Sexualité du pervers narcissique

19 août 2015 Par

Sexualité du pervers narcissique

La sexualité chez le pervers narcissique

L’expression « pervers narcissique » est utilisée en psychopathologie pour désigner les individus présentant une personnalité marquée à la fois par un narcissisme exacerbé et des traits de perversion morale.

Les pervers narcissiques sont considérés comme des psychotiques sans symptômes.

Dans cette psychopathologie, le narcissisme, l’amour de soi, qui est une partie naturelle de toute personnalité est portée à son paroxysme. Le besoin d’être admiré constamment, associé à un manque de reconnaissance et d’empathie définit un trouble de la personnalité narcissique.

La perversion, le fait de détourner, est aussi une composante commune de la personnalité de chacun. La pathologie associée correspond à un type de personnalité particulière tendant vers la satisfaction de ses désirs et besoins exclusivement personnels aux dépens des autres, qui seront objétisés.

Le manipulateur pervers narcissique l’est dans tous les domaines de sa vie, et la sexualité n’y échappe pas. Elle pourra même devenir un ancrage supplémentaire qui utilisera les pulsions primaires, animales, pour maintenir sa victime dans la dépendance.

 

Qu’est-ce qu’une « sexualité déviante », une « perversion sexuelle » ?

Il me semble que l’on peut commencer à parler de « déviance sexuelle » lorsqu’une relation sexuelle, même consentie, sort des limites communément acceptées par l’époque et par la société concernée. La déviance sexuelle s’inscrit également dans une répétition, une nécessité et une aggravation des actes déviants pour atteindre la jouissance personnelle.

Ce peut être quelqu’un qui demande à sa ou son partenaire d’avoir des relations zoophiles, ou de participer à des relations sexuelles à multiples partenaires, ou de se laisser « offrir » à d’autres sous les yeux du pervers, ou également de participer à des « jeux » sado-masochistes. La liste des déviances est infinie.

Outre la « perversité » que l’on retrouve dans le comportement du manipulateur narcissique, il y a bien souvent la « perversion » exprimée dans sa relation à la sexualité.

Il existe fréquemment une confusion entre ces deux termes:

  • Par « perversité » on entend plaisir éprouvé à observer ou à provoquer la souffrance chez l’autre.
    Elle est de nature destructrice et vise la réalité psychique de l’autre qui est agressée.
  • Par « perversion » on exprime un comportement sexuel déviant non conforme aux mœurs sociaux de l’époque et du lieu où l’on vit.
    Elle est de nature « auto-érotique » et a pour condition le déni de sujet chez le partenaire.

On observe de nombreux pervers ayant recours à des perversions sexuelles mais l’inverse n’est pas vrai selon le docteur Christophe André.  » Etre adepte de conduites sexuelles déviantes n’implique pas forcément que l’on ait une personnalité perverse et que l’on aime faire souffrir autrui. »

 

Dans cette réflexion il ne s’agit pas de condamner ou non ces pratiques mais bien de réaliser que le manipulateur pervers arrive à amener son ou sa partenaire dans une sexualité qui ne lui appartient pas.

Il sera également intéressant de comprendre les motivations conscientes et inconscientes de la victime qui entre malgré elle dans ces jeux de perversion morbide.

 

Dans le trop ou dans le pas assez, le pervers narcissique a bien rarement une sexualité épanouissante.

 

Amour du pervers narcissique - Geneviève Schmit - http://soutien-psy-en-ligne.frJ’ai pu observer chez le pervers narcissique un très grand penchant pour des déviances sexuelles essentiellement de type masochistes ou dominantes.
Ces déviances peuvent se révéler progressivement lors de l’évolution de l’intimité du couple et sont bien souvent totalement ignorées de l’entourage. Le déséquilibre sexuel du manipulateur pervers vient ici s’exprimer librement avec le «consentement» actif de sa victime.

 

Pervers narcissiques et victimes sous emprises sont la plupart du temps piégés dans une double addiction.

 

Gérard-Yves Cathelin, psychanalyste à Château Thierry (77), nous confie que la psychanalyse dit que la sexualité n’existe pas chez le pervers car il n’y a que vide.
C’est le, la ou les partenaires qui viennent nourrir la sexualité du pervers.

 

Le pervers utilise donc l’autre car lui-même est vide.

 

Le pervers narcissique est « impuissant » sur un plan psychique, sur un plan métaphysique, il va donc demander à l’autre, à sa victime, de le rendre « puissant« .
Il le fera par le dialogue, par la rencontre, par la victimisation puisqu’il jouit de la souffrance et de la soumission de l’autre et qu’il va érotiser par cette douleur.

Le pervers est obligé de se faire une mise en scène pour pouvoir exister dans sa sexualité.

Sexualité du pervers narcissique - Geneviève Schmit - http://soutien-psy-en-ligne.frIl ne faut pas oublier que le pervers narcissique est une coquille vide, un vide complet, un vide d’existence. C’est la victime qui vient le nourrir, la victime qui vient remplir cette coquille vide !

Chez le manipulateur pervers narcissique, la sexualité est souvent un sujet complexe: soit trop, soit trop peu. On trouve avec lui rarement une sexualité saine et épanouissante pour les deux partenaires.

Le pervers narcissique possède cette grande capacité d’entrainer ses proies dans sa propre perversion sexuelle. Il les amène à explorer des zones d’ombres qu’elles n’auraient jamais souhaitées explorer par elles-mêmes.

Dans la folie de l’emprise perverse, il arrive aussi que certaines victimes aillent jusqu’à renforcer, et même devancer, les désirs déviants de leur bourreau dans l’espoir de garder ses faveurs.

Le pervers narcissique, toujours égal à lui-même, saura utiliser la honte ressentie par la victime pour l’assujettir un peu plus ou même pour détruire ce qui lui reste d’estime d’elle-même, allant jusqu’à l’humilier devant la justice et ses proches.

Le pervers narcissique se trouve figé dans une sexualité primaire, de la même manière que son développement affectif qui se trouve figé à l’âge de 3 ou 4 ans et s’exprime par des pulsions de préadolescent.

 

Comportement de la victime

.

On observe certaines victimes, qui, prises dans la toile des relations sexuelles perverties, entrent dans le jeu au point de devancer les désirs du manipulateur pervers dont elles sont soumises.

 

Pourquoi la victime accepte-elle de participer à ces jeux pervertis ?

 

Quelle pourrait-être la motivation de la victime qui accepte de se laisser embarquer dans des zones d’ombres dont elle ne veut pas ?

Au départ, il y a certainement une « confiance aveugle », cette confiance démesurée que la victime place entre les mains du manipulateur qui l’a piégée dans l’emprise perverse.
fantasmeElle se laissera alors happer dans un incontrôlable tourbillon, interprétant les demandes du manipulateur pervers comme des marques de confiance et d’intérêt pour elle.

Le pervers va s’ingénier à lui faire croire que s’il lui propose d’aller « plus loin » dans la relation sexuelle, s’il l’incite à « sortir des sentiers battus », c’est qu’elle est la partenaire idéale, celle qu’il attendait depuis toujours, la seule capable le combler, celle en qui il a toute confiance.
Encore des mots qui vont plaire à la victime comblée par tant de gratitude et contribuer à endormir sa vigilance.

C’est le piège classique et absolu qui convient si bien à la victime qui n’attend que toutes ces marques d’intérêt pour museler la « petite voix » qui hurle désespérément ses cris d’alarme.

 

Soumission de la victime

 

La victime se laisse happer dans la spirale perverse du manipulateur pour de nombreuses raisons qui tournent toutes autour du désir de le satisfaire par peur de le perdre.

C’est une peur que saura parfaitement amener le manipulateur par de multiples allusions par ses comportements. Il fera comprendre que pour le garder, pour garder son « amour », elle doit se montrer à la hauteur de ses besoins.
Toutes ces allusions, ces demandes feront germer dans l’esprit addicte de la victime, la peur qu’il n’aille ailleurs chercher le plaisir qui est censé le combler.

Sexualité du manipulateur pervers soumis - Geneviève Schmit - http://soutien-psy-en-ligne.frInsidieusement, la jalousie fera son chemin dans l’esprit dépendant de la victime. Elle acceptera toujours un peu plus des exigences de celui qui la contrôle.

Sous l’emprise du pervers narcissique, et pour conserver le lien puissant de dépendance qui la lie à lui, la victime va réellement devenir «complice active» et peut même devancer, stimuler et participer activement à ses caprices sexuels dans l’espoir de le garder.

La victime risque d’avoir l’impression de ne jamais en faire assez ou de ne pas être assez douée pour le satisfaire.
C’est une situation dont il tirera profit pour en exiger encore plus.

 

Piétinant ainsi toutes ses propres valeurs morales, la victime s’enfonce de plus en plus profondément dans les méandres de la noirceur dont la honte viendra refermer les portes derrière elle.

 

Fermant de plus en plus les yeux sur son propre comportement, la victime se mure dans la honte et le silence, se comparant peut-être à une prostituée. Ayant déjà tant accepté, elle ne peut se résoudre à dire non.

Nous pouvons accueillir le témoignage de cette femme, K, dont l’amant pervers narcissique l’avait entrainé à vivre des relations échangistes et d’un exhibitionniste extrême allant s’exprimer dans des lieux improbables. Il exigeait d’elle des relations dans son lieu de travail (une classe de cours), imprimant ainsi tout son parcours de vie de son empreinte indélébile. Il s’amusait également à créer des situations où sa femme légitime, son ex amante et K se trouvaient ensemble, avec lui…

Où cet homme, qui, aux yeux de sa femme et de ses amis, est un « impuissant » notoire, n’ayant aucun goût pour la sexualité, mais qui, avec sa victime, devenait insatiable et provoquait des situations aussi burlesques que scandaleuses afin de pouvoir assouvir ses pulsions sexuelles. Même sur son lieu de travail, observant au travers d’une vitre sans teint les clients, tout en sachant sa femme et ses fils dans la voiture familiale à dix mètres de là en train de l’attendre pour se rendre à l’office religieux, et se « libérer » en riant comme un gosse qui fait une bonne farce.

Où celui qui assène à sa victime des insultes dévalorisantes mais est autant dépendant d’elle qu’elle ne l’est de lui.

Étonnant système de co-dépendance qui rend encore plus difficile la libération.

 

L’un est addicte de l’autre et inversement.

 

Difficulté à faire cesser les déviances

 

Sexualité du manipulateur pervers viol- Geneviève Schmit - http://soutien-psy-en-ligne.frLorsque la victime a accepté de se plier jusqu’à un certain point dans les déviances sexuelles du ou de la perverse narcissique, il est très difficile de stopper l’évolution des exigences et encore plus de revenir en arrière.

Il arrive aussi que la victime ait la sensation d’avoir besoin de bien plus de force pour tenter d’arrêter l’enchainement pervers qu’il n’en faudrait pour fermer les yeux sur sa propre honte.

La sensation d’être souillée, polluée, détruite, et niée dans son identité d’être respectable, pousse encore plus la victime dans le silence de la soumission.

La victime en arrive à être terrassée par la honte de l’image déformée qu’elle renvoie d’elle-même.

 

Honte du plaisir ressenti

 

Emportée dans les délires sexuels de son bourreau, il arrive que la proie soit saisie par la honte d’avoir pu ressentir du plaisir dans certains de ces actes pervertis.
Le simple fait d’avoir ressenti une excitation, un plaisir sexuel, donne à la victime la sensation d’appartenir elle aussi à ce monde de la noirceur. Elle risque alors de ressentir avec horreur la complicité, même furtive, de son bourreau.
Il lui sera d’autant plus difficile de faire machine arrière, puisqu’elle a la sensation de partager avec lui les secrets de ces instants de plaisirs organiques.

 

« Puissance » de la victime

 

C’est par son acceptation ou non des déviances sexuelles, que la victime est garante du plaisir et surtout du sentiment de puissance virile de son bourreau puisqu’elle est là pour combler son vide.

 

Autrement dit,

c’est en entrant malgré elle dans le jeu de la perversion sexuelle du prédateur que la victime donne vie au bourreau !

 

Quelle jouissance, quelle satisfaction pourrait éprouver la victime consciente de ce mécanisme à satisfaire son partenaire et à le rendre puissant !
Elle devient Pygmalion ! Elle devient l’instigatrice de la puissance de l’autre.

La puissance de la victime est d’être artisan de la puissance de l’autre. Elle crée le « phallus » du pervers narcissique, dans le sens psychanalytique du terme et qui est la symbolique de la sexualité puissante.

Il me semble important de réaliser que sans une victime actrice de cette perversion sexuelle, le manipulateur pervers sexuel disparaît dans son vide intérieur.

Malheureusement, la victime se trouve piégée dans un chaos émotionnel et une emprise qui lui interdit ce recul.

 

Comportement du manipulateur pervers

.

Le pervers narcissique n’a pas une sexualité « assumée ».
La sexualité qu’il va mettre en place a pour but de satisfaire son propre narcissisme.

Le comportement du pervers narcissique - Geneviève Schmit -http://soutien-psy-en-ligne.frDans la vie du pervers narcissique et donc dans le domaine de sa sexualité, l’autre n’existe pas.

L’autre n’est qu’un objet qui n’a pour unique raison d’être l’utilité qu’il peut avoir pour le pervers.
Le comportement pervers est: Je vais me servir de l’autre pour obtenir ce que je veux, et je vais m’arranger pour que ma proie se sente coupable pour qu’elle ne m’en veuille pas et n’ait aucun désir d’indépendance.

Ce qui veut dire que le pouvoir du pervers narcissique passe par l’humiliation d’autrui car eux n’ont pas réussi à accéder à la sexualité génitale adulte.

 

Déni de castration

 

Dans une relation quelle qu’elle soit nous sommes toujours deux. Il y a toujours une interaction entre les partenaires

En voulant dominer le pervers narcissique « montre » qu’il possède la puissance, le phallus, car lui a été castré bien plus tôt. Comme il ne reconnaît pas cette castration symbolique il va vouloir se narcissiser en prenant de la  » puissance  » et en jouissant de cette puissance, lui, qui n’a plus de puissance phallique.

 

En quoi de rentrer dans la perversion sexuelle, dans la sexualité débridée, vient-il remplir un vide et un déni de castration chez le pervers?

QManipulateur pervers narcissique - Geneviève Schmit - http://soutien-psy-en-ligne.fruelqu’un qui est « châtré », qui n’a pas de phallus dans le sens psychanalytique du terme, va demander à ce que l’autre agisse à sa place pour lui rendre un semblant de phallus. On voit bien dans ce comportement toute la pauvreté sexuelle du pervers narcissique.

Ne pas confondre « phallus » qui est la représentation de la masculinité avec « pénis » qui est l’organe génital.

Cette attitude montre un déséquilibre chez le manipulateur pervers exprimant des déviances sexuelles puisqu’il est obligé de demander à son ou sa partenaire d’agir pour combler son propre vide émotionnel et attend de l’autre qu’il lui montre ce qu’est un phallus et ainsi lui rendre sa sensation de puissance dans la virilité.

Le psychanalyste Gérard-Yves Cathelin nous explique que la victime est donc là pour combler ce manque phallique pour dire « je te reconnais en tant qu’homme masculin et porteur de phallus et je vais te donner les moyens, je suis d’accord pour que tu puisses avoir ce phallus ». C’est ce que demande le pervers narcissique à sa victime ! « Montre-moi que j’ai un phallus, montre-moi que par ce que tu vas me montrer je peux exister en tant qu’homme. Sans toi je n’existe pas. Je ne peux jouir sans ce que tu vas me montrer, sans la façon que tu vas avoir d’en jouir ».
Le pervers ne jouis pas lui-même mais le fait au travers de l’autre, au travers de ce que sa compagne ou son compagnon va lui montrer de lui-même.

 

Paradoxalement, si on observe le comportement du bourreau et de sa victime avec le recul nécessaire, on peut se rendre compte que c’est la victime qui est la garante involontaire du plaisir et surtout du sentiment de puissance virile de son bourreau dont elle vient combler le vide.

Autrement dit,

en entrant malgré elle dans le jeu de la perversion sexuelle, la victime donne vie au bourreau qui la détruit.

 

Comme ce pervers qui a demandé à sa femme d’avoir un rapport avec un inconnu. Il va jouir du fait qu’elle a ce rapport sexuel avec un inconnu. Autrement dit, c’est l’acceptation et le comportement de sa femme qui va donner à cet homme sa jouissance et son sentiment de puissance.

Mais prenons garde de généraliser. Tous les pervers narcissiques ayant une sexualité pervertie n’utilisent pas nécessairement des relais pour agir à leur place.
Par contre, qu’il se place dans une position dominante ou dominé, c’est toujours lui qui impose les règles, c’est donc toujours lui le dominant.

 

Toujours plus

 

Le manipulateur pervers va pouvoir décharger ses tensions sexuelles dans le fait même d’imposer à son ou sa partenaire ses propres règles qui évolueront avec le temps.

Mais le seuil de ses exigences va progressivement s’élever au fur et à mesure des acceptations de sa complice piégée. Nous allons assister à une réelle escalade des exigences du manipulateur pervers narcissique et à un avilissement de plus en plus profond de sa victime complice involontaire.

Les secrets de notre cerveauCette réalité trouve son sens dans le fait que s’étant habitué au plaisir ressenti dans un scénario il lui faudra désormais plus pour éprouver cette même jouissance. Or nous savons que le pervers narcissique a un besoin impérieux d’une part, de ressentir son pouvoir sur l’autre, et d’autre part de décharger les tensions qui s’accumulent inlassablement en lui.
Le pervers narcissique est piégé dans un système qu’il a construit inconsciemment pour masquer aux autres et à lui-même le vide qui l’habite.

De plus, pour asseoir son sentiment de pouvoir et de contrôle, le pervers narcissique cherche constamment à repousser les limites de sa victime, et ce, dans tous les domaines.
Autrement dit, si la victime accepte une attitude sexuelle qu’elle réprouve pourtant, ce sera pour son bourreau un acquis, une limite franchie qu’il aura hâte de repousser encore.

Il n’aura de cesse alors de vouloir la repousser encore plus et entre donc dans des exigences toujours plus grandes de sa complice involontaire.

Bien que relativement peu fréquents, je constate hélas que cette escalade peut aller jusqu’à des actes incestueux.
Là encore, on peut retrouver des conflits intérieurs, un œdipe peut-être non résolu, qui tentent de s’exprimer par des actes impardonnables.

 

Le pervers narcissique dans la posture de soumission

 

Et que penser du manipulateur pervers narcissique qui se positionne en soumission?

Quelle belle perversion, quel suprême contrôle que de contraindre l’autre à jouer le rôle dominant !

Le pervers impose à l’autre le pouvoir, et la victime croit l’avoir.
Encore un jeu de leurre, d’illusion.

Un pervers narcissique n’a pas atteint une sexualité adulte satisfaisante. Il le sait et comme il ne veut pas en prendre conscience, soit il va humilier la victime, soit il va se mettre en position régressive de petit enfant totalement dépendant de sa mère.

Cette soumission demandée par le pervers narcissique peut aussi dire que se trouvant du côté passif de l’échange sexuel il se positionne dans une homosexualité non déclarée et latente.

Sexualité du manipulateur pervers soumis

Donc, si le pervers narcissique se met dans la position de souffrance on entre dans l’ordre de l’homosexualité puisqu’il se met dans la position d’être passif.

Il y a des hommes de pouvoir, des personnalités bien pensantes, chefs d’entreprises, avocats, des comédiens et même des hommes politiques qui vont voir des professionnelles « nourrices » qui leur mettent des couches, les talquent et leur préparent des biberons. C’est tout ce qu’ils demandent…

 

Cette « pseudo-soumission » permet au pervers narcissique de vérifier le stade de dépendance de son ou de sa partenaire. C’est aussi une manière de tester sa résistance et ses limites car là aussi, la déviance va aller en s’accentuant avec le temps.

Le pervers narcissique ne pourra se positionner dans la soumission uniquement dans la sexualité.

Il se peut que dans cette apparente inversion des rôles, dominé/dominant, la victime, actrice de ce jeux sexuel, ait le sentiment de prendre une certaine revanche sur les humiliations et les contraintes exercées par le manipulateur pervers dans le quotidien.

Inconsciemment ou pas, la victime peut penser que si lui s’est montré en faiblesse elle peut également se montrer en faiblesse. Il donne l’exemple de la bassesse.

 

Comme cette victime qui me confie qu’elle avait la sensation de pouvoir l’annihiler. Que par l’apparente soumission de son bourreau elle avait l’occasion de prendre sa revanche, de prendre le pouvoir. Elle se sentait dans la perfection de la réalisation, pensait avoir la main.
C’était le seul moment où elle avait l’impression d’être libre.

 

Conclusion

 

Sexualité avec le pervers narcissique - Geneviève Schmit

La sexualité sera très souvent un terrain de prédilection pour le pervers narcissique qui pourra, derrière les portes closes, exprimer pleinement son besoin de contrôle et de puissance par des pulsions érotiques qui le gouvernent.

Quant à la proie, elle sera en prise entre la honte des actes qu’elle est amenée à poser et la jouissance d’être en apparence l’objet de toute l’attention de celui dont elle est dépendante.

.

 

Témoignages:

Clément nous confie:

Étant homosexuel, « mon » PN était ce que l’on appelle communément « passif », et je l’analyse de deux façons: d’une part un moyen de maintenir ce masque qui était le sien de la petite créature meurtrie, fragile, sensible et d’autre part, comme une conséquence, un moyen, pour faire simple, de se laisser posséder pour mieux posséder votre âme, car sous l’apparente soumission c’est bien lui qui dirige et domine avec une froideur intérieure qui n’a d’égale que cette fausse soumission à l’autre. Et c’était dans mon cas le seul moyen efficient de me dominer sexuellement puisque lorsque j’étais « passif » mes défenses étaient bien supérieures et il lui était plus difficile de m’atteindre puisque je ne m’abandonnais pas. Et ce d’autant plus qu’à chaque fois que c’était lui qui me pénétrait j’avais un sentiment étrange de malaise et de mal-être, l’étrange sensation sans bien entendu pouvoir la nommer alors, d’être un objet et de me sentir sale, ce que je lui disais (à ne jamais faire!…) pour finir par m’en attribuer le tort et la culpabilité…. je ne sais si c’est toujours le cas, mais d’après mon expérience, le sexe est avec un PN le lieu paroxystique de sa manipulation. Du dégoût de soi-même et de la destruction de la confiance et de l’estime de soi dans lequel on sombre peu à peu.

Une domination passive oui! Je crois que dans mon cas la véritable jouissance qu’il tirait était de l’ordre d’un théâtre de la cruauté. J’ai le sentiment qu’il jouissait d’être là, intérieurement froid, à m’observer livrer mon âme en lui faisant l’amour avec toute la tendresse et l’amour que je pouvais trouver en moi. Je pense qu’il jouissait en vérité de me voir si absolument offert et entièrement, corps et âme, dirigé vers lui et pour LUI. C’est en cela qu’il domine. Car lui ne donne rien et il jouit de voir l’autre s’offrir absolument et de plein gré et ce sans qu’il n’ait rien à faire ni provoquer, ultime manipulation

C’est intolérable et insupportable sentiment d’avoir été floué, trahi dans le plus intime de son être; en un sens « violé », mais avec mon consentement…

Le pire étant que j’ai eu ce sentiment pendant un an et demi sans pouvoir le nommer. Sans avoir suffisamment de confiance en soi pour se fier et avoir foi en cette « intuition du corps ». J’étais en outre trop prompt à me blâmer moi-même de ressentir cela et toute discussion sur le malaise que je pouvais ressentir ne menait qu’à l’accroissement de ma culpabilité. C’est là aussi le « viol consenti », avec un PN nous sommes les victimes volontaires

 

Sophie:

Sophie me raconte l’histoire de ce très bel homme qu’elle a croisé dans un club où des femmes dansent dans l’attente d’être choisies. Il avait exposé sa femme, une magnifique femme soumise au point de n’être plus qu’un morceau de chair fraîche comme au Moyen-Age!
Cet homme habillait, préparait, parait sa femme pour l’emmener sur une scène où une trentaine de mecs choisissaient.

 

Marie:

Sauna – Laurent les épaule gonflait puissance masculine face à ces prédateurs.
Sentait son amour car il protégeait – mise en scène – Le fait que d’autres aient envie de sa chose

Lili:

Je peux définir mon ex compagnon comme un nymphomane. Il « tournait » avec 3,4 femmes en même temps, se vantait de se « toucher » plusieurs fois par jour.
Il était très porté sur la porte de derrière si je puis dire, c’était son obsession la sodomie. Enfin c’était moi évidemment!
Rien de plus qui ne sort de l’ordinaire, c’est même moi qui une fois lui ai parlé de club échangiste, il faut avouer qu’il ne m’existait pas du tout. Mon dieu ce que je n’avais pas dit! Cela m’a valu une sacrée réputation d’ailleurs! Il a été très touché.
Je pense qu’ils n’ont pas d’émotions oui, mais pour les autres, quand cela les touchent, ils en ont.
Je me souviens d’une fille (la petite amie de son neveu) qui lui en avait mis plein la tronche et lui disait qu’il avait beaucoup de chance de m’avoir car c’était en gros un déchet!
Il en a eu des émotions et il était blanc et en sueur…
J’ai compris par la suite qu’elle savait qu’il me trompait et qu’il ne disait pas que des gentillesses sur moi…
Voilà un petit message avec ma petite contribution pour dresser le portait comme il se doit de ses monstres.
Parfois on ne les reconnaît pas toujours dans les articles donc plus il y a d’exemples mieux ils seront démasqués.
Amicalement Lili

 .

Geneviève SCHMIT06.43.43.15.79  –  Consultation à distance et au cabinet de Seine & Marne

.

A lire aussi :

Sexualité du Manipulateur Pervers

 

La sexualité du manipulateur pervers narcissique

 

 Le manipulateur pervers narcissique - Comment s'en libérer. Geneviève SCHMIT

Le manipulateur pervers narcissique – Comment s’en libérer –
Victimes, prenez le pouvoir sur votre vie !

Editions: Grancher

Auteur: Geneviève SCHMIT

 

 

 

 

 

Geneviève Schmit - Coaching thérapeutique pour les victimes de manipulateurs pervers narcissiques ©

 

Geneviève Schmit, experte dans l’aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiques.

octobre 2015

 

.

La reproduction intégrale de mon écrit est autorisée. Cependant, mon nom complet ainsi que le lien actif de la page du site internet http://pervers-narcissiques.fr est obligatoire. Vous remerciant de votre compréhension ainsi que de l’intérêt porté à mon travail, Geneviève Schmit.
Pervers-narcissiques.fr

Pervers-narcissiques.fr Site portail pour les victimes de PN

Geneviève Schmit - Experte dans l'accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques

Geneviève Schmit, coaching thérapeutique.

. .   © Geneviève Schmit, experte dans l’accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques. .


 

J’aurais grand plaisir à lire vos interventions sur le Facebook qui vous est dédié: Facebook pour les victimes de violence psychologique et de manipulation perverse. Soutien.PsyFacebook Soutien.Psy

 

http://bit.ly/sexualite-pn

124 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bostel

    bonjour,

    Lors d’un repas de voisinage, en janvier 2017, j’ai découvert un couple. La femme  » Valérie » s’est montrée flatteuse à mon égard. J’ai décidé de la caresser sous la table face à ma femme qui ne se doutait de rien. De là, est née une relation adultère très bizarre. Je n’avais jamais eu de relations sexuelles comme celle ci. Elle hurlait, elle pratiquait la fellation jusqu’au bout, tout était prétexte pour avoir un rapport sexuel. Tout le temps et n’importe où, limite devant les gens à la campagne , en voiture au pied de l’appartement etc. Bref elle est réellement nympho. j’étais accro et je suis tombé amoureux de cette personne. je culpabilisais vis à vis de son mari, de ma femme également. Je m’étonnais de la facilité qu’elle avait à pouvoir se libérer pour que nous nous voyons. Elle me disais toujours, je suis très libre et avec Sébastien (son mari) nous ne sommes pas et ne pensons pas comme tout le monde, nous sommes différents. Je n’y prêtais pas vraiment attention au début et moi à partir du moment ou nous étions ensemble, cela me convenais très bien.
    Un jour, elle s’est mise à « se confier » à moi en me dévoilant un très lourd secret que je ne devais absolument gardé pour moi (elle ne l’avais jamais dévoilé à quiconque; signe de la confiance et de l’importance qu’elle avait en moi)
    Ce secret est le suivant; son collègue de travail l’aurais drogué avec le temps de ce que l’on appelle la drogue du violeur (le GBL) pour le profil très intéressant dont elle dispose. Elle aurait servie d’Escort girl de luxe dans un réseau puissant et dangereux et ne se souviendrait de rien. Elle suppose avoir été le jouet d’une dizaine d’homme en même temps. Cela aurait duré 8 mois jusqu’à ce que son mari découvre cela et la sorte de ce système.
    C’est un couple très cultivé, maniaque, avec un enfant, d’apparence normale et bien sous tous rapports.
    Moi j’en ai une autre vision, j’ai la vision d’un couple manipulateur pervers narcissique. Lui lâche sa femme à moi et connait parfaitement notre liaison. Il nous retrouve à l’endroit où nous avions laissé sa voiture lorsque je l’a reconduit; et lui l’a récupère faisant semblant d’être énervé de nous voir ensemble. Maquiavéliquement, en un quart de seconde, elle me dit ce que je dois lui dire pour justifier le fait que nous soyons ensemble. Elle me certifie qu’il n’est pas au courant mais je ne la crois pas. c’est trop gros pour être vrai.

    Son mari vient quelques jours plus tard sur mon lieu de travail pour discuter et me glisse  » je ne t’en veux pas » très calmement. mais de quoi s’il n’est pas au courant?

    De son côté, elle ne m’appelle plus. cela me rends fou de douleurs tellement j’en suis amoureux et qu’elle joue avec moi.

    La douleur est telle que je décide de prendre contact avec ce fameux collègue de travail.

    Il m’explique exactement ce que je suis en train de vivre avec elle. qu’elle à détruit sa vie. Que son mari était totalement informé de leur petit WE mais qu’elle le niait, de leurs escapades, qu’il l’avait présenté à sa famille, qu’elle est complètement folle et nymphomane. qu’il n’avait pas supprimé leur échange mail et que c’est cela qui l’aurait sauvé lorsqu’elle a porté plainte contre lui pour l’avoir poussé dans des escaliers. Qu’il n’était pas le premier ni le derniers.

    (Elle a une obsession, en permanence je dois supprimer toutes traces de nos correspondances mails, photos qu’elle m’envoie, formater toutes mes vidéos lorsqu’elle passe me voir au magasin.)

    J’ai découvert qu’elle avait eu une liaison à trois avec son prof de sport juste avant moi et son mari, maintenant, c’est un motard qu’elle a rencontré au grand prix du mans qui dont elle parle en permanence.

    Je lui ai dis que je savais tout, elle s’est mise dans tous ses états, à faire une crise de tétanie devant son propre fils. Elle est entrée dans un états de démence.
    Elle a cherché à me faire culpabiliser et elle y est arrivé.
    elle est revenue le lendemain matin me voir pour me dire qu’elle me pardonnait comme à chaque fois (car elle se considère au dessus de tous).

    Nous nous sommes revus lors d’un repas de voisinage chez des amis communs. Et là c’était reparti, elle s’est de nouveau montrer câline devant ma femme et son mari qui jubilait à nous voir. Elle me disait qu’elle pensait à moi à chaque instant et qu’elle m’aimait passionnément. Et le lendemain , silence radio, elle m’ignorait de nouveau.

    je lui ai dis que je ne voulais plus les voir pour ne pas mettre ma famille et ma santé en dangers.
    Je crains leurs réactions vis à vis de ma femme et mes filles qu’elle serrait dans ses bras ce soir là.
    Comment pensez vous que ses personnes mégolo, nympho et PN puissent réagir suite à cette rupture, cette défaite pour eux ? vont ils chercher à me faire souffrir par l’intermédiaire de mes proches?

  2. Paula

    très bon post !
    tout n’est que vide chez le p.n.,la sexualité il ne sait pas ce que sait il est resté au stade preadolescence au stade orale anale sadique faire souffrir l’autre qui est instrumentalise et considère comme un objet utile et un objet sexuel.
    Chez les p.n. avec qui j’ai été en lien au tout début le p.n. joue l’homme équilibre mais sur la longueur le p.n. n’arrive pas très vite j’ai remarqué que ces hommes avaient tous en commun de grave problème sexuel difficulté pour jouir voir impossibilité tres vite des demandes l’air de rien comme la sodomie ,se caresser devant lui,sex toy,du désir,pas de désir au début d’une relation c’est très suspect le désir est fort entre deux personnes ,des remarques humiliantes en pleine action de ma manière de faire qui est pas la bonne pour les p.n.
    Oui les p.n. sont des dieux du sexe enfin pour eux dans la réalité j’etais très vite en manque de tout impossible de communiquer impossible de rire ensemble impossible de se laisser aller impossible d’être à l’aise avec un p.n. ya pas d’amour de tendresse de sensualité de passion ya pas de sexe .
    Les p.n. simulent au tout début après la réalité c’est l’enfer.
    C’est quand les p.n. veulent et comme ils veulent si vous cédez pas la guerre est déclarée privation de tout ainsi que de sexe .
    Bien-sûr guerre silencieuse pas envie fatigue malade pas dispo du mépris ….etc
    j’ai pas cedee et je suis partie à chaque fois si des le début c’est comme ça la suite sera l’enfer.
    Être en manque continuellement de tout c’est invivable .
    C’est pas des hommes c’est des morts vivants ces p.n.
    Les p.n. sont des malades quand vous dormez avec eux ils sont dans leurs coins même pas ils vous touchent vous prennent dans leurs bras .
    C’est pire que dormir seule ,vous avez envie le p.n. vous ignore .
    Leurs demandes c’est pas assumé ils testent le terrain me culpabilise en me disant pour me faire croire que je suis pas douée que je sais pas m’y prendre que je suis coincée .dis beaucoup en sous entendus en allusions .
    Par contre si c’est vous qui avait envie et pas eux ce qui arrive très souvent avec un p.n. la vous êtes une obsédée .
    Ils sont fous ces hommes .
    fuir et coupez ou être totalement sado maso est rêver d’être une actrice X!
    C’est pas mon rêve plutôt un cauchemar !
    toujours très désagréable de rencontrer et de rentrer en relation avec un p.n. c’est être en contact avec la mort passer du temps avec un mort vivant qui comprends rien car un p.n. ça comprend rien et ça comprendra jamais rien !
    je les détecte très vite à présent ça m’évite de rentrer en relation.
    Je veux plus de p.n. dans ma vie même une courte période ils sont infects et inhumains des bêtes !

  3. Oreli

    Bonjour je me presente aurelie 35ans…je suis sortie d’une relation avec un pnm il y a kelkes mois 6 mois et il ma jetter comme une merde par telephone sa fesait 4ans qu ‘on ete en couple…depuis ma vie est tres sombre, j’en ai tt mes perdu amis, travail, mon chien….et depuis je deviens agressive avec mon entourage par peur de souffrir encore…je suis a bout j’ai vu un psy ki ne m’a rien dit de plus que ce que je savais deja gràce a beaucoup de lecture a ce sujet…mais comment faire une croix sur la personne que j etais??…comment me reconstruire en le sentant si incomprise par mon entourage (hormis ma famille mais ma famille a eclaté et on deja assez de soucis)…j’ai le mm ressenti que SIMON mise a mort de ma personne par le rejet totale…avant beaucoup de cruauté…il m’a denigré, humiliéraconte a tt lmonde que c est moi la perverse de toute facon passer pr une victime est sa seul facon d exister alors que j’ai tt fait pr le sortir de tout sa (car en plus alcoolique)…il a finit par le dire que j etais moche, qu’il ne m’a jamais aimé et trompee a tour de bras…quand je l appelais au debut pe avoir des explications et kil y avait du monde autour de lui c etais allucinant jlui parlait et lui disait tt fort comme sil repetais mes paroles (alors ke je ne disait pas sa du tt)…mais aujourd hui la perte de mon chien m’a replongé dans la souffrance je lui en veux car il en ai en partie responssable…mais il est pour moi impossible de pardonner c est aller beaucoup trop loin dans ma destruction, l’humilliation, l eloignement des tous ce que j avais reussi a recondtruire apres une relation de 10ans ki m avais bcp isolée aussi….et je deviens agressive avec le peu de personnes qui sont encore là pour moi.. je pense que j essaie de me proteger en fesant sa…mais je suis depasser je continue de sombré j ai perdu tte confiance en moi et aux autres…je ne sais plus quoi faire car ma vie est devenu un cauchemard pire que lorsque qu’il ete là…plus d envie, d entrain, pensee noir…je ne vie plus je sombre…si vous avez des solutions a me soumettre car jusque là mon chien l aidait beaucoup a continuer d avancer sortir balade…mais depuis qu il n est plus là je perd completement pied et il est clair que les animaux entre autre sont des allié contre la depression…car jusque la j’etais tres mal mais la je sombre mon but dans la vie dormir dormir dormir…alors que ce n est pas dans mon temperament…d ailleurs quand on sait le boulot que je fais sa etonne car je suis une petite blonde de 50kg qui est chauffeur poids lourd se qui en dit long sur ma personnalité (pas du style a se laisser marcher sur les pieds par exemple^^)…il a mm denigré mon travail alors que oui chauffeur pl mais quand je sort je suis plutot une femme sexy…sa etonne tt lmonde quand ils connaissent mon travail d ailleurs…mais là il a reussi une destruction totale je doute de tout me reconnait plus et cet agressivité par contre ne fait pas partie de moi en general…et j avais jusque la jamais eu d idees noirs a ce point j ai l’impression que ma vie est devenue un cauchemard…help me…que dois je faire pour reprendre ma vie en main…yaurais encore pleins de details a donner mais jpeu pas tout raconter car il faudrais que j ecrive un livre sur 4ans d enfers :/…merci d’avance si vous avez des suggestion ou autre…et le pire c estke je sais tres bien kil a encore de l emprise dur moi…il se noirrit de mon malheur pr exister!!!

  4. jarele

    Bonjour je suis jarele j’ai 26 ans j’ai fais la rencontre de cet homme qui semblait formidable avec toutes les qualités que j’aime en décembre dernier. tout semblait bien malgré la distance il travaille dans une autre ville mais a un appartement dans la ville ou je vis. il me raconte ses malheurs joue a l’homme cocu qu’il avait tout fait pour sa compagne mais qu’elle lavait trompé alors qu’ils ont un fils.jusqu’ici je ne savais pas a qui j’avais a faire un mois plutard on commence a partager une intimité. mais avant ca il me denigrait , me disait que je suis insupportable et que j’etais une catastrophe parceque j’etais né sous le signe de la vierge. que cela etait mon premier défaut je n’avais jamais eu a faire a un PN. quand je me suis fachée pour ces mots il sest excusé en me disant qu’il me taquinait il m tendait toujours des petits pieges prechant le faux pour avoir le vrai et moi je ne comprennais pas que cetait pour me cerner comprendre mes faiblesses et etc puis il a commencé a appuyer dessus il sait que je n’aime pas les disputes et me chamailler que je culpabise souvent et donc cetait une obene pour lui bingo la proie. jetais vraiment sous le charme de cet homme independamment de tout ca il avait ce coté charmeur qui me maintenait. apres quelques semaines j’ai decouvert quil me trompait je le lui ai dis au depart il me parlait de relation serieuse me devorait de son regard avec un air amoureux le soir ou je lui dis que je suis au courant de tout je ne l’ai pas reconnu son regard netait plus le meme il a meme nié notre relation il m’a dit des choses cruelles . le lendemain il ma laissé un message comme si de rien netait je nai pas reagit jai attendu deux jours puis il me dit faisons une relation libre je m’y suis opposé je lui ai dis que je ne veux pas de relation avec un homme vulgaire qui a des relations partout il sest enervé il a coupé le contact violemment avec moi il m’a bloqué partout en me disant adieu et tout. j’etais desespérée je ne comprennais pas ce changement jusqu’a ce que je tombe sur vos textes. Apres un mois il est revenu repentant me disant quil avait reflechi quil voulait qu’on se reconcilie j’ai malheureusement cedé nous avons passer un super moment mais quelques jours plutard il ma raconté quil avait coucher avec 4 soeurs de la meme famille le meme jour et qu’il aimerait que je realise son fantasme en venant avec une copine puis deux puis 3 puis4 puis 5 .au depart jai cru quil plaisantait j’ai joué le jeu en disant que je verrai si j peux et tout le lendemain je lui ai demandé sil etait serieux il ma dit oui biensur a cet instant une deuxieme desillusion mest tombée dessus je lui ai fait un message pour lui dire que je ne ferai jamais une chose pareil que j l’aime mais je ne peux pas aller au dela de mes limites . il ma bloqué partout a nouveau et ma dit « oublie moi merci »  » notre histoire est terminée jai pris ma decision bonne chance avec l’elu de ton coeur » je suis convaincu que ce soi une bonne chose quil s’en aille mais j’ai paniqée je lui ai fais des texto mais la je crois que je dois vraiment tourner la page et qu’il n’en vaut pas la peine

  5. Bonjour,
    j’ai vécu une relation avec un pn durant 3 ans, qui s’est fini par une mise à mort sadique (rejet) monstrueux donc finie en 2 hospitalisations et 8 mois d’arrêt maladie.
    Concernant la sexualité c’est le seul « lien » avec lui qui me faisait douter qu’il était pervers narcissique (je travaille en psy). J’ai eu la « sensation » de chercher hors des sentiers battus quelque chose d’incroyable. J’ai vécu avec PN une sexualité folle dépassant tout entendement dans l’intensité de nos rapports. Il ne m’a jamais obligé à rien. C’est le seul point d’interrogation sur son sujet. J’avais la sensation d’être « qu’un » il est vrai qu’il y avait une certaine violence mais jamais dictée par celui qui m’a si profondément détruit par ailleurs

  6. Solène

    Bonjour,
    il y a eu deux grandes phases dans ma relation de 15 années avec mon mari (nous sommes séparés).
    1ère partie (environ 10 années), je dirais qu’il a tissé sa toile. Il manquait d’estime de lui et avait besoin de mon admiration en permanence pour aller « bien ». Il en se préoccupait jamais de moi et m’en voulait lorsque je ne m’occupais pas assez de lui.
    2ème partie (5 années, allant crescendo dans « l’enfer »), je dirais que j’avais de moins en moins d’admiration pour lui et qu’il me l’a fait payer de plus en plus cher…
    Auriez-vous une explication à cette interrogation qui a été une difficulté dans notre couple du 1er au dernier jour… concernant notre sexualité.
    Au début, il se prétendait amoureux fou et voulait m’épouser et faire des enfants sans attendre ou presque. Mais il semblait n’avoir aucun désir sexuel… J’ai pleuré des nuits à côté de lui ne comprenant pas d’où venait le problème et pensant que cela venait de moi. Pourtant, lorsque l’on vivait notre sexualité (parfois plusieurs semaines, voire même 1 à 2 mois pouvaient séparer deux actes sexuels !), c’était vraiment parfait, l’osmose totale.
    Dans la 2ème partie de notre vie, un an après la naissance de notre deuxième enfant, l’inverse s’est produit, son besoin sexuel devenait insatiable alors que j’étais « moins jeune » et fatiguée par le quotidien et les enfants. j’ai toujours été très ouverte sur ce plan là, mais on est passé de « rien » à « tout ».

    A la fin on aurait dit qu’il faisait exprès de choisir les positions que j’aimais le moins.

    Quel est votre avis ? Est-ce que cela vous paraît possible dans le cadre d’une personnalité narcissique ou PN ?

    Merci pour votre réponse. Cela paraît peu de choses mais c’est 15 ans de questionnement…

  7. Coniglio

    Comment sortir des griffes d un PN , avec soumission , addiction , emprise , scénario bien étudie ,

  8. Sylvie

    Je pense que j ai affaire à un PN mais avec votre aide je voudrais en avoir la certitude. Merci de m aider

    • Bonjour,
      Si vous souhaitez de l’aide concrète, je vous invite à prendre rendez-vous pour une consultation à distance.
      Merci pour votre confiance.
      Bon courage! Geneviève SCHMIT

  9. Julie

    Bonjour, je m’appelle Julie.
    Je vous remercie de la profondeur de votre article qui me délite un peu de la honte.
    Je ne peux pas encore raconter mon histoire car le cauchemar continue malgré que j’ai fui il y a 14 mois.
    Nous avons un petit bonhomme ensemble et c’est lui qui a la garde.
    Quand il était encore bébé et que je le changeais, il me prenait par derrière. J’avais beau lui dire non, il le faisait quand même.
    Quand il a grandi et qu’il pouvait sortir de son lit tout seul, mon petit bonhomme nous rejoignait dans le lit.
    Cela ne lui convenait pas car il pouvait pas se satisfaire.
    Je prenais mon petit bonhomme, je l’éloignais de lui, me tournait sur le coté. Je babillais avec lui pendant qu’il me pénétrait.
    Rien que de l’écrire et de témoigner, les larmes me montent aux yeux.
    Reprendre sa vie en main, c’est très dur.
    Lui il a obtenu la garde de mon petit bonhomme et depuis 14 mois je me bats seule pour le récupérer.
    Mais dans tous les cas, je ne regrette absolument pas d’avoir fui avec mon petit bonhomme même si la justice ne le comprend pas.
    JE témoignerais plus tard mais je témoignerais car ce genre de personne sont terriblement néfaste.

    • Merci … merci Julie pour ce témoignage !

      Oui, cet article a pour but d’aider à mettre des mots sur ce que beaucoup trop vivent ou ont vécu.
      Lorsque vous souhaiterez témoigner plus longuement, nous pourrons en faire un article associé à celui-ci, si vous le désirez.
      Vous me le direz le moment venu.

      Bon courage et encore merci pour votre confiance. Geneviève Schmit

  10. oorlynck

    Bonjour, j’aimerai raconter un peu mon histoire, suis à la séparation avec mon épouse, j’ai eut une abdiction à internet, je tchattais beaucoup , je passais des heures sur internet, puis j’ai fait connaissance d’une certaine anne marie, elle avait 17 ans , nous avions sympathisé , elle m’a proposé d’aller sur skype, elle faisait des séances de maquillage, et elle m’avait envoyé des photos d’elle concernant halloween comment elle allait se déguiser, j’ai trouvé son déguisement assez cool, mais , quelque chose me disait, de vérifier les photos, toutes ces photos étaient fausse, elle les avait prise sur un autre site , elle m’a avoué que c’était pas elle, qu’elle etait une fille de 13 ans, chose que je n’ai pas cru car elle m’avait menti dés le départ, je lui ai fait croire que je croyais à ses mensonges , la elle m’a redirigé sur un autre skype au nom de jennifer, elle m’a expliqué qu’elle avait eut un traumatisme car elle s »etait fait enlevée et remise en liberté par son ravisseur elle me proposait des choses assez bizarre limite bondage, je marchais dans son jeux, mais nous avions des discussions autre que celui la, comme les jeux vidéos l’astronomie, les dinosaures, la musique le cinema, nous avons discuté durant un an et 4 mois mais avec quelques coupures, j’ai fini par lui avouer que je savais son profil ou elle habitait, elle m’a dit qu’elle avait 23 ans , une petite fille, qu’elle se vengeait des hommes et qu’elle faisait des études en tant que chirurgienne dentiste, je lui ai demande d’aller voir un psychologoque car elle recommençait son mode opératoire, elle arrêtait pas de me mentir pourtant quand elle discutait on pouvait croire beaucoup de chose mais c’était très contradictoire, elle me culpabilisait de choses qui en fait que c’était elle qui le faisait, j’ai voulu la contrecarrer en faisant une contre manipulation car je suis moi même manipulateur, mais pas dans le sens mauvais qu’on pourrait imaginer , mais c’est mon métier qui veut cela car dans mon activité , j’ai une activité qui est la médiation , elle m’a usé moralement et psychologiquement à travers internet, j’ai même fait un infarctus il y a pas longtemps , suite au stress, nous avons rediscuté il y a une semaine, mais elle me disait encore des mensonges et des mensonges , donc j’ai pris l’initiative de faire un signalement sur cette personne car elle tchattait toujours sur le même tchat mais, elle invitait des pervers et des pédophiles, mais j’ai pas voulu prendre le risque de laisser une petite fille en danger , à cause de ses conneries, j’ai fait un signalement à travers internet, ma question est la suivante, à t’on à faire une perverse narcissique et j’aimerai savoir comment aider ce genre de personne, comment elle peut être traiter , merci beaucoup de vos réponse

  11. Ursula

    Chere Genevieve, Je suis une femme mariee, qui a commence d’ecrire un blog tres personel surfen son experience dans une affaire avec un homme tres attractive et charmant mais gravement narcissiste et detruit. Les experiences sexuelles parrallelisent tut ce quer vous decrivez so sensitivement. Merck beaucoup

  12. gladys

    J’ai été victime d’un pervers narcissique rencontré il y a deux ans sur Facebook. Au début, rien de spécial, si ce n’est qu’il avait des posts érotiques, un peu limites…puis au bout de 2 ou 3 mois, il est entré en mp avec moi mais sur divers sujets, littérature, politique etc…quelques allusions coquines mais rien de subversif.
    En octobre dernier, il s’est « inventé » une amie, alors que c’était un profil qu’il avait créé lui même, je m’en suis doutée immédiatement, mêmes fautes, même style, et lui disparu, malade, hospitalisé puis en convalescence. La compagne était amie avec moi, elle me parlait de lui, elle n’avait qu’une autre amie à lui et moi même…ils devaient se marier en aout de cette année et en avril 2016, pouf, plus de compagne, elle l’avait soi disant trahi…
    A partir de là, il a commencé à me parler de plus en plus, à m’envoyer des photos de ses multiples voyages (vrais ou faux), puis à dévier sur ma bouche sensuelle, mon sourire qui le faisait b… en juin, il est monté en puissance avec des photos érotiques, une photo de lui en caleçon, il m’appelait mon bébé (j’ai 57 ans et lui 59), puis il m’annonce un pénis de 23 centimètres, il m’envoie une photo, mais sans le visage, donc, le sien??? J’en doute..il devient cru, me dit « j’ai envie de toi, tu es une coquine qui s’ignore, il faut que tu sois à moi » etc…il bloque ses amies les plus proches qu’il a connues bien avant moi et qui sont parmi les miennes, sous prétexte qu’elles sont jalouses, ce qui est faux…et il m’annonce qu’il va venir en aout, ceci en juillet par téléphone, car j’ai eu la faiblesse de lui donner mon numéro…puis le 3 aout, alors qu’il venait le 7 dans ma région, je le sens évasif, limite incohérent et il me demande si je suis contre la sodomie. Je lui réponds « oui, complètement contre, tu ne viendras pas m’en… » et le lendemain matin, page désactivée, injoignable au téléphone, plus de nouvelles…il est un enfant naturel que sa mère avait eu à 16 ans et les relations avec son père adoptif n’étaient pas bonnes, par contre, il adulait sa mère décédée il y a 3 ans.
    Là, je suis paumée, car je l’ai laissé me dire tout ça, j’abondais parfois dans son sens, j’ai pleuré, je pleure encore car j’étais devenue addict à ses messages. Par contre, jamais un « j » t’aime », « tu me manques » ou un message tendre, que du Q…Il ne cessait de se vanter de ses performances sexuelles, par le biais de sa pseudo compagne et par messages avec moi.
    A ce jour, je me dégoute, ma vie conjugale en est très altérée, et c’est normal et lui a essayé de me recontacter par un faux profil…
    Suis je susceptible de replonger s’il prenait à nouveau contact avec moi et pourquoi m’avoir choisie comme proei, moi qui ai toujours été fidèle « normale sexuellement » et plutôt réservée.
    Merci, je voulais apporter mon témoignage et peut être avoir une réponse…

    • Bonjour,
      Oui, vous êtes susceptible de vous laisser à nouveau happer car vous êtes dans le même scénario que celui d’une addiction à une drogue.
      Si vous pensez que je puis vous aider, prenez un rendez-vous avec moi.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  13. chaa

    Bonjour

    Tout d’abord merci pour tous ces articles très pertinents rassurant.
    Je n’ai connu que des petits amis pn dans ma vie et j’ai commencé une thérapie il y a un an afin de comprendre pourquoi. Je suis issue dun milieu familial pn et je n’ai pas réussi à construire ma confiance en moi. Malgré l’aide psy sont je dispose beaucoup de cchoses embarrassent et créent encore le doute en moi. J’aime les rapports sexuels déviants et j’aime avoir un rapport de soumission. Cela fait il de moi une pn ? J’ai du mal à comprendre pourquoi je vais encore vers ce gentre d’hommes. Pourquoi est ce que j’aime être soumise et je narrive pas à avoir une ssexualité assumée seule ? Je me sen s pn dans beaucoup de remarques de votre article.

  14. NOOR

    Bonjour,

    je pense etre dans le meme cas malheureusement, j’ai eu beaucoup de mal à voir et a comprendre surtout qu’il avait un probleme, car souvent je pensais que cela venait de moi, que je n’etais pas assez demandeuse.
    Mais pareillement sa derive devient de plus en plus haute, au debut il me parlait de plan à trois ce qui est toujours le cas, je lui ai fait croire au debut que cela arriverait car j avais peur de le perdre, mais aujourd hui c’est different et cela depuis quelques années années maintenant, quand on fait l’acte déjà il y a pas de préliminaire c est à moi de m occuper de lui toujours, lui allonger sans rien faire, me demandant de lui parler d autre fille, de ma mere, de mon père qui est décédé, et tout cela pendant l action de dire que je suis une bonne fille, qu il a envie de ma mere ect…

  15. B Lilou

    Bonjour,

    Moi même j’ ai veçut avec un pervers sexuelle et manipulateur.Au bébut tout est beau tellement il dégage une belle personne.Apres j’ ai réalisé qu’il y avait quelque chose de pas normal surtout dans son attitude sexuelle.Pendant 8ans je lui ai dit que j’étais un objet.Il n’a rien entendu car pour lui c’était moi le problème ; moi la coincée.La sodomie aussi il adorait çà. Je n’était là que pour le satisfaire et le reste ne comptais pas.il me faisait même du chantages .Du style : »tu me fais quoi ce soir », voilà sa demande quand je lui demandais de pendre un cadre.Presque tout les soirs je devais montrés mes sous vêtements que j’avais porté. Toujours vouloir me tripoter : quand je monte les escaliers quand le les descends , devant la tv, quand je cuisine quand je me brosse les dents…
    Je n’avais plus d’intimité.Je me suis renfermé sur moi.Jusqu’au jour où j’ ai décidé de voir un psychologue.Il n’était pas content. C’est elle qui m’a dit que c’était du harcèlement et que le problème n’était pas moi.Et ces mots là ont tout changer pour moi.
    J’ai demandé le divorce . Cela fait 1an et demie et je suis libre.Je peux enfin respirée.Enfin tranquille CHEZ MOI.LIBRE: c’est fabuleux.j’ai deux enfants avec lui donc on se voit. Il met impossible de lui donné la bise , le bonjour se dit simplement par la parole car je ne veux plus de contact avec lui. Il chipote pour le moindre chose concernant les enfants.Alors pour qu’il m’emmerde plus je suis très bref dans ma réponse et montre que je suis sûre de moi. Et çà marche. Parfois je parle comme lui me parle et il devient tout petit. Et çà cela me plait car c’est moi qui devient le dominant lui s’écrase.Il faut montré qu’on est plus fort que lui.Ca fonctionne.
    Bref , il est difficile de se construire mais il y a moyen . Depuis je suis bien en moi ,jene suis plus enfermé sur moi même et même avec les enfants la relation est meilleur.
    Courage a tous ceux qui ont ce problème. On peut s’en SORTIR.

    J ‘ai fait un résumé de mon histoire. Car il y a des choses tellement cru dans mon histoire que cela peux choquer.
    Mot pour la fin :Attention au fauve , on est des ETRES HUMAIN pas des OBJETS.

    Merci pour votre lecture.

    B Lilou

  16. maryline

    bonjour, voila j’ai 26 ans, j’ai ce genre de problème avec le papa de ma fille, c est une amie qui m’a éclairée sur cette pathologie.
    je l ‘ai rencontré il y a 7 ans, je suis vite tombée accro, manipulation, menaces, il me frappait et me trompait, me dénigrait, m insultait et m humiliait devant ses amis ou meme les miens (du peu qu il me reste).
    niveau sexuel c est la sodomie qu il adore, chaque fois il me forcait..
    il m’a aussi trompé avec des « amies » à moi..
    nous avons une fille de 2 ans ensemble, nous sommes séparés mais il continue cette intimidation, en effet je ne me sens pas libre et malheureuse j’ai tout essayé pour qu il me laisse vivre ma vie en vain…
    voila ce n’est que un échantillon de tout ce qu il a pu me faire et 7 ans c est long….

  17. Emma

    Bonjour,

    Merci pour votre si précieux blog ! Il n’y pas que le PN qui vit dans le déni, les victimes aussi et ces témoignages nous sont très utiles pour prendre conscience de notre problème.

    J’ai habité 2 ans avec un PN. J’ai reconnu en vous lisant toutes les phases qu’il m’a fait vivre : séduction, soumission, culpabilité, dénigrée, diffamée, culpabilité, manipulation, déviances et bien sûr intimidation et menaces…

    Nous avons cohabité quelques temps à la fin de notre relation, avant que je ne retrouve mon indépendance financière.

    Je me permets de vous donner les quelques observations que j’ai pu faire pendant ces quelques semaines où j’avais pris du recul :

    – il est puéril, c’est un petit enfant, il a peur de son ombre et bien souvent déteste les femmes. Vous devez devenir aussi procédurière que lui pour vous faire respecter, il n’a pas peur de vous mais a très peur d’être démasqué ! Le regard des ses pairs et de la société sont très importants pour lui ! Photocopiez les documents qui prouvent vos propos, enregistrer vos conversations, noter les faits et gestes choquants, etc, et mettez tout en lieu sûr !

    Ce type de personne est capable de manipuler un thérapeute, un psy (je l’ai vu embobiner une thérapeute de couple en 10 minutes), un juge sans aucun problème. Si un jour il vous traîne en justice, vous aurez besoin de preuves pour vous défendre. Il ne sera jamais loyal, franc, honnête et prévisible, souvenez vous en. Ne soyez pas loyale avec lui, il méprise ce genre de valeur !

    – paradoxalement il est assez facilement manipulable.
    Après des mois passés à écouter ses sous-entendus, ses reproches, ses mensonges, ses délires pour provoquer la zizanie et vous diffamer, vous savez comment fonctionne la manipulation.
    Rien ne vous empêche d’utiliser les mêmes méthodes avec lui, dans une limite respectable bien sûr, il ne s’agit pas de vous perdre encore plus, mais de le faire marcher juste assez afin de le neutraliser et le tenir en respect.
    Il détestera que vous ne le valorisiez plus, que vous ne soyez plus touchée par ses reproches, souriez et sortez de la pièce sereinement, faites des sous-entendus et niez en bloc lorsqu’il vous accusera.
    C’est extraordinaire de voir l’arroseur arrosé.
    (Je sais ce n’est pas très moral mais c’est une question de survie et je refuse de culpabiliser d’avoir utilisé cette méthode contre ce type de personnage le temps de reprendre des forces pour prendre mon envol).
    Il faut avoir les nerfs solides et rester très fine. Il commencera alors à se détacher de vous.

    Voilà, dans mon cas cela a fonctionné. Je suis tout de même restée très prudente afin de ne jamais le provoquer ou le mettre en colère. Il faut toujours s’adresser à lui sur un ton neutre et calme et tout nier en bloc sereinement pour le destabiliser et le faire fuir.

    Bon courage à tous.
    Bien à vous,
    Emma

    • So

      Chère Emma,

      Je me retrouve beaucoup dans ces quelques lignes…

      En effet, je vis encore avec un PN et je pratique aussi la manipulation afin d’avoir un semblant de vie normal…

      J’aimerais assez échanger et voir comment vous avez su vous en sortir?
      Avez vous des enfants?

      Merci So

  18. Nina

    Bonjour, je viens de découvrir votre blog et reconnais entièrement ma situation dans cet article…
    J’ai 22 ans et j’ai réussi à quitter (après plusieurs tentatives) mon partenaire de 35 ans… je n’ai eu que deux partenaires sexuels dans ma vie dont lui;
    j’ai au départ été très flattée par son intérêt pour moi lui qui a eu un nombre considérable de conquêtes, je suis très vite tombée amoureuse de lui et dès lors n’avais qu’une peur, qu’il me quitte pour une autre…
    Lui s’est proposé de me faire découvrir ma sexualité et repousser mes limites, mais très vite ses demandes ont été de plus en plus « extrêmes » (toujours des rapports de soumission, puis d’humiliation, pour finir par faire venir un homme de 50 ans en me demandant de m' »offrir » à lui pendant qu’il regardait, ce que j’ai refusé et qui a été le « déclic » me permettant de mettre fin à notre relation).
    Je me sens très perturbée avec le recul car il me semble que bien qu’étant consentante lors de nos rapports je l’ai laissé aller beaucoup trop loin dans le but de le « garder ».
    Je ne sais pas si ces désirs étaient les miens ou les siens auxquels il me faisait « adhérer ».
    Une nuit alors que nous avions bu je n’ai pas voulu avoir de rapports avec lui et il m’a forcée, il s’est arrêté au bout de quelques minutes car je me suis mise à pleurer et s’est fait tout « gentil ».
    Le lendemain j’ai mis cet épisode sur le compte de l’alcool et du fait qu’il n’avait pas compris mon refus, puisqu’il s’est arrêté au bout de quelques minutes…
    Je pense que c’est ce que j’ai voulu croire.
    Cependant je n’arrête pas de ressasser cet épisode sans savoir qu’en penser.
    Je me sens coupable d’avoir aimé faire certaines choses avec lui qui ne m’auraient même pas traversé l’esprit s’il ne me les avait pas proposées.
    Je ne sais plus ce que j’aime ni qui je suis, j’ai pris la décision de couper les ponts avec lui mais c’est très dur car je me rends compte que j’étais dépendante affectivement de lui.
    Comment est-il possible d’éprouver des sentiments envers quelqu’un qui nous utilise et nous rabaisse en permanence ?
    Je pense que ce genre de personnes n’entrent pas dans nos vies par hasard mais pour nous permettre de prendre conscience que quelque chose ne va pas chez nous (en l’occurrence pour ma part: absence d’estime de moi et dépendance affective).
    Votre site m’est d’une grande aide..
    Je m’excuse pour la longueur du message mais j’avais besoin d’en parler à quelqu’un. Bonne soirée
    Nina

    • Bonjour,
      Vous avez une excellent réflexion concernant votre situation et j’aimerais vous éclairer plus.
      Mais en quelques ligne ce n’est guerre possible.
      Le fait d’aimer certaines comportement déviants est très classique, mais il faut qu’on vous en parle.
      Lorsque vous serez prête, prenez un rendez-vous à distance et nous clôturerons ensemble tout cela.
      Bon courage, Geneviève Shcmit

      • Nina

        Bonjour et merci pour votre réponse :)
        j’ai bien envie de prendre un rendez-vous téléphonique pour en parler. Bien à vous

  19. CAREL

    Pensez vous que les dominants/ Maîtres adeptes au BDSM puissent être des PN ? quand je lis les commentaires de tous, je retrouve des mots semblables le vécu d ‘anciennes soumises ou de femmes dont le compagnons étaient PN sont plus que ressemblant… Cordialement. Carel

  20. Bonjour,
    Je suis avec un PN depuis 3 ans, il m’a fallu 3 ans pour en être sure.
    Je me souviens qu’au début de notre relation il me faisait l’amour, mais un jour
    Je vivais avec ma fille et je travaillais à temps partiel.
    Je suis vite tombée amoureuse de lui, c’était le prince charmant en personne,cadeaux,voyage…je le connaissait depuis 3 mois.
    Je me souviens qu’au début de notre relation il me faisait l’amour, mais un jour juste avant de sortir avec des amis à moi(car lui n’a pas d’amis)il se met devant moi debout et me demande de lui faire une fellation,j’ai d’abord refusé, mais il a tellement insisté que c’était presque une obligation et donc j’ai accepté.
    Il y a eu aussi son historique sur son pc et quel choc de voir qu’il passait son temps sur des sites porno et était inscrit sur des sites de rencontre.
    Je lui en ai directement parlé, il a d’abord nié ensuite il a avoué en me disant qu’il ne voyait pas le mal d’aller sur ce genre de site et pour les sites de rencontre, il m’a dit qu’il n’arrivait pas à se désinscrire.
    J’ai alors pensé qu’il devait avoir raison que c’était normal.Je l’aimais tellement…
    Ma fille fréquentait un garçon depuis 2 ans et décida de se mettre en ménage( ce qui est normal)
    Mais le problème c’est que je ne savais plus payer mon loyer avec un temps partiel, donc un soir je parle avec mon prince charmant qui me propose directement de vivre avec lui ( sa maison est payé, il a une bonne pension etc….)
    J’ai déménagé chez lui, j’ai donné tout mes meubles, je pensais vraiment être tombé sur l’homme parfait.
    C’est alors que petit à petit le cauchemar commença, j’étais prisonnière, fini les beaux discours, les marques de tendresse..
    Un jour en cherchant un peu j’ai découvert son passé…
    Les jours que je travaillais il allait sur les sites porno et visionnait des films de sodomisation de toutes sortes !!!
    Les jours ou j’étais à la maison, alors que j’étais occupée à faire le ménage ou simplement devant la télévision, il se déshabillait et me demandait de le masturber ou une fellation, c’était normal pour lui.
    Et quand nous étions couché, il ne me touchait pas, j’étais son objet, son jouet..
    Un jour il était gentil et « normal » et l’instant d’après il pouvait être arrogant, imbu de sa personne et silencieux.
    Quand je lui demandais pourquoi il continuait sur les sites porno il me répondait que c’était parce-que moi je ne voulais jamais le masturber…
    C’est alors que je me suis dit que j’étais avec un fou mais je pensais plutôt à un schizophrène.
    Un jour alors que je revenais de chez ma fille, il m’a fait une scène parce-que je rentrais tard ( il était 17h).
    Je lui ai dit que je n’en pouvais plus de cette vie et que je voulais partir.
    Il m’a alors poussé tellement fort que je suis tombée, il m’a attrapé par le bras et me la tordu. Il m’a alors retiré les clé de la maison ce qui voulait dire que si je partais il ne me resterait plus rien.
    J’étais anéantie et j’avais des bleus partout, personne pour m’aider sauf mon papa et un ami.
    J’ai alors préparé petit à petit mon départ, de temps en temps( quand il n’était pas là) je prenais quelques affaires à moi et je demandais à mon ami de se garer tout près de la maison et il prenait mes affaires.
    Puis le grand jour arriva…alors qu’il n’était pas là j’ai appelé la police au cas ou il rentrerait et je me suis enfouie chez mon papa.
    J’ai porté plainte pour coups et blessures.
    Quand il l’a appris il m’a contacté, il pleurait et me demandait de retirer ma plainte et voilà j’ai eu pitié de lui, je me suis dis qu’il était malade et que je devais l’aider.
    Et j’ai renoué avec lui…
    J’ai pu prendre un appartement( je me disais que comme peut être que ça pouvait marcher)
    Quelle erreur!!!!
    Je ne peux pas pour le moment vous raconter la suite car j’ai très peur qu’il se reconnaisse, peut être va t’il sur ce blog.

    • En fait , je me demande si le fait de me demander de le masturber, c’est pour ne pas me pénétrer et ( ce serait un viol car il sait très bien que je n’aime pas sa façon de me prendre,comme un animal pour assouvir ses besoins, sans amour) .
      Ainssi en me le demandant , c’est moi qui accepte de le faire….lui se laisse faire…et n’a donc rien à se reprocher.

  21. Mouahmoimouah

    Vous êtes des gros frustré(e)s.

  22. maria

    Bonjour
    J’ai personne à qui parler de cela
    J’avais rencontré il y a quelques années dans une ancienne boîte ou je travaillais un homme salarié également .
    Nous sommes sommes sortis ensemble .
    J’ai eu de gros problèmes personnels et pour de l’argent j’ai eu des relations avec ce monsieur qui me demandait de le sodomisait également .
    J’ai appris qu’il m’a filmé j’ai fait une grosse dépression malgré cela nous sommes toujours en contact depuis plusieurs années plus physiquement au téléphone uniquement il me ramène régulièrement ses pulsions sur le tapis
    Est ce de la perversite de ma part d avoir accepté ou de la sienne ?
    Bien cordialement

    • Bonjour,
      VOus avez été « complice involontaire » de ses pulsions déviantes …
      Et votre problème, est d’avoir accepté d’une part qu’il les filme, et que vous n’ayez pas réagit ensuite en le quittant définitivement.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  23. Huts

    Bonsoir,

    Je trouve votre site vraiment très bien fait et je trouve un apaisement et une compréhension de ce que j’ai traversé pendant 4 ans ce qui me fait beaucoup de bien car j’ai beaucoup d’angoisses post traumatiques.
    J’ai vu sur d’autres site internet des informations tout a fait autres sur la sexualité des PN comme quoi ils passent d’une partenaire à une autre, que ce qu’ils recherchent est l’art de la conquête et de la soumission, qu’ils ne s’investissent donc pas avec les proies et m’étant bien renseigner sur le sujet je ne retrouve pas du tout le profil du pervers narcissique la dedans..
    J’ai l’impression que le terme pervers narcissique est associé à toute sorte de manipulateur, pouvez vous me confirmer cela?

    Merci beaucoup

    • Bonjour,
      Le terme de PN est effectivement attribué à des personnes qui n’en sont pas … mode oblige.
      Par ailleurs, je constate également que l' »on » publie tout et n’importe quoi … un peu trop n’importe quoi .
      Amicalement, Geneviève Schmit

  24. Celia

    Bonjour, mon compagnon me trompe souvent, il voudrait que je l’accepte et se fâche lorsque je veux en parler.
    Est-ce une forme de perversité?
    Il me dit qu’il va changer mais puis-je le croire ?
    y a-t-il moyens d’en guérir.
    Quelle est ma responsabilité dans cette situation?
    Merci

    • Bonjour,
      Etes vous prête à accepter qu’il mène une vie sexuelle libre ?
      La perversité est dans le fait d’exiger de vous que vous l’acceptiez.
      VOus n’avez pas de responsabilité dans cette situation , par contre, vous en avez une dans votre souffrance.
      A vous de faire vos choix, ceux qui vous respectent, et n’attendez pas un hypothétique changement de sa part.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  25. Joëlle

    Merci d’avoir répondu … Je pense que j’en ai besoin … j’ai l’impression d’être vide dedans, de ne plus être une femme de ne plus être ni désirable simplement rien méprisée mais oui je viens de me rendre compte … et je vais me faire aider mais puis-je vous demandez un conseil par qui? psychologue??? psychiatre ??? ou autre ??? Merci vraiment de votre aide

  26. Joëlle

    je viens de m’apercevoir que peut-être suis-je une victime d’un tel personnage.
    Mettant la faute sur mes rondeurs et son blocage de ne pas pouvoir me faire l’amour, j’ai entamé un régime.
    J’ai perdu plus de 40kg et là toujours insatisfait on me dit faut te faire aider va te faire mettre un anneau et tu auras droit au sexe peut-être même au mariage.
    Depuis 5ans je vis au rythme de ses envies sexuelles dans son rôle de soumission et c’est vrai que c’est à chaque fois en augmentant dans son sens.
    Quant à moi rien pas une main pas une caresse RIEN …
    Pensant que tout était de ma faute je me suis réfugiée sur le net cherchant comment débloquer ce blocage de sa part et je suis tombée sur ce site …
    Mon sentiment actuel une infinie tristesse que jamais l’homme que j’aime parce que oui je l’aime ne parviendra peut-être à revenir à la normale.
    Autre sentiment je m’en veux d’avoir été naïve et d’avoir cru à toutes ces …., je m’en veux de n’avoir pas dis stop plus tôt j’existe et si tu ne sais rien me donner je ne donne rien non plus et encore pire je m’en veux de ne pas pouvoir l’aider et à vrai dire je ne sais plus quoi faire …
    A vous lire je devrais fuir mais j’en suis incapable j’ai besoin de lui et je sais que si je reste il va me tuer petit à petit.
    Etant moi même d’une hypersensibilité extrême et souffrant d’un syndrome d’abandon personnel … je n’arrive plus à réfléchir j’ai l’impression que je suffoque qu’il me manque d’air et je ne sais pas où est la porte de sortie … Merci à vous

    • Bonjour,
      Vous dites vous en vouloir d’avoir été naïve….
      J’en déduis donc que maintenant vous savez.
      Maintenant, ce sont vos choix, et vos choix seulement qui vont faire que vous allez rester à l’état d’objet sexuel, constamment rejeté, ou que vous allez reprendre votre dignité et votre âme en main!
      Faites vous aider !!
      Bon courage, Geneviève Schmit

  27. CD

    depuis 12 ans je suis tombée dans les bras de mon médecin traitant.
    Après avoir lu votre article et me posant certaines questions sur cette relation, je me demande si cette personne n’est pas un pervers narcissique;
    En effet nos relations sont plus que bizarres, et je pense ne pas être la seule victime, je précise que nos rapports n’ont lieu que dans son cabinet pendant mes consultations, et ce une fois par semaine, à part cela je ne le vois pas;
    Cet homme est marié, sa femme a voulu divorcer il y a quelques années ayant découvert une liaison avec une autre femme par portables, et cette liaison n’était pas moi (je l’ai su par une amie commune)
    Pendant cette liaison il continuait de me voir et de me faire jouir par des caresses mais sans que je le touche, puis cette liaison terminée il a recommencé à avoir avec moi des rapports sexuels, mais sans tendresse ni baisers
    actuellement je pense qu’il a une autre liaison avec une autre femme, et lorsque je lui pose des questions il ne répond pas ou il ment, coups de téléphone bizarres lorsque je suis avec lui et réponses évasives en ma présence;
    Je précise qu’il voit tous ses patients une fois par semaine il arrive à créer une addiction avec eux (j’en connais plusieurs)
    Il a la réputation de médecin couchant avec ses patients, je le sais mais je n’arrive pas à m’en défaire
    Moi aussi je me considère comme une poupée gonflable avec lui, il me répond que je n’ai qu’a arrêter mais me donne un autre rendez vous systématiquement et je retombe dans le panneau, il ne se protège pas et aime par dessus tout les fellations
    Voilà mon histoire depuis 12 ans, là j’ai décidé d’annuler mon rendez vous de la semaine prochaine mais le manque s’installe déjà

    • Domie

      Votre témoignage me touche car il est ce qu’aurait pu être le mien si je ne m’étais pas extirpée d’une relation équivoque depuis bientôt 2 ans. il a été mon thérapeute pendant dix ans et depuis deux ans, il a laissé ressurgir une passion pour la photo, en parlant très librement et faisant de la femme son sujet. Quant à moi, je suis professionnelle dans un autre art et cette fibre artistique nous a terriblement réunis. J’ai été flattée qu’il s’intéresse à mon travail, nos deux domaines de compétences pouvant se compléter à merveille. Mon mari n’a jamais aimé ce médecin, il ne le consulte pas et pour cause, je trouve qu’ils se comportent tous les deux de la même manière. Je les crois tous deux PN. Ma question ici serait de me demander pourquoi je tombe toujours sur ce genre de personnes. Je vais « feter » 30 ans de mariage, ce qui énorme sachant que je n’ai jamais été libre et ne me suis sentie jamais vraiment aimée et respectée. J’ai failli retomber dans le même panneau avec mon médecin, me croyant sécurisée par le contre transfert, mais je me suis réveillée heureusement comprenant que celui ci me manipulait pour se servir de moi pour parfaire sa passion de la photo m’extirpant des idées ou connaissances dans mon domaine. J’ai senti qu’il avait des propos et des comportements équivoques, très subtils pour lesquels je lui ai demandé de s’expliquer, mais jamais il n’a souhaité parler ; me rétorquant alors que j’ai fait irruption dans son cabinet un jour, lui disant que je ne pouvais plus me passer de nos échanges (c’était plutôt moi qui parlais) sur facebook en MP, et que ma famille réagissait à mon changement de comportement, il m’a simplement répondu . »si je voulais tromper ma femme, je prendrais une femme de 30,35 ans et non pas du même âge que ma femme ! » je ne fais pas mon âge (10 ans de moins) j’ai su ensuite qu’il se comportait comme cela avec beaucoup de patientes. Il m’a abusée psychologiquement, m’a rendue dépendante, je passe tous les jours devant chez lui, j’ai changé de médecin depuis un an et malgré tout j’ai du mal encore à le renier et je me questionne sur mon ressenti. Il m’a permis de me sentir encore désirable et intéressante, m’incitait à quitter mon mari, ma famille ; je ne sais ce qui serait arrivé si je ne m’étais pas arrachée (difficilement) de cette situation dans laquelle je me suis laissée glisser. Je suis restée seule à ressasser toutes ces questions. mais j’ai ouvert enfin les yeux !
      je crois que renoncer est salutaire et libératoire.

  28. Madeleine

    Bonjour à toutes et à tous

    Je suis mariée depuis plusieurs décennies avec un pn as if. Ce que j’ai mis 20 ans à découvrir !
    Je souffrais de son sale caractère en encaissant tout et un jour où je n’en pouvais plus je me suis dit (enfin !) que ce n’était pas moi qui était « spéciale » ou « fragile » mais bien lui qui était malade. J’ai reçu par hasard un mail comportant un test sur les manipulateurs et là : bingo ! j’étais à 10/10. Cela m’a ouvert les yeux en grand et j’ai avancé dans la recherche pour tomber un jour sur votre site très utile et instructif. Je précise que dans votre livre j’ai souligné tellement de lignes correspondant à ma situation …

    Je commence à m’en sortir assez bien ayant pris de la distance et surtout de la hauteur avec ce personnage avec lequel je vis encore. L’assertivité assez naturelle chez moi me permet cela.
    Nous n’avons plus de vie intime depuis quelques temps, monsieur a un harem bien pourvu et n’est donc pas en manque … Pour ma part, depuis cela je n’ai plus d’infections urinaires, gynécologiques et autres. Il m’a ramené aussi l’herpès et de gros problèmes au niveau de la bouche j’ai dû me faire arracher 6 dents à cause de cela. Eh oui quand monsieur, couchant avec du « tout venant » fait mumuse avec sa bouche sur des parties intimes féminines manquant d’hygiène et qu’il embrasse sa légitime après, celle-ci chope les saloperies !

    Je retrouve donc ma pureté antérieure après tout ce qu’il m’a demandé de faire et que je n’aurais jamais fait de moi-même. Je précise qu’il est mon premier homme dans ma vie et que je ne sais même pas ce qu’est une sexualité normale.

    Après l’aveu de toutes ses infidélités je ne suis pas tombée dans son piège quand il m’a demandé de le tromper à mon tour pour « expérimenter ce que c’est d’être trompé » ou d’aller dans un club échangiste parce que « j’en ai besoin ». Je m’arrêterai là.

    Je ne suis pour lui qu’un objet et ai été pendant tout ce temps sa poupée gonflable. Aucune considération, je ne suis qu’un sexe et des seins, le reste n’existe pas.
    J’oubliais : des bras et des jambes pour le rôle de domestique durant la journée.

    J’ai retrouvé ma dignité et continue à avancer personnellement pour retrouver ma vraie personnalité, sous le boisseau depuis tout ce temps.

    Je continue tout de même à croire au miracle de sa guérison parce que je sais qu’il souffre intérieurement et qu’il est malheureux et que j’aimerais le voir normal. Je ne voudrais pour rien au monde connaître cette vie intérieure déglinguée.

    J’ai versé tellement de larmes que je ne pouvais plus pleurer. Je commence à retrouver de temps en temps le soulagement des larmes pour extérioriser la souffrance.

    Je souhaite beaucoup de courage et de force à toutes les victimes.

    • Bravo pour ce chemin et merci pour le partage.
      Vous serez réellement « sauvée » lorsque vous cesserez de croire en sa « guérison« .

      Passez une douce année 2016.
      Affectueusement, Geneviève Schmit

    • Élise

      Tiens, ce comportement déviant est mot pour mot, le même que celui de mon ex mari (entre autres choses).
      IL FAUT PARTIR, ILS NE GUERISSENT PAS !

      • Françoise

        Je tombe sur votre site pour la première fois et je lis par hasard ce remarquable article sur un sujet si dérangeant que peu en parle…
        Tout d’abord, félicitation Madeleine pour votre prise de conscience et votre volonté de survivre ! oui, il faut du courage; et non, vous ne devez plus vous préoccuper de la guérison de votre bourreau !
        Je suis passée par beaucoup de ce qui est décrit dans l’article et même bien pire !…. en 32 ans de vie commune avec mon mari
        Je comprends donc parfaitement votre douleur et je vous livre un beau message d’optimisme : j’ai fuit il y a 3 ans et demi; j’ai réappris à vivre; j’ai retrouvé le bien-être psychique et physiologique (la souffrance physique m’avait anéantie).
        Et, contre toute attente, j’ai rencontré et je suis tombée amoureuse d’un homme respectueux, attentionné, qui me comble affectivement et qui m’a fait découvrir le bonheur sexuel !
        Je suis encore émerveillée de ce cadeau de la vie !
        Tenez bon Madeleine ! Vous êtes sur le bon chemin et sachez, j’en témoigne, que dans la vie, on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise.

        Petit message à l’intention de Geneviève : bravo pour la richesse de votre site. Peut-être aurai-je un jour le courage d’écrire et de raconter pour donner aux autres la force de se battre en lisant mon témoignage !

        • Merci Françoise pour votre témoignage de reconnaissance.
          Nous vous lirons lorsque vous serez prête.
          Affectueusement, Geneviève Schmit

        • Madeleine

          Je reviens sur le site après quelque temps …

          Merci pour ce beau témoignage Françoise qui donne beaucoup d’espoir.
          Je reste aux côtés de ce conjoint tant que notre dernier enfant est encore étudiant et non autonome.

          Car comme dans bien des cas monsieur a un emploi à responsabilité et rapporte l’argent au foyer tandis que madame a dû se contenter de la place qu’il lui a imposée c’est à dire celle de la moins que rien qui a donc pris en charge la famille et négligé sa carrière.

          Ensuite se posera la question du choix à faire (les enfants me soutiennent ainsi que ma famille et c’est très important pour moi).

          Au quotidien j’arrive à passer au-dessus de ses « piques » que je désarçonne avec mes moyens, avec humour et naturel ce qui l’agace profondément mais je m’en fiche.
          Oui il est en colère ça se voit mais ça me passe au-dessus.

          Le plus difficile est de savoir combien il est charmant, charmeur…, attentionné, à l’extérieur et combien admiré, adulé par ses pairs alors qu’il est affreux en privé.
          Le revers de la médaille est pour nous, surtout pour moi mais j’ai suffisamment avancé dans ma vie intérieure pour affronter tout cela même si ça n’est pas facile à vivre tous les jours d’autant plus que cela a entraîné des problèmes de santé et qu’il continue sa double vie avec ses conquêtes.

          Merci Geneviève pour ce que vous faîtes et bon courage à toutes et à tous.

  29. B

    Bonjour,

    En lisant cette description d un pn ainsi que le piège de la victime ( moi je pense…) je lis ce que je vis depuis 6 ans …
    Je suis au bord du gouffre ne dors plus obsédé par les mensonges les sujets sexuels qu’il me reproche ne ne jamais écouter assez ( baisser derrière son dos violemment par un homme black avec – une énorme bite- moi les yeux bandes et l’inconnu éjaculante en moi!!!!!) je me sens viole humilie car tout c’est mots répétés des heures en prétextant me faire l’amour débandant si je n’écoute pas…
    je finis par être dégagé comme une merde hors de la chambre pleurer toute la nuit dans le salon ….
    Je n’ai plus de force je cous en l’air mon job ma vie et je suis une loque …
    Merci de maider

    • Bonjour,
      Vous ne pourrez être aidée qu’à partir du moment où vous prendrez la ferme décision de partir de là .
      Bon courage! Geneviève Schmit

  30. Ley

    Bonjour
    Je pense que mon copain est PN
    Il est de plus en plus dominateurs au lit et c’est vrai que je fais des choses que j’aurais pas fait d’ordinaire
    Desfois j’ai envie de lui je lui fait un câlin des bisous et là il me regarde très froidement et me dit que je suis une nympho qui ne pense qu à ca alors qu il a des soucis à régler à cause de son travail que je suis vraiment trop oisive qu’il a pas le temps pour mes gaminerie. En gros c’est que quand il veut
    Je remarque aussi qu’il sors la nuit je crois qu il va voir des escortes ou des prostitués car je sais qu il dépense des sous et j’ai vu qu’il aller sur des sites de rencontres pour le sexe
    Il m’a dit qu’il avait coucher avec 550 filles est ce qu il couche avec pleins de femmes pour se sentir encore plus dominent ?

    • Ley

      Il est aussi très attiré par les fesses
      Et sur le site de rencontre il y a un travesti a qui il était sur sa fiche
      a des moments j’avais l’impression qu’il était gay car une fois je l’ai vu avec un ami gay et je trouvais qu il me draguait je me sentais mal et quand je lui ai demandé il m’a dit comment oses tu me dire ca t’es conne tu vois bien que c’est un jeux que je me moqués de lui il est très matcho mais il a coucher avec tellement de fille que ca ne me paraît byzar
      On ne fait pas grand chose comme activité tous les 2 a part aller en Boite de nuit pour se montrer
      À ses collègues et amis ensemble
      La il a l’air du mec le plus amoureux du monde mais quand on est à la maison il est sur son i pad ne me calcule pas
      Et quand je lui parle je l’ettouffe je suis chiante je ne me met pas à sa place
      Il boit aussi beaucoup d’alcool des bières et du rhum
      Je lui ai dit que desfois je souffrais il m’a répondu que je me plaignais tous le temps que j’étais dépressive conne
      Qu’il fait le maximum pour nous 2 que si je ne le vois pas j’ai qu’à partir
      Que je ne trouverai jamais un homme qui fait autant pour moi
      Que je peux pas me débrouiller seul que je suis insupportable

      Il ment souvent et pour tout je ne comprends pas mais quand je le met face à ses mensonges ils s’énervent et devient violent il ne m’a jamais taper mais à deja bousculer des objets à côté et menacer de me taper ou tuer

      Pourquoi les PN trompes et on de multiples partenaires dans certains cas ?
      Merci pour toutes les informations de votre site ca m’a beaucoup aidé !!

    • … et bien … si vous tenez à la vie … agissez !
      Et commencez par faire des tests pour les maladies sexuellement transmissibles !
      Agissez ! Geneviève Schmit

      • Ley

        J’ai attrapé les clamydias en septembre justement alors qu’on avait fait les tests en début de relation
        Je viens d’arrêter justement cette semaine la relation
        Apres il avait quand même des bons côtés desfois on passer de bons moments
        Mais il n’avoue pas les mensonges c’est perturbant il m’affirme m’avoir jamais tromper
        Ni mensonges
        Merci pour votre réponse
        J’avais aussi une question est ce que vous pensez que c un manipulateur ?
        Et lui il voulait que l’on se marié et fasse un enfant très rapidement est ce que c’est un trait aussi ?
        Il m’a donné une bague mais je ne l’ai jamais porté

        • Élise

          Vu comme ça, je dirais que c’est un PN et que vous avez bien fait de partir !
          Les PN mentent, et s’il voulait se marier, et avoir des enfants, c’est que c’était son objectif.
          Cela dit, il me semble qu’il n’était pas très intelligent… On ne les repère pas facilement en général

  31. Guillaume

    Bonjour,
    je me permets d’intervenir car j’ai vécu 9 ans avec une perverse narcissique et avec qui j’ai eu 3 enfants. Dans ma situation mon ex compagne utilisait bien sûr la sexualité comme une arme de domination mais pas avec des actes déviants. Au contraire il y avait une non sexualité. Elle disait m’aimer (et pas « amoureuse », elle faisait cette distinction) mais se refuser à moi continuellement. Comme toute victime d’une PN j’étais fou amoureux d’elle et mon désir pour elle était complètement refoulé ce qui m’a rendu très triste. Ensuite elle me disait que c’est moi qui avait un problème de frustration.
    En fait elle s’est servie de moi uniquement pour faire des enfants et c’est uniquement dans ces situations là que son soi-disant désir était visible.
    Dès que le premier enfant est né, elle s’est investi à 200% pour lui. Moi je n’étais là que pour faire en sorte qu’elle ne pense qu’à son bébé. Donc je gérais tout dans la maison sauf le bébé. Je ne pouvais prendre aucune décision. Et bien sûr elle n’avait sans aucune reconnaissance. Et ça a été comme ça pour les deux autres.
    On est séparés maintenant depuis 3 ans et tout mon entourage me dit que les enfants ont l’air plus détendus et sereins depuis notre séparation. Ayant réussi à avoir la garde alternée, non sans mal, je pense que le fait que mes enfants viennent chez moi les délivrent de cette mère qui pourrait être toxique pour eux. Pour l’instant je ne détecte pas encore de signe de souffrance de leurs parts.

    Merci pour ce site!

  32. Élise

    Pour calmer mon mari PN, je n’avais d’autre choix que de lui dire que j’avais envie de lui. Ainsi, il cessait de me harceler, et de m’expliquer ce que je devais penser. J’étais épuisée, mais c’était LA solution pour pouvoir aller me coucher, et dormir.j’ai besoin de savoir si ce sont des viols,nommer ces moments…

    • Bonjour,
      Ce n’est en aucun cas une « norme » et cela s’assimile à du viol.
      Agissez!

      Bon courage. Geneviève Schmit

      • Élise

        J’ai fini par partir,c’était il y a 8 ans. Mais j’ai l’impression de ne plus pouvoir avoir une sexualité normale , 19 ans avec ce type d’une grande intelligence ma détruite. J’ai, au bout de 3 ans loin de lui compris qui il etait. Vous voyez, j’avais même peur qu’il s’en prenne sexuellement aux enfants tellement je le trouvais déviant, donc je préférais être la plus sexi et déjantée possible pour qu’il ne s’intéresse qu’à moi. J’ai fait 2 ans de psychanalyse. Depuis 1 ans je vois une psychologue qui fait de l’EMDR, mais c’est très cher, j’ai attrapé une fibromyalgie, et je ne peux plus travailler. ..
        Ce qui me taraude, c’est de mettre un nom sur ça, sur cette sexualité qui n’était pas moi. Sur ces moments ressentis comme des viols, alors que si je parle de ça, tout le monde pense que j’étais consentante. Y compris mon compagnon d’aujourd’hui. Avec lui,je suis bien, mais si on ne fait pas l’amour, je suis beaucoup mieux.

  33. Joanna

    Bonjour,
    Je me permet de vous laisser ce commentaire car je viens de me rendre compte que je suis perverse narcissique et j’aimerais pouvoir sortir de ce schéma.
    Est ce possible et si oui comment et vers qui me tournée ?
    Je suis en couple et je ne veux plus faire souffrir mon ami.
    S’il vous plait, si vous avez une solution aidez moi.
    Merci.

    • Bonjour,
      Je n’ai pas de « solution » …
      Ce que vous devez faire c’est entreprendre une réelle thérapie.
      Bon courage. Geneviève Schmit

  34. tylinski grace

    je suis stupefaite ageablemenent car tout concorde avec mon premier ressenti avec X…j’ai une tres grande intuition ..je les attire …mais je controle …..merci encore pour ces temoignages ..

  35. Je ne m’en plains pas de notre sexualité, je le trouve même assez satisfaisante.
    Je ne suis pas là pour raconter ma vie intime, je suis là pour témoigner….
    Je pense,que petit à petit, s’insinuent des jeux qui témoignent de sa part d’une forme de déviance…. il a une attirance assez nette vers le sado-maso, même très « soft », et parfois je me demande si il n’a pas une tendance à la bisexualité

    • Bonjour,
      Il n’y a pas nécessairement des déviances dans la sexualité du PN … il peut n’y avoir aussi que des tendances tout à fait acceptables.
      Amicalement, Geneviève Schmit

  36. Fruitjuice

    Merci pour cet article fort intéressant sur leur sexualité.

    Je vous apporte un témoignage en plus sur la sexualité de mon PN. J’en ai parlé à ma psy car après cette histoire j’ai dû consulter rapidement j’étais dans un état pitoyable tellement je ne me sentais plus être une personne à part entière mais juste « un truc qui obéissait et qui vivait la peur au ventre d’avoir plus de 10 mn de retard à un rdv« .

    Presque 1 an de relation sans qu’il m’ait jamais touchée !
    Il se couchait tous les week-end à côté de moi me tournant le dos et m’inventant tout un tas d’excuses (trop amoureux peur de mal faire, il voulait être dans un endroit exceptionnel et j’en passe).
    Il en rigolait parfois alors qu’il me voyait triste à côté de lui. Je précise que je suis une jeune femme qui plait en général aux hommes, il le savait, il était très possessif, ça le flattait qu’on lui fasse des compliments sur moi, il se sentait mis en valeur mais ça ne l’empêchait pas de m’ignorer totalement au lit.
    J’avais perdue toute confiance en moi.

    Au final j’ai compris à quoi je servais, il se servait de moi pour cacher une homosexualité refoulée (une évidence, pleins de détails et de choses dites qui ne laissent aucun doute).
    Le but étant de me faire faire le tour de sa famille et faire taire les rumeurs…
    J’ai vu dans votre article et dans d’autres sur le net que la notion d’homosexualité revenait souvent comme la sodomie (il en parlait souvent).
    Il aimait me toucher de façon très vulgaire dans des lieux publics alors que ça me gênait beaucoup, je lui disais d’arrêter et il me répondait « je sais que ça te gêne et ça me fait me rire  » ! et dès qu’on se retrouvait seuls dans l’intimité plus rien, il redevenait sage comme une image et me tournait le dos.
    Parfois il pensait que je dormais et a tenté à 2 reprises de me toucher au niveau des fesses et plus précisément l’anus, je trouvais ça très curieux pour quelqu’un qui n’avait jamais touchée sa partenaire d’agir ainsi dans mon sommeil.
    Il était obsédé par les fesses et me le disait, le reste du corps d’une femme ne l’intéressait pas.
    2 mois et demi après je suis loin d’être guérie et je me demande encore s’il couchait avec d’autres femmes.
    Rien à voir avec la sexualité, le mien passait beaucoup de temps à se regarder dans le miroir et soigner au détail près son apparence et me demandant régulièrement s’il était beau.
    Il me disait que j’étais la seule avec qui il bloquait comme ça et que c’était la 1ère fois que ça lui arrivait à 34 ans. Jusqu’à aujourd’hui je me demande encore si c’était vrai ?
    Ses relations étaient toutes assez courtes même pas 1 an. 2 mois et demis après j’ai toujours beaucoup de mal à oublier.
    J’étais droguée à lui alors que je le savais odieux et il me faisait peur.

    • Bonjour,

      Merci pour ce témoignage.
      Vous avez tout à fait raison, il a bien le comportement d’un homosexuel incapable d’assumer sa réalité !
      Comme vous le dites si bien, vous n’étiez là que pour prolonger l’illusion auprès de sa famille, de son milieux.
      Il y a peu de chance qu’il ai d’autres résultats que celui que vous connaissez avec d’autres femmes puisque ce problème vient de lui
      Ce n’est pas l’homosexualité qui est un problème bien sur, mais le fait de ne pouvoir l’assumer sainement.
      Il la vit surement de manière cachée.
      Reprenez votre vie en main, ce guignol n’a rien détruit!
      Vous êtes vivante et de plus vous avez su dire non ! BRAVO !!!

      Bon courage, Geneviève Schmit

      • Fruitjuice

        Merci Geneviève pour votre réponse.
        Je reste forte, il a biensûr tenté de reprendre avec moi contact par intérêt récemment,tout mielleux, il cherchait à se loger temporairement près de son travail…
        Il me fait pitié aujourd’hui. Je réussirais à m’en sortir, j’avance tout doucement, lui, d’après tout ce que j’ai lu, il y’a très peu peu de chance qu’il se remette en question et réalise qu’il est manipulateur pervers.
        Bon courage à tous

        • CAROLINE

          Bonjour fruitjuice,
          je viens de me séparer d’un PN et j’ai été interloquée par la similitude avec vous au niveau de la sexualité.
          Sexualité quasiment inexistante, il me donnait l’impression de ne pas être désirable, aucun compliment, difficultés pour la pénétration et l’orgasme, il me disait qu’il était fatigué et obsédé par l’idée de la sodomie….
          De quoi se poser mille questions l’enfer….
          je suis partie depuis 15 jours.
          Ça fait du bien de lire qu’on n’est pas seule et qu’on a vécu les mêmes choses

        • fruitjuice

          Bonsoir Caroline,

          A priori, d’après tout ce que j’ai pu lire sur le sujet, la sodomie, le rapport aux fesses est très présent chez eux.
          Nous sommes ignorés dans le lit car ils veulent nous faire du mal. Quoi de plus naturel dans la vie que d’avoir envie de faire l’amour avec son compagnon ?
          c’est comme une sorte de punition qu’ils nous infligent.
          Il me semble qu’au début d’une relation ils donnent un peu, ils font dans le classique dans le but de mettre en confiance leur proie mais très vite leur naturel revient au galop.
          Le mien n’a jamais pu me toucher ! son secret est l’homosexualité et il fallait surtout pas que je sois malheureuse,mais je voyais bien qu’il n’aimait pas non plus me voir trop enjouée, heureuse, c’est assez paradoxal. Il que je montre que je suis triste ou bien que je dise qu’il n’avait jamais fait l’amour avec moi. Malheur à moi si je transgressais cette règle !
          Je contrôlais toutes les paroles qui sortait de ma bouche car il était très susceptible et disait toujours que c’était moi et que j’interprétais tout. Il lançait des phrases pleine de sous-entendu, et me reprochait ensuite de l’embêter à interpréter les choses.
          ex assez édifiant dont j’ai parlé à ma psy: un jour je lui fais part de ma peur de voir mon fils chosir un jour d’aller vivre avec son père et de ne plus l’avoir en garde partagée, c’était une discussion pour moi.
          Reponse du PN: c’est pas grave ma puce, nous auront les nôtres !
          lorsque je lui ai dit je comprends pas là t’es sérieux? il a fini par dire qu’il plaisantait.

          Il fallait toujours que son image soit intacte et le pire dans tout ça c’est que j’étais devenue un robot obeissant, sans même qu’il me demande, je l’aidais dans ses mensonges parfois auprès de ses amis pour l’aider et que le reste de la soirée soit paisible, je cherchais sa reconnaissance. Je me reconnaissais plus, on me reconnaissait plus.
          Il mentait avec un aplomb incroyable, très sûr de lui, un charisme incroyable alors qu’en réalité il ne s’aimait pas, il avait toujours besoin de mon aval pour un achat vestimentaire ou pour lui dire qu’il était beau.
          Lors des disputes, c’était incroyable, je devenais paralysée et je n’arrivais même plus à bouger mes lèvres devant ses paroles, j avais l’impression d’être la pire femme du monde alors que je ne cessais de pousser mes limites pour gagner son amour et lui prouver que j’étais quelqu’un de bien.
          Malgré un nouveau départ avec un autre compagnon, 4 mois après je ressens toujours ce besoin de beaucoup en parler, qu’on me croit, qu’on me comprenne. C’est comme des gourous ces gens là !

          Bon courage à tous

      • Lola

        Je suis pétrifiée par ton histoire elle ressemble en tout point à la mienne.
        Tout est identique à tel point que j’ai même peur qu’il s’agisse de la même personne.
        La seule chose qui me rassure est que tu dis qu’il a 34 ans alors que le mien en a plus de 40. Rassures moi car depuis que j’ai lu ton histoire je suis encore plus mal.
        Je t’en supplie confirme moi que tu n’as pas fait une faute de frappe dans l âge car les similitudes pas de relation sexuelle, attouchements dans les lieux publics…
        Sont nombreuses

        • fruitjuice

          Bonsoir Lola,

          Rassures toi, il a bien 34 ans et va sur ses 35. Son prénom commence par un « Y ». Voilà j’espère que ces éléments t’aideront. Il me disait sans cesse,il n’y a qu’avec toi que je n’y arrive pas mais en voyait bien qu’il était très maladroit dans ses gestes et qu’il était presque impossible qu’il ait déjà touché une femme.
          Il a malheureusement dû recommencer son cirque avec d’autres proies.J’ai bien avancé depuis, il tente régulièrement de me recontacter pour tester s »il a toujours de l’emprise.

        • Lola

          Bonjour fruitjuice,
          Merci de ta réponse qui m’a un peu réconforté. Je suis contente de voir que tu arrives à t’en sortir. Moi je souffre terriblement je cherche encore à comprendre son attitude blessante et sa cruauté

        • Lola

          Je continue à me torturer à essayer de comprendre pourquoi tant de perversité envers moi. comme toi je me suis demandée si il avait des relations sexuelle avec d’autres filles et si cela se passait bien et si c’était moi

  37. Anne

    Comment ne pas reconnaître de nombreux traits caractéristiques aux relations avec ce pervers dont j’ai partagé la vie 18 ans? Domination, soumission rien que de très banal et classique et entre adultes consentants, je n’ai jamais été violée. En revanche ce qui m’interpellait était , de plus en plus souvent, j’allais vers lui et il me répondait  » pas aujourd’hui tu ne mérites pas, tu n’as pas été gentille », ou bien la frustration suprême , de plus en plus fréquente avec le temps, était son refus de pénétration. Il me l’annonçait d’ailleurs! Lors de la séparation, après 18 ans de vie commune et 2 enfants il m’a froidement dit  » je ne regrette qu’une seule chose c’est de ne pas avoir réalisé « nos » fantasmes ». En réalité ce n’était pas les miens, mais les siens. M’offrir à des inconnus. Il s’était inscrit su un site de rencontre, sous un pseudo féminin, se faisant passer pour moi et j’ai un énorme doute qu’il ait mis une photo de moi. Il rentrait en contact avec des hommes. L’un d’entre eux a accroché et me proposait ( par son intermédiaire donc) des week-ends de rêve dans la capitale ou sur une île…Bien sûr je refusais et lui insistait, disant qu’il n’avait pas les moyens financiers de m’offrir tout ce que cet homme me proposait. Il faisait comme si j’étais une  » poule de luxe » qui devait être entretenue à tout prix!! A force de refuser et bien consciente du malsain que cela était il s’est lassé. De plus cet homme avec qui il était en contact , il le connaissait de sa jeunesse…
    Je pourrais témoigner de certaines choses qui me choquaient ou me blessaient mais pas ici . Mais certes je suis restée et accepté..
    La chance que j’ai eue est qu’il laissait pas mal de clés sur son fonctionnement, qu’il parlait tant et tant qu’il se dévoilait .

    Merci infiniment Geneviève de nous permettre d’exorciser et merci de votre travail d’ aide et de soutien à travers ce site.

    Voici ce qu’il a écrit un jour et qui donne une idée de son fonctionnement. Non ce n’est pas Sade, c’est bien de mon ex mari.
    « Ne suis-je pas un donateur suprême lorsque je martyrise ma partenaire?
    Les femmes adorent les mâles grossiers . Parler de respect dans les affaires de sexe c’est comme parler de droits de l’homme avec les chinois. On fait fausse route. Le respect et la tendresse sont des qualités littéralement inhumaines . le respect je l’assimile à la mort. Non la meilleure façon de connaître une femme c’est de l’amener au-delà de limites qu’elle ne soupçonne pas pouvoir franchir, lui montrer des paysages inconnus. , savourer sa puissance comme un voyeur puis lui dire simplement  » je vous quitte ». La tendresse a sur moi l’effet d’un vomitif. les femmes ou les hommes sont de simples mouchoirs en papier auxquels les femmes ou les hommes cédent une parcelle infiniment secrète d’eux-mêmes. »

  38. Yvette Marie

    Juste pour communiquer mon bonheur d’en être sortie, d’avoir été jusqu’au bout de la désintoxication (9-10 mois) et le bonheur de gérer les risques de ne plus jamais se faire prendre dans une telle situation.
    Ce n’est pas parce que nous avons connu cela qu’il faut devenir religieuse ou moine et étouffer ses besoins de tendresse et d’amour sexualisé.
    Quand l’estime de soi est retrouvé la vie reprend aussi toute sa valeur.
    Amitiés à tous
    Yvette Marie

  39. Coccinelle

    Bonjour Genevieve,
    L’homme avec qui je sors depuis 2 mois présente de nombreux traits et mécanismes de perversion narcissique: accès de violence verbale de grande intensité, projections grosses comme des maisons (il m’a déjà traitée d' »imposteur » (oui, au masculin)), dénis de la réalité complètement hallucinants, mensonges, promesses en l’air, absence de remise en question, etc.
    En revanche, il a toujours été tendre et attentif au lit, faisant passer mon plaisir avant le sien, de même qu’il se montre tendre et attentionné, et ouvert au dialogue la plupart du temps dans la vie de tous les jours.
    Est-ce à dire qu’il ne peut pas être un pervers narcissique?
    Ou qu’il est encore dans la phase de séduction/idéalisation où il cherche encore à répondre à tous mes besoins dans le but de me rendre dépendante de lui ?

    • Bonjour,

      Il faut se garder de penser que les PN sont tous à l’identique !
      Même si on retrouve des comportements communs, il n’en reste que chaque individu est unique et en plus, le fait d’être en relation avec une autre personne, la proie, fait qu’il va aussi adapter son comportement à l’enjeu.

      Affectueusement, Geneviève Schmit

  40. Mayflower

    Bonjour Geneviève,

    Pour la première fois, je parviens à m’exprimer sur votre blog, après avoir trop longtemps souffert sans bien comprendre ce qui m’arrivait.
    Après la prise de conscience, il m’a ensuite fallut élaborer et adapter à mon cas les meilleures façons de m’en sortir.
    Comme une proie piégée qui lutte pour sa survie.

    Nous en apprendrons jusqu’à la Mort, je le sais, mais aujourd’hui j’ai la satisfaction d’avoir pu « circonscrire » les malfaisances de ma PN.
    En tout cas à mon encontre.
    Cette victoire, d’abord sur certaines de mes faiblesses puis sur l’auteur de mes tourments, m’a « déniaisé » et renforcé.
    Aujourd’hui je me sens encore plus armé et plus confiant dans mon rapport aux autres, malgré (ou grâce à) cette méfiance qui restera désormais latente en moi.

    Ancien militaire ( ça n’arrive pas qu’aux autres … ), j’ai pu établir un parallèle entre techniques de combat et lutte contre son (sa) PN.
    Tout cela me semble en effet reprendre tous les ingrédients des guerres secrètes menées par tous les Services du monde entier.
    Sans parler d’orgueil, j’ai trop souvent eu l’impression de devoir défendre mon âme et mon intégrité corporelle, comme j’avais appris à défendre une portion de terrain ou une information capitale au régiment.
    Si seulement j’avais su plus tôt que ces attaques venaient de certains membres de ma famille ….

    Mon avis est le suivant : une victime qui a pris conscience de son malheur devient, de fait, un(e) combattant(e) malgré lui (elle).
    S’il (elle) se rend, c’est le « goulag » à vie.
    S’il (elle) prend le « mors aux dents » et lutte avec sagesse, il (elle) sauvera son « moi« .

    Avec, en plus, un mental revivifié et suffisamment de volonté de survie, il (elle) sera en mesure de défendre son intégrité « sociale et matérielle ».
    Tout cela demande à se surpasser, rien que pour s’en sortir.

    Mais sans votre écoute bienveillante, votre conversation pertinente, et votre information excellente, ce Travail, ou ce combat, aurait été plus long et plus fastidieux.
    Et dans le doute (arme favorite du PN de base), l’issue en aurait été plus incertaine ….
    Grand Merci Geneviève.

    Cet article de qualité sur le comportement sexuel du pervers ne m’étonne guère.
    Personnellement, il m’a rassuré en tant qu’homme.
    Ne me reconnaissant pas du tout dans ces descriptions.
    Je déplore les ressentis et blessures de ces victimes qui gâcheront, trop souvent, leur vie intime future en « chargeant » leurs conjoints suivants de ce qu’elles ont dû subir auparavant.
    Elles n’avaient pas (ou pu faire) fait correctement leur remise en question.

    J’en fais part, car c’est du vécu.

    Quel qu’en soit le domaine, le PN finit toujours par se faire remarquer par sa « victime » pour ses abus, son « vampirisme« , sa déloyauté, et leurs conséquences qui se font plus lourdes à porter le temps passant …
    A la proie de choisir. En souhaitant qu’elle le puisse encore ….

    Petit message à VM :

    Un PN devient « inerte » face à vous dès lors que vous avez pu faire constater une de ses malversations par un détective patenté.
    Facile à dire, je sais, mais je l’ai fait.
    Savoir « encaisser » sans mots dire tout en étant très vigilant sur les failles du PN (Il en a sûrement plus que vous pour devoir se comporter en prédateur), le faire veiller « au coin du bois » par le-dit détective, puis lui mettre le constat (recevable en justice) sous le nez.
    Il sera alors obligé d’admettre que toute insistance de sa part le mènerait à sa propre perte.
    Financièrement cela peut sembler une solution onéreuse ( les « vacances » de cette année !) et pénible à mettre en place, mais au bout du compte c’est une LIBÉRATION !!! Une autre vie.

    Bon courage à toutes et à tous.
    Et encore Merci, Geneviève.
    A bientôt.

    • Merci à vous pour ce commentaire riche et intéressant au plus haut point !

      J’espère comme vous que VM puisse trouver un peu de paix à l’intérieur d’elle même …

      Affectueusement, Geneviève

  41. Gaby

    Merci de votre article.
    Mon ex se branchait surtout sur les sites pornos et les sugar girls, je crains même pédophilie.
    Mais pour marquer une présence honorable en société il se choisissait des femmes plus ou moins de son age, qu’il s’efforçait de rendre moches, par incertitude, en laissant des traces de ses tromperies et en les niant, en les rendant folles, déprimées, déboussoles. Je me suis sentie comme son prix de consolation.
    Enfin, la meilleure leçon que j’ai tirée de ce site est que les PN ne sont pas réparables et sont incontournables.
    La séparation a été très difficile et longue.
    C’est dommage pour les années qui passent et qui ne se récupèrent pas.
    Mais a la fin, je suis arrivée a m’en débarrasser, dans tous les plans.
    Bon courage a tous et a toutes!

  42. catherine

    Geneviève , j’avais fermé la porte à clé sur ce côté de ma vie avec un PN . J’avais trop honte d’avoir été « la complice active » de cette perversion sexuelle. Vous ouvrez cette porte aujourd’hui et me libérez de cette « vieille casserole ». Vous me permettez ainsi de faire encore un grand pas dans mon chemin d’ex-victime. A mon tour de vous dire : merci infiniment!

  43. Merci Geneviève pour vos articles très généreux en précisions. Ayant été dans cette emprise cruelle, j’aurais aimé à l’époque, vous lire. Mais aurais-je été capable de me reconnaître dans le rôle de cette victime? La confusion, alors, faisait écran à toute porte de salut.
    Bien à vous. et Bravo. Alice

  44. Cat

    Bonjour,

    cela fait plusieurs semaines que je lis vos différents articles, et je vous remercie pour leur qualité et leur pertinence !
    Ça m’a beaucoup aidée à comprendre cette forme si particulière et si destructrice de co-dépendance, que vous résumez parfaitement bien avec cette phrase : « c’est en entrant malgré elle dans le jeu de la perversion sexuelle du prédateur que la victime donne vie au bourreau ! »
    Comme quoi l’ennemi est aussi (d’abord ?) à l’intérieur…

    Je voulais savoir si vous aviez eu la possibilité de constater un rapport de cause à effet entre le fait d’avoir subi une agression sexuelle (de quelque ordre que ce soit, mais notamment dans l’enfance) et le fait d’être une « proie de prédilection » pour les MPN ?
    Comme si cela créait une « blessure » interne qui chercherait désespérément à être guérie par une sorte d’équivalent du bourreau initial ?

    Merci d’avance de votre réponse, et encore merci pour mettre à disposition sur le Web tout votre travail rédactionnel si utile !

    • Bonjour Cat et tout d’abord merci pour ce témoignage de reconnaissance.

      Je crois qu’une agression sexuelle dans l’enfance peut grandement contribuer à affaiblir l’estime et la confiance en soi qui fera que l’on va inconsciemment rechercher un protecteur chez celui que l’on va choisir d’aimer.
      Or vous savez comme moi que le PN a cette grande « qualité » de mimer à la perfection, et de manière totalement naturelle et pour partie instinctive, les besoins les plus profonds qui nous animent.
      Celui là saura donc se montrer sous des aspects rassurants, vous valorisant et vous faisant ainsi croire que votre confiance en vous grandit … par lui.

      Personnellement je crois que c’est surtout cela qui se passe.

      Pour ce qui est de la recherche de ce que vous appelez le bourreau initial, je pense que cela peut y contribuer dans une moindre mesure. Mais cela n’engage que moi…

      Affectueusement, Geneviève Schmit

  45. Tartine

    Pendant 35, ma sexualité a été vide comme lui.
    Rien, pas un baiser, pas un geste de tendresse, juste un assouvissement de ses besoins, quand lui le voulait, à l’heure qu’il voulait, sans souci de ma personne.
    Du sexe, pour lui, rien d’autre.

    J’ai bien entendu l’article et suis en accord sur beaucoup de points, mais j’ai d’abord excusé, proposé, refusé devant une telle violence sans violence réelle, un harcèlement jusqu’à ce que je cède et je le faisais pour qu’il ne soit pas de mauvaise humeur, une culpabilisation à ce niveau là aussi et une objetisation.
    J’ai dit, redit, espéré, je n’ai pas compris car je ne savais pas l’existence des structures de ces personnes.

    Des situations me reviennent en mémoire, j’ai trouvé des inscriptions sur un tas de sites pornographiques, je me pose beaucoup de questions sur d’éventuelles liaisons extérieures.
    Je ne suis sûre de rien car ma confiance était aveugle et que je ne sais rien.
    Alors, le doute est là et je préférerais savoir.

    A mon âge, je n’ai pas connu une relation sexuelle « normale« .
    Je ne supporte plus aucun contact corporel.
    Je ne sais pas si un jour, je pourrai mettre cela et tout le reste à distance.

    • Merci pour ces confidences …
      Je suis certaine que vous êtes une femme pleine de ressources et que la vie, votre vie va enfin pouvoir s’épanouir « malgré » les grandes difficultés que vous traversez.

      Affectueusement, Geneviève

  46. Marye

    Bonjour,

    Sans pour autant avoir eu une sexualité épanouie avec un PN pendant plus de 30 ans, je lui reconnais aucune déviance… C’était d’ailleurs vite devenue une routine sans qu’il y a escalade de demandes me conduisant à accepter ce que je n’aurais pas accepté en temps normal.

    Je précise que ce PN a bien sûr la quasi totalité pour ne pas dire toutes les caractéristiques permettant de diagnostiquer sa psychose…

    Pourrait -il y avoir alors PN et sexualité ordinaire ???

    Merci.

    • Bonjour,

      Bien sur que le PN peut avoir une sexualité « ordinaire« , et il me semble bien dire dans cet article que ce sont certains PN qui exercent ces déviances.
      Il peut y avoir le trop, le trop peu, mais je ne perçois pas le PN capable d’avoir une relation sexuelle épanouissante et tournée vers l’autre puisque pour un pervers, l’autre n’existe pas en tant que tel.

      Amicalement, Geneviève Schmit

  47. Clément

    Article très intéressant à tel point que l’on souhaiterait presque rebondir sur chaque paragraphe pour apporter un exemple, un éclairage différent, un « sentiment » différent ou pour seulement corroborer, tant le sujet est complexe et polymorphe.
    Il faut en effet beaucoup de recul pour parvenir à déceler une « cohérence » entre les multiples formes que peut prendre le sexe au sein d’une relation avec un pervers narcissique, de l’abstinence à la sexualité « normale »/ »simple« , en passant par de nombreuses formes de « perversions« .
    C’est sans doute aussi ce qui contribue à, étant encore dans la relation d’emprise, limiter les possibilités de prises de conscience et de recul.
    Puisque tout change souvent, sur quoi fonder un jugement?

    D’après mon expérience, et c’est un point qui me semble-t-il n’apparaît pas dans l’article, ne relevant pas à proprement parler d’une « perversion« , un trait notoire de la sexualité du pervers narcissique est l’absence absolue de GÉNÉROSITÉ (sous quelque forme que ce soit, préliminaires, attention ou autre) qui participe de ce sentiment, post-relation sexuelle, de ne pas exister, de ne pas être, d’être OBJET.
    Et cela ne se rattache pas nécessairement à des actes faits ou non, mais votre corps sait pertinemment, ressent, que le partenaire pervers ne cherche aucunement à vous donner du plaisir, ce qui est la base du faire l’amour, et que donc vous n’exister pas pour votre partenaire.

    Michel Foucault, dans Le Corps Utopique, donne une très belle définition de ce faire-l’-amour, qui est toujours absent avec un pervers narcissique (quand bien même l’on jouit) :  » Faire l’amour, c’est sentir son corps se refermer sur soi, c’est enfin exister hors de toute utopie, avec toute sa densité, entre les mains de l’autre. Sous les doigts de l’autre qui vous parcourent, toutes les parts invisibles de votre corps se mettent à exister, contre les lèvres de l’autre les vôtres deviennent sensibles, devant ses yeux mi-cols votre visage acquiert une certitude, il y a un regard enfin pour voir vos paupières fermées. L’amour, lui aussi, comme le miroir et comme la mort, apaise l’utopie de votre corps, il la fait taire, il la calme, il l’enferme comme dans une boîte, il la clôt et il la scelle. C’est pourquoi il est si proche parent de l’illusion du miroir et de la menace de la mort; et si malgré ces deux figures périlleuses qui l’entourent, on aime tant faire l’amour, c’est parce que dans l’amour le corps est ICI.  »

    Or, dans la sexualité avec un pervers narcissique, il n’y a jamais cette jouissance de son propre corps, cette jouissance de l’Être, cette « certitude« , cet « ici« , mais précisément l’inverse.
    C’est, indépendamment des actes et des manières, une sexualité à sens unique, entièrement dirigée vers lui où nous sommes/nous nous rendons instrument de sa jouissance, au prix de notre être.

    Et, pour conclure ce trop long commentaire, sur le versant de la « victime« , peut-être convient-il d’interroger une éventuelle tendance névrotique à interpréter le vide de l’autre (et quel vide sidéral dans le cas d’un PN!!) comme une demande, plus encore une injonction, à y répondre par notre être, comme si nous n’avions pas d’existence, de raison d’être, hors de cette « utilité » vis-à-vis de l’autre, comme si, face au vide de l’autre, nous trouvions enfin une raison d’être, un sens, à notre substance: celle de combler ce vide en l’autre.
    Et dans ce rapport névrotique, comment parvenir à être un JE disant, un JE indépendant capable de dire cette non-réciprocité de l’acte amoureux sans renoncer à notre fantasmatique « raison d’être« ?
    comment même donc VOIR (croire et se fier à nos ressentis) le problème puisque notre fonctionnement psychique nous pousse justement à n’être que par -rapport-à-l’autre, à ne pas exister en dehors de ce vide en l’autre?
    Comment, en bref, parvenir à dire JE (soit à dire NON)lorsque notre sentiment de JE est intimement lié et complètement dépendant, ne fait qu’un, avec le TU?

    • Marguerite

      Un grand merci à Geneviève, à Clément et à vous tous qui témoignez.

      J’ai vécu tout cela et reconnais tout ce qui est décrit. Un enfer.
      J’en suis sortie pour l’essentiel
      Mais en ce qui me concerne j’ai vu effectivement que ce qui me faisait tomber dans le système c’est cette confiance aveugle, présente initialement et dont le PN profite en déployant tous ses atouts séducteurs.
      En observant cela encore et encore je me suis interrogée sur le pourquoi cette confiance aveugle.
      Et bien, il me semble qu’elle aussi s’appuie sur une impression de vide intérieur, de manque qui fait rechercher ce qui nous manque, chez l’autre, pour le combler.
      Le manque chez moi était surtout d’ordre affectif et aussi d’image de soi dévalorisée qui recherchait dans le regard de l’autre l’impression d’avoir de la valeur et donc d’être aimable (= que l’on peut aimer).

      Ainsi, la victime ne souffre t’elle pas de ce même vide sidéral que son PN?
      Sa stratégie à elle pour essayer de s’en sortir, cherchant à combler celui de l’autre a pour but de réaliser progressivement qu’elle n’est pas si vide que cela? Mais comme toute stratégie palliative à un schéma, elle n’aboutit qu’à exactement l’inverse de ce qui est souhaité.

      Il me semble que je continue à guérir en observant tout cela et surtout en faisant face au manque, au vide qui petit à petit se révèlent comme des illusions vide de sens.

      • Merci Marguerite pour ce message.
        Je pense comme vous que victime comme bourreau partage le même vide intérieur. Par contre, la grande différence résulte dans la manière de s’en protéger et de compenser.

        Affectueusement, Geneviève Schmit

  48. Espoir

    Article très complet comme toujours Geneviève.
    Vous dîtes « Le pervers ne jouis pas lui-même mais le fait au travers de l’autre« , ça colle de très prés à la sexualité que j’avais avec PN au point qu’il avait une érection mais sans avoir d’orgasme et j’étais très déstabilisé par le fait.
    Vous parlez de pulsions d’ados, serait-il juste de penser que par manque de maturité, la sexualité du PN accro au sexe s’inspire de film porno, d’ou le manque de tendresse et des rapports sexuel réglé comme une partition et toujours plus bestiale ou les préliminaire n’ont pas leurs place ?
    Je n’est pas honte de nos rapports en eux même, il n’ y avait rien de répréhensible, mais j’ ai honte de m’être oublié, le sentiment d’avoir était souillée et abusée quand enfin on ouvre les yeux et que l’on comprend que nous n’étions qu’un jouet.

    • Merci Espoir,

      Il est effectivement possible et même probable que le PN déviant sexuellement s’inspire par tout ce que les médias diffuse.
      Maintenant, il est aussi capable de rechercher et donc de trouver ce qui l’excitera.

      Affectueusement, Geneviève Schmit

  49. Merci vivement pour cet article concis et clair qui apporte un vrai éclairage sur l’emprise du pervers sur notre intimité.
    Un vrai soulagement.

    • Merci à vous Myriam de partager cela.
      Affectueusement, Geneviève Schmit

      Vous pouvez me retrouver sur mon Facebook Pro: Soutien.Psy.
      J’essaye d’y mettre tout ce qui me semble pouvoir aider les victimes.
      J’aurais grand plaisir à y lire vos interventions !

  50. j ai aimé votre article, mais je ne reconnais pas son attitude sexuel dans l article,
    le pn, avec qui je suis depuis 36 ans, et que j essaie de fuir, est sans sentiments,, je suis sa chose, meme si je suis malade où si je pleure, ou que je dise non, il le fera,ce qui fait que la nuit des que je réveille je me lève, ce qui le rend malgracieux le matin, et moi tres fatiguée
    merci pour vos articles

    • Bonjour Kristine

      Merci pour votre témoignage.
      Tous les manipulateurs pervers n’ont pas de déviances sexuelles !
      J’espère que vous n’allez pas tarder à reprendre votre vie en main maintenant que vous avez compris qu’il ne s’intéressait nullement à vous …

      Affectueusement, Geneviève Schmit

  51. Oxygène

    Quel difficile retour en arrière.. repenser (et panser) à la manière qu’il avait de me mettre dans un rôle « dominant » pour épanouir ses fantasmes homo.. bouh!
    Lu jusqu’au bout, très intéressant! Merci Geneviève :)

    Aujourd’hui étant avec un homme très doux, tendre et « sain« .. depuis 4 mois et qqes, retrouver une sexualité « saine » est tout de même difficile. :/ mais pas impossible.

    Il aimerait comprendre ce qui fait que j’ai aussi mal vécu ce que mon ex avait fini par me faire faire, mais j’ai du mal à lui expliquer comment j’ai fais des choses sans en avoir envie au fond de moi. Etc

    • Merci pour ce témoignage encourageant !
      Souvent les victimes se demandent comment retrouver une sexualité saine après avoir vécu la perversion …
      Vous venez de nous prouver par l’exemple que c’est possible !!

      Peut-être pourriez vous faire lire cet article par votre nouveau compagnon, afin qu’il comprenne mieux …

      Affectueusement, Geneviève Schmit

      J’aurais plaisir à lire vos interventions sur mon Facebook Pro: Soutien.Psy
      Je tente d’y poser tout ce qui peut aider à réfléchir et à aller mieux !

      • VM

        Après lecture attentive de cet article, je suis entrain d’y voir plus clair, SEULEMENT, JE SOUHAITERAIS QUE QUELQU’UN REPONDE A MA DEMANDE DE SUGGESTION POUR EVENTUELLEMENT AGIR :la femme PN, Isabelle de 16 ans mon ainée, dont j’ai été la victime, avait clairement des penchants homosexuels en particulier puisqu’elle avait clairement manifesté son attirance sexuelle à mon égard qui avait rendu notre relation d’amitié ambigüe… Isabelle est une femme mariée, avec des apparences d’épouse rangée ou de bourgeoise bien-sous-tout-rapport dont on ne soupçonne à priori aucune déviance que ce soit… Seulement voilà, lors de sa phase de « séduction », Isabelle est apparue comme une femme émancipée, voire avant-gardiste dévergondée, en particulier lorsqu’elle se permettait de m’embrasser langoureusement sur les lèvres ou de s’adresser à moi avec des expressions bien entendues. Une de ses collègues m’a récemment adressé un courriel/blog et m’a bien expliqué qu’Isabelle était une homosexuelle refoulée qui ne s’assumait pas… Par la suite,tel le PN, Isabelle a inversé les rôles en me faisant passer pour une racoleuse auprès des membres de sa famille, pour ne pas dire au sein d’un certain milieu professionnel. Du coup, je me suis retrouvée pendant un moment avec une réputation salie par une « mauvaise pub » que cette personne irresponsable et sans scrupule m’a faite et j’ai sans doute dû à en subir les conséquences dans ma vie professionnelle… Je ne dispose pas de preuve pour agir en justice, c’est pourquoi, je suis obligée d’attendre que le temps remédie à cette histoire sans aucune possibilité d’action – Si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à me répondre sur ce blog, ça pourrait vraiment être utile – MERCI D’AVANCE, VM

        • Sylvie D

          Madame VM, comme je vous l’expliquais dans mon courriel, Isabelle est sénior par son âge mais pas par son mental. C’est une homosexuelle refoulée parce qu’elle est incapable de s’assumer et elle inverse les rôles, parce que, à la manière de l’adulte immature, voire infantile, elle la joue « C’est pas moi ! C’est l’autre »… D’où le fait qu’elle vous a fait passer pour une « racoleuse » auprès de son entourage. Par ailleurs, elle n’a certainement pas dû envisager les conséquences de ses actes puisqu’elle est irresponsable et cette forme d’irresponsabilité est un des corolaires du comportement de ce genre de pauvresse… Pourquoi vous entêter à vouloir faire des recours à l’encontre d’une irresponsable ? D’autant plus, qu’Isabelle pourra toujours « tailler un costume » aux gens, personne ne la prend au sérieux, je le sais puisque, lorsque je l’avais connu comme collègue, nous savions tôt ou tard que ses dires étaient soient incohérents, soit faux, soit infondés, voire extravagants. Alors, je vous rassure pour votre réputation : si quelqu’un avait cru un jour ce qu’Isabelle avait bien pu raconter sur vous il y a quelques années, tout le monde sait que c’est bidon et l’a oublié – On se détend… Cordialement, Sylvie Daupin

        • VM

          C’est tout à fait ça – En fait, on pourrait pas mieux s’exprimer : Cette Isabelle s’est efforcée à inverser les rôles et pour que cela paraisse crédible, elle a été suffisamment maligne pour se mettre sur liste rouge durant 3 ans – Le saviez-vous ? Isabelle est de nouveau dans l’annuaire…

        • VM

          Merci Mme Sylvie D, je crois que c’est vous qu’Isabelle avait remplacée durant la formation en 2008 à Montrouge (Greta)… Je vous remercie pour votre aide car elle a été utile pour moi et a accéléré ma sortie de l’emprise. J’ai pris du recul, et maintenant je sais qu’Isabelle est beaucoup plus la victime de son immaturité, de sa vanité et de son refoulement pathologique que la manipulatrice machiavélique que j’avais imaginée (et qu’elle n’est même pas en fait)…. Elle m’a récemment recontactée par e-mail en août dernier : j’ai éffacé son message et fermé ma boite…. Je suis soulagée car j’en ai enfin fini avec cette sinistre personne (dont je commençais vraiment à lasser quand elle revenait dans mes souvenirs) et je ne veux plus jamais avoir à faire à elle – C’est pourquoi, je vais arrêter de suivre ce blog qui ne m’est pas utile en fait – Cdt, VM

        • fruitjuice

          Et encore un témoignage qui mentionne l’homosexualité refoulée. A la limite, quand je lis d’autres témoignages, aujourd’hui je préfère qu’il n’ait pas pu me toucher. S’il avait réussi, je pense que j’aurais regretté de faire des choses contre ma morale, et j’aurais pu en être capable avant.

      • Sylvie D

        Bonjour Docteur, dîtes-nous : à quoi votre site peut-il bien servir, si vous ne répondez pas aux questions dont les réponses sont simples et ne relèvent même pas de la « psycho » ?
        J’ai répondu à Mme VM aujourd’hui, et on n’a pas besoin d’être psycho pour savoir que les « PN » sont des gens irresponsables que les autres finissent par ne plus croire car comme les enfants, les PN se laissent un moment ou à un autre se laisser prendre à leurs propres jeux –
        Donc j’ai tout de même rassuré Mme VM qui heureusement est sortie « l’emprise de son PN » qui a cherché médire sur elle comme elle l’avait d’ailleurs fait avec d’autres de nos collègues auparavant : sa réputation ne sera pas atteinte, Cordialement, Sylvie D

        • Bonsoir,
          Je suis ravie de lire que vous avez pu aider VM que vous semblez connaître.
          Je tiens à préciser que je ne suis pas médecin et que je ne puis répondre avec précisions et détails à tous les messages faute de temps …
          Malheureusement, je cumule le bénévolat à mes consultations professionnelles tout en oubliant ma vie personnelle et me refuse de faire de l’à-peu-près.
          Les articles que je publie régulièrement visent justement à apporter des réponses à toutes ces questions que vous me posez régulièrement.
          Je crois donc que chacun des lecteurs peut y trouver une source utile de réflexion.
          Merci pour vos interventions.
          Geneviève Schmit

        • Sylvie D

          Bonjour, on comprend… En fait, je ne connais Mme VM que par nos correspondances par e-mail ou/et blogs lorsqu’elle avait commencé à médiatiser sa situation. Il semble, d’après les descriptions que VM nous a donné sur cette fameuse Isabelle, son PN, qu’il y ait justement de fortes similitudes avec une de mes anciennes collègues du même nom, formatrice pour adultes, que j’ai effectivement bien connue et côtoyée. Donc, je suis plus intervenue par rapport à ce que je sais d’Isabelle que par rapport à cette Mme VM qui affirme avoir été sa victime – Je le fait à dessein : non seulement conseiller VM, mais également d’autres anciennes victimes (de cette même Isabelle) comme VM qui pourraient se reconnaitre dans ces blogs et donc peut-être témoigner… Cordialement, Sylvie

        • VM

          Bonjour, en fait, avec le recul, j’ai appréhendé la situation : comme je l’affirme à Sylvie D, Isabelle, la PN dont j’avais été sous l’emprise à un momant donné et qui d’ailleurs m’a encore recontactée pour des raisons que je ne chercherai pas à comprendre parce que je suis trop paresseuse intellectuellement pour ça, et en fait victime d’elle même comme tous les PN… Ceci étant vos blogs m’ont été utiles car je sais reconnaitre un(e) PN : une personne avec une personnalité surdimensionnée ne se remetant jamais en question, qui inverse les rôles, qui accuse les autres de ses propres actes, défauts ou défaillances, qui ne se tient jamais à ce quil (elle) dit (promesses jamais tenues), qui vous recherche quand vous ne la recherchez pas et qui rejette les personnes qui, à tord, le(la) recherche… C’est pas compliqué contrairement à la psychanalyse qui énonce des grandes théories avec des grands mots… Je suis prête à mettre ma main à couper que si vous-même ou vos confrères étiez amenés à connaitre cette Isabelle que j’ai évoquée, vous l’auriez vu comme une personne parfaitement équilibrée et solide et non comme une PN avec ses carences et que vous vous seriez encore plus laissée(s) manipuler que moi je ne l’ai jamais été… Bonne contunation Doc, Cdt, VM

    • VM

      Après lecture attentive de cet article, je suis entrain d’y voir plus clair : la femme PN, Isabelle de 16 ans mon ainée, dont j’ai été la victime, avait clairement des penchants homosexuels en particulier puisqu’elle avait clairement manifesté son attirance sexuelle à mon égard qui avait rendu notre relation d’amitié ambigüe… Isabelle est une femme mariée, avec des apparences d’épouse rangée ou de bourgeoise bien-sous-tout-rapport dont on ne soupçonne à priori aucune déviance que ce soit… Seulement voilà, lors de sa phase de « séduction », Isabelle est apparue comme une femme émancipée, voire avant-gardiste dévergondée, en particulier lorsqu’elle se permettait, à une époque, de m’embrasser langoureusement sur les lèvres… ou encore lorsqu’elle s’adressait à moi avec des expressions bien entendues. Une de ses collègues m’a récemment adressé un courriel et un blog et m’a bien expliqué qu’Isabelle était une homosexuelle refoulée qui ne s’assumait pas… Par la suite,tel le PN, Isabelle a inversé les rôles en me faisant passer pour une racoleuse auprès des membres de sa famille, pour ne pas dire au sein d’un certain milieu professionnel. Du coup, je me suis retrouvée pendant un moment avec une réputation salie par une « mauvaise pub » que cette personne irresponsable et sans scrupule m’a faite et dont j’ai sans doute dû en avoir à subir les conséquences dans ma vie professionnelle… Je ne dispose pas de preuve pour agir en justice (je n’ai que des paroles de certains et le mauvais œil des autres mais pas de trace écrite), c’est pourquoi, je suis obligée d’attendre que le temps remédie à cette histoire sans aucune possibilité d’action – Si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à me répondre sur ce blog, ça pourrait vraiment être utile – Merci d’avance, VM

  52. Koutsikian

    Votre article est parfait
    Il a été écrit pour moi
    J ai accepté beaucoup mais j ai refusé beaucoup également
    Car plus ça allait plus il lui en fallait
    J ai déjà bien assez honte de ce que j ai accepté mais heureusement que j ai su dire non (clubs échangistes,plans a 3 a la maison…)

    • Un grand merci pour votre message de reconnaissance !
      Je crois effectivement que beaucoup vont se retrouver dans ce que j’ai analyser et j’espère que cela contribuera à sortir du secret et de la honte ressentie.
      Bravo d’avoir pu dire stop !!!

      Affectueusement, geneviève Schmit

    • ayla

      Moi je ne le reconnais pas du tout, dans des trucs pervers sexuel débridés.
      Pourtant il est PN j’en suis sûre. Mais pas le PIRE.
      Le mien c’était plutôt des privations pour me rabaisser dans mon intimité
       » tu ne me donnes pas envie »  » j’aime pas ta manière de faire »  » je n’aime pas t’embrasser je suis bloqué » moi: « pourquoi? » , lui :  » ça me donne la nausée »
      ou juste il venait pour m’exciter avec des préliminaires puis au moment ou je voulais faire l’amour il me disait froidement qu’il ne voulais pas plus que je le touche, le masturbe ou lui fasse une fellation pour me rabaisser au statut d’objet.
      Il pouvais me repousser des jours durant puis venir m’allumer pour finalement finir par me rejeter quand même, il jouait au chat et à la souris même au pieu!
      Pour qu’aucune promiscuité intime soit possible entre nous, et pour garder ce contrôle.
      Une fois on était en plein acte, et il a mis sa main sur mon visage pour m’empêcher de l’embrasse.
      Bien sûr comme toute femme normalement constituée, je m’arrête , je tapes une crise de nerfs en lui disant que c’est un connard qu’il me prend pour une pute excusez du terme, et bien sûr ça se retourne contre moi, j’ai des problèmes psy, je dois aller voir quelqu’un car je suis une hystérique. Plutôt une sexualité totalement égoïste tourné vers SES BESOINS. Je devais le masser car monsieur voulais ses messages, il n’a jamais voulu m’en faire un seul.
      A l’écouter j’aurais passé ma vie à le masturber sans rien en retour en gros égoïste du coup c’était sexualité de mormons.

      • Élise

        Il me semble que ce comportement là aussi est déviant, le refus d’une sexualité « conventionnelle » l’obligation de fellation pour le contenter, la façon de vous rabaisser au niveau de femme objet. c’est une des multitudes et magnifiques facettes des PN. Ils sont à vomir…

      • fruitjuice

        Ayla,

        On avait le même ! les mêmes frustrations…
        Il voulait souvent que je le masse et lui ne faisait jamais.
        Il ne m’a jamais fait l’amour en presque 1 an de relation.
        Il m’allumait à l’extérieur et dès que nous rentrions chez lui, plus rien il me tournait le dos.
        C’est fou ton témoignage ressemble au mien. Tu peux le lire si tu veux, c’est au dessus, il date d’août.
        Quelle est la 1ère lettre de son prénom stp ?

        • ayla

          Mon Pn n’est jamais sorti avec une femme ayant un fils donc ce n’est pas le même.
          Et il était loin d’être homo c’était pour me faire chier.Il a jamais essayé de la sodomie, il m’a demandé une fois si je voulais essayer j’ai dit non il a pas cherché à me forcer , il a respecté ce choix ça je lui enlève pas.
          Par contre m’ignorer au lit oui et je sais que je suis désirable aussi, tous ses copains lui disait bref alors qu’il draguais sur internet des femmes désolé du terme mas des  » thons vulgaires ». Puis quand je partais là oui  » il avait trop envie de moi, de mon corps à MOI en majuscule, de me toucher, que j’avais un truc spécial ».

        • ayla

          Mais , je vais être vulgaire mais allons y , ça oui ces petits massages et des  » branlettes » c’est ça qu’il voulait et que je l’envoyais se faire foutre car je trouvais ça horriblement égoïste.

      • tourterelle

        Bonjour à tous,
        Je lis et lis encore les diverses expériences que nous avons vécues avec notre PN…et je vous remercie de les relater, cela m’aide à rompre définitivement avec le mien.

        En ce qui concerne la sexualité, je sais qu’il me « tenait » par cela, et je pense qu’il m’avait rendue dépendante des ces décharges d’ocytocine et d’adrénaline que nos nombreux rapports me procuraient…à lui, également, mais …nous avons bien compris que malheureusement, il ne s’agissait point de fusion dans le cadre d’un amour authentique.
        Le mien, jouait la diva. Il se faisait attendre au lit. Il bandait, puis ne bandait pas. Un rien le contrariait…Il a osé une fois consulter son portable en pleine action, j’ai coupé court bien sûr, mais me suis faite « disputer », comme une gamine, on en était presque à entendre que c’était de ma faute…
        Si vous voulez que je vous donne d’autres exemples de son attitude de goujat notoire, tant au lit, que dans les autres domaines de l’existence, faites le moi savoir, si cela peut amener de l’aide à certains d’entre nous. Et puis, comme, originellement je suis une femme joyeuse, et qui aime l’humour, je tâcherai de le faire, en essayant d’être drôle, mais en collant bien entendu à la réalité des faits…
        Dormez bien tous, ne nous décourageons pas, nous nous sommes sortis de cette emprise, ce n’était qu’un mirage, nous vallons tellement mieux que ces pauvres êtres dépourvus de sentiments, nés et grandis, dans l’absence de l’amour de leurs parents.
        J’envoie beaucoup d’amour, de bienveillance et d’espoir à tout le monde!
        Tourterelle, qui redéploye ses ailes

        • AZA

          Moi je vis avec quelqu’un qui ressemble a un PN dites le moi si c’est le cas:
          -il a tout le temps envie de faire l’amour et parfois je me sens obligée de le faire 1 a 3 fois par jour
          -Parfois il me dit que je suis belle et désirable et la minute d’après il dit que je suis pas assez sexy et que j’ai pas de gout vestimentaire (sans me vanter je suis quelqu’un de joli et on me dit souvent que je suis belle)
          -il ment presque tout le temps
          -il m’a trompée plusieurs fois
          -il me dénigre souvent et fait allusion au fait que je viens de la banlieue et lui d’un quartier chic
          -il ne respecte jamais ses engagements
          -j’ai failli le quitter plusieurs fois mais il a dit a tout le monde qu’il m’aimait et qu’il tient a sa famille(on a un gosse)
          -il ne s’inquiète pas de notre situation financière et se dit surement que je vais assurer puisque je travaille
          -a chaque fois qu’on se dispute il fait tout pour me faire porter le chapeau
          -et parfois j’ai l’impression qu’il a des moments de lucidité durant lesquels il se comporte correctement mais ça dure jamais longtemps
          -il fume beaucoup et boit aussi de l’alcool

        • Bonjour,
          Ce que vous nous présentez peuvent être des comportement de pervers narcissique mais cela ne suffit pas à déterminer que cela en est un.
          On peut avoir tout cela, et ne pas être PN. On peut l’être aussi.
          La seule chose évidente, c’est qu’il a des comportement inacceptables. Faites un choix !

          Bon courage, Geneviève Schmit