il est intelligent. Mais un jour il m’a fait un aveu en me disant que son « intelligence » est une apparence, arguant qu’il ne supportait de n’être pas considéré, pas reconnu comme personne empli de savoir. Et en effet, j’ai eu la constater maintes fois débiter des âneries, des faussetés. Quand je le rectifiais, il faisait de son mieux pour ne pas reconnaître son tort par un mensonge.
    Je reconnais ne pas être parfait, d’être con ou pas assez réfléchir comme il dit….en même temps c’est comme si mon esprit est pollué de pensées négatives. Mon estime de moi a nettement baissé et continue à baisser avec lui. Il me dit souvent qu’il éprouve un plaisir immense à me rabaisser, à me faire souffrir. Pourtant, et je ne sais pourquoi, je me sens coupable. Comme si je l’ai cherché cette situation de victime. C’est vrai que j’ai une dette de reconnaissance envers lui et sa famille (qui elle par contre est adorable envers moi). Il est vrai aussi qu’on est des êtres seuls : on a pas beaucoup d’amis en dehors de nous deux. Il est vrai aussi que j’ai une vie sociale un peu plus ample que lui. – Lui il se s’en fiche des gens, il considère les gens comme lui étant inférieur – . Cette dette et cette solitude (qui pour ma part est surtout due à un manque de confiance en moi, alors que pour lui est due peut être à son narcissisme, dont d’ailleurs il assume totalement) sont les raisons de mon « attachement ». Oui, c’est dur à dire mais je pense que sans ces deux facteurs j’aurais coupé les ponts plutôt, parce que je ne ressens pas vraiment d’affection envers lui mais plus de l’admiration et du respect. J’ai du mal à ressentir un réel amour amicale après toutes les mauvaises paroles , toutes les humiliations…..Mais tellement je crains l’abandon (quoique un peu moins maintenant) je suis devenu le fou du « roi », un comédien débile débitant des sottises pour assouvir les envies du narcissique (en me rabaissant, m’humiliant, se moquant de moi, fléchant mes points faibles…). Oui, je suis devenu tout ce qu’il me dit depuis 8 ans : un crétin fini.
    Pourtant je suis confus. Je sais pas à qui revient la faute : moi ou lui ? Est-ce qu’il est vraiment narcissique ou bien j’ai du mal à accepter ses innombrables critiques, ses arguments implacables, ses phrases véridiques…? Être avec lui aggrave ma perception de la réalité, ma difficulté à être conscient de moi.
    Bref, tout ça juste pour vous demander si j’ai affaire à un pervers narcissique ou bien si je suis juste comme il dit : « un sale gosse qui ne comprend rien à la vie, qui se complaît dans un monde de bisounours » ?

    Merci d’avance, recevez mes plus chères salutations.

    • Bonjour,
      Merci pour votre témoignage de reconnaissance.
      Vous devez bien vous doutez, puisque vous me lisez, que je ne puis donner de « diagnostiques » sur quelques éléments.
      Par contre, il est important que vous puissiez voir en vous si cette relation est saine pour vous ou pas.
      Parfois, on a tellement peur de l’abandon, de la solitude, que l’on est prêt à accepter n’importe quoi, dont des relations toxiques.
      Voyez si cette relation vous épanouis, vous pousse vers le meilleur de vous ou pas, et agissez.
      C’est aussi cela grandir et apprendre à s’affirmer par le respect de soi-même.
      Bon courage! Geneviève Schmit

      Vous pouvez également me suivre sur mon autre site: Pervers-narcissiques.fr et sur mon Facebook Pro: Soutien.Psy

    • Louis-Marie

      J’aimerais répondre à Kevin car j’ai quelquefois connu des situations semblables. D’après mon expérience, on peut être très intelligent et socialement débile ou même très méchant. Les gens intelligents qui sont heureux et apprécient les relations humaines nous font sentir plus intelligents. L’intelligence de leur entourage ne leur fait pas peur et les stimule plutôt. Quand ils nous rabaissent et qu’ils sont solitaires, ils essaient parfois inconsciemment de créer une relation de dépendance. Ils se cherchent des esclaves soumis, admiratifs et surtout peureux, comme les gourous des sectes le font! Vous êtes peut-être plus intelligent socialement et ça le dérange. En fait le test est simple: si vous vous sentez con quand vous êtes avec lui, c’est tout simplement pas normal! Soit que vous manquez d’estime: alors c’est votre responsabilité ou soit votre «ami» est tout simplement malsain. Surtout faites-vous d’autres amis. Et des amis différents les uns des autres. Le mieux, c’est quand vous avez quelques amis de milieux, de goûts et de convictions bien différentes. Ils nous remettent en question souvent, nous sonnent les cloches plus souvent qu’on le demande et nous maintiennent en équilibre et dans la réalité.

  48. fruitjuice

    Bonsoir Geneviève,

    J’ai témoigné sur un autre de vos articles sur la sexualité du pervers narcissque.
    Cette histoire s’est terminée il y’a 4 mois et il continue de m’envoyer des sms !!
    Il ne me harcèle pas, mais il montre qu’il existe toujours et je crauqe à chaque fois en lui répondant alors que je suis dans une autre relation.
    C’est déjà très dur de l’oublier mais en plus il donne des nouvelles de temps en temps.
    Qu’est-ce qu’il me veut ?
    Il a été odieux tout au long de cette relation, il m’ignorait, me rabaissait, ne m’a jamais fait l’amour et il ose m’envoyer des sms comme celui-ci : « comment vas-tu ? tu me donnes jamais de nouvelles grrrr ».

    Je suis désespérée,juste le fait qu’il donne signe de vie, me perturbe !
    Il a un pouvoir incroyable sur moi je me reconnais pas.
    Depuis ce sms, je suis pas bien, je ne cesse de penser à tout le mal qu’il m’a fait et il ose me relancer en me disant « pourquoi je ne donne pas de nouvelles » ?
    Il doit sûrement avoir une autre proie ou plusieurs, pourquoi me relance t-il ?
    Au moment où je commence à me sentir un peu mieux et j’essaie d’avancer en oubliant petit à petit, il revient à la charge.
    Pourquoi s’acharne t-il sur moi ?
    Je suis perdue. Je ne veux pas ne pas lui répondre car nous avnons travaillé ensemble, il a gardé des contacts et je me dis qu’il serait capable de raconter des choses fausses sur moi, de monter mes collègues contre moi et je pense qu’il en serait capable.
    J’essaie d’être polie en lui répondant de façon très brève et il trouve encore le moyen de me faire culpabiliser en disant que je le contacte pas !
    comment faire pour qu’il me lâche ?
    Lorsque j’étais avec lui, j’ai tout fait pour que ça fonctionne, en vain ! et dès que je m’éloigne je dois lui revenir. C’est comme une sangsue ces gens-là alors que quand ils ont la victime avec eux et qu’elle fait tout pour eux, ils font en sorte de détruire tout ça. C’est une histoire sans fin.
    Il faut dire aussi que j’ai été plus que maléable et avenante avec lui, à mon avis il doit lutter avec d’autres, est-ce peut-être pour cette raison qu’il revient vers moi ?

    Je pensais aller mieux mais depuis qu’il m’a écrit je n’arrête pas de cogiter, d’un coup j’ai ressenti cette boule au ventre que j’avais à chaque fois que je devais aller le voir, ne sachant pas dans quel état il serait. C’est fou dans quel état il me met encore 4 mois après !
    C’est comme s’il ne supportait pas que je l’oublie, il a décidé de me pourrir la vie.

    • Bonjour,
      Ce qu’il vous veut est de vous montrer que vous lui appartenez toujours.
      Ne cédez pas au chantage et à la peur.
      C’est à vous d’agir pour vous protéger et fermer toutes les écoutilles !!
      Courage! Geneviève Schmit

  49. tophe

    Bonjour,

    Que peut faire la famille d’une victime d’un PN, surtout si cette victime ne semble pas prendre conscience de la situation, malgré parfois des moments de lucidité ?
    Que faire si la victime en vient à avoir des comportements irresponsables (mensonges et autres…) jusqu’à faire l’aveu de fautes pour justifier la situation désastreuse du couple ?
    La famille se pose même la question de savoir si la victime n’est pas devenue PN…

    • Bonjour,
      C’est effectivement une situation des plus douloureuses… Voir sombrer un proche et être impuissant à le protéger…
      Cette personne a visiblement honte de la situation dans laquelle elle se trouve, et c’est en partie la raison des mensonges…
      Cela laisse donc supposer qu’elle a une certaine conscience de la situation, mais …
      Mais cette personne est piégée dans le phénomène d’addiction, de dépendance à l’emprise de l’autre.
      Pour le « que faire?« , il est difficile de répondre sans plus de précisions, aussi je vous invite à prendre un rendez-vous pour qu’on puisse en parler.
      Toute fois, il faut veiller à ne pas rompre le lien, et à … « alléger » les rapports pour éviter les comportements manipulateurs dus à la honte.
      Bon courage! Geneviève Schmit

  50. Laura

    je sais pas ou j en suis dans ces shémas là
    je ne suis pas sure si j ai ce fonctionnement ou pas mais je reconnais des choses en moi qui concorde et des choses subies de facon constantes aussi et je crois avoir acquis ce fonctionnement par la defense de ce fonctionnement paradoxalement.
    Tout ceci je ne m’étais pas vraiment penchée la dessus mais j ai consvience de certains shémas sans cet aspect theorique là je suis avide d’en savoir plus.
    Je ne vois pas beaucoup de difference entre moi et les autres je pense aussi a l’avance mais parceque j ai pris des « coups psychologiques » surtout a coups psychologique strategie de defense psychologique et le baton reviens sur celui qu’il l’a donné mais pas pour un mal.
    Car je pense que je n considere pas les autres comme des serviteurs je me sers des autres mais je sers les autres autant que ma force le permet et quand je n ai plus d energie je demande un peu d’aide un peu de retour positif car j ai besoin aussi de me ressourcer.
    Jaime les gens construire d authentique relation parler avec le coeur et écorchée vive regarder mon predateur en face sans etre effrayée.
    Car j’apprends des expériences et j’ai du aussi feinter quelque fois pour m en sortir mais je ne pense pas à faire les choses par derriere j agis tres souvent frontalement et je vois l ideal comme l animal predateur je l’admire et en meme temps le deplore dans sa triste solitude mentale et pourtant ce n est pas faute de l aimer en voyant pourtant la laideur des monstres caché dans les princes mais les carapaces sont si bien accroché je m y suis coupée pour avoir voulu secourir les prisonniers d’eux meme en meme temps que sortir de mes shémas.
    J’ai conscience par experiences et observation je me sens vieille dans un corps jeune avec une grande pars de révolte face a ses shémas dans lesquels on se prends tous les pieds.
    Quel différence entre moi et les autres? Notre coeur ne battent-ils pas tous?

    • Laura

      J admire votre travail je vais voguer sur votre site
      j’ai deja laissé un message vocal si vous etes bien accrochée car mon histoire est assé compliquée
      j’aimerai beaucoups de votre aide car vous sembler authentique et j aimerai casser ces shéma j
      e ne crois pas avoir peur de la mort, ni de la mort du « moi je ».
      je veux bien changer et avoir les outils pour aider ceux qui sont prisonniers de ses shemas là quand j aurais trouvés les astuces.
      bien a Vous
      merci pour tous ses personnes qui souffrent et que vous aider nous sommes nombreux si nombreux que nous sommes tous un peu dans la même *****.
      Courage aux victimes bien sûre mais sachez qu’en chaque victime un potentiel bourreau peut aussi se cacher et c est a chacun de se remettre en question, dans un bien commun evidemment.
      Il y a beaucoup de gens sur la terre chacun devrait bien avoir sa place quelque part il n’y a pas de raison encore faut il ne pas etre guidée par la peur mais lorsqu’on voit ses monstres partout et qu’on est ecorché sois meme difficile aussi de ne pas vrier a la parano de continuer de rester calme malgres l avancement de l’echiquier *sait il que je vois son jeu?*
      *comment limiter les dommages d’un part et d’autres?*
      *comment sortir du jeu?.

      • Bonjour laura,

        J’aurais grand plaisir à vous aider puisque vous le souhaitez.
        Prenez rendez-vous directement par l’agenda en ligne.

        Bon courage, Geneviève Schmit

    • Bonjour,
      Je n’ai malheureusement pas la réponse à votre question.
      Le mieux serait de vous faire aider par un thérapeute et ainsi profiter de son recul.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  51. Virginie

    Bonjour
    J ai besoin de votre aide. Je pense être avec un pervers narcissique manipulateur de surcroît. J étais en instance de divorce en 2012 après 17 ans de vie commune exceptionnelle. Mon mari est tombé amoureux d une jeune femme. Je l ai laisse partir.
    En désarroi, j ai pourtant réussi à sortir avec mes copines, à surmonter tant bien que mal cette séparation jusqu a ce que je rencontre cet homme….. Il a su me faire croire que j étais la femme qu il a attendu toute sa vie, que j étais la plus femme au monde, la plus forte, la meilleure ect…. Je ne voulais pas de cette relation car il était marié à cette époque. Nous échangions souvent par tel, SMS et autre réseau. Je connaissais sa femme. Elle même avait compris cet attachement et m invitai souvent chez eux, chose que je refusais souvent en lui expliquant qu il y avait attirance et que cela était dangereux pour leur couple.
    J ai toujours été honnête et sincère. De son côté, je ne sais pas ce qu il lui racontait. Aujourd’hui avec le recul des trois ans je comprends mieux…
    Elle l a viré de la maison au bout de quelques mois ( je pense pour le faire réagir) et à partir de ce moment la s en est suivi pour eux violences, procédures, pressions ect….
    A partir de ce moment, il est devenu pressant: il voulait un enfant, faire sa vie ect
    Sur une semaine, deux jours top et le reste un calvaire….
    Ne t’habilles pas comme une pute, ne contacte plus untel, c est de ta faute, je ne fais plus mon travail correctement à cause de toi ect ect ect ( dirigeant d entreprise….) il ne parlait que de lui….
    Mon divorce l emmerde, mon travail idem, mes amis sont nuls, ma famille des moins que rien…. Ect ect ect
    Jamais un cadeau un côté radin hors pair ( j en veux a son argent)

    • Bonjour Virginie,

      Et c’est de cette vie là dont vous rêvez ?
      Agissez sans tarder.

      Bon courage! Geneviève Schmit

    • Line

      Bonsoir Virginie,
      Je crois que vous êtes sous l’emprise de cet homme…. Comme moi, vous subissez ses humeurs, il souffle le chaud et le froid. Cet homme ne vous aime pas. Vous êtes son souffre-douleur. Il pompe votre énergie pour mieux vous détruire.
      Partez tant qu’il en est encore temps…
      Bon courage.

    • Emmanuelle

      Virginie,
      Votre témoignage m’a interpellée. Sans doute parce que j’y ai perçu comme un echo à ma propre histoire. Les éléments que vous mentionnez sur l’individu qui vous a attiré dans son labyrinthe, sa femme, la pèriode, les manières de procéder m.évoquent beaucoup l’individu qui a traversé ma vie. C’était un dirigeant d’entreprise dans l’ouest de la france prénommé Franck. Peut être un lien ?
      En tout etat de cause, je pense que l’existence que vous menez ctuellement ne vous offre guère de perspectives et qu’elle est dangereuse pour vous. Votre message dit a quel point il devient necessaire pour vous de vous protéger. Faites vous aider, Virginie, et ne restez pas isolée. Se separer d’un pervers est une épreuve . J’ai moi même eu l’impression que j’allais en mourrir. Aujourd’hui, je vais bien et j’ai repris une position et une place sur tous les plans. Je ne regrette nullement cette existence vulgaire avec un homme sans tenue et particulièrement irrespectueux. La vie, ce n’est en rien la vie que vous menez actuellemnt. Il y a d’autres plaisirs que ceux de l’humiliation. Je pense à vous et vous souhaite beaucoup de courage.

  52. ca

    bonjour
    mon concubin est parti il y’a un an pour une PN qui travaille avec lui.
    il n’a jamais rompu le lien avec moi et a fait des va et vient plusieurs fois entre moi et elle.
    Quand il revient quand je réinstaure la com il est larmoyant, épuisé, dit se réveiller, qu’il m’a toujours dans ses pensées mais lorsque l’on reprend ensemble , il change de comportement comme si il devenait elle (irespect…) puis il repart vers elle.
    Elle l’ignore sur son lieu de travail, il supporte pas et fait des pieds et ds mains pour qu’elle le reprenne.
    Aujourd’hui notre contact est rompu depuis 3 mois.
    Que faire geneviève ? je suis perdue car je deviens moi aussi dépendante et je veux l’aider.
    j’ai cru qu’il avait ouvert les yeux cette fois mais c’est plus fort que lui… je suis seule face à tout ça notre entourage commun se fait de plus en plus petit

    • Bonjour,

      Vous ne pouvez le faire évoluer, et encore moins changer.
      C’est une relation vouée à l’échec.
      Reprenez votre vie en main et procédez à un « sevrage« .
      Vous n’êtes pas responsable de lui, mais vous êtes responsable de vous et de ce que vous allez faire de votre vie.

      Bon courage! Geneviève Schmit

  53. Bravo, Geneviève Schmit, vous avez bien décrit le profil du  »Manipulateur pervers narcissique » (ou du manipulateur-destructeur, c’est selon, qui est aussi d’un profil pervers) et de la  »victime ». Et vous avez bien mis des mots justes.

    Je pense, et c’est une hypothèse de travail (ou un postulat) que, depuis les années 1970, avec les revendications du MLF… 1/ pour la liberté sexuelle – 2/ pour le droit à l’avortement – 3/ contre le mariage)… de plus en plus d’enfants vivent sans leurs pères à 90 %, versus leurs mères à 10 %, et ce, à la suite de conflits de ruptures conjugales, où les mères élèvent seules leurs enfants, et où ces enfants n’ont pas reçu l’éducation traditionnelle pour disposer du  »bien savoir faire », et du  »bien savoir être ». 

    Ces enfants, devenus adultes ont de fameuses personnalités toxiques, très néfastes envers leurs partenaires de vies. 

    En effet, ces  »enfants du divorce », devenus adultes… (mais dotés de caractères de préadolescents de 10/15 ans, caractériels, mal élevés, dans un corps d’adulte et avec des pouvoirs de nuisances d’adultes)… ignorent les qualités indispensables pour le bien vivre ensemble, et en particulier, en couples. Car ils (et beaucoup de jeunes femmes aussi) ignorent totalement la loyauté, le respect, le courage, la compassion,… ce qui induit des comportements toxiques.

    En formation continue, depuis le 01/01/1994, j’ai pu approcher des centaines de milliers de situations conflictuelles de couples (Plus de 500.000 en réseaux internationaux ?), où il y avait des enfants impliqués, et où il était impossible de suivre et de mettre en pratique les bons conseils pour d’éducation, comme par exemple,  »Parents efficaces au quotidien » de Thomas Gordon, dont son best-seller fut publié en 1995.
    En effet, ces  »parents toxiques » arrivaient à convaincre leurs partenaires que ce livre était d’une nullité épouvantable… 

    Je me ferai un plaisir de diffuser votre adresse. 
    En Belgique, je ne connais que deux personnes excellentes en  »Coaching thérapeutique ». L’une à Bruxelles, et l’autre, dans la région de Charleroi.

    Dans les  »Coach thérapeutes’‘ il y a beaucoup de charlatans. 
    Ma fille de 38 ans m’a avoué que les deux  »Coach » qu’elle avait consulté étaient des nuls ! Et ce n’est pas le seul avis négatif que j’ai reçu.
    Cela faisait 21 ans que je n’avais plus vu ma fille.

    Avec mes compliments,

    • Un grand merci Michel pour votre témoignage !
      Et si nous en parlions de vive voix par Skype ?
      je suis certaine qu’il y a des choses à faire pour la Belgique, pays de mon cour puisque je suis originaire de Bruxelles …
      Mon Skype:  » therapies-breves  »
      Vous pouvez aussi me suivre sur mon Facebook Pro: Soutien.Psy où j’aurais plaisir à lire vos interventions.
      Je viens d’ailleurs d’y publier le lien vers votre blog.
      A bientôt, Geneviève Schmit

  54. valou

    Bonjour Geneviève

    Merci pour cet article qui me donne l’impression de ne pas être une folle hystérique…
    J’ai réussi à quitter un PN après 10 ans de vie commune , mais le divorce traine depuis plus de 4 ans ( par sa faute )et les 2 enfants que nous avons eu ensemble sont ses « otages ».
    La justice et les associations éducatives insistent pour que je fasse des compromis au sujet de la garde des petits, que j’accepte de prendre sur moi pour calmer le jeu bien qu’il ait kidnappé les petits pendant 9 mois( accusations de maltraitance ect, mais je les ai récupérés avec beaucoup de mal)…
    j’ai abandonné l’idée qu’on le reconnaisse pour ce qu’il est, et je vais mieux grâce à cela .
    Sauf que pour le bien etre psychologique de mes enfants, on m’a fortement recommandé de maintenir des liens « apaisés » alors que moi je ne supporte même pas de voir sa photo ou de lire son nom sur mon portable.
    j’ai l’impression que jamais il ne cessera de me hanter.
    merci d’etre là pour permettre d’en parler en toute liberté.

    • Bonjour Valou,

      Il est vrai que l’on demande à certaines mères, et parfois pères, d’avoir des comportements comme vous dites, « apaisés », alors même que le bourreau est cause de multiples chocs traumatiques qui sont toujours à vif, du fait même de cette obligation de maintient du lien … C’est de la folie , j’en convient …
      Bon courage! Geneviève Schmit

  55. Bonjour à toutes et à tous,

    Je viens de lire l’article, ci-dessus, et oui effectivement il est très difficile, pour la victime, de rompre avec « son bourreau« .
    Il est exact, aussi, que n’importe prétexte (vengeance ….) n’est autre que le moyen de ne pas couper le lien avec le PN.
    Cependant il est VITALE de fuir et de tourner la page de façon définitive avec ce genre de personnalité.

    Ensuite, vient le moment où il faut être très bien entourée pour s’en sortir.
    Malheureusement, il arrive que dans ces moments là, la solitude soit notre seule alliée, car les personnes ayant connu le « couple PN/VICTIME« , ne comprennent pas toujours ce qui a pu se jouer au sein de ce couple « diabolique« .
    Bon courage à toutes et à tous

  56. Ces personnes immorales disposent de tout un arsenal pour se faire entendre de la justice.
    La justice alors, transmet les mensonges quitte à falsifier les documents et fait disparaître les preuves.
    C’est ce que je connais des PN et de la justice.
    Question : qui est le plus coupable ? le pervers ou la justice ?

    soulita57

    • Bonjour,
      La justice se base du des FAIT … des preuves …
      C’est aux avocats de faire en sorte que les  » fausses preuves » soient révélées …
      Geneviève Schmit

  57. Hassina

    Merci Geneviève encore une fois de redonner espoir à tous ceux qui souffrent, à travers vos mots transpire toujours la possibilité de s’en sortir et les victimes ont en vraiment besoin, ils ont surtout besoin que l’on croit en leur histoire, parce qu’on passe souvent pour des paranos!
    Je reste persuader que si je vous ai connu plutôt, cela m’aurait permis de lâcher prise plus vite et de me recentrer sur moi, mettre le peu d’énergie qui me restait au service de ma reconstruction plutôt qu’à essayer de comprendre et me justifier sans raison.

    Je vous rejoins tout à fait quand vous précisez que « « Gagner » ne sera jamais mettre à genoux le PN« , il s’agit d’abord de se sauver soi-même, le deuil se fait par étapes, la période « victime » a été longue pour moi, j’étais isolée, sans aucune aide, incomprise, mon ex a tout fait pour me faire passer pour une « folle« . La prise de conscience de ce que je vivais n’est apparue que des années après, faire ce constat, ça ne donne pas des ailes et ne suffit pas à se sentir libérer, il a fallu beaucoup de temps pour sortir de l’emprise.
    Le détachement n’a commencé que lorsque, l’étape « victime » est passé et que j’ai accepté de chercher en moi les raisons qui ont fait que j’ai pu accepter l’inacceptable.

    Le grand pas a été de reconnaître que la faille dans laquelle mon ex PN s’est engouffrée faisait partie de moi et c’est celle-ci qu’il va falloir colmater.
    Cela n’a été possible que grâce à une psychothérapie.
    J’encourage tous ceux qui pensent avoir en face d’eux un ou une PN de faire un travail sur eux le plus vite possible, vous avez la chance de pouvoir débuter ce travail avec Geneviève sans bouger de chez vous, alors n’hésitez pas!

    Échanger et sortir de l’isolement est primordial.
    C’est une démarche que j’ai repoussée pendant des années par manque de moyens, avec du recul, j’aurais dû économiser sur toutes les autres dépenses et réserver un petit budget pour moi et en faire ma priorité car pour faire face à ce que je vivais, c’était loin d’être une dépense superflue.
    Près de 20 ans de mariage dont 10 ans pour arriver là où je suis, c’est cher payé! mais sortir de l’emprise c’est grandir à nos propres yeux, c’est se libérer du regard des autres, c’est renouer avec qui on est réellement et renoncer au couple idéal qui n’a existé que dans notre imaginaire.
    Nous nous sommes remise en question de façon quasi constante en vivant avec un PN par manque de confiance en nous, travailler sur soi, c’est un cadeau qu’on se fait, c’est se remettre en question en profondeur, mais pour la bonne cause.

    Il faut être patient et se donner le temps de guérir, il y a des réponses que je n’ai toujours pas, mais je ne désespère pas de les trouver, il ne s’agit plus que de mon histoire.

    Tenez bon, avec de l’aide et de la patience, vous y arriverez.

    • Un immense merci pour ce témoignage de force, de courage et de reconnaissance aussi …
      Merci.
      Affectueusement, Geneviève Schmit

      Restons également en contact sur mon Facebook Pro, Soutien.Psy, où j’aurai grand plaisir à lire vos interventions.

  58. Lili

    Bonjour, j ‘ ai rencontré un p n.
    Au début tout était beau. Au bout d’un moment j’ai vu sur son portable des photos de moi puis des messages envoyé a lui même.
    A ce moment j ‘ ai voulu arrêté et il m’a alors parlé de ses problèmes psy.
    Au bout d ‘ un moment sexuellement il n’ arrivait plus.. Sois disant je l existait trop. Enfin bref la relation se dégradé.
    Il m’a laissé tombé. Je suis revenu. Je l ai laissé tombé et tout ça pendant plus d’ un ans.
    On s ‘ est vu tellement peu mais comme il m’ envoyait des sms ou venait lorsqu’il allait mal ou lorsqu’il me voyait heureuse ..
    J ‘ esperai encore et encore. J’ essayais de l ‘ aider de loin.
    Au bout d’ un moment j ‘ ai dit stop..j’ etais malheureuse ne comprenant rien,jusqu’à se que je découvre qu ‘ il avait quelqu’un et qu’ il lui courrait après pendant qu on était (HEUREUX) . il lui avait présenté ses parents bref qu ‘ elle avait tous se que je voulais vivre avec lui.
    Je l’ ai dénoncer et appris qu il m ‘ avait passé pour une harceleuse.
    J’ ai appris qu’ ils avaient souvent rompu eux aussi. Elle n ‘ était pas amoureuse. Il a essayé de la récupérer.
    Moi il m’ a bloqué partout et à tout nier.
    Il m’ a envoyé un dernier sms en me dit il rappelant que l ‘ on etait plus ensemble depuis longtemps que nos dernières relation sexuels étaient avant qu’ il soit avec elle.
    C est une histoire de fou maintenant il me fait passer pour une folle qui lui courrait après au travail partout.
    Il avait l ‘ air si mal et si sincère quant il me parlait de ses problèmes psy.
    J ‘ aimerai savoir si il croit vraiment en se qu’il dit pour son dernier message ou si c’ est pour me faire une dernière fois du mal.merci

    • Il n’y a rien à croire dans ce qu’il dit Lili … rien du tout.
      Il vous l’a prouvé mainte et mainte fois !
      Pourquoi cela serait différent maintenant ?
      Apprenez à lâcher prise et tournez la page.
      Votre indifférence sera sa plus grande punition et votre plus grande victoire !

      Affectueusement, Geneviève Schmit

      • Lili

        Oui mais je pensais que ils pouvaient se persuadé de choses eux mêmes et que de se faite il se mentait a sois même sur notre relation. Merci. Je ne veux clairement plus à faire à lui mais il est vrai que tout ça laisse des traces.

        • Line

          oui, moi, je suis devenue alcoolique…. C’est catastrophique….

        • Lili

          Coucou line dis toi que l homme que tu aimes n ‘ a jamais exister moi c est se que je me dis. C’ était du faux, decla comédie, un acteur. Remonte la pente et soit heureuse.

  59. Line

    J’ai réussi à le quitter.
    Après 11 ans et 1 mois de relation.
    Ce qu’il me reste? le vide.
    Je n’ai rien eu, rien construit, il m’a tout pris.
    Je ne m’en remettrai jamais car j’y pense tout le temps.
    J’ai honte; j’aurais dû faire quelque chose avant. Avant que ma vie soit ruinée.
    J’ai 41 ans, pas d’enfants, seule et plus aucune envie de construire quoique ce soit.
    J’étais très fragile déjà avant de le rencontrer.
    Il m’a achevée.
    je lis tous ces blogs ou forums sur les pervers narcissiques mais nulle part n’est clairement expliqué ce qui permet de revivre.
    car aujourd’hui, je ne vis pas, je survis.
    Passée l’exaltation d’avoir réussi à partir, le choc de ces 11 années laboure ma vie et laisse des sillons irréparables.

    • Non Line , VOUS ÊTES EN VIE !!!!
      Il vous achèvera si vous restez dans cette certitude, alors oui, il vous aura tout pris.
      Bon courage pour votre construction !!
      Affectueusement, Geneviève Schmit

      • Line

        Mais qu’est ce que c’est être en vie si on pense que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue? J’ai malheureusement fini en hôpital psychiatrique à cause de lui il y a 2 ans. Je sais pourquoi je suis tombée sous son emprise, mais après, comment fait-on? Comment les reconnaître? Car finalement, dissocier le vrai du faux est très complexe.
        Moi, je suis médecin, j’ai une bonne situation, je suis instruite, et l’autre femme, celle qui partage sa vie depuis 20 ans, qu’il protège sans doute, qui a 2 enfants de lui (dont 1 conçu pendant notre histoire alors qu’il jurait ses grands dieux qu’il était fidèle, honnête avec moi et qu’il l’avait quittée), comment fait-elle?
        Ces êtres maléfiques sont des génies. J’ai autant de haine envers lui que d’admiration tellement ses manipulations entre 3 femmes en même temps à une certaine époque était du grand art.
        J’exècre aujourd’hui ce qu’il représente.
        Il m’a harcelée. Longtemps. Terrorisée à me suivre partout, à surgir là où je ne l’attendais pas. J’ai dû porter plainte contre lui alors que je l’aime! C’est fou, non? Et aujourd’hui, pour 3 sms d’insultes envoyés à la date anniversaire de ma fuite, il a appelé mon père pour lui dire qu’il allait porter plainte contre moi pour harcèlement. C’est dégueulasse. Et c’est l’absence de justice, de punition, qui est invivable. Il s’en sort haut la main et ça m’est insupportable.

        • maria

          Désolée mais je ne comprends pas Line, vous avez un travail, vous êtes médecin, vous avez réussi à vous libérer et vous êtes en bonne santé. Alors pourquoi restez vous à ressasser cette histoire destructrice qui vous fait mal ? Que vous vous sentiez abusée, trahie, piétinée, trompée et avez un sentiment d’injustice est totalement compréhensible, mais vous enfermez dans une position de victime ne vous fera pas avancer sur le chemin de la guérison.
          Il faut tourner la page, regarder vers l’avant et vous faire du bien, prendre soin de vous, vous entourez de personnes bienveillantes, sincères et aimantes, faire du sport, partir en vacances, vous faire de nouveaux amis, renouer avec les anciens: reprendre votre vie en main et la construire comme vous, vous avez envie qu’elle soit.
          Alors CARPE DIEM, reprenez goût à la vie, car votre revanche est là, à portée de main.

  60. Justine

    J’ai 16 ans et je suis victime d’un pervers narcissique ,
    je n’avais que 14 ans quand tout à commencé lui en avait 18…
    je n’avais pas beaucoup confiance en moi et cela n’a rien arrangé, il avait l’air tellement parfait , et puis j’ai perdu mes amis ,
    les conflits se sont installés dans ma famille,
    j’ai commencé à sécher les cours,j’avais d’excellents résultats avant de l’avoir rencontré puis mon année de seconde a été catastrophique , de plus en plus de problèmes arrivaient….
    souvent il me fait des reproches (« tu n’es qu’une gamine , immature » ) souvent il me valorise , ça ne s’arrête pas..
    je vois une psychologue une fois par mois , j’ai à la fois envie de m’en sortir mais aussi l’espoir qu’il changera et que tout s’arrangera…

    • Bonjour Justine,

      Travaillez la confiance en vous avec votre psychologue ! Essentiellement la confiance et l’estime de vous même.
      La seule personne qui puisse « changer » , mais je préfèrerais dire « évoluer » c’est VOUS !
      Alors libérez vous de ce boulet, même si vous pensez l’aimer, et reprenez votre vie et vos études en main !
      Vaut-il la peine que vous sacrifiez tout cela pour lui ? Cela vaut il la peine de sacrifier son avenir pour qui que ce soit ?
      Car c’est bien cela que vous êtes entrain de faire en détruisant le socle qui peut vous ouvrir un avenir plus serein.
      Bon courage et agissez vite !

      Affectueusement, Geneviève Schmit

    • Ouezri

      Je viens de lire ton texte justine et je me permets de te repondre et j’espere t’aider.
      Tu vois, j’ai 55 ans et non seulement je vis et je travaille avec un pn depuis 30 ans et je peux te garantir qu’il ne change JAMAIS alors sauve toi pendant qu’il est encore temps et que tu as encore toute ton energie et toute ta vie devant toi.
      Il n’a pas le droit de te la prendre personne n’a le droit .
      Je t’embrasse .

    • maria

      Justine, il y a plein de personnes bienveillantes, respectueuses, sympathiques et aimantes dans ce monde alors tournes la page et sauves ta peau, car quelqu’un qui déjà maintenant te dénigre, voire te rabaisse et t’insulte ne risque pas de t’apporter de l’amour mais plutôt l’enfer ! Crois en toi, fais confiance à ton instinct, vis pour toi et soi gentille avec toi même, tu verras tu attireras la bonne personne qui t’aimeras comme tu es et non pas comme lui il voudrait que tu sois.

  61. Stutz

    Bonjour

    Grâce à vous je me relève très gentillement de ma situation
    De mon histoire qui a durer 20 ans et qui dure encore

    • Un grand merci pour votre témoignage de reconnaissance.
      Pourtant il ne faut pas oublier que même si mon travail vous a aidé à ouvrir les yeux et poser les actions, c’est vous, et vous seule qui avez eu le courage d’agir !!
      Alors, BRAVO !!

      Bon courage, Geneviève Schmit

      Restons en contact via mon Facebook: Soutien.Psy où j’aurai plaisir à lire vos interventions.

  62. Izoux

    Braderie St Jacques annuelle, beaucoup de monde, beaucoup d’étals, les terrasses sont pleines, les bistrotiers et restaurants ont ajouté tables et chaises, la ville est fermée à la circulation. Il fait froid, 19 avec un ressenti de 17 parce que le vent glace, le ciel annonce la pluie. Sourde d’une oreille, je me sens séparée, isolée, déséquilibrée parfois.

    Sortant d’une ruelle adjacente, je « le » vois.

    Depuis que mon QG préféré a rouvert après six mois de fermeture, j’ai géré avec brio l’impossibilité d’une rencontre. Il déteste cet endroit, n’a cessé de le dénigrer parce que je l’aime. A compter du vendredi jusqu’au dimanche, j’y vais prendre mon café, lire le journal, écrire. Quinze jours de paix.

    Il ne me voit pas, je m’arrête et le regarde.Comme à son habitude lorsqu’il est seul, son visage est fermé, furieux, amer et il jette un regard de colère sur ce qui l’entoure. A le voir ainsi avec la distance qui s’est creusée, je me souviens de ce que des personnes m’ont dit : « il est antipathique »; cela m’a étonnée, marquée. C’est vrai, il l’est. Il s’engouffre sous le porche menant au jardin des Bénédictins. Je reste à l’observer ce que je ne me suis pas autorisée à faire depuis ma décision. Une peine infinie m’étreint et je lui parle en silence:  » Qu’est-ce que tu fais … regarde-toi … pourquoi es-tu ainsi … sais-tu combien je t’ai aimé … que ne puis-je rien faire pour toi … je te connais si bien, mieux que mes enfants tant tu m’es devenue prévisible dans cette perversion narcissique qui te ronge et que tu ignores … combien ta vie est si infiniment triste et tu ne le sais pas … j’aimais beaucoup ta façon de prendre ma main, caresser mes cheveux parce que ma mère ne l’a jamais fait …. ». J’ai détourné les yeux, rompu le fil ténu, invisible de cette minute et j’ai repris mon chemin.

    Il ne sert à rien de me répondre, rappelle-toi ce qu’il t’a fait subir, que tu as failli en perdre la tête, en mourir, vois combien tu es à nouveau libre, toi-même. Je n’ai rien oublié, il pourrait se mettre à genoux et me supplier, cela ne changerait rien à ma décision et j’ai la preuve chaque seconde de ma vie retrouvée. Juste dire, parce que je suis humaine, ce que j’ai vécu, ressenti cette minute-là.

  63. C

    Bonjour,

    Victime d’un PN pendant plus de 20 ans, je me demandais s’il était possible que cet ex-compagnon investisse une nouvelle relation sans ses travers de pervers narcissiques ?
    Avec une compagne « mieux que moi« , plus jolie, plus souriante, plus sportive, plus épanouie….

    • Bonjour,

      Un pervers narcissique l’est avec tout le monde.
      Ce qui fera la différence c’est qu’il va s’adapter à la personne qu’il a en face de lui, à l’enjeu, à son besoin.
      Une autre compagne aura grâce à ses yeux jusqu’au moment où pour une raison ou un autre elle posera une limite qu’il ne pourra gérer.
      Le « diable » s’exprimera alors une nouvelle fois.

      Mais n’oubliez pas que si il est PN comme vous semblez le dire, vous avez échappé à l’enfer.

      Bon courage! Geneviève Schmit

  64. Sylvid

    Un an et demi après l’avoir quitté, il refait toujours surface dans mes rêves.
    Le matin, j’ai encore peine à me lever.
    Je suis encore paralysée et je dois faire un effort incroyable, voire faire de la thérapie EMDR en ligne, pour évacuer tout ça.
    Lorsque je l’ai quitté, subitement après qu’il m’ait montré la porte parce que je n’acceptais plus ses comportements violents et indifférents, je n’ai pas pleuré.
    Je me suis réfugiée chez ma sœur temporairement.
    J’ai cherché, cherché à trouver un sens à ma vie.
    Une deuxième carrière, un retour aux études à plus de 50 ans.
    C’était la bonne décision à prendre.
    J’ai pris le tourbillon. Mais je savais qu’un jour ou l’autre j’allais devoir y revenir.
    L’engourdissement était temporaire même si je n’avais aucun contact avec lui.
    À mi-course, je flanche à mes examens de fin de session. Pourtant je performe partout.
    Ce stress-là, je ne me le connaissais pas. Est-ce cela le stress post-traumatique?
    Je comprends que je n’arrive pas à pardonner, qu’il m’obsède et que ça nuit à ma créativité et à mon évolution.
    Théoriquement, je comprends que je n’ai pas à comprendre mais accepter ce qui est pour poursuivre ma route. Mais j’y arrive pas.
    Il m’a tout pris. Ma maison, mon travail, ma confiance en moi, mes biens et surtout, surtout la confiance que j’avais en la bonté humaine.
    Je ne sais pas comment séparer le vrai du faux.
    Grande et profinde tristesse.
    La chute a été d’une brutalité soudaine dans toutes les sphères de ma vie.
    Et je suis de nature combative! Et me voilà à mi-chemin du tracé que j’ai fait pour moi.
    Deux grands enfants qui m’envoient toujours plein d’amour (ils sont très grands et autonomes), une sœur toujours là pour moi et une amie a cru, parmi tous les autres.
    Oui, je pleure encore mon incapacité à accepter les choses telles qu’elles sont sans avoir à les comprendre.
    La résilience c’est une chose, le pardon en est une autre.
    Théoriquement c’est facile. Pratiquement, ça viendra.
    Oui ça viendra parce que je suis une personne de coeur et que l’ai exprimé.

    • Merci pour ce partage !
      La dépendance affective met du temps à s’évaporer …

      Affectueusement, Geneviève Schmit

      PS:/ L’EMDR ne se fait pas à distance mais en vis à vis !

  65. Veronique

    Bonjour,
    Je pense être victime d un PN, tout correspond après lecture de votre article mais je ne veux pas mettre dans une case cette personne sans en être sûre.
    La dernière partie de votre exposé me correspond assez, je suis normalement quelqu un « d’intelligent » et mon intellect me dit que je fais fausse route mais j y retourne toujours.
    Au début je pensais que j étais ensorcelée tant je ne me comprenais pas.
    Mais je me rends compte que je n arrive pas à me passer de cette personne qui joue le chaud et le froid avec moi et que tout le monde trouve malsain et me dit de fuir.
    Je n y arrive pas!!!!
    J ai besoin d aide pour fuir.
    Êtes vous en mesure de me donner des pistes ou des positions a prendre?
    Je vous remercie….
    Bien à vous.
    Véronique

    • Bonjour Véronique,
      (j’ai supprimé votre nom de famille par soucis de confidentialité pour vous…)

      Je peux effectivement vous aider à y voir clair et à mettre en place les stratégies pour en sortir.
      Vous êtes addicte …

      Prenons rendez-vous pour une première consultation à distance.

      Bon courage! Geneviève Schmit

    • Véronique,
      Je viens de lire vos autres messages que je ne valide pas puisque c’est votre souhait.
      Il est évident que des commentaires laissés en bas d’un article dans n’importe quel site est publique .
      Vous avez la chance que je valide moi-même chacun d’eux et tente de rectifier les erreurs, comme les noms complets …
      Par contre je ne puis répondre individuellement aux messages qui ne sont pas public. Je vais donc les supprimer.
      Je suis certaine que vous me comprendrez.
      Si vous avez besoin d’une aide précise, le mieux est de prendre rendez-vous pour une consultation à distance.
      Bon courage. Geneviève Schmit

  66. Ces articles sont trés interessants et permettent d’y voir parfois plus clair.

  67. monteiro

    après avoir vue l’émission sur les pervers narcissiques, je me suis connectée sur le blog de Geneviève Schmit et lue tous les témoignages, j’ai réalisée de l’enfer que j’ai vécue pendant 12 ans et se n’est pas fini.
    merci pour tout ce que vous faite.
    BERNADETTE

  68. mareva tahiti

    Merci pour cette connaissance donnée.
    Je n’arrive pas à quitter cette homme pn car je l’aime.
    J’ai besoin de conseille, je suis perdue.
    il vampirise mon âme.
    Je n’arrive pas à maîtriser mes pensées et c’est un calvaire.

  69. Sama

    Pourquoi nous restons si attachée a eux?

    Simplement parcequ’ils prennent soins de nous couper de tout le monde, de nos amis, de notre famille.
    Lorsque nous sommes avec eux, nous n’avons pas le droit de developer une vie sociale.
    Pas de sorties entre copines le samedi soir, ni même d’après midi shopping ou de ballades en nature avec qui que ce soit, si vous avez la chance de pratiquer un sport ou une activité, vous y allez en vous fessant insulter parcequ’il y aura des hommes qui ne seront la que pour vous draguer, et si vos avez la chance de pouvoir aller a une soirée de travail, vous devrez lui en être redevable pendant des mois.

    Alors quand on les quittent, forcément, on se retrouve seule au monde, et notre seul repère, la seule personne que l’on connaît et qui nous connaisse réellement, c’est notre bourreau :(

  70. victime d’un PN j’ai tenu presque sin année,j’étais lobotomisé par cet etre diabolique qui m’a fait croire monts et merveilles en me demandant de l’aider a changer
    je me suis sentie investie d’une mission pensant que l’amour etait plus fort que tout
    mais tout n’etait qu’un leure mensonge sur mensonge addict aux drogues alcool et sexe cela va de soi ,
    j’ai cru pouvoir le sortir de ses demons je me suis pris pour une pseudo infirmiere mais seul les professionnels sont habilités a comprendre ce genre de pathologie,
    mais moi j’ai laisser des plumes mais grace a un entourage positif une psychoterapie avec un professionnel en or je m’en sors la pensee positive
    depuis qu’il a enfin quitté la maison je ressents une certaine liberté je me sens de nouveau vivante pour imager le diable a quitter la maison
    tout me réussis au fond de moi une lueur d’empathie mais je me ressentre tres vite en pensant au serpent du livre de la jungle ‘fais moi confiance’ et là la colere me vient et je me dis pourquoi je me suis fais avoir
    il m’a trahit volé ma vie pour s’en faire sienne mais aujourd’hui je me sens guerie de lui car comme vous le dites c’est telle une drogue dans ma situation
    c’est bizzare c’etait lui le toxicomane et c’est moi qui ai eu l’overdose aujourd’hui
    je sais que c’est le fruit de sa vampirisation envers moi et mes enfants oufff
    j’ai agit avec intelligeance lorsque je l’ai demasqué
    j’ai gardé mon calme lui laissant penser qu’il avant encore le pouvoir mais en parrallele therapie a go go pour moi et l’envie de poser des limites qu’il m’avait enlevé
    aujourd’hui j’y parviens et tout me souris je suis heureuse d’etre avec mes enfants nous rions de nouveau nous sommes v i v a n t s

    • Izoux

      Ecrit le 15 juin 2015

      Izoux, je t’en prie, arrête ton propre massacre, cesse de subir cette horreur qui n’a rien d’humaine. Cesse de subir dans cette sidération de pierre aussi dure que du granit. Izoux, tu es en train de mourir. Regarde ton visage marqué, ces yeux cernés tant que tu ne te reconnais pas dans le miroir croisé au détour d’une rue; et cette faiblesse qui te traîne dans les rues, essoufflée, le coeur qui bringuebale comme un oiseau piégé, le souvenir à peine né qui s’efface. Tes matins sont une torture, ton ventre noué, encore ton coeur qui s’emballe, cette peur, Izoux, qui te cloue au mur; et tu frappes ta tête, tu griffes ta peau, tu t’enfouis dans le ventre de ton chat pour sa chaleur, ce vivant, cette innocence. Izoux, ma chérie, cesse de t’injurier à voix haute, d’être dans cette perdition innommable et cette errance si effroyablement solitaire. Tu pleures enfin, depuis combien de temps n’as-tu pas pleuré ? Cette chute interminable. « Il » te cogne, c’est un boxeur sans pitié, vide. Izoux, tu es jolie, tu es intelligente, tu es riche de tant d’humanité, de tant de livres, de musique, de tableaux, de tes photographies, de ce regard sur la vie et les autres, tu sais être brillante, drôle, tu es vivante. Tu n’as jamais perdu l’estime de toi, tu sais qui tu es mais tu as honte d’accepter d’être savatée, boxée, niée, torturée. Ta lucidité est effrayante, ton mépris pour « lui » aussi puissant qu’un crachat au visage et, le pire, tu ne l’aimes plus alors qu’est-ce que tu fous ?? « Il » te tue. Un jour, malgré les promesses faites, tu te tueras, tu sauteras. Izoux, aujourd’hui tu vas dire non, définitivement. NON.

      Et mon email:
      « Tu ne me parles plus jamais, tu ne me regardes plus jamais, tu ne t’assoies plus jamais à ma table, tu ne me contactes plus jamais, tu disparais définitivement de ma vie, tu n’existes plus pour moi. Cherche-toi une autre proie à torturer.

      Je ne t’aime plus.

      Tes « charités » ont été jetées à la poubelles, cigarettes et nourriture. »

      J’ai rechuté deux fois après avoir lancé mon appel au secours auprès de vous, Geneviève. Le dernier week-end a été atroce. Pour le clôturer, il m’a tendue un sachet où il y avait ses restes de nourriture et il a dit « et là, tu n’as pas l’impression que je te fais la charité ? » Et j’ai écrit ce texte pour me sauver. Lundi je pars auprès de ma famille pour 15 jours, je suis épuisée.
      Je vous embrasse, merci pour vos écrits .
      Izoux

  71. Babou

    Bonjour,
    Je ne sais plus quoi penser, quoi dire ou quoi faire. J’ai les questions mais aucunes réponses.
    Je me sens trahie et idiote d’avoir pu me faire duper
    de la sorte. Je ressens beaucoup d’amertume et de colère.
    Etre disponible et passer beaucoup de temps avec une personne ( un homme en l’occurence) pour être ignorée
    et évitée.
    Vouloir tourner la page…trop facile ou alors me le dire en face.
    Un soit disant ami qui …ah non c’est archi faux.

  72. anonyme c

    Bonjour Genevieve,
    j’ai été victime d’un pervers narcissique pendant 4 longues années, j’ai donné mon ÂME au diable, il m’a detruite ( palpitations, maux aux cervicales, prise de poids), j’essaie chaque jour de me recontruire mais la route est longue.
    J’ai pu m’enfuir grâce à des amis l’année derniere, je suis dans une constante peur, je ne me déplace jamais seule par crainte de le croiser sur mon chemin.
    Chaque jour est une bataille, je suis convoqué chez le procureur prochainement pour « violences sur conjoint »,j’ai du me prendre un avocat et de nouveau me retrouver à payer…Je n’ai plus d’argent, d’integrité, d’estime de moi mais il faut de nouveau que j’entende parler de ce type qui se fait passer pour une victime de violences alors que c’est moi qui les ai subit chaques jours.
    Il m’a séparé de mon enfant,la chose la plus cruelle pour une mère.
    pendant des années je n’étais là que pour le servir, m’occuper de ses enfants,et surtout n’avoir aucuns état d’âme! il m’a volé, violée, mais je restait dans le silence de peur des represailles.J’ai souvent pensé au suicide, en vain, je manquait de courage!
    J’ai lu votre article, cela me rappele chaque jour ce que j’ai vécu.
    Merci Genevieve pour votre synthèse.

  73. SOPHIEL

    Merci pour ces explications par lesquelles mon coeur a trouvé réconfort et paix, des mots sur une souffrance inverbalisable…mais les enfants en garde un weekend sur 2 et la moitié des vacances quelle angoisse pour moi et cet éventuel voyage au Maroc pour présenter les enfants a sa famille…

    • Tenez bon !!
      Affectueusement, Geneviève Schmit

      • Clara

        Les pervers narcissiques sont de grands malades voulant faire passer l’autre pour plus malade qu’eux ! A FUIR. Avoir rencontré Satan est comme si je m’étais injecté un poison.

        J’aurais une question cependant : comment une personne peut t-elle prendre faits et causes pour une perverse narcissique alors qu’on lui a révélé le vrai visage de cette personne ? Est-t-il possible qu’elle soit aussi une perverse narcissique ?
        Je m’interroge car même en ne la connaissant que très peu, elle a un certains nombre de points communs avec les pervers narcissiques.

        Deuxième question : un pervers narcissique a t-il continuellement besoin d’une proie ?

  74. Sonia

    Bonjour
    C’est toujours très instructif de vous lire.
    TOUT ce que vous expliquez je l’ai vécu et tout est tellement vrai.
    Pour ma part je m’en sors au terme de 2 ans de séparation des avec un PN non sans mal et je me sens enfin Revivre

    • Un grand merci pour votre témoignage de reconnaissance Sonia !

      Vous pouvez me rejoindre sur Facebook: Soutien.Psy. J’aurai plaisir à lire vos interventions !

      Affectueusement, Geneviève Schmit

      • Si

         » Chaque acte, même en apparence désintéressé a toujours un bénéfice secondaire qui va le servir. »

        J’ai tout de suite pensé à cette phrase lorsque l’ex PN m’a envoyé un courriel après 3 mois « d’abstinence » 😉

        …  » Je voulais juste savoir comment tu allais…Rien de plus »

        Hahaha! Permettez-moi de rire à gorge déployée!

        Inutile de vous dire que l’ancienne proie est restée silencieuse 😉

  75. Brocard

    Mes forces m’abandonnent, ma peine est un ras de marée…

    J’ai 42 ans, je travaille avec des handicapés mentaux ce qui m’a permis d’identifier chez mon ami des mécanismes qui m’ont mis la puce à l’oreille.
    J’ai tenté de fuir plusieurs fois.

    Je suis tombée enceinte (1er enfant) il y a un an, j’ai identifié alors mon ami comme étant un PN, période dans laquelle il a été dans toute sa puissance.
    J’ai subis alors un énorme choc et j’ai avorté dans une souffrance extrême. Il est revenu vers moi, plus aimant que jamais.
    Aujourd’hui, je ne vis pas avec lui mais je suis toujours dans cette relation.

    J’ai pris beaucoup de recul sur moi même pour comprendre pourquoi je reste dans ce tourbillon infernal.
    J’ai pris l’habitude d’anticiper ses réactions, de déjouer ses manipulations mais à la différence de lui, j’ai des sentiments, une grande sensibilité….
    Je suis une victime certes mais consciente ce qui parfois me fait penser que c’est pire…
    J’essaie de me détacher pourtant mais je ne parviens pas à couper ce lien.
    Cela dure depuis deux ans. J’ai toujours un grand désir de maternité.

    J’écris ici aujourd’hui pour me soulager, c’est un pas, un autre pas…

    Merci de m’avoir lu.

    • Oui… un pas à la fois …
      Et oui aussi, c’est encore plus difficile lorsque la conscience de la situation est ouverte car cela vous sort de l’état de « victime » pour entrer dans celui de « responsable » …
      Vous êtes toujours addicte de lui … Agissez comme on le fait pour se sevrer d’une drogue dure.

      Bon courage!
      Affectueusement, Geneviève Schmit

  76. maria

    Bonsoir Geneviève, j’ai réussi à demander le divorce il y a 5 ans. Mais depuis 5 mois j’ai un immense souci avec ma fille de 13 ans et demi.
    Elle est en pleine crise d’adolescence et refuse de me voir depuis 3 mois, car refus de mon cadre éducatif (ces valeurs stables, limites claires que vous mentionnez).
    Pour faire court avant de couper les ponts elle était devenue presque aussi maltraitante, injurieuse, agressive et égocentrique que son père à mon égard.
    A l’audience chez le JPE dans le cadre d’une AEMO puis le JAF j’ai perdu la garde en résidence alternée et le droit d’hébergement. Concrètement je n’arrive même plus à exercer mon autorité parentale.
    Devant la justice le père met en avant systématiquement ma fragilité psychologique qui est le résultat même de son emprise et de ses abus.
    Depuis environ 8 mois j’ai enfin réussi à me reconstruire, à retrouver mes valeurs et mon identité, mais je reconnais être très susceptible du fait des années d’horreur (dénigrement, violence verbale, maltraitance psychologique) que je n’ai supporté que pour protéger mes 3 enfants. En effet je me suis rendue compte du dysfonctionnement du père des enfants qu’une fois que les enfants sortaient de la petite enfance. Mon aîné a énormément souffert et est revenu vivre avec moi dès sa majorité. Le cadet a 17 ans, depuis février il est aussi exclusivement chez le père, fait aussi sa crise d’ado et en a marre de tous ces conflits.

    J’ai très peur de perdre mes deux ados et surtout que ma fille subisse le même lavage de cerveau que moi.
    L’assistance éducative ne semble pas comprendre la source du problème car le père présente plutôt bien, a un poste important et beaucoup d’argent (tout en étant très avare).
    La seule chose à laquelle j’ai droit pour le moment sont deux visites médiatisées !
    Je considère que j’ai été une mère exemplaire pour mes enfants, surtout étant donné le comportement jaloux et possessif du père à se comporter comme cet ado dans un corps d’adulte que vous décrivez si bien. J’y ai sacrifié ma carrière et ai déjà failli perdre la vie à 3 reprises. Je n’ai pas les moyens financiers pour répéter les démarches judiciaires de plus que si les enfants ne manifestent pas le désir de revenir vivre avec mon et leur frère aîné je n’ai aucune chance d’obtenir leur résidence chez moi.

    Quelle attitude me conseillez vous d’adopter vis à vis de ma fille ? Elle me manque terriblement et je ne comprend pas comment en seulement 5 mois a pu devenir aussi inaccessible, aussi dure à ne même plus répondre au téléphone, ni aux SMS.

    Merci pour votre réponse.

    Bien à vous

    Maria

    • Bonjour Maria,

      Je comprends votre douleur, et les blessures ressenties.
      Vous avez effectivement tout fait, et même plus je n’en doute pas.
      Un moment donné, il faut lâcher …
      Votre fille doit maintenant assumer elle même les conséquences de ses choix … et quitte à la « perdre » un peu, ou durant un certain temps, je pense, sans plus connaître votre histoire que ce que vous nous avez confié là, je pense donc qu’il faut la lâcher.

      Plus vous vous battrez pour la récupérer, que ce soit pas la Justice ou par vous-même, plus vous renforcerez sa résistance ….

      Vous avez tout fait, ne l’oubliez jamais, n’en doutez jamais.
      Maintenant, apprenez a vivre ce passage douloureux qui peut prendre les couleurs de l’échec, mais qui n’en est pas un !

      Bon courage! Geneviève Schmit

      • maria

        Bonjour Geneviève, merci pour votre réponse.
        Oui j’essaie de lâcher prise et de me changer les idées, de cesser de me remettre en question et de garder mon intégrité et mes valeurs morales, enfin retrouvées. Mon fils aîné, ma famille et mes nombreux amis me sont d’un énorme soutien. Je crois que si j’avais été une personne moins sociable je serai morte depuis longtemps à cause de cet individu.
        Pour celles et ceux qui me lisent j’ai aussi fait expertiser son écriture en mars dernier. L’analyse est tout à fait conforme à ce dont je me doutais déjà: « un névrosé, instable, imprévisible, très susceptible, un puits sans fond, quelqu’un sans racines, sans identité, avec un besoin de reconnaissance démesurée, qui ne supporte pas la frustration, qui dissimule la vérité pour se protéger, un homme fragile, qui fait souffrir son entourage parce qu’il souffre lui même, mal dans sa peau qui a besoin en permanence d’être rassuré comme un enfant qui cherche la protection et la sécurité de ses parents ».
        Avec le recul pendant notre vie commune j’avais souvent l’impression d’avoir 5 ados à la place d’un père de famille à la maison ! Il a envoyé toute sa famille chez le psychiatre, psychologue et pédo psychiatre, mais lui ne se remet JAMAIS en question !
        Et pour faire cesser les emails, SMS et coups de téléphone insultants et dégradants j’ai porté plainte au titre de la LOI n° 2010-769 du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants.
        Pour l’instant mon ex mari n’a pas encore été convoqué au commissariat. Dans un article que j’ai lu dans l’Express 3220 du mois de mars 2013 j’ai relevé des noms d’avocats spécialistes dont Me Yael Mellul et Me Laurent Hincker. Ce dernier me dit que pour le moment il n’y a pas de jurisprudence par rapport à cette loi. Mais à présent j’exige réparation, estimant inadmissible et inacceptable qu’il continue sa destruction en utilisant nos adolescents qui sont en pleine construction de leur identité et qui doivent être libres.
        Bonne après midi et merci beaucoup pour votre soutien.
        Maria

      • maria

        Bonjour Geneviève, j’ai enfin revu ma fille après 8 mois sous l’emprise exclusive du père, car placé chez lui. Elle est méconnaissable, le regard froid, à répéter les propos du père inlassablement, on aurait dit son perroquet.
        Comment est ce possible à 14 ans qu’elle ait pu être endoctrinée/lavée du cerveau à ce point là ?
        Elle ne veut plus me voir, me déteste, même son frère aîné elle ne veut plus en entendre parler !
        Il s’agit clairement d’aliénation parentale. Qu’est ce que peux faire ? Si je lâche prise je pense que le lien sera irréparable. J’ai trop mal.

  77. Colette

    Un grand merci pour la transmission de cet interview dont l’analyse est très complète et d’une exactitude parfaite par rapport à ce que j’ai vécu.
    Je suis la victime exacte au descriptif de ce genre de personnage et tente de m’en sortir depuis 4 mois, mais l’emprise a été telle que cet homme me hante jour et nuit, bien que je sois quelqu’un de bien ancré.
    Je me rends compte que bon nombre de personnes ne connaissent pas « ces tristes sires » et je rends hommage à Geneviève Schmit pour son engagement à faire connaître cette pathologie et aussi à celui de « guérir » les victimes.
    Je pense que c’est un vrai « travail de deuil » qui doit s’accomplir, pire que pour décès.
    J’aimerai – lorsque je le pourrais financièrement – assister à un stage ou consulter directement et je m’efforcerai de le faire.
    Encore merci.
    Colette

    • Merci Colette pour votre témoignage de reconnaissance.

      Pour ce qui est de mes formations/Débats, je vous suggère de rester en contact avec moi via l’abonnement à ce site et mon Facebook Pro: Soutien.Psy car il va bientôt y avoir plein de vidéo et de web conférence à des prix vraiment léger!

      Affectueusement, Geneviève Schmit

  78. Caroline

    Bravo pour ce texte qui éclaire beaucoup sur la nature des PN, ça aide à mieux comprendre certaines situations.
    Je ne suis ni victime ni bourreau mais une oreille amicale et attentive. Cet éclairage aide à mieux comprendre, sans juger et avec compassion et peut être à trouver des mots de réconfort différents.
    Je lirais l’article entier avec grand plaisir, j’espère ici.
    Bravo aux victimes qui ont trouvé le courage de s’exprimer, c’est un début, soyez fortes !

    • Merci pour votre témoignage de reconnaissance !
      La suite de l’article, se trouve dans le manuscrit sur lequel de travaille en ce moment ….
      Je vais pourtant continuer de poser des extraits de temps en temps.
      Affectueusement, Geneviève Schmit

    • Izoux

      Tu es ma fidèle amie, Caroline, intelligente, fine, humaine. Très touchée par ces lignes laissées ici…..

  79. Babou

    Encore merci pour tout ce vous avez écrit sur les PN (ce texte très explicite ne peut que nous apporter un énorme complément sur toutes les questions que nous pouvons nous poser sur sa façon d’être et d’agir de ce personnage).
    J’ai cependant une ultime question à vous poser  » comment peux on déjouer son jeu de perversion et de séduction » ? Peut on réussir à le destabilise, sachant comment il onctionne ? Il s’en sortira toujour bien tout en cotinuant sa vie et en en recommencant son jeu perpétuellement.

  80. MOI

    A mon avis, Geneviève Schmit c’est le comble de – ‘le roi est mort, vive le roi!‘; de l’hypocrisie en somme.!

    • Babou

      Encore merci pour tout ce vous avez écrit sur les PN (ce texte très explicite ne peut que nous apporter un énorme complément sur toutes les questions que nous pouvons nous poser sur sa façon d’être et d’agir de ce personnage).
      J’ai cependant une ultime question à vous poser  » comment peux on déjouer son jeu de perversion et de séduction » ? Peut on réussir à le destabilise, sachant comment il onctionne ? Il s’en sortira toujour bien tout en cotinuant sa vie et en en recommencant son jeu perpétuellement.

  81. ouezri

    Le commentaire est tres juste .en faite la seule et unique solution est de partir le plus vite possible quand bien sûre on le peut sans regarder en arrière. Je parle en connaissance de cause étant donnée que je vis et que j’ai un commerce depuis plus de 20 ans avec un pn .la difficulté pour moi que j’en ai pris conscience (3_4 ans)c’est cette emprise qui est constante .

  82. Dominique

    Merci pour ce texte d’une grande clarté.
    14 ans après une séparation (et 2 enfants)avec un PN et 15 mois après un burn_out en lien avec une PN au travail; Accompagnée psychologiquement et psychiatriquement, je n’avais rarement lu de choses aussi clairement dite.

    Merci de votre éclairage et de vos mots.

    Sincèrement

    Dominique

    • Un grand merci Dominique pour la confiance que vous m’accordez !
      Affectueusement, Geneviève Schmit

      Vous pouvez aussi rester en contact avec moi via mon Facebook Pro: Soutien.Psy

      • Doudou

        Mon pn est Satan , en pleine procédure jaf je vie un enfer!
        D une violence extrême car pousse par sa mère et sa famille qui je pense le sont tous des pn!
        Je sais pas comment m en sortir …..
        C’est l enfer sur terre j ai même peur qu ils aillent a l extrême dans leurs violences!
        Comment protéger mon enfant en bas age?
        Cette sensation qu il faut qu ils commettent le pire pour que les autorités réagissent….

        • Bonjour Doudou,

          Oui, parfois le PN prend le visage du diable et la notion de clan familial prend tout son sens ….
          Je n’ai pas de solution miracle.
          Il vous faut un avocat compétant dans le domaine.

          Bon courage! Geneviève Schmit

  83. Babou

    Menteur
    Profiteur
    Manipulateur (calculateur)
    Excessif (sport)
    Dragueur
    Irrespectueux
    Instable
    -(extraverti et introverti à la fois)
    – change continuellement d’avis
    – se lasse des gens régulièrement (fait tjrs en sorte d’avoir tjrs quelqu’un sous la main pour des activités diverses…untel pour le sport ou le foot…pour autres choses aussi)
    Moqueur
    Critique
    Narcissique (imbu de sa personne)

    Indépendant (de part son côté narcissique, invivable)
    Dépendant (ne peut pas rester seul)

    Passionné
    Beaucoup de mémoire
    Disponible (pour qui il veut et quand il veut). il s’entoure toujours de personne différentes au fur et à mesure et n’est donc jamais seul et critique plus ou moins.

    Cet homme est il un PN ?

    • Qu’en pensez-vous Babou?

      • Babou

        Oui je le pense !

      • Babou

        Dois-je vous expliquer le pourquoi du comment ? Mon histoire n’est sûrement pas la première et, ne sera pas la dernière non plus je le sais très bien mais mettre un nom sur ce que je pensais bel et bien être me assurerait .eaucoup pour mon avenir

        • Franck

          Babou ,la question n’est pas forcément de savoir comment il est …
          Il y a comme pour tout ,plusieurs niveaux ,or n’avons nous pas un pt peu de tout ces défaut cités ?
          Alors soit ,la question est comment ,VOUS ,vous vous sentez ,

          Vous sentez vous libre ?
          Pouvez vous prendre n’importe quelle décisions ?
          Vous sentez vous poussez dans vos projets ?
          Vous sentez vous petit à petit isolé ?
          Voyez vous vos amis ?,votre famille ?

          J’en oublie bien sur ,mais voici des points à surveiller 😉
          Cordialement

  84. Consuelo

    Je tiens à vous féliciter et à vous remercier pour ce texte.

    Il est très parlant et j’ai franchement l’impression d’y lire mon histoire.
    Je le trouve également très équilibré quant à l’approche du PN et de sa proie
    . Je vous remercie vraiment beaucoup .
    Personnellement , cela va me permettre de le communiquer à des membres de ma famille ou à des proches qui sont un peu sceptiques sur le sujet , pour qui , quand on est victime , on n’a rien fait pour s’en sortir, par exemple , et c’est vrai que jusque-là je n’avais rien trouvé à leur faire à lire qui pouvait être à la fois aussi parlant et aussi finalement peu culpabilisant pour les deux parties : on comprend bien que le pervers narcissique est quelqu’un d’immature et d’in-abouti et pas une émanation du diable!!!
    Et on comprend que la victime elle-même est très fragile; la comparer à une personne droguée ne me choque pas du tout parce que j’ai vraiment ressenti ça pour ce qui concerne l’addiction évidemment !

    Étant en pleine procédure je l’ai également envoyé à mon avocat…

    Continuez à avancer sur le sujet …
    Continuez à nous faire voir le sujet d’un point de vue décalé …
    Je suis bien placée pour savoir que vous ne pouvez aider que les proies mais c’est déjà énorme et les aider à protéger leurs enfants …moi ma plus grosse crainte c’est que mes enfants deviennent PN ….

    • Un grand merci Consuelo pour votre témoignage de reconnaissance!

      Je tente effectivement d’apporter une lumière la plus exacte possible sur la « responsabilité » du manipulateur pervers comme celle de sa victime.
      C’est par une vraie prise de conscience des mécanismes en jeux, des deux côtés, que l’on peut aider au mieux les personnes piégées et que l’on peut leur apprendre à enseigner à leurs propres enfants l’art et la manière de nager en « eau trouble » …

      Ce point de vue est effectivement « décalé » comme vous le relevez car mon objectif n’est pas de caresser les victimes dans le sens du poil, mais de leur apporter mon expertise pour les pousser à se libérer et ne plus retomber dans ces schémas liés essentiellement à leur failles.

      Vous m’encouragez à poursuivre dans ce sens et vous en remercie du fond du cœur!

      Affectueusement, Geneviève SCHMIT

  85. Izoux

    Donnez-moi la force … que je me donne, trouve la force … je vais en mourir.

    • Bonjour Izoux,
      Vous demander à ce qu’on vous donne la force, je vous suggère vivement d’aller la chercher auprès d’un thérapeute près de chez vous.
      Éventuellement nous pouvons convenir d’un ou deux consultations à distance.
      Il y a moyen d’en sortir !!
      Tenez bon! Geneviève Schmit

      • Izoux

        oh merci de m’avoir répondue, je viens de découvrir et je pleure tellement … Promis, je vais prendre rendez-vous au CMP. Je vous donnerai des nouvelles, je suis dans un tel désarroi, qu’est-ce qu’il m’a fait mon Dieu ….
        Est-ce que une consultation par téléphone est payante ?

        Merci encore, Geneviève, merci de tout mon coeur,
        Izoux

        • Izoux

          Bonjour Geneviève,

          J’ai rompu lundi soir à 17h. Vous m’y avez beaucoup aidé en me répondant, ceci associé au soutien apporté par un groupe privé sur Facebook. La semaine prochaine je prends rendez-vous au CMP, je veux comprendre pourquoi je n’ai pas dit non plus tôt.
          Le chemin est rude mais je sais avoir sauvé ma vie.
          Je vous remercie de tout mon coeur,
          Izoux

        • Izoux

          et j’ai rechuté … pour vaincre définitivement le 15 juin 2015.
          Ne soyez ni en peine ni honteuse de rechuter, c’est le chemin qu’il faut prendre pour réussir, comme un toxicomane….

  86. Bonjour Geneviève,

    Merci pour cette synthèse de l’interview, qui donne envie de lire l’intégrale.

    Le travail de « désintoxication« , relatif à ce « nettoyage émotionnel toxique » dans lequel la victime est tombée et qui la met à l’extérieur d’elle-même est indispensable et vraiment nécessaire pour sortir de l’état de dépendance.

    C’est toute cette énergie qui ne sera pas investie dans ce que vous décrivez très bien, cette recherche et quête exclusive et absolue d’être reconnue victime d’un PN envers ses pairs, la société, ou même envers le PN lui-même (risques et conséquences lourdes liés à la rechute)

    Par contre, Inscrire cette énergie par exemple dans le processus d’un travail de deuil et de pardon (envers soi d’abord) avec courage et persévérance, encadré par ses proches et/ou des professionnels de la relation d’aide, permet à la victime, en effet de se libérer véritablement. De « gagner » pour reprendre le verbe employé et qui sonne très fort.

    Se libérer des « griffes de cette dépendance » , c’est s’autoriser et accepter l’idée de protection, de réparation, de reconstruction en vue de faire grandir son estime et de la nourrir d’une nourriture saine : l’estime du soi et l’estime de Soi.

    Son rayonnement influera de toute évidence dans le contexte, l’environnement, …de la victime.

    C’est faire en réalité le chemin inverse, celui de l’intégration et la réconciliation avec ses côtés mal aimé et aimé de soi.

    Amitiés,
    Fati AMOR

    • Merci à vous Fati pour ce partage de réflexions.
      Il me semble effectivement pertinent de placer le détachement à l’autre dans le processus de deuil.
      Tout comme vous, je place le deuil en soi-même, le deuil de nos illusion, le deuil de nos fantasmes créatif d’horreur…
      Ce processus de guérison, de l’autre dans un premier temps et du soi dépendant affectif pour terminer est un chemin passionnant qui prend tout son sens au fur et à mesure de chaque pas.

      Affectueusement, Geneviève

      • Si

         » Tout comme vous, je place le deuil en soi-même, le deuil de nos illusion, le deuil de nos fantasmes créatif d’horreur…
        Ce processus de guérison, de l’autre dans un premier temps et du soi dépendant affectif pour terminer est un chemin passionnant qui prend tout son sens au fur et à mesure de chaque pas.  »

        😉

        Merci d’être là, Geneviève.