Sortir d’une relation avec un Pervers Narcissique

23 mai 2013 Par

Sortir d’une relation avec un Pervers Narcissique

… et le diable inventa l’amour….
Il s’en servit pour détruire le monde !

 

Chez la personne saine, l’amour porte la Vie.

Chez le Pervers Narcissique, c’est une machination pour tuer !

La victime du pervers narcissique met en général du temps à réaliser la complexité et la gravité du piège dans laquelle elle se trouve.

Ce piège tend à se refermer en douceur, comme un boa constrictor qui vient posément étrangler sa proie.

Lorsqu’elle se rend compte de cette emprise, les anneaux sont déjà là, parfaitement enroulés autour d’elle.

Leur pression se fait plus violente dès que la victime commence à se débattre.

Une pression qui peut se faire par saccade, avec des moments d’apparents apaisements.

La victime va bien souvent s’endormir, comme privée d’oxygène, et lorsque la tension se fera trop grande, elle n’aura plus la force ni l’énergie nécessaire pour s’en sortir!

C’est pour cela que je dis que le Pervers Narcissique est vecteur d’une maladie mortelle pour l’autre !

 

______

Le génie est illuminé par ses artifices mensongés.
Ailes déployées,
Il s’élance vers le ciel.
La lune, coupée en deux,
Se cache derrière un voile de douleur.
– Baboline –
______

 

Mon expérience personnelle m’a permis de comprendre de l’intérieur la complexité de ce drame.

Au travers de ma vision de « victime » et également de celle plus salvatrice de psychothérapeute, j’ai pu, non seulement commencer à comprendre, mais aussi à percevoir quelles seraient les aides, soutiens, techniques qui peuvent réellement accompagner la victime à reprendre sa propre vie en main.

Et c’est au fur et à mesure de ma propre libération, que j’ai commencé à définir une approche pragmatique permettant de sauver ce qui peut l’être dans un premier temps, et ensuite de se reconstruire.

J’ai la chance d’avoir appris de nombreuses techniques d’accompagnement au mieux être et également de réalisation d’un objectif.

Elles ont trouvé, pour la plupart, leur place dans ce travail vital de renaissance

Il est important de se rendre compte du conditionnement profond que subit la victime. Un conditionnement dont elle n’est pas toujours consciente.

Il se fait par ces « messages contradictoires » entre autres qui font évoluer la victime dans des hauts et des bas émotionnels jusqu’à son épuisement et dissolution complète.

Ces messages confusionnants font que, en cas de besoin, le Pervers Narcissique pourra aisément justifier sa pseudo « bonne foi » et ainsi responsabiliser sa propre victime de la situation vécue. Celle-ci, déjà conditionnée par ces non dialogues constants, aura tendance à se croire effectivement coupable ou même, elle même perverse, et ainsi cherchera en vain toutes les solutions possibles pour rétablir une certaine harmonie.

Le mode de communication, ou plutôt de « non communication » du Pervers Narcissique fait que la victime ne pourra jamais avoir raison, même de l’évidence.

Le Pervers Narcissique jouera très habilement de tout ceci en renversant les rôles d’une situation qu’il ne peut assumer, et en accusant sa victimes des faits qui le caractérisent.

Comment sortir d’une relation avec un pervers narcissique ? Le Pervers Narcissique va osciller entre menaces, chantages, violences et demandes de pardon, déclarations amoureuses, tendresse infinie…

L’évolution peut se faire lentement, sournoisement sans que la victime puisse mettre de mots sur ce qu’elle ressent. Elle va jusqu’à se conditionner inconsciemment pour ne percevoir que le bon du Pervers Narcissique et tente d’occulter immédiatement le mal, pour moins souffrir. On entre dans une résilience morbide.

La victime se trouve devant un personnage qui est incapable de se remettre en question, pourtant, elle va tenter encore et encore de lui faire prendre conscience de ses agissements….

Même si la victime du pervers narcissique tente de faire comprendre à son bourreau que la manière dont il se comporte n’est pas saine, il ne pourra pas l’accepter pour la bonne raison qu’il est incapable d’assumer la réalité des actes.

De plus, n’étant pas dans la souffrance, même si parfois il l’affirme ou la simule, il n’a aucune raison de modifier son comportement.

La victime se berce dans l’illusion que quelque chose peut changer afin de ne pas se trouver devant la seule réalité: il faut fuir !

Il arrive très souvent que la Pervers Narcissique se repose sur les valeurs de sa victime pour asseoir son pouvoir.

Le Pervers Narcissique jouera facilement de ceci en renversant les rôles et en accusant la victime des faits même qu’il pose constamment.

L’âme ne cherche pas à se venger.

Chercher la vengeance c’est la destruction…

Pour renaître d’une relation avec un pervers narcissique il faut tout d’abord prendre conscience que l’on se trouve, parfois depuis des années, avec ce personnage diabolique.

Une fois ce constat fait, un état de choc peut s’installer en soi puisque l’on se trouve devant une double réalité: « amour » et instinct de survie.

Il est important dès lors d’accepter de se positionner momentanément dans ce statut de « victime » et de mettre le PN dans celui de « bourreau »

Un travail de renforcement de soi, de réassurance, un plein d’énergie est à mettre en place pour tous les moyens appropriés. Cela va du mental, du physique, du comportemental et de l’environnemental aussi.

Vient sans doute le moment de poser des actions fortes. Des actions personnelles (fuir peut être) et d’autres plus officielle (plaintes – avocats -…)

Une fois tout cela mis en place, un travail sur les réflexes de panique ainsi que sur l’addiction (amour) trouve toute son importance.
Une « renarcissisation » va être vécue.

Progressivement, la « victime » va sortir de ce statut et retrouver les libres choix, et, je l’espère, celui de VIVRE !

Il me semble que l’on peut même terminer la reconstruction par une réelle résilience positive. Une prise de conscience, peut-être, que cette terrible expérience de vie nous a permis de « grandir » et qu’elle peut transformer en autre chose de beau et de sain.

 

 mai 2013

Geneviève SCHMIT  ©  Toute reproduction, même partielle est interdite sans l’accord de l’auteur

 

http://bit.ly/sortir-relation-pn

27 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Belete76

    Rupture définitive il y a 2 ans.
    J avais succombé à son retour après une énième rupture de sa part, 2jours de sms puis 1 journée sans rien et là j’ai commencé à me poser de nouveau des questions. Sans explication je l’ai bloqué.
    3 jours plus tard je lui envoi un message en m’excusant de mon comportement. Un sms de lui incompréhensible, aucune cohérence dans les mots, les phrases..comme si il était désorienté, je lui écris « aurevoir », il fallait que je lui laisse cette impression que lui seul décidait de rompre, je le connaissais si bien, il m écrit « adieu ». J’ecris « ok ». Alors il écrit « non pas comme même »…puis il écrit que pour le moment il préfère en rester là. Nous sommes d’accord. Je sais à ce moment précis que c’est définitif, de son côté je suis certaine qu’il sait qu’il n’a plus de prise sur moi.
    Pour moi une rupture propre, il pense tout que tout est de ma faute, il est revalorisé dans sa toute puissance de contrôle. Il court, il court le furet..ailleurs.
    Mais voilà…
    Il court au sens propre et figuré.
    Je m explique :
    il court avec son meilleur ami…jusque la normal,
    Puis avec un ancien collègue à moi et à lui. Bon on va dire ok. Il a le droit.
    Mon ancien collègue qui a eu une belle promotion, (une belle personne avec qui je m’entendais très bien, pleins de valeurs humaines),il lui serre de faire valoir, car au détour d’une conversation il m avait dit qu’ il enviait sa réussite et que sa femme était le genre qu’il aurait aimé avoir. Quoi de plus normal d’entendre ca, mais bon quand on est avec un PN…
    Je me doute de l’approche et pourquoi il court avec…essayer de lui prendre « l’objet de son désir. »
    Bref, maintenant le meilleurs ami, mon ancien collègue et lui court ensemble, et je ne sais par qu’elle coup de passe passe il a réussi à faire rentrer son méilleur ami dans ma société, et celui ci vient de signer un CDI, nous sommes une filiale et je pense qu’insidieusement, il a du soumettre l’idée à mon ancien collègue qui n’oublions pas à eu une belle promotion.
    Son meilleur ami savait pour nous deux et les rares fois ou je le croise, je le vois dans son regard. Je lui dis a peine bonjour.
    Furet passait devant ma société, souvent, il a arrêté, et maintenant. Il m’ignore quand il me croise. Moi je le regarde lui et son comportement.C’EST BIZARRE.
    Il a « d’autres belettes à fouetter » (pas mal cette blague). Il en a besoin pour remplir son vide existentiel et avoir l’impression d’être « un homme normal ».
    Juste une coïncidence??? Je ne sais pas.
    Je me fais un film??? Je ne sais pas..
    2 ans après j’ai l’impression qu’il n’est jamais très loin, qu’il a posé quelques petits jalons pas très loin depuis cette rupture…je ne sais pas.
    est-ce que eux nous quittent réellement!? Je ne sais pas.
    Veulent il garder un mini Contrôle à distance? Je ne sais pas.
    Voila même quand nous nous avançons dans notre liberté, d’aimer, de rire, d’exister tout simplement, ils se rappellent à nous.

  2. Inspire

    Bonjour, votre site m’intéresse beaucoup et m’apporte beaucoup d’informations. Je vis depuis 15 ans une relation très difficile avec un homme que j’ai connu à 18 ans

    La relation a été dès le début très difficile, il se disait être tres amoureux de moi mais me rejettait et m’attirait en permanence sans m’expliquer pourquoi. Il jouait tour à tour la l’homme blessé par la vie et incapable de se fixer à une femme qu’elle aime, me faisant penser qu’il avait des relation sexuelles avec d’autres personnes. Il insinuait le doute en permanence et moi ne faisait que m’allumer mais en refusant d’aller plus loin. J’ai subi pendant 2 ans car je l’aimais et n’arrivait pas à mettre un stop. Je souffrais tellement qu’un jour à bout de son comportement je lui ai dit qu’il allait trop loin et il m’a quitté disant qu’il ne me pardonnerait jamais de le faire passer pour un monstre et j’en ai tellement culpabilisé que je suis tombée en dépression. Neanmoins,, il continuait à vouloir me voir mais sans être avec moi, j’ai coupé les ponts et elle revenait à la charge dès que j’avais à nouveau quelqu’un et je cédais et in se remettait ensemble A noter qu’il acceptait de faire l’amour a ce moment et de vivre avec moi. Après 10 ans chaotiques, je l’ai mis à la porte un jjour car je n’en pouvais plus de ses mensonges, jalousie, et sa façon de tout le temps me faire croire qu’il me tromper (ordi ouvert sur site de rencontres etc.) et ses tentatives de culpabilisation disant que je lui mettais trop la pression sur le couple et que javais un problème affectif. Apres un silence de plusieurs annees et une longue reconstruction suite a une profonde dépression, j’ai cédé une nouvelle fois à un de ces messages un jour que j’allais mieux. On s’est revu pendant 2 ans, il a été l’homme le plus séducteur et charmant et attentionné. J’avais l’impression de revivre. Mais j’étais en couple et lui aussi d’ailleurs alors on se voyait que de facon clandestine de temps en temps et en permanence au téléphone.. Et je me disais quil avait eu raison, que le couple avec moi ne lui convenait pas car notre relation etait tellement forte aujourd’hui d’un point de vue affectif et sexuel…. Je me sentais belle, forte, il me mettait sur un pied d’estale. mais ces derniers mois il a changé du tout au tout et je replonge: Sa copine avait qu’il il était depuis des années l’avait quitté et il avait une nouvelle copine et ne voulait plus être infidèle (il disait avant ne pouvoir vivre que dans une relation libre) sauf qu’avant de me le dire il m’a fait culpabiliser pendant des semaines disant qu’il prenait de la distance car je n’étais pas assez présente etc. etc. il est revenu quand cette courte histoire avec cette fille s’est finie, distant au début mais il m’a remis dans son lit il y a peu et depuis il souffle le chaud et le froid, il répond à un texto sur 10, il dit qu’il veut me voir mais ne répond jamais à mes messages quand je lui dis que j’ai besoin qu’il soit plus à l’écoute, que je vais mal, il m’ignore 15 jours, je lui dis mais il me dit que je dramatise tout, ignore ma peine, il dit qu’il coupe la communication parfois sans s’en rendre compte.. Il ne fait aucun effort et je me demande si ce n’est pas moi qui suis folle. Je suis désemparée face à une telle communication contradictoire – il veut me voir et m’ignore- et perd mon sang froid émotionnel car je ne comprends pas qu’il ne prend en compte mon besoin d’écoute très simple. Suis je face à un manipulateur depuis 20 ans? je n’arrive pas à la sortir de ma vie, à chaque fois que je le fais je me dis que je me monte la tête et que les bons moments sont tellement puissants qu’il me manque. Je sais que ce we j’aurai un texto froid juste pour ne pas que je puisse lui reprocher quoi que ce soit doit alors quil sait que je vais mal et quil le laisse sans nouvelles depuis des jours.
    Suis je face à un manipulateur ou suis je moi complétement excessive? Je suis pourtant quelqu’un de tres responsable et équilibrée en dehors de lui.

    Je sais que rien ne remplace une consultation mais j’aimerai connaître votre ressenti rapide si vous en avez le temps

    Merci encore

  3. Tartine et Chocolat

    Bonjour Geneviève,

    Il n’y a pas un jour où n’accède à ma conscience le souvenir d’un samedi d’automne, il y a quatre ans. Le voyage à Paris vers votre atelier m’a ouvert les yeux et la porte de la liberté. J’ai accédé à l’inaccessible que je vivais depuis 38 ans, sans savoir, donc sans pouvoir comprendre l’incompréhensible qui l’est toujours pour moi. Vous avez été une des clés des verrous de ma prison, la première. Il en est d’autres qui me sont offertes et qui me permettent de continuer mon chemin vers la vraie vie, le bonheur dans une incontournable souffrance.

    J’aimerai partager aujourd’hui ce qui a encore éclos après la survenue de quelques faits.

    Il a été condamné par le JAF pour ne pas avoir répondu aux injonctions exigées. Il s’en tape dans sa toute puissance. C’est de ma faute. Le temps qui passe me met de plus en plus à quia pour que j’accepte son encore indécent inacceptable qui, enfin, me tuera. Il le sait dans sa malignité.

    Le divorce prononcé et l’argent ne me rendront libre que sur le papier et je travaille pour le devenir dans ma tête. Me mettre à vivre libérée ne sera en rien une victoire pour moi, juste la fin d’un terrible échec.

    Je suis victime, quoique j’en dise. Pour se libérer de ce mot, il faut agir et se battre ce que je fais depuis toujours. Chaque détail de la vie est cependant piqûre de rappel.
    Ce n’est donc pas suffisant. C’est la reconnaissance de ses actes par le bourreau qui permet d’accepter la terrible réalité de cette injustice si criante et d’oublier l’inoubliable ou faire que ce ne soit plus qu’une trace. C’est le cri des personnes dont un des leurs a été assassiné. Savoir… faire connaître l’horreur et ses détails. Ce ne sera jamais. C’est indicible et inaudible. Soleil à l’extérieur, trou noir aspirant à l’intérieur.

    Lui mourra sans savoir qui il est et ce qu’il a fait. Il mourra sans voir l’immensité de ce que je lui ai offert et qu’il a piétiné pendant 38 ans. Le terrible leurre, qui fait la longévité de la relation, est dans ce mouvement de l’instant, dont ils sont capables, qui vous font espérer qu’ils sont capables de bouger comme vous l’êtes. Dès que vous êtes à nouveau ferrer, retour à la case départ et la vie passe…

    La détresse, la douleur, l’affreuse impuissance sont là. Comme ces personnages ont un profil commun, leurs victimes en ont un également et je me dis qu’écrire permettra peut-être à d’autres d’éclairer leur chemin comme le mien l’est par les nombreux témoignages.

    Je ne comprenais pas l’attitude de certains de mes enfants qu’un livre a éclairé. La violence dégagée par ces personnages, à votre insu, les atteint les enfants et certains, pour s’en défendre, se victimise jusqu’à ce qu’un travail en profondeur leur permette de s’en délivrer et de la digérer.

    38 ans, les trois quarts de ma vie. Je voudrais dire que c’est possible après un si long temps de renaitre sans jamais les sous estimer et les oublier.

    Je voudrais vous remercier encore et toujours, comme toutes celles et ceux qui ont vécu le mal incarné sur terre,du formidable travail, et surtout courage, que vous offrez. Mais, vous le savez…

    Tartine et Chocolat

  4. Cendrine

    Bonjour Geneviève et merci,
    Merci pour ce site qui m’aide malgré toute la souffrance et le vide dans lequel je me trouve .
    QuAnd on me voit , étant artiste et modèle , on me dit que je belle, intrigante, drôle … Maintenant on me dit que l’on ne Voit plus de lumière dans mes yeux.
    Ma Passion a tjs été salvatrice et m’a tjs permis de rebondir.
    Là où j’ai compris que j’avais réellement commencer une descente aux enfers c’est quand Je n’ai pas su me lever pour aller à une importante séance photo. J’étais paralysée et je suis restée comme cela pendant plus d’une semaine , sans manger , dans le noir et aujourd’hui j’ai trouvé votre site !
    Merci ! Je ne sais pas si j’ai à faire à un PN même s’il en a tous les aspects.
    Quand je l’ai rencontré, c’était tout le contraire d’un prince charmant , je ne l’aimais pas du tout et je l’appelais : le rat !
    Il me courrait après … Étant seule , j’ai donné une chance à ce garçon simple , gentil , bourré de soucis psycho , pas sur de lui … Je pensais totalement inoffensif !
    Au fur et à mesure de notre relation, j’ai découvert qu’il mentait tout le temps et pour tout!
    Je ne pense pas qu’il m’ai trompé mais c’était mentir même au point de me sortir un rendez vous professionnel un dimanche …
    Lui faisant part de mes ressentis , avec ses amis nous l’avons mis plusieurs fois devant le fait accompli.
    Depuis lors il a trouvé un travail ( grâce à moi ) il a un appartement , ne sort quasi plus …
    Mais autre chose se produit : à la moindre remarque il explose , quitte la pièce , quitte le restaurant , la voiture en marche … Par meme dormir ailleurs pour cacher sa voiture … Tjs tjs fuir devant une responsabilité ou une réalité . Et moi , je le cherchais , courrait partout ..
    Nous nous sommes séparés après 5 mois de vie ensembles .
    Pendant la séparation, j’ai vécu l’enfer , pensant tout le temps à lui, essayant de le revoir jusqu’au jour où on s’est revu et on s’est remis ensembles. Au grand étonnement de ma famille et mes amis qui ne comprennent pas pkoi je reste avec ce « looseur » sans but .
    Je prévoie toutes les sorties, les cadeaux , les voyage … Lui se contente de suivre . Je n’ai jamais de cadeaux , de bijoux …
    Et J’en arrive à ma Situation d’aujourd’hui . Il y a 3 Semaines , alors que nous dînions ensembles , il m’a demandé de venir sur ses jambes car il avait qq chose à me Dire . J’étais donc sur ses genoux quand il m’a proposé pour vivre ensembles , prendre un appartement à 2 , qu’il m’aimait plus que tout , que vivre séparément était ridicule.
    J’ai répondu qu’il fallait pour Ca arrêter de s’insulter à la moindre dispute et que l’on devait Communiquer différemment .

    Et là il m’a jetée hors de ses bras est devenu complètement fou , il avait les yeux noirs , devenu tout blanc , il hurlait ( je ne sais plus quoi ) a frappé dans les murs , meme sur son torse avant de s’approcher vers moi tendant son poing en me demandant : c’est Ca que tu veux ? Il a tellement enfoncé son poing dans mon visage que 3 semaines après j’ai encore un bleu !

    Je lui ai bien sûr demander de quitter les lieux , il ne partait pas , m’a attrapé le bras … Puis il m’a dit : tu veux que je me casse, très bien ! Et il est parti !
    Sur le coup j’ai bien sûr été soulagée et puis j’ai commencé à douter de moi. J’ai reçu des sms d’insulte : je suis une vermine , femme parfaite , il va m’empêcher de nuire … Des mots que jamais je n’ai entendu de ma vie ! Que je ne pensais pas entendre d’une personne qui disait vouloir prendre un appartement avec moi la veille . Comme il a des affaires chez moi , j’ai prétexté lui demander de venir les reprendre pour essayer de comprendre ce qu’il s’est passé , alors que je n’ai rien à essayer de comprendre avec qq qui se comporte comme Ca !
    Depuis 10 jours , tous les jours , il me dit qu’il est en route , qu’il va venir et puis il ne vient pas ! Il donne des rendez vous auxquels il ne vient pas lui meme ! Il peut m’écrire : j’arrive et 1 h après : non j’ai pas envie de te voir t’es trop dangereuse . Un soir il me demande : demain à quelle heure pour mes affaires ? Je réponds : au matin ? Il me
    Réponds qu’il n’est pas la au matin et le lendemain viens chez moi au matin pendant que je dors !
    Hier Il m’appelle pour me dire de vive voix qu’il ne veut plus me voir, qu’il vit un enfer avec moi , que je crée des histoires et dans la seconde qui suit me dit : vendredi on se voit pour mes affaires ?
    Geneviève , ai-je à faire à un PN?
    Vous savez qu’il m’écrit sans cesse avec plein de fautes d’orthographe et quand je lui fais remarquer : la nouvelle orthographe c’est moi qui la fait !
    C’est de la folie , jamais jamais jamais je n’aurai cru à un changement pareil !
    Je ne sais pas si je dois aller déposer plainte , ma famille est à l’étranger , je suis seule pour tout assumer et je perds pied car bien sûr j’ai des sentiments pour la personne mais la c’est un fou !
    J’attends de vos nouvelles avec impatience .
    Merci beaucoup !
    Cendrine

    • Bonjour,
      Ce type est fou ! Il est fou et surtout DANGEREUX !!
      Ne lui permettez en aucun cas de venir chez vous !!!
      Ses affaires? Et bien mettez les dans un sac et confiez les à une de ses connaissances.
      Ne tombez pas dans le piège de lui répondre et surtout de tenter de lui faire comprendre !!!
      Ce que vous risquez est bien plus grave que ce que vous semblez imaginer !!
      SI j’avais votre téléphone je vous aurais appelée ..
      Protégez vous !!!!!
      Affectueusement, Geneviève Schmit

  5. Appolonia

    Cet article me fait comprendre bien des choses…
    Mon problème reste grand, fuir , no contact est suggéré pour se sortir d’une relation perverse.
    La mienne était amoureuse et c’est aussi un Collègue .
    J’ai rompu voilà 5 mois mais dois le revoir une fois par semaine sur le lieu de mon travail. Relation qui était connue de tous les collègues.
    Cela reste douloureux car de plus il me doit une grande somme d’argent
    Quand je suis partie j’ai laissé tout ce que j’avais acheté et n’ai rien pu récupérer . Il a exigé que je lui rende les clefs. A chaque fois que je le vois…tout remonte à la surface….

  6. Valérie

    Je suis separer depuis le mois de mars et jai mes garcons une semaine sur 2 jai pas les moyens de payer mon psy qui me manque enormement . Que puis je faire pour avoir de l’aide gratuitement et pouvoir avoir confiance que ca ne se retournera pas contre moi?

    • Bonjour,
      Je ne connais pas de professionnels qui travaillent gratuitement, bien malheureusement.
      Par contre, c’est parce que j’ai conscience des difficultés financières de beaucoup, que je pose dans ce site énormément de renseignement, articles et références de bouquins utiles.
      J’y décrit même certains de mes protocoles qui vous seraient grandement utiles.
      Vous avez déjà beaucoup de travail sur la planche ! :-)
      Bon courage. Geneviève Schmit

    • chut

      coucou tu peux te renseigner auprès des CMP
      centres médico psychologiques
      il y en a dans toutes les villes
      Tape « centre médico psychologique » + le nom de ta ville sur Google
      bon courage …

  7. iris

    Après 8 ans de séparation, je réalise qu’il a encore du pouvoir sur moi, ou du moins qu’il cherche, en y parvenant parfois, à en avoir. Reçu ce 1er avril une annonce de naissance totalement débile ( il a 57 ans et sa nouvelle victime 47 ans) Je ne comprends tellement pas que je me suis demandée si la lettre n’était pas empoisonnée, tant j’ai de doutes sur sa santé mentale Quand je le croise, il fait tout pour se faire remarquer de moi, au point ou il me fait honte. J’ai fait beaucoup de chemin,j’ai repris une vie active,des études, mais je cherche à me préserver, à enfin faire en sorte que tout ça ne m’atteigne plus. Des conseils ?

    • Bonjour,
      Le seul moyen de vous libérer totalement de cet individu est de jeter sans les lire ses messages et de regarder devant vous !
      Bonne route ! :-)
      Affectueusement, Geneviève Schmit

  8. liebaert

    Bonjour,
    Cela fait à peu près 3 ans que j’ai eu le pressentiment que mon mari était PN. M’occupant d’un enfant autiste durant 2 ans, je me suis demandée s’il ne l’était pas non plus.
    Mais je reviens à ma première idée qui est souvent la bonne . J’en avais parlé à des personnes de mon entourage (des personnes sûres)et j’ai décidé de continuer en espérant que les choses changent …. Hélas, il n’en est rien et en arrêt suite à une mononucléose infectieuse que j’aurais attrapé dans l’école maternelle où je travaille, j’ai subi une « lobotomie » . Je reprends mes esprits petit à petit (je suis une passionnée de philosophie) et j’ai pris conscience de plusieurs travers de mon mari, travers que j’avais déjà vu mais que j’avais voulu occulter. J’ai répondu à plusieurs tests sur internet et tous sont positif au fait que mon mari soit PN. Nous avons deux enfants en commun (lui une fille d’un premier mariage qui n’est pas très nette).
    Mes enfants commencent à avoir des réactions singulières et j’aimerais savoir si c’est moi qui exagère .
    Je pense que c’est urgent .
    Merci et j’espère à bientôt

    • Bonjour,

      Pour pouvoir vous aider réellement il me faudrait en savoir plus …
      Convenons d’un rendez-vous pour une consultation à distance.

      Bon courage! Geneviève Schmit

  9. Liliane

    Bonjour, j’ai 64 ans et suis mariée depuis 23 ans avec un homme étranger ( turc). J’ai rencontré mon mari à l’occasion d’un voyage en Turquie dont il était le guide. Coup de foudre réciproque, nous étions libres tous les deux et nous avons commencé une relation. Relation un peu particulière puisque lui travaillait dans son pays et moi en France (je suis professeur dans une faculté de Pharmacie). Chacun, en fonction de ses emploi du temps venait chez l’autre. Bref, on vivait à mi-temps et ceci me convenait très bien vu mon caractère indépendant. Nous nous sommes mariés un an et demi plus tard. On peut dire que notre couple fonctionnait bien, on était si heureux de se retrouver! Chacun s’occupait de ses petites affaires de son côté et n’intervenait pas dans les décisions même si on se tenait au courant (j’ai acheté une voiture sans lui demander la permission, et même choisi un appartement). Les choses ont un peu changé quand il s’est arrêté de travailler. Après 35 ans passés avec les touristes il en avait assez. Il avait eu une enfance malheureuse (son père l’empêchait d’aller à l’école, le battait etc…) et je trouvais qu’il méritait de se reposer. Nous n’avions pas de problème financier, d’autant que j’avais hérité de ma mère quelques années avant. Nous décidons de construire une maison en Turquie pour nos vacances et pour la retraite. Ayant de la famille dans le métier, il participe activement à ce projet. Il y met une énergie qui force l’admiration de tous. L’ambiance chantier est un peu particulière, on parle fort, ce n’est pas ce que je préfère mais je ne vis cela qu’épisodiquement. Le gos des travaux étant terminés, le gos de l’équipe s’en va, il ne reste qu’un jeune homme de 25 ans, un peu fallut, pas très intelligent. Mon mari lui propose de rester avec lui pour continuer les travaux entreteni le jardin et garder la maison lors de ses absences. Je me rends compte progressivement que mon mar abuse de la faiblesse de ce garçon. Il le harcèle en permanence. Il faut que tout soit fait avant même que sa phrase doit terminée. Je prends sa défense et cela ne plait pas à mon mari. Bien sûr, quand je suis loin j’oublie tout cela. Progressivement un fossé se creuse avec mon mari. Il est en attente de compliments en permanence. Il se vante d’être le meilleur d’abord dans ce qu’il fait mais progressivement pour tout. Moi qui aime les gens modeste, je suis avec un vantard qui, sous prétexte de tout connaître veut gouverner tout le monde. Il devient le patriarche tout puissant. Jusqu’à il y a 2-3 ans j’échappais à ses critiques. Autrefois il me félicitait pour mon organisation entre autre. Maintenant, je suis devenue une nulle. Il me considère comme une enfant de 4 ans, me dicte ce que je dois faire (« après le repas n’oublie pas de débarrasser la table et de m’être la vaisselle dans le lave-vaisselle « ) comme si en Turquie j’oubliais tout ce que je sais faire. J’aurais plein d’exemples à donner. Tout s’est accéléré en 2014. Je suis en retraite depuis le début de l’année. Comme convenu, nous avons changé notre calendrier et nous pasons l’hiver là-bas. Un détail qui a son importance. Nous avons vécu pendant 15 ans avec un chien que lui-même â choisi. Ce chien est mort en 2010 et j’ai eu beaucoup de chagrin. Il a été un peu méprisant à ce sujet. J’avais décidé de reprendre un tout petit chien facile à transporter entre les deux pays. La guerre est déclarée. Dès qu’il le peut il me reproche la présence de ce chien, me disant qu’il n’a pas envie de s’approcher de moi car je sens le chien, rouspétant car je m’occupe trop de lui que je dépense trop d’argent. Il me dit même qu’il en est jaloux. Il méprise mes loisirs (peinture) ne comprend pas que j’aille dans un club de gym (uniquement en France car il n’y a aucun loisir possible dans le trou où nous habitons en Turquie) . En revanche, quand il s’agit de satisfaire sn envie frénétique de voyage, les problèmes d’argent n’existent plus(c’est moi qui paye car mon mari n’a pas de retraite). Je ne le lui ai jamais reproché mais j’aimerais au moins qu’il manifest un peu de contentement. Merci toujours du bout des lèvres et aucun signe de satisfaction. Â peine descendu d’avion, on parle non pas du voyage qui vient d’être réalisé mais du prochain. J’en ai assez. Je veux rester au calme chez moi, profiter de ma petite vie au calme, ne plus entendre parler de planning d’organisation. Je vis avec un homme qui ne rie jamais n’a aucun humou qui se fiche complètement de mes souhaits et qui ne comprend pas que ce qu’il m’impose ne me plait pas. Est-ce une simple mésentente de couple ou est-ce plus grave? Ce qui me fait pencher pour l’aspect plus grave, ce sont les caractéristiques de son comportement très similaire à ce qui est décrit pour le PN (besoin d’être admiré, remarques humiliantes, dévalorisation, une seule méthode est la bonne la sienne, jamais de remise en cause, quand c’est bien c’est grâce à lui, quand c’est mauvais c’est à cause des autres).

    Il est clair que je ne l’aime plus mais je ne sais pas comment m’y prendre pour le quitter. J’ai un peu peur de sa réaction car je l’ai vu entrer dans une colère folle avec un outil en main quand une personne avait osé « oublier un rendez-vous » quel crime!

    Voilà mon histoire, un peu longue mais aussi douloureuse. Merci de m’aider à voir clair

    • Bonjour,
      Vous libérer ne se fera pas sans vagues, sans tsunami peut être mais il n’y a pas d’autres solution ^pour reprendre le contrôle de votre existence.
      Il faut vous préparer correctement, vous entourer de personnes sûre, faire des « dossiers » contre lui, déposer plainte au premier acte de violence ou menace …
      Tenez bon!
      Geneviève Schmit

  10. Yves Pollet

    Bonjour,

    Je sors d’une relation avec une femme souffrant du trouble de la personnalité borderline (non diagnostiqué). J’ai vécu des sentiments de contrôle et violences verbales, ainsi que des crises de colère, de rage et d’angoisse à gérer. Les sentiments que je ressens et les faits sont similaires à ceux que vous décrivez dans vos articles et video, je ressens de la difficulté à me détacher d’elle aussi. Est-ce que vous connaissez les conséquences de la vie de couple avec ce genre de personnes TPL? Sont-elle similaires à celle vécu avec un PN?

    • Bonjour,
      Il ne m’est pas possible de donner une réponse précise à une situation dont je ne sais pratiquement rien. Pourtant, en vous lisant je me dis qu’il est illusoire d’espérer une vie de couple saine avec une personne qui malheureusement ne l’est pas, et ce, d’autant plus que vous avez probablement le syndrôme du sauveur et êtes en dépendance affective …
      Bon courage! Geneviève Schmit

  11. Farid

    Bonjour,

    Merci pour vos articles. Pour ce qui me concerne, il s’agit de ma génitrice, particulièrement toxique. J’ai 37 ans, et cela fait trois ans que j’ai posé le diagnostic suite à une énième trahison de sa part d’une promesse qu’elle n’a pas tenu à mon égard, alors que cela me paraissait hyper important qu’elle tienne cette promesse-là. Je suis allé au conflit il y a 3 ans, et quand j’ai compris qu’elle ne regrettera et ne ressentira aucun remords, aucun regrets, malgré tout le mal qu’elle m’a fait (à moi et à ses autres enfants), j’ai réussi à prendre la tangente et à quitter chez elle (chez moi ?). Seulement voilà, je me disais : maintenant que tu sais qu’il n’y a aucun pardon, aucune excuse à attendre de sa part, va lui rendre visite uniquement pour lui faire ses quelques courses qu’elle n’arrive pas à faire seule avec la voiture, et puis l’emmener voir ses amies quand elle a envie de se déplacer, et puis c’est tout. Seulement, il y a quelques jours, pour son départ à la retraite, je suis parti en Algérie avec elle pour qu’elle voit sa famille, dont sa mère. Et là, elle s’est mise à cracher sur un de mes frères devant moi à toute la famille, partout où elle passait. Elle avait déjà un scénario bien écrit, bien rôdé, et en l’écoutant, mon frangin aurait coupé définitivement les ponts avec elle, ce que je trouvais grave, et j’me suis mis à en vouloir à mon frangin et cela me mettait dans tous mes états. A mon retour, je téléphone à mon frangin, et il m’explique en fait que pas du tout, il n’était pas question de couper les ponts. J’ai compris que j’étais tombé dans une nouvelle manipulation de ma mère. En fait, mon frangin ne répondait pas pendant quelques jours à ma mère pour se protéger, c’est tout, et je le comprends. Ma génitrice en a fait une montagne, une déclaration de guerre. Elle a dépeint mon grand frère comme le grand méchant, comme elle le faisait avec mon frère aîné. Une fois, elle a même chialé quand j’étais seul devant elle en me disant à quel point elle souffrait du mal que mon frère cadet lui infligeait. A mon retour d’Algérie, j’ai alors compris que c’était de la comédie. Cette femme est trop dangereuse, elle a détruit ses enfants moralement, et je veux me reconstruire. Je n’envisage pas de couper les ponts avec elle définitivement, mais je n’en ai pas (encore) le courage. Mais je sens que c’est la meilleure solution, car dès que j’ai un contact avec elle, je me sens tendu, sur mes gardes, irritable, et même si j’me dis : ok fais un effort juste passer la voir de temps en temps, elle utilisera toujours ce peu de temps que je lui accorde pour me bouffer ma vie. Et elle est très très forte à ce jeu-là, même si je me blinde émotionnellement pour supporter tout ça. Comment couper le contact définitivement avec sa mère ? La vérité, je ne veux plus la voir, je ne peux plus la sentir, je veux qu’elle me foute la paix définitivement ! Au moins pour un bon moment, le temps que je me reconstruise.
    J’ai tout essayé avec elle pour qu’elle me foute la paix, qu’elle me laisse respirer. Résultat : échec !!
    Si je coupe le contact avec ma génitrice, pourtant, il ne m’arrivera que du bon, je le sais, mais comment trouver ce courage-là ? Est-il préférable de le lui annoncer avant dans une ultime confrontation ? Ou est-il préférable de la mettre devant le fait accompli, sans rien dire, la laisser comme ça ?
    Je suis perdu…
    En tout cas, merci encore pour vos articles que j’ai dévorés.
    Bien à vous,

    • Bonsoir,
      Une « ultime confrontation » ne servira à rien de bon … bien au contraire.
      Faites VOS choix de vie !!
      Courage! Geneviève Schmit

  12. Isabelle

    Bonjour,

    Vos articles sont très intéressants car ils donnent beaucoup de détails concrets sur le caractère du PN.
    Je vis depuis 10ànq avec un homme dont j’ai eu le pressentiment il y a 2 ans qu’il était PN. Je m’en suis séparée mais je suis revenue… Mon blocage aujourd’hui est d’avoir la certitude qu’il soit un vrai PN et que ce ne soit pas une feinte de mon esprit de vouloir le catégoriser ainsi … Je trouve certains traits de vos description chez mon compagnon mais ils sont beaucoup moins exacerbés … Que faire pour en avoir la certitude… Ce que je peux déjà dire c’est que j’ai très honte de parler de cela…
    Merci d’avance pour votre réponse.

    • Bonjour,
      Votre interrogation est légitime…
      Vous avez besoin de comprendre pour mieux évoluer vous même.
      Le mieux est que nous puissions convenir d’un ou de deux rendez-vous pour une consultation à distance.
      Laissez moi un texto au 06.43.43.15.79 afin que je vous rappelle pour le fixer avec vous.
      Courage! Geneviève Schmit

  13. Fleurkisouvre

    deux expressions m’interpellent:
    « Chercher la vengeance c’est la destruction… » :se venger est une tentation bien naturelle qui apparait d’abord comme la solution pour obtenir réparation et retrouver sa dignité en punissant l’autre qui l’a amplement mérité. Mais ne peut en effet que faire encore perdurer ce lien mortifère voire le renforcer en attisant le plaisir qu’aura le PN à contrer l’attaque avec toute la dextérité dont il est capable. C’est, pour la victime, prendre le grand risque de rester dans son cauchemar en remplaçant une obsession par une autre et, de plus, les chances de faire mouche sont minimes.
    « Poser des actions fortes« : là est je pense l’une des clés indispensables à la restauration de sa liberté d’être mais c’est loin d’être simple.
    Fuir peut exiger des coupures douloureuses et traumatisantes avec des aspects de sa vie, d’autres personnes chères et entrainer un isolement qu’il faudra pouvoir supporter. Engager une procédure? Est-ce toujours envisageable et bénéfique?
    Lorsqu’il s’agit de liens parentaux par exemple,avec des dommages exclusivement psychologiques , cela me parait peu probant.
    Dans ce cas, quelle action poser?

    • Vous avez raison de dire que de chercher à se venger c’est une manière de préserver le lien…
      Et de plus, la quête de la vengeance est une énergie qui ronge la personne qui la porte … elle la ronge de l’intérieur jusqu’à l’en dévorer si elle n’y prend pas garde … C’est double pouvoir offert au bourreau !

      Des acte forts… oui, fort par l’énergie, le courage et la volonté que parfois cela demande …
      Personne ne dis que c’est facile … c’est même souvent très périlleux mais bon … y a-t-il d’autres voies ??

      Quand à vous dire quels actes poser dans votre cas … je ne puis vous répondre sans connaitre précisément la situation .

      Courage! Geneviève Schmit

  14. marina

    bonjour lorsque je lis cet article je vois ma vie le pire c’est que je n’arrive meme pas a parler franchement a ma mere qui me dit que je suis une chevre qu’il faut arreté cela desuite je n’ose pas dire a ma mere que j’ai peur que si je m’en vais il veux me menace de me frappeé frappé ma mere et prendre mon fils. ces colere me font peur que je n »arive meme plus a lui repondre. Je ne suis lache et je n’arrive pas a prendre mes affaires et partir je ne sais meme plus pourquoi je ‘laime

    que faire ?

  15. Frederique

    Bonjours, cela fait maintenant 5 ans de vie commune et 4 ans de mariage avec un PN. Je suis séparée depuis 6 mois, 6 mois de promesses de retours de mensonges et de douleur. J’ai suivit une psychothérapie qui m’a aidé, néanmoins je suis retombé entre ses griffes alors même qu’il avait changé de pays. J’ai définitivement coupé les ponts depuis 1 semaine, je ne répond plus à ses appels, ses sms et ses mails. J’entame une procédure de divorce mais j’ai peur. J’ai mis en garde sa dernière maitresse en titre qui a aussi décidé de ne plus avoir de contact avec lui. Nous avons 1 maison en comun et lui des dettes un peu partout. J’ai découvert les PN il y a 1 semaine sur internet, il a toutes les caratéristiqueq: demande en mariage au bout de 2 mois, demande d’enfant, relation parfaite jusqu’a ce que je cède pour le mariage (j’avais fais 3 refus) domination sexuelle… Je suis dans la santé et je n’aurais jamais pensé être aussi vulnérable. Grace à des amis je me reconstruit doucement mais je n’ai qu’une peur c’est qu’il reviennent physiquement, je suis loins d’être prete.
    Merci pour tous vos conseils du site qui m’ont beaucoup aidé