Valeurs personnelles

10 mars 2016 Par

Valeurs personnelles

Sortir de la honte en 5 étapes

par

Les valeurs personnelles

 

La honte ressentie

Les personnes qui ont vécu une expérience de vie avec un ou une manipulatrice perverse narcissique se retrouvent pratiquement toujours confrontées à un état de choc lié à une profonde honte.
Honte d’avoir commis des actes qu’elles n’auraient jamais réalisés sans l’influence diabolique de ces personnalités perverses.
Honte même d’avoir eu des pensées totalement amorales et révoltantes.
Honte d’avoir laissé le manipulateur pervers piétiner les valeurs inhérentes à leur personnalité.
Honte d’avoir piétiné elle-même ses propres valeurs pour plaire au pervers narcissique.
Le pervers narcissique n’a qu’une seule et unique « valeur »: lui-même.
Le manipulateur pervers n’a comme valeurs que celles qui lui apportent un bénéfice personnel, que ce soit en le flattant, ou comme moyen pour imposer à l’autre un comportement qui lui sera favorable.
Ce qu’il pourra exprimer comme valeur va donc fluctuer pour s’adapter au mieux à l’évènement, l’enjeu et les personnes concernées.
Tout doit tourner autour de son nombril, tout doit l’alimenter, le satisfaire.
Les valeurs personnelles, comme tout le reste, doivent être au service du manipulateur pervers narcissique, exclusivement.

Sortir de l’état de honte

Une victime de pervers narcissique possède un excellent moyen pour sortir de la honte ressentie: reprendre possession de ses valeurs essentielles afin de les utiliser comme socle, comme fondation à une nouvelle construction stable et lumineuse.
Depuis le temps que j’accompagne les victimes traumatisées par une relation avec une personnalité perverse narcissique j’ai vraiment pris conscience que la réappropriation des valeurs est le passage incontournable à toute tentative saine de reprise en main personnelle.
Ce passage favorise grandement l’amorce des changements nécessaires afin de ne plus retomber dans les pièges de la dépendance affective et de la manipulation perverse qui l’y amène.
Avant d’aborder ma méthode en 5 étapes, je vous conseille de lire les 10 valeurs de bases proposées par le chercheur en psychologie sociale Shalom H. Schwartz.

 

10 valeurs de base

Selon un modèle de psychologie sociale provenant du site Psychomedia
  1. Autonomie (ou autodétermination)- Motivation : indépendance de la pensée et de l’action, choisir, créer, explorer. Valeurs : créativité, liberté, indépendance, curiosité, choisir ses propres buts.
  2. Stimulation -Objectif : enthousiasme, nouveauté et défis à relever dans la vie. Valeurs : vie audacieuse, variée et passionnante.
  3. Hédonisme – Objectif : plaisir ou gratification sensuelle personnelle. Valeurs : plaisir, profiter de la vie.
  4. Réussite (ou accomplissement) – Objectif : succès personnel obtenu grâce à la manifestation de compétences socialement reconnues. Valeurs : ambition, orientation vers le succès, compétence, influence.
  5. Pouvoir – Objectif : statut social prestigieux, contrôle des ressources et domination des personnes. Valeurs : autorité, leadership, dominance
  6. Sécurité – Objectif : sûreté, harmonie et stabilité de la société, des relations entre groupes et entre individus, et de soi-même. Valeurs : propreté, sécurité de la famille, sécurité nationale, stabilité de l’ordre social, réciprocité des faveurs, santé, sentiment d’appartenance.
  7. Conformité – Objectif : modération des actions, des goûts, des préférences et des impulsions susceptibles de déstabiliser ou de blesser les autres, ou encore de transgresser les attentes ou les normes sociales. Valeurs : auto-discipline, obéissance.
  8. Tradition – Objectif : respect, engagement et acceptation des coutumes et des idées soutenues par la culture ou la religion auxquelles on se rattache. Valeurs : humilité, dévotion, respect de la tradition, modération.
  9. Bienveillance – Objectif : la préservation et l’amélioration du bien-être des personnes avec lesquelles on se trouve fréquemment en contact. Valeurs : serviabilité, honnêteté, pardon, loyauté, responsabilité, amitié.
  10. Universalisme – Objectif : compréhension, estime, tolérance et protection du bien-être de tous et de la nature. Valeurs : ouverture d’esprit, sagesse, justice sociale, égalité, paix dans le monde, monde de beauté, unité avec la nature, protection de l’environnement, harmonie intérieure.
http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/2015-01-12/10-valeurs-schwartz
.
.

SE LIBÉRER DE LA HONTE EN 5 ÉTAPES

.

1. NOMMER L’ÉTAT DE HONTE

Avant toute tentative de transformation il est essentiel de définir l’état dans lequel vous vous trouvez en ce moment même.
La honte n’est pas une émotion que l’on rencontre avec plaisir, on peut même avoir honte de ressentir cette honte …. Personne n’aime patauger dans cette boue visqueuse.
Prenez le temps d’observer comment cette honte se manifeste en vous.
Dans votre esprit: Quelles images véhicule-elle?
Dans votre corps: Qu’est-ce que je ressens et où je le ressens ?
Gardons-nous également de la fausse honte.
Est-ce que je ressens du plaisir à me remémorer certaines situations que j’estime honteuses ?
Avoir éprouvé du plaisir dans un acte qui nous parait honteux est difficile à affronter.
Ce travail initial peut demander un peu de temps et surtout beaucoup de courage. Il faut s’habituer à regarder et à nommer ce qu’on a l’habitude de repousser bien au fond de soi dans de sombres oubliettes.
Nous pourrions peut être les y laisser me direz-vous ?
Et bien non ! Surtout ne pas les « oublier » car la honte, elle, ne vous oubliera jamais !
Une fois ce travail de confrontation courageusement entrepris, vous pouvez passer à l’étape suivante.

.

2. VALEURS FAMILIALES OU CULTURELLES

Choisissez un jour où vous avez du temps, un jour où vous êtes paisible, ou vous pourrez ne pas être dérangé.
Je vous suggère alors de repenser à votre famille, avec tout ce qu’elle a porté de bien comme de mal.
Votre famille avec ses secrets, ses trahisons, ses drames, mais aussi avec ses bonheurs, ses exploits et, ses valeurs.
Faites de même avec le milieu dans lequel vous évoluer, chaque culture porte des richesses.
Peut-être aurez-vous envie de vous replonger dans des albums photos anciens pour ramener les images à votre esprit, peut-être pas.
Dans tous les cas, prenez le temps et même, tâchez d’en retirer du plaisir.
Sur une feuille commencez à noter ce qui vous semble être les valeurs associées à votre culture, votre milieu, votre famille. Les valeurs traditionnelles que vos parents, grands-parents ont tenté de transmettre de génération en génération. Peut-être ont-ils transmis des contres valeurs… Notez les aussi.
Prenez du temps pour rédiger cette liste et relisez là fréquemment, durant quelques jours.
Prenez le temps de déterminer quelles sont les valeurs dont vous avez héritées sans même vous en rendre compte, quelles sont celles qui vous avez perdues en cours de route et même, quelles sont celles que vous ne souhaitez surtout pas détenir.
Dans quatre ou cinq jours vous passerez à l’étape suivante.

.

3. LISTE DES VALEURS

Pour cette troisième étape, je vous suggère de vous reporter à la  Liste des valeurs personnelles que j’ai récupérée sur un excellent site internet: unevieextra-ordinaire.com.

Si vous le souhaitez, vous pouvez en trouver de nombreuses autres sur le Net.
Pour accomplir cette étape, je vous suggère de vous installer dans un siège confortable et de vous accorder du temps, beaucoup de temps. Prenez aussi avec vous une grande feuille blanche et de quoi noter.
Posez donc cette liste sous vos yeux et parcourez là une première fois sans vous attarder sur chaque mot… il y en a beaucoup.
Il se peut même que certaines de ces valeurs listées ne vous disent rien. C’est l’occasion de découvrir de nouveaux mots en allant lire leur signification.
Une seconde fois relisez toute la liste mais en sélectionnant les 15 valeurs dont vous aimeriez être porteur.
Des valeurs que vous aviez peut-être en totalité ou en partie avant votre rencontre toxique.
Il y a probablement des valeurs que vous n’aviez pas mais que vous aimeriez aujourd’hui voir s’inscrire dans votre personnalité.
Tout est possible!
Vous avez fermé une porte en choisissant de vous libérer d’un ou d’une manipulatrice perverse, en faisant table rase de ce passé trouble, à vous maintenant de vous approprier tout ce qui pourra transformer votre futur en une vie meilleure, saine, stable et lumineuse.
Notez sur votre feuille blanche les 15 valeurs que vous aurez choisies pour faire partie de votre vie et accrochez là chez vous, à un endroit où vous passer souvent. Pourquoi pas sur la porte du réfrigérateur ?
Lisez là souvent, tout haut, une ou deux fois par jour.
Faites cela durant 4 ou 5 jours, une semaine maximum.

.

4. LES 6 VALEURS DE BASE

Au bout de quatre ou cinq jours, une semaine maximum, reprenez votre liste et un surligneur.
Allez-vous installer confortablement, dans un lieu où vous ne serez pas dérangé.
Relisez les quinze valeurs initiales et prenez soin d’en choisir six qui vous semblent vraiment très importantes.
Six valeurs dont vous pourriez être le fier possesseur.
Vous allez maintenant réfléchir à la manière dont chacune de ces valeurs s’articulent dans la vie de tous les jours. Comment elles prennent vie, comment elles s’expriment, comment vous pourrez les intégrer à votre existence.
Une valeur n’est pas seulement un mot abstrait, c’est un comportement qui doit pouvoir s’adapter à des situations parfois totalement différentes.
Sortez de la théorie pour leurs donner vie, votre vie!
Et durant quelques temps encore, sept jours maximum, relisez très souvent cette liste et constamment imaginez-vous  intégrer ces valeurs à votre quotidien.
Ces six valeurs sont importantes pour vous, prenez en soin.

.

5. POSEZ VOTRE SOCLE

Au bout de quelques jours durant lesquels vous aurez donné vie à six valeurs choisies, reprenez votre feuille et une nouvelle fois installez-vous confortablement en veillant à ne pas être dérangé.
Cette étape est extrêmement importante, elle va déterminer votre futur et peut être même ce que vous  transmettrez à votre descendance.
Choisissez maintenant trois valeurs qui deviendront pour vous incontournables. Trois valeurs qui vous guideront tout le reste de votre vie. Trois valeurs que vous serez fière d’enseigner à vos enfants.
Ces trois valeurs fondamentales seront votre socle.
Elles deviendront le socle sur lequel vous allez pouvoir maintenant construire un édifice stable, lumineux dont vous serez fière.
Ces trois valeurs entreront progressivement dans votre nature profonde, ce qui ne vous empêche pas d’y revenir de temps en temps.
Les six valeurs précédentes formeront votre environnement proche, ce à quoi vous tenez vraiment et auquel vous vous réfèrerez souvent.
Les autres valeurs de la première liste ne seront pas loin elles non plus.
Je vous conseille de conserver très précieusement ce document qui marque un tournant dans votre vie afin de le relire de temps en temps.
Et pourquoi ne pas instaurer un rituel anniversaire durant lequel vous reprendrez conscience de cette liste afin d’établir le bilan de l’année? Ce pourra être, par exemple, la date anniversaire du jour où vous avez dit STOP au manipulateur pervers qui brisait votre vie … ou tout autre chose que vous choisirez.

.

Bon chemin !
Geneviève Schmit – Experte dans l’aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiques
06.43.43.15.79

– Liste des valeurs personnelles –

 

Vidéo: Travailler ses valeurs personnelles, par Geneviève Schmit

Geneviève Schmit © Toute reproduction, même partielle est interdite sans l’accord de l’auteur

http://bit.ly/sortir-honte

44 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Sophie

    Bonjour
    Victime d’un manipulateur qui m’a fait croire monts et merveilles, qui voyait son avenir avec moi, qui m’a menti sur sa situation de couple en me faisant croire que rien n’allait et que ça allait se finir dans quel cas il viendrait avec moi, cet homme que je voyais comme l’homme idéal pour moi sous tous les rapports, physiquement, ….etc qui par ses beaux discours m’a mise en confiance et m’a dépouillée financièrement et de tous mes biens et après quoi je me suis retrouvée surendettée. J’ai mis 5 cinq ans avant de me rendre vraiment compte que je ne reverrai plus rien ( fausses promesses )
    J’ai développé des symptômes post traumatiques angoisse vertiges peur de sortir, j’ai eu plusieurs arrêts de travail ( car cet homme est dans la même entreprise que moi, aujourd’hui et après plusieurs séances avec ma psychothérapeute j’arrive à retourner au travail mais cet homme a mis son dévolu sur une collègue et ce qui me dérange même si je ne veux plus rien à faire avec lui et de lui c’est que lorsque je les vois ensemble je ressent une colère énorme et de la jalousie. En fait je ressens de la peur qu’elle puisse être heureuse et que leur relation se passe bien
    Pourquoi je ressens encore ça et comment puis-je me sortir de ce ressenti ?
    Merci de votre aide
    Pourquoi ça me ça et comment puis je passer outre

  2. Yanis

    Bonjour je souffre de maux de tête horrible depuis deux ans a cause d’un pervers narcissique comment ne plu souffrir de ces maux à cause d’une humiliation au travail j’en peut plu j’ai l’impression d’être plu moi même.

  3. Prieur

    Comment faire quand à 60 ans passé, le vieux troubles remontent, que l’on prends conscience d’avoir été abusé et manipulé par son propre père qui vous désignait le monde pour mieux vous l’interdire.. Que toute la vie s’est passée dans la crainte, l’atrophie de soi, en définitive la peur d’exister. Etre sous la coupe des « stratégies d’évitements » qui engendrent l’échec, la souffrance , l’inachevé. Et en même temps à la tête d’une famille pour laquelle on tout fait. Une femme qu’on a voulu révéler à elle même, des enfants qui ont trouvé leur voies, qui vous aiment et cherchent à vous protéger sans leur avoir rien demander. je m’étais juré de faire face à cette malédiction, dème mettre en travers de ce malheur. car j’ai toujours eu l’impression de vivre celui d’un autre… J’occupe ce qu’un écrivain appelle le « poste sacrifié ». J’ai fait une longue analyse qui m’a permis de protéger mes enfants et de faire de ma famille une oeuvre d’art. Mais aujourd’hui, je suis fatigué…

  4. Introception

    Bonjour,

    Après quelques difficultés de la vie, je suis retourné vivre chez mon PN sous son impulsion. Pas facile de se retrouver à mon âge chez mes parents.
    Je me considère aujourd’hui comme parano…Je suis en effet méfiant de tout, je n’ ai confiance qu’ en très peu de personnes tout en espérant que ce soient les bonnes personnes à qui je me confie. Cette paranoïa a, je pense pour origine, le début de la manipulation subie. Mon PN n’est autre que ma mère, il est donc d’ autant plus difficile pour moi d’ accepter qu’ elle soit aussi mal intentionnée. Je suis parent moi aussi, séparé de la mère à cause de mes névroses héritées et des manipulations du PN. Je ne veux surtout pas que mon enfant devienne la victime par projection de mon bourreau. Je me pose parfois la question si je ne suis pas moi-même contaminé par cette maladie ou si ce n’ est pas tout simplement moi le PN finalement. Je suis un rescapé ou un miraculé selon certains commentaires puisque le poison que j’ avais absorbé était totalement léthal.
    Je pense à nouveau au quotidien, 20 années après, à mettre fin à mes jours.
    Avec comme suspicion le fait que cette personne soit réellement ma manipulatrice, et à fortiori avec conviction (j’ écoute en même temps vos commentaires sur les promesses de voyage etc…), j’ ai décidé de dire « Maman je suis libre! » et ai donc coupé le cordon depuis quelques jours avec ma mère.
    Je suis quelqu’un de droit de manière générale, cependant l’ injustice peut me transformer et cette femme avait quand même le don de me rendre très méchant. J’ ai du mal à me contrôler face à ses attaques, à ses manigances…J’ avais coupé les ponts il y a deux ans, suite à son départ de son foyer le jour de son anniversaire, sans prévenir quiconque…Retrouver mon père dans un désarroi graduel et sa mère abandonnée dans ses vieux jours alors que cette dernière vivait dans une dépendance sur un terrain familial a été pour moi une atrocité de plus. J’ ai pris conscience de sa « maladie mentale » lorsque, libéré de son joug global et devenant donc performant et respecté dans mon nouveau travail, n’ ayant rien à cacher, je parlais à une collègue de ma situation. Celle-ci me dit alors, en lisant un message que je lui montrais de mon bourreau jusqu’alors incognito que je devais fuir cette personne même si les liens du sang ne le permettent que peu…Je découvrais pour la première fois l’ expression PN en écoutant son récit personnel.
    Malheureusement, je me suis encore rapproché de ma torture quand ma PN est revenue accompagner sa mère sur son lit de mort. Elle est à nouveau partie quelques jours avant les fêtes, prenant un billet décalé pour mon père qui devait la rejoindre après le boulot, mais on apprend que nul ne l’ avait vue à son arrivée. Elle avait même abandonné sur place une cousine fragile psychologiquement, même si elle savait que des membres de la famille la récupérerait à l’ aéroport…De retour quelques mois après alors qu’ elle était partie avec un autre homme, elle rassemblait une fois de plus autour d’ elle, en me piétinant et en expliquant que j’ étais la cause de son mal-être. Elle m’ avait cependant piégée avant son départ en me proposant de résider dans cette dépendance familiale après le décès de ma grand-mère, prétextant que c’ était le désir de mon père mais que celui-ci ne pouvait pas le dire par orgueil. Je prenais alors conscience de ses coups montés lors d’ une dispute avec ce-dernier, qui me révélait qu’ il ne voulait absolument pas me voir à cet endroit. Elle m’ avait donc manipulé, tout comme son mari.
    A partir de là, mon père ne voulait plus entendre parler d’ elle mais nos relations ne s’ amélioraient guère que par intermittences…Elle est donc revenue en arborant sa mission salvatrice pour notre famille et on lui faisait à nouveau confiance.
    Ayant déménagé, cumulant les dettes après avoir démissionné à cause d’ une autre manigance de grande envergure, je profitais alors de son soutien financier mais le prix à payer était encore plus grand que la dette contractée. Ma vie en dépend aujourd’hui, je m’ en veux d’ avoir nié à un moment que ma perception pouvait finalement être bien fondée.
    Je n’ ai plus personne à qui en parler car mon manque de confiance en moi, en les autres, ainsi que les dégâts causés dans mon entourage ou dans la cellule familiale, me plongent dans un mutisme profond concernant ma situation, j’ ai honte!
    J’ ai beau lire vos commentaires ou ceux des autres, mais à travers les axes parfois différents, le questionnement sur ma propre personnalité en est accru. Est-ce normal que je craigne moi-même de finalement être le bourreau des autres? Si c’ est bien elle la PN, est-ce contagieux?
    Bien que je me conforte à me dire que ma droiture et mon amour pour la justice ainsi que mon côté brut de décoffrage (je ne calcule en effet pas qui est le public de mes colères verbales engendrées mais jamais physiques, je ne suis pas mielleux pour qu’ on m’ apprécie, je dis ce que je pense) soient des éléments m’ assurant que c’ est bien elle la PN, je pense de plus en plus au suicide mais je crains encore plus pour ma famille des impacts psychologiques de cette PN. Elle répond d’ ailleurs à tous les critères des tests proposés sur le web.
    Merci pour votre blog et désolé pour ce pavé mais vous vous doutez bien que ça ne soit pas aussi facile de synthétiser plus de 30 années de manipulation…Que puis-je faire pour m’ en sortir? Est-ce normal que j’ ai autant de questions négatives à mon sujet et que j’ ai quelque part perdu toute estime de moi? Je me déteste même parfois de la haïr autant et d’ autres fois cela crée en moi un sentiment de grande force…

    • Bonjour,
      Cet effondrement de l’estime de soi est tout à fait « normal » dans ce genre de situation.
      Il est important de vous faire aider pour le restaurer.
      Bon courage! Geneviève Schmit

  5. aubace

    Bonjour,
    Je vous ai déjà contacté sur une autre de vos pages, je ne vais pas revenir sur mon histoire. Je voulais juste vous remercier encore une fois. Cela fait 7 ans que j’ai quitté mon PN, mais un événement survenu juste après (l’inimaginable) m’a empêchée jusque-là de me préoccuper de moi et de me remettre de ces 11 années passées avec lui.
    Il y a 2 mois, les questions et les sentiments m’ont submergée: je ne suis qu’une idiote, pourquoi j’ai pas vu avant, pourquoi je me suis laissée faire, pourquoi j’ai accepté tout ça?
    Votre site m’a alors beaucoup aidé : je n’étais pas seule et il y avait finalement quelqu’un qui me comprenait, voir même qui arrivait à exprimer ce que je ressentais et que je n’arrivais pas à nommer.
    La honte que vous décrivez, c’est tellement ça !!! J’ai montré votre site à mon compagnon, je lui ai fait lire certains articles, et notamment celui-ci. Je n arrivais pas à le formuler, ce sentiment, cette gêne aussi. Et quand j’ai lu cet article, c’est apparu comme une évidence, et j’ai beaucoup pleuré car enfin, ça sortait un peu de moi, je me libérais un peu de ce poid. Et cela peut paraître idiot, mais savoir que cela arrive même à des personnes dotées d’intelligence, à des personnes intellectuelles, cela m’a réconcilié avec moi-même.
    Je pense que ça a été utile aussi à mon compagnon, pour comprendre ce qui n allait pas vraiment chez moi et ce qui me faisait tant souffrir.

    J’ai trouvé mes 3 piliers :
    – respect : le fondamentale, le premier, je veux qu’on me respecte, je veux respecter quelqu’un qui me le rend bien, je veux me respecter moi-même
    – reconnaissance : je suis MOI et je ne veux plus qu’on me prenne pour une autre, ni pour un objet…
    – paix : je veux être en paix avec moi-même et je veux vivre en paix avec mes enfants qui sont ma joie de vivre, ma plus grande réussite, ma force, les amours de ma vie.

    Merci encore pour votre aide, grâce à vous, je vais mieux, je me pose moins de questions, une certaine forme d’acceptation de ce lourd passé est en train de se faire. En plus, je suis depuis 5 ans avec un homme qui m’aime, me respecte, me soutient, aime mes enfants comme les siens, cela aide à tourner la page. Même si je n’ai pas compris pourquoi j’ai été gâcher 11 ans de ma vie comme ça, tant pis. Je finis même par me demander s’il a quelque chose à comprendre… Je suis bien maintenant, je suis enfin heureuse et j’ai assez confiance en mon compagnon pour que cela me soit suffisant pour l’instant (et pour toujours j’espère) car je n’ai pas peur de me retrouver dans la même situation avec lui.

    Bien cordialement

  6. DURAND

    bonjour

    je suis en contact avec pn c’est mon compagnon
    je vis avec lui depuis 6 mois et cela fait 6 ans que je suis avec lui
    je veux partir
    je lui ai dis puis grosse colère, il voulait me faire une réputation
    le lendemain déclaration d ‘amour
    je vous passe les détails
    je cherche un appartement
    mais j’appréhende le moment ou je dois lui dire et ou je vais partir
    pouvez vous me conseiller
    merci

  7. Theyacom

    Bonsoir Madame,

    La force dont j’ai fait preuve m’a permis de sortir définitivement d’une relation avec un pn, au bout de 8 ans, après être revenue 8 fois vers elle.
    Aujourd’hui je cherche la méthode pour ne pas tomber une 9eme fois et pour ne plus tomber sur ce genre de personne.
    Je vous remercie de votre lecture et votre attention.

    • Bonjour,
      Il est certain que si vous ne prenez pas le temps de travailler sur la cause EN VOUS …. vous risquez de reproduire encore et encore le même schéma.
      Prenez rendez-vous, nous y travaillerons.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  8. H

    Je suis dans la même situation, je suis sous l’emprise de mon patron .
    Depuis 3 ans. Il me fait passé pour une bipolaire , névrosée fragile auprès de mes collègues et mon supérieur hiérarchique.
    Il dit a tous que je manque de confiance en moi et dans le privé me fait vivre des situations passant de la douceur a une perversité inimaginable.
    J excelle dans mon travail je me suis dépassée a faire le meilleur chiffre de l’entreprise , a signé des contrats malgré la surcharge .
    Ça n’a jamais suffit , jamais félicitée, jamais reconnue, sauf par les clients qui me félicitent.
    Il continue à m’isoler a me critiquer le matin vis à vis des autres et à m’envoyer le soir chez moi des messages en m’appelant madame maîtresse et en me demandant de le traiter en Lope.
    Ma santé m’a lâché je me suis trop depassee au travail, vouloir assurer tout le temps , je suis en arrêt maladie suite à une humiliation qu’il m a fait vivre au travail.
    Il me propose un licenciment pour faute ou que je revienne et que je m’excuse.
    Ma famille a assez souffert je ne veux plus y revenir , mais je ne veux pas me retrouver dans la misère .
    Je recherche un avocat spécialise afin de le dénoncer et que ce type de personne récidiviste ne s’en sorte pas a chaque fois.
    De ce que je sais , je suis la 3 eme. La première a fait une tentative de suicide, la deuxième a été menace physiquement par la sœur de ce pervers et a fuit et moi….peut être dautres victimes.
    Il faut que ce patron qui est entourée de femmes qui ont peur de perdre leur emploi ne puisse plus torturer et détruire impunément .
    Merci pour ce blog ou on peut s exprimer.

    • Bonjour,
      Avant de trouver un avocat qui puisse « dénoncer« , il vous faut constituer un dossier afin de déposer plainte pour harcèlement.
      Il vous faut également prévenir la médecine du travail, et saisir les Prud’Hommes une fois la plainte déposée.
      Rien ne peut se faire sans une action de votre part.
      En parallèle de cela, je vous invite vivement à chercher, puis trouver un travail ailleurs.
      Bon courage, Geneviève Schmit

  9. Cécile

    Bonsoir,
    Merci pour votre blog très intéressant.
    Le pervers narcissique de mon histoire partage malheureusement le même milieu professionnel que moi…
    Nous avons été dans la même école et la même classe, je me sentais sous son emprise et ai essayé de le quitter, ce qui m’a donné le droit à beaucoup de violence de sa part et tout bonnement une exclusion dans ma classe avec dialogue rompu avec l’ensemble de ma classe, et il a également monté des profs contre moi me faisant passer pour dépressive et folle… Et nous étions dans des études d’ostéopathie ce qui fait que nous avions des contacts physiques obligés lors de cours de techniques ce qui n’a vraiment pas facilité les choses, car il en jouait.
    J’avais pris la courageuse décision de quitter cette école pour une école-« sœur » située à Paris mais là au lieu d’être une délivrance ça s’est transformé en piège qui s’est refermé sur moi. Nos écoles étaient tjrs rattachées et il m’a harcelée pendant pls mois, en fait au lieu de m’en détacher je vivais dans une angoisse permanente de ne pas savoir la prochaine crasse qu’il allait me faire et nous avons été amenés à nous recroiser. Seulement c’est un individu très influent dans notre milieu professionnel et je ne peux avoir aucun appui contre lui, en plus il m’est très difficile de m’en détacher puisqu’il est tjrs là de près ou de loin et que nous partagions nos relations professionnelles (et amicales). j’ai été réduite au silence, ne pouvant rien faire contre lui, devant assister impuissante à ses petits jeux de séduction devant les gens, à ses brimades et à son harcèlement sexuel en privé.
    J’ai encore changé dans une autre école où je n’ai aucun repère, avec une approche différente du corps, je n’arrive pas du tout à me reconstruire car j’ai perdu mes repères, je n’ai aucun appui dans mon milieu professionnel à qui je peux me confier sur cette situation, et je suis dans un sale état, usée de tant d’injustice et de violence, et je ne sais pas comment arrêter cette horreur. J’ai envie de porter plainte mais comment et avec quelles preuves? Et je vis très très mal de ne plus pouvoir suivre cette formation qui me passionnait à cause de lui, ça m’use je ne m’en remet pas, je n’arrive pas à abdiquer, à accepter cette injustice qui me tord le ventre, j’aimerais faire éclater la vérité mais est-ce que je le peux? Quand j’essayais de me confier on m’ignorait ou me disait de passer à autre chose alors que son harcèlement continuait, on m’a même dit que c’était de ma faute si je l’avais laissé me traiter comme ça.
    Je n’arrive plus du tout à étudier ni à me concentrer ni à me lier à de nouvelles personnes. j’ai quitté complètement à contre-coeur mon ancienne formation mais je ne voulais plus subir cela. J’ai le sentiment que ma vie est ruinée il m’a tout pris, mes amis, ma place dans mon école, ma confiance en moi également, ma liberté. je n’arrive pas à me faire une raison et que la seule solution soit de fuir… Je ne trouve aucun apaisement. Je voudrais reprendre ma place dans mon ancienne école.. c’est désespérant. D’accepter son impuissance c’est très difficile.
    Que dois-je faire? Merci.

  10. pervers narcissique

    j’ai lu beaucoup de vos écrit même vidéo mais personne ne sait qu’il arrive que le pervers narcissique puisse profiter que son conjoint soit dans l’incapacité physique de travailler et du coup même en réalisant qu’il maltraite physiquement et en parole il sait dominer sa proie qui malheureusement considérer par la société handicapé physique ne peut rien faire car personne ne lui parle vraiment.
    Il n’aime que lui et refuse après plusieurs année de s’engager et créer c’est vrai une tension insupportable pour celui ou celle qui sait qu’il ou elle est pervers narcissique.
    Il sait aussi que certaine victime ne peuvent pas juste MARCHER alors imaginer.
    J attend vos commentaires!!!!

    • Bonjour,
      Il y a malheureusement beaucoup de personnes dans ce cas.
      Des personnes handicapées ou en grandes vulnérabilités, qui sont piégées dans une situation avec un tyran de petite envergure, qui ne pourrait se confronter à des personnes en pleine possession de leurs moyens.
      C’est un fait malheureusement …
      Bon courage. Geneviève Schmit

  11. L'intinct

    Le 18 Janvier 2014: j’avais rencontré un Prince Charmant

    Le 18 Janvier 2015: J’ai demandé à cette même personne devenue méchante, nuisible et destructrice de quitter notre foyer, mes 2 garçons et moi.

    Pendant 9 mois, il a essayé par tous les moyens de reprendre contact, avec des prétextes les plus invraisemblables et les plus fous…. Mais mon silence a eu raison, je ne lui donnais pas à manger pour se nourrir…. et son silence est venu jour après jour.

    Le 18 Janvier 2016: nous fêtons avec mes enfants cette nouvelle Vie douce, sereine et paisible….. Ce sera un p’tit resto pour bien profiter et marquer ce bonheur.

    La semaine dernière, j’ai eu la plus belle preuve que je suis redevenue Moi. Un patient de 92 ans m’a dit lors d’un examen « Vous êtes une bonne Maman » je crois que c’est le plus beau compliment que j’ai reçu depuis 20 ans d’exercices professionnels.

    Malgré ce qu’il nous fait vivre, avec un travail sur soi, on redevient les personnes que nous étions, attentionnée, généreuse, heureuse, aimante… Et comme on dit si bien Chasser le naturel…. Il revient toujours au galop…. Courage à tous et toutes…. C’est dur mais on y arrive

  12. lisa

    Bonjour,
    votre vidéo qui répond à la question « est ce qu’un manipulateur nous aime » m’a fait du bien.
    De vous entendre dire, ce que j’ai ressenti dans le parcours de dé-sevrage.
    Après 6 mois de distance avec lui, je tremblais et avais des crises de manque, et je me suis vue « addict à une drogue dure ». VOUS AVEZ RAISON.
    c’est la 1ere fois que je l’entends, je ne lai lu nul part, pourtant ça doit être connu des psy, mais c’est la 1ère fois que je l’entends et vous validez mes ressentis.. ça me dé-culpabilise un peu, d’être « victime » sous influence d’une drogue dure.
    Vous avez raison également sur d’autres points : j’ai eu un coup de foudre phénoménal avec lui, c’était « transcendant » j’ai éprouvé de la compassion, de l’empathie et un amour inconditionnel, une fusion, qui m’a fait dire « c’est une ame-soeur » car je n’avais pas les signaux habituels de méfiance, j’étais comme lui, comme un jumeau, je rêvais de lui, je le « sentais« , tout était para-normal, et j’ai vécu une passion sensuelle, avec lui d’une intensité extra-ordinaire!!
    malgré tout, voyez vous, dans un sens je regrette pas.!
    j’ai perdu bcp, mais j’ai vécu de la magie, j’étais heureuse de le retrouver, à chaque fois, une grande joie, comme si il comblait mon âme.. et ces sensations, je les oublierais jamais.. c’est la plus grande histoire au niveau des sensations et des émotions, j’étais folle de lui, une amoureuse passionnée et il a été un amant, un amoureux extraordinaire..
    nous étions en transe tous les 2 dès qu’on se voyait. et c’est vrai que séparés, je supportais pas plus de 3 jours, le manque comme vous dites, VISCÉRAL, primaire, DANS LES TRIPES, insupportable.. une grande souffrance.
    Il y a aussi une notion d’être relié à distance meme dans des grands silences.. je sentais quand il « m’appelait« ..
    pour l’histoire, il est addict à l’alcool, le joint, et les jeux internet. une sorte de nolife.
    il a controlé nos rv, imposé ses horaires, etc, j’ai rien pu faire pour changer, il s’échappe comme une anguille… à vrai dire, je ne sais pas s’il est PN ou juste manipulateur avec d’autres pathologies telles que Borderline.. car il est aussi extrêmement dévalorisé car c’est un marginal qui s’enfonce..
    or les PN, ne doutent de rien..
    le plus dur à oublier, son visage (je tombe!! j’adore!!) et ses yeux qui m’ont envoutés, qui m’ont fait vibrer, tout son corps, tout de cet homme je l’aime, il correspond à un idéal matérialisé physiquement, et aussi toute la sensualité (il est portugais) et le magnétisme (scorpion o yeux noirs) qu’il dégage, ce grain de folie élégant.. c’est un diabolo séducteur un beau gosse avec un charme hors norme, lunaire magnétique et bohême.. oui envoûtée… mais en dehors de nos rv fixés par Mr, pas de communication, à chaque fois, fusion-séparation, j’ai pété un cable.. me suis éloignée et une dépression nerveuse..
    je suis mal, j’ai perdu (la tete) mon appart, mon boulot..
    j’ai plus vraiment envie de vivre, plus de gout à rien (très fatiguée), l’impression que quoique je fasse dans ma vie, avec les hommes, ça se termine toujours pareil : il ne veulent pas être en couple avec moi.
    je comprends pas la répétition.. j’ai la sensation de devoir me battre sans arret et dans la vie et avec les hommes ceux qui m’attirent. et les autres, sérieux ne m’intéresse pas, Je ne « vibre » pas.. pourquoi je « vibre » avec des hommes séducteurs, atypiques et manipulateurs??
    les hommes « carrés« , (lapsus:)) sont surement pas assez foufou pour moi..
    bon, j’ai eu un pédophile à 6 ans et des relations pourries avec les parents.. donc, peut etre que je guérirai jamais???
    car j’ai 51 ans et je sais pas comment je vais continuer..
    je fais 15 ans de moins, les hommes de mon âge, je les trouve horribles et vieux.. avancer dans l’âge, m’angoisse un peu..
    j’aimerai trouver l’amour serein et partagé avec un homme.. je suis dans une sorte d’impasse..
    je me dis que j’ai bien vécu, qu’il vaut mieux « partir » « mourir » que souffrir et être seule ou trop mal accompagnée..
    Merci de votre réponse.

    • Bonjour,
      Merci pour ce témoignage qui décrit parfaitement la passion dans ses extrêmes de sensations positives et négatives.
      La souffrance ressentie était à la hauteur de l’extase.
      Mais croyez moi, même avec un passé comme celui que vous décrivez, vous pourrez modifier cela !
      Par contre il faut vous faire aider par un thérapeute.
      Bon courage! Geneviève Schmit

  13. saloua

    bonjour . moi je me suis séparé d’un PN et c’était ma décision je me suis entouré de bonne personne ma famille m’a bien aidé ,sauf que cette relation qui a duré plus que 6 années a laissé comme même des traces que jusqu’à maintenant je n’arrive pas a connaitre un autre homme et j’avoue que je n’ai fais aucun effort pour construire une autre relation.je sens au fond de moi le besoin d’avoir une bonne personne à mes côté que je pourrais partager avec lui des bons moments et pourquoi pas fonder une famille c’était toujours mon arrive,mais pourquoi je n’y arrivais pas. je me suis trop enfermé sur moi même et j’ai donné tous mon amour à ma famille que ce sois mes soeurs ou mes nièces ou mes cousines proches si comme je sens que ces personnes méritaient plus cet amour.

  14. Ranty

    Bonsoir.
    Difficile effectivement d oser parler de toutes de tout ce qu on a accepte de faire pour, dans le meilleur des cas, plaire a son tyran, dans le pire des cas, eviter ses coleres furieuses. Tout accepter en depit du bon sens, de ses valeurs morales et de ses envies! Pas de quoi etre fiere effectivement! Morte de honte et furieuse aussi! Mais cette erreur de parcours m oblige a me regarder en face en esperant ne plus jamais me laisser envouter! J ai pratique l hypnotherapie pour lutter contre la peur et je dois bien reconnaitre que le resultat est saisissant. Je n en reviens pas de moi meme! Aujourd hui, j ai l impression d etre la, apres le passage d un ouragant, et de constater les degats sans savoir ou commencer. Je vais donc tester la methode des valeurs. J en ai besoin pour me redefinir. Merci pour ces conseils.

  15. Bonjour, j’avoue que je n’en suis pas encore là. Je démarre une guerre froide, qui me met dans un état de stress (boule au ventre, etc.).
    Je suis devant un mur, coupée chaque fois que j’ai essayé de « discuter« , la phrase « écoute aversive » m’est apparu comme une révélation.
    Je ne sais pas pour l’instant si je suis capable de dépasser mes doutes sur moi même.
    j’ai une peur panique de m’écrouler, de mes angoisses, je n’ai plus aucune confiance en moi.
    Plus le regard de mes enfants, leur jugement, leur compassion aussi, oui, j’ai honte, honte, honte, de moi…

    • Bonjour
      Vous êtes dans l’état de panique qui ne permet pas encore ce recul, vous avez raison.
      Il vaut mieux vous fixer sur les techniques de gestion des angoisses et crises paniques !
      Bon courage! Geneviève Schmit

  16. Sandrine

    Bonjour
    Merci à vous pour toutes vos paroles bienveillantes, vos textes enrichissants.
    Je ressortirai grandie de cette expérience de vie…contrairement à lui!

  17. Lacerenza

    Merci pour votre aide…
    J’ai réussi à partir…je suis en cours de procédure de divorce.

    La honte?Elle est de plus en plus grande…
    Plus mes yeux s’ouvrent sur ce personnage inhumain avec qui j’ai vécu pendant toutes ces années,et plus ma honte est grande.
    Toutes les valeurs qui étaient importantes pour moi ont été piétinées.
    J’ai fait tant de choses et même pensé tant de choses à l’encontre de moi même…
    Comment ai-je pu laissé faire cela? Pourquoi je n’ai pas réagit ?!
    J’en ai la nausée .Je la ressent physiquement …
    Il n’a pas tout détruit en moi mais je sens que je vais devoir me faire aider pour me libérer de tous ces sentiments qui font tellement mal.
    Colère,révolte,tristesse,sentiment d’avoir été vidé de mon contenu,honte,injustice d’avoir tant donné et réaliser que je n’ai été qu’un objet,que je n’ai même pas été aimé…

    Comment refaire confiance en la vie?en quelqu’un?
    Pourtant malgré tout cela, chaque instant loin de lui est un moment de liberté et plus cette boule à l’estomac permanente…
    J’avance .Doucement mais j’avance…
    Le temps fera le reste sans doute .
    J’ai perdu suffisamment de temps…

    Encore merci d’être une aide si précieuse .Celle qui comprend sans douter…
    Je suivrai la méthode pour m’aider à sortir de cet état .

    Pour l’instant c’est un combat entre avocats qui m’attend…

  18. demarest

    Voici ce que m’a dit ma soeur qui est religieuse, le jour où je l’ai informer que je venais de subir une injustice professionnelle
    Sur quoi tu veux construire ta vie, sur du sable ou un rocher, quelles sont tes valeurs, et qu’elle est le se sens que tu veux donner à ta vie.
    Bonne journée
    Marc

  19. MD

    Bonjour Geneviève,

    Je pense que beaucoup de personnes, victimes de manipulateurs narcissiques, se retrouvent dans toutes les dimensions que vous évoquez et en particulier, dans le fait qu’il n’est pas possible de divorcer dans le respect mutuel.
    L’argent est, en effet, un des éléments qui comble leur faille narcissique.

    Les couples où il y a un PN, sont des couples aussi ahurissant et inimaginable que cela puisse paraître, qui « durent » (jusqu’à plus de 35 ans ) , à l’heure où les divorces sont légions.

    Je voudrais préciser deux points, dont je ne sais si vous les retrouver dans votre expérience de thérapeute :

    – le premier est, en plus du sentiment de honte d’avoir accepter l’inacceptable, la difficulté à se pardonner de ne pas avoir « vu » plus tôt.
    Nous « pressentons » sans étiqueter, souvent par ignorance mais la culpabilité, habilement entretenue et renforcée, nous inhibe et nous fait rester, parce que dans le « Mea Culpa« .

    Les femmes sont généralement sous emprise et ne parlent pas. L’image donnée par le conjoint est tellement belle et bien construite, depuis longtemps, que personne n’y croirait. Plus longtemps nous avons accepté, plus le traumatisme et le retentissement sur les proches, en particulier de grands enfants, sont importants. Et plus nous avons du mal à nous pardonner la souffrance occasionnée à nos proches.

    – le deuxième point est, ce qui est reconnu aujourd’hui par la loi, le viol conjugal.
    Il était appelé à l’époque « le devoir conjugal «  et la femme devait s’y soumettre en particulier dans certains milieux religieux judéo-chrétiens.
    C’est l’acmé de la violence car il utilise l’acte d’amour comme instrument de violence et casse ainsi le fondement même du couple et le brise irrémédiablement.
    La sexualité n’est pas respectueuse. Il y a toujours contrainte, culpabilité et parfois violences, sans affectivité et émotions. Et ce quelquefois sur des années, ce qui rend la reconstruction difficile.

    Je vous remercie de ce formidable travail que vous faites. Il faut beaucoup de patience à un moment où notre besoin, le plus urgent, est vital.

    • Merci pour cette vision plus large que celle que j’ai pu avoir !

      Je suis très touchée par ce que vous dite au sujet du viol conjugal qui brise définitivement la notion même d’amour et qui de plus, sert à « produire » la descendance qui viendra « honorer » la père.
      Je parle là bien sur de ces cultures dont vous partagez avec moi l’expérience.

      Je crois que nous devrions réfléchir sur ce point là …

      Affectueusement, Geneviève Schmit

      • Ma

        Bonjour Geneviève
        Merci à vous pour toute l’aide que vous apportez à toutes les victimes conscientes et surtout à celles qui commencent à en prendre conscience car c’est bien à ce moment là que c’est dure d’accepter …
        Accepter d’avoir rien vu car l’ego en prend un coup et surtout d’arriver à ce déculpabiliser car le pn arrive très bien à entretenir cela
        c’est un long travail sur soi et il faut réapprendre à s’aimer.
        Je vous embrasse .

        • Un grand merci pour ce témoignage de reconnaissance !
          Affectueusement, Geneviève Schmit

          N’hésitez pas à me rejoindre sur mon Facebook Pro: Soutien.Psy et maintenant aussi m’accompagner dans mon projet de Web TV pour les victimes sur TV Pervers narcissiques
          J’aurai plaisir à y lire vos interventions !

  20. Isabelle

    Bravo,
    pour votre pertinence et votre dévouement contre la souffrance….si grande.

    • Un grand merci à vous Isabelle pour ce témoignage de reconnaissance :-)

      N’hésitez pas à me rejoindre sur mon Facebook Pro: Soutien.Psy et maintenant aussi m’accompagner dans mon projet de Web TV pour les victimes sur TV Pervers narcissiques
      J’aurai plaisir à y lire vos interventions !

      Geneviève Schmit

  21. callas

    Bonjour
    Avez vous déjà reçu dans votre cabinet un (e) PN
    qui accuse l’autre ( mari, épouse …) d’être un (e) PN.
    Avez -vous alors découvert sa manipulation et son refus d’admettre que c’est lui/ elle le bourreau ?
    merci

  22. berger

    Merci de votre soutien et de tout ce que vous mettez en place pour nous aider nous victimes , ex victimes….
    S’agissant de la méthode c’est un élément de plus à mettre en application pour pouvoir nous en sortir. C’est parfois un état qui dépasserai la honte, qui serait plus de l’ordre d ‘un dégoût.
    Pour ma part 4 années auprès d’un PN, séparée de lui depuis 3 ans (et il n a pas réussi à me détruire complètement)
    Après tout ce temps…je vous avoue difficile d’être pleinement heureuse, il y a un avant un après.
    Nos valeurs en ont pris un sacré coup !!
    c’est sûr mais si on est encore debout c’est qu’il est bon et merci à votre liste des valeurs de s’ancrer dans ce que l’on est vraiment !!
    Le truc c’est que (et c’est tout à fait personnel) il faut travailler sur nous sans cesse et parfois…c’est fatiguant…
    Encore un grand merci

  23. Vaillet

    Je trouve cette méthode intéressante pour être bien avec soi-même et reprendre confiance,
    pour ma part je vis un harcèlement moral de la part d’une supérieure hiérarchique, et bizarrement j’ai toujours été très consciente de son jeu de manipulation,
    aujourd’hui j’ai demandé une médiation auprès de ma DRH (Conseil Régional) et si elle n’aboutit par je vais au pénal.

    • Merci pour votre commentaire et … bon courage pour votre médiation !
      Affectueusement, Geneviève Schmit

      • lopez

        bonjour,

        il y a deux mois on m’a présenté J par des amis en commun,il se plaignait qu’il n’avait pas de femme et se sentait seul car sa femme a décidé de se séparer de lui il n’avait pas la garde de ses enfants et il se plaignait que pour voir ses enfants sa femme lui imposait seulement que de les voir au mac do.

        Nos amis en commun nous avais incité à nous connaitre mieux de ce fait comme ma voiture était cassée il me raccompagnait parfois chez moi car nous habitons le même village.

        Je venais de changer de travaille pour me rapprocher de la maison et aussi pour avoir de meilleur avantage et moins de contrainte.

        Lors de foot euro je l’ai invité de venir voir les matchs chez moi car il n’avait pas de télé car il devait tout refaire dans la maison qu’il avait acheté il y avait six mois et se plaignait de ne pas avoir de femme pour l’aider.

        Il était très dur car il venait à des heures tardives et c’était une contrainte pour moi car je commençais un nouveau travail et je devais être en forme le lendemain matin. Par la suite il m’a demandé d’acheté ses bières et du vin car il buvait beaucoup 4 bières et une bouteille de vin avec le repas. Il m’a demandé de lui laver son linge. j’ai refusé à chaque fois. Il me disait qu’il voulait bien connaitre le milieu ou je travaillais.

        Puis sans comprendre pourquoi mon employeur a décidé de supprimer mon poste et n’a pas validé ma période d’essai,. j’étais dans tous mes états.

        La il insistait pour que je reste au chômage mais j’ai trouvé un autre travail.

        Malgrès nos amis en commun on insisté pour que soit ensemble alors je me suis mis a le fréquenter et à couché ensemble.

        La première fois fut un désastre car au début je ne voulais pas et il s’est mis à ce masturber « pour ce faire du bien » et à éjaculer presque tout de suite. il m’a proposé de rester couché chez lui et malgré tout j’avais envie aussi et il m’a demandé de lui faire une fellation je ne sentais pas capable alors j’ai refusé alors il m’a pris dans ses bras et l’a fais et l’a il s’est mis en colère comme quoi il n’avait pas joui et je me suis sentit très mal il m’a demandé une fellation j’ai dis non et il s’est mis en colère comme quoi il n’avait plus envie et m’a rejeté cela c’est terminé par des pleures et je me suis endormie tard fatigué. le lendemain matin a été pire enervé et méchant il m’a demandé de partir je lui ai dis que c’était qu’un salaud et il m’a filmé et photographie pendant que je m’habillais il a dis qu’il le dirait à nos amis en commun alors je l’ai devancé et je l’ai dis moi même nos amis en commun m’ont dis que c’était normal la première fois. S’en est suivi les jours suivant de mes deux voitures crevés, mon chat mort sur la route, ma voiture déplacé, mon facebook ma photo a été retiré et remplacé par tu as sucé un noir et j’ai aimé ca. Je ne pouvais pas dire que c’était lui mais dans la même semaine à un jour d’intervalle j’ai tout ces mesaventures. mais le pire restait a venir et ce parceque je suis revenue.