Souffrance du pervers narcissique

23 août 2015 Par

Souffrance du pervers narcissique

.

Souffrance et angoisse du pervers narcissique

.

.

La notion de souffrance du pervers narcissique est une interrogation récurrente chez ses victimes.

.
.Le manipulateur pervers narcissique peut-il souffrir, peut-il sombrer dans la dépression, peut-il même en arriver à se suicider ?

.
La réponse est oui!

.
Oui, le pervers narcissique « souffre ».
Oui, le pervers narcissique pleure…, sur lui-même.
Oui, le pervers narcissique peut en arriver à se suicider pour éviter son morcèlement psychique.

.
Nous pouvons même affirmer que le pervers narcissique est un être de souffrance.

.

.Pour comprendre cette réalité il faut se rappeler certaines choses:

.
La personnalité perverse narcissique se construit autour d’un vide sidéral, autour d’un Moi totalement immature.
Les manipulations, mensonges, comportements paranoïaques, violences psychologiques et physique, les grandes capacités d’absorber les autres par la parole et tous les autres comportements limites ont pour seul et unique objectif de préserver son contrôle sur l’autre afin de se protéger lui-même.
Tous ces comportements-là, et bien d’autres encore, sont des adaptations et des protections qui permettent au pervers narcissique de ne pas être happé par le vide qui constitue son centre et dans lequel il ce disloquerait.

.

Le pervers narcissique est contraint de par sa nature même, de grandir, de vivre, de refouler et de composer à chaque instant avec cette peur panique de sa propre mort psychique.

.

Dans son fonctionnement instinctif de protection personnelle, le pervers narcissique est constamment en alerte, toujours aux aguets. C’est un être en perpétuelle carence que rien ni personne ne pourra jamais combler.
Il est en prise directe avec son soleil noir, avec son angoisse viscérale de disparaître pour toujours.
Le pervers narcissique se trouve dans un « état limite« , dans le sens psychiatrique du terme, dans lequel il court le danger de basculer dans un état de folie psychotique qui peut mener à une déstructuration, un morcèlement psychique.

Il va donc utiliser l’autre pour ne pas sombrer dans sa propre folie.

Nous pouvons comparer le pervers narcissique toujours dans le contrôle au pervers qui a basculé dans l’état psychotique à une boite contenant un puzzle et que l’on secouerait en gardant le couvercle, ou sans conserver le couvercle.
Dans le premier cas, celui du pervers narcissique dans le contrôle, il garde toutes ses pièces.
Dans le second cas, celui du pervers narcissique qui a basculé dans le vide de son Moi, une partie de ses pièces s’est éjectée de la boite.

.

Nous pouvons dès lors comprendre qu’il est extrêmement dangereux de pousser un pervers narcissique vers la reconnaissance de ce qu’il est étant donné que l’on court le risque de déclencher chez lui un réflexe de survie d’une violence incontrôlable et durable.

Le pervers narcissique va en permanence tenter d’éviter les conflits, les frustrations, les confrontations qui pourraient montrer son impuissance et l’obligeraient à se confronter à sa faiblesse.
Il le fera par un contrôle absolu de son environnement.

Pour lui, entrer en conflit serait reconnaitre sa faiblesse. Cela viendrait à montrer qu’il est « castré« , qu’il n’est pas complet, qu’il s’est construit autour du vide.

Nous savons donc maintenant qu’il a une peur panique, bien qu’inconsciente, de sa propre dislocation dans ce vide autour duquel il s’est construit.

Et même si le pervers narcissique est en partie conscient de son comportement, son ego démesuré bâti sur l’angoisse de la dislocation de son Moi l’empêche de le reconnaître et donc d’y faire face.

Entrer dans le conflit, marque pour le pervers narcissique un point de non-retour, un crime de lèse-majesté, bref, une déclaration de guerre immédiate dont la seule issue sera la mise à mort de celui ou celle qui l’a mené dans ses retranchements.

.

En conclusion:

Pour en revenir au sujet de cette réflexion; vivant en permanence au bord de son précipice, le pervers narcissique lutte contre un puissant stress et est donc contraint à un hyper contrôle des autres et de lui-même.

Il est aisé de comprendre, sans pour autant chercher à l’excuser, que le pervers narcissique patauge dans la souffrance qu’il génère pour survivre à lui-même.

___

On dit que la vie est en perpétuel mouvement de transformation.
On peut donc déduire que le pervers narcissique est un être déjà presque mort.

 

 

Souffrance du pervers narcissique - Geneviève Schmit, experte dans l'aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiques - http://soutien-psy-en-ligne.fr

 

Pour voir la vidéo sur ce sujet : Le manipulateur pervers narcissique souffre-t-il?

.

 

.

Un article de Geneviève Schmit, experte dans l’aide aux victimes de manipulateurs pervers narcissiques.

Pour toute prise de rendez-vous: 06.43.43.15.79

.

.

 Facebook pour les victimes de violence psychologique et de manipulation perverse. https://www.facebook.com/Soutien.Psy - Geneviève Schmit

J’aurais grand plaisir à lire vos interventions sur le
Facebook qui vous est dédié: Soutien.Psy

.

.

.

Geneviève SCHMIT production © Toute reproduction, même partielle est interdite sans l’accord de l’auteur.

.

23 août 2015
http://bit.ly/souffrance-pn

32 Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Maryse

    J’ai vécu 20 ans avec un superbe cas de PN, que j’ai quitté parce qu’il détruisait tout ce qui faisait ma vie (amitiés, travail, enfants et toute la famille…)
    J’ai fait une crise cardiaque due à un stress énorme, il a refusé d’appeler les pompiers et je me suis débrouillée toute seule.
    Je ne lui étais plus d’aucune utilité pendant ma maladie, mais qu’il y avait tout de même un intérêt à ce que je survive un peu pour lui permettre de s’organiser au niveau de nos possessions communes et bien me salir au niveau de mes relations (familiales, amicales et professionnelles), se dédouanant ainsi de toute responsabilité au niveau de la dégradation de mon état de santé
    Je l’ai quitté, bien qu’il m’ait privée de toutes ressources, il y a neuf ans.

    Il a rencontré quelqu’un immédiatement après mon départ, et reproduit avec elle exactement le même comportement qu’il avait avec moi; elle a vendu tout ce qu’elle avait et lui a remis l’argent pour ses placements, l’a isolée comme il l’avait fait avec moi. J’avais pensé qu’en trouvant une nouvelle victime, il me laisserait en paix (et me rendrait mes affaires, accepterait de vendre le bien que nous avons en indivision, etc…
    Pas du tout ! il s’acharne. J’ai intenté une procédure pour qu’il règle une indemnité d’occupation, il a été condamné, il ne paie pas; il laisse le bien se dégrader et refuse de vendre.
    Neuf procédures plus tard, je passe encore le plus clair de mon temps à essayer de récupérer mes affaires, à négocier avec mes enfants auprès desquels il ne cesse d’intervenir pour qu’ils ne me fréquentent plus (« c’est votre mère ou moi ! », imposé à des enfants qui sont majeurs depuis longtemps, cela semblerait déraisonnable, mais sa perversité narcissique lui permet de le faire.

    Il est gérant des sociétés qui détiennent encore aujourd’hui mes économies en compte courant (je n’avais pas le choix, chaque somme que je percevais était automatiquement placée en compte courant de l’une de ses sociétés, par ses soins)
    Mais il parvient à convaincre les juges que j’ai engagé un bras de fer dont il serait la victime… et refuse de me rembourser

    Je n’ai jamais pu retrouver des clients, il a radié mon activité dont le siège social se trouvait dans le bien en indivision…

    La liste est longue : il avait dit : »tu n’auras pas un sou, tu finiras seule, sans amis, sans personne », mais je me bats.
    Ce n’est pas parce qu’il s’acharne contre moi que je ne peux pas me défendre. Chacune de mes victoires, durement obtenues, certes, est un pas vers ma libération totale.

    Parce que le PN possède une autre particularité : il ne lâche pas sa proie, même s’il en a trouvé d’autres. Dans la nature, dans le monde animal, un tel comportement n’existe pas.
    La comparaison avec la boite de puzzle est excellente : si sa boite s’ouvre, le PN retiendra chacune de ses précieuses pièces, même si dans l’ensemble il ne peut plus en faire une image, car tout est éparpillé.

    Partir ne suffit pas : il faut que lui (elle) comprenne que vous êtes parti(e), que vous êtes sorti(e) de sa vie, et que tout ce qui vous accompagnait ne lui appartient pas plus que votre personne.
    Il faut beaucoup de courage et de ténacité.

    Et se dire que c’était une mauvaise pioche que de rencontrer cette personne, et qu’il faut la remettre au sabot.
    Je ne pense pas qu’il (elle) se suicide, vu le nombre de ses victimes qui ne cesse d’augmenter et qui alimente son ego.
    D’autant que ses victimes passées, quant à elles, disparaissent sans se retourner … contre lui.

    Retrouver son intégrité (son intégralité ?) c’est tout ce qui peut nous reconstruire.

  2. Marion

    Le PN que j’ai croisé a raté son suicide, cela a fait partie de son plan de manipulation, de culpabilisation…je l’ai parfaitement compris par la suite…Avoir du recul, être hors de son champ d’influences, permet d’analyser et comprendre, c’est le début de la cicatrisation…

  3. Bonjour ,
    Aujourd’hui je vois tout en noir .. Je vous explique
    Je suis en couple avec un homme depuis maintenant 10 ans , au début j’étais super heureux, épanoui , fier d’être avec lui. Aujourd’hui ce n’est plus vraiment le cas car je me rend compte que je suis isolé de tout, amis , famille , loisirs…
    J’ai l’impression que tout es de ma faute, que je suis trop râleur, trop bête, que je ne réussi rien etc… Il y a 5 ans , je suis tomber malade de la sclérose en plaque qui dieu merci va bien.. mais j’ai l’impression que depuis l’annonce ce cette maladie , plus rien de bien va dans mon couple et qu’il ce sert de celle-ci pour me détruire , genre des réflexions devant les gens , dans le perso aussi , que le fait de ce « taper » un handicapé ne change pas trop de la normal , que les lésions dans le cerveau me rend plus débile, que je ne dois pas en parler car je gâche la vie des gens et surtout que je les embêtes.. bref. j’ai l’impression qu’il fuit toutes discussions et que tout est de ma faute mais je n’ai pas cette avis , je ne l’ai jamais tromper, j’ai toujours fait en sorte de le soutenir dans ces choix.
    Aujourd’hui, je n’ai pas forcement d’amis qui viennent à la maison car je n’est pas le droit , pas famille qui habite près de chez nous. j’ai pourtant plusieurs fois essayer de changer, de pas trop rire , pas trop parler en société . Mais aujourd’hui je n’en peux plus , je ne sais pas comment faire pour me sortir de cette situation qui m’étouffe de plus en plus.
    Si vous avez des conseils je suis preneur .
    Merci à vous d’avoir pris le temps de lire mon commentaire
    Pierre.

    • Murielle

      Bonjour Pierre, la seul et unique façon de vous en sortir c’est de fuir…. Fuire la personne qui vous détruit. Ce n’est pas de la fuite, c’est du bon sens, c’est votre survie et surtout c’est beaucoup de courage et de force et la force je sais que vous l’avez…

  4. FRANCOISE

    Message 2 :
    Aujourd’hui après une longue période de réflexion, je me suis rendue à l’hôpital pour demander à être bénévole au service pédiatrie (clowns ..). Ma demande sera entendue ou non, ce qui doit frapper au plus fort dedans et dehors, c’est la VIE, l’envie d’avoir envie. J’ai souhaité parole en l’air à obtenir toute la vérité sur tous ces agissements, seul ou non sur une période de 10 ans. Je verrai si je serai satisfaite un jour. Il n’empêche, femme famille pour lui, il est bien seul dans sa tête. Un jour, j’ai eu une confidence de lui qui a surpris beaucoup en entreprise. Il m’a dit que  » ceux qui ont tout, ne sont pas les plus heureux » C’était une manoeuvre pour me faire venir à lui;

  5. FRANCOISE

    Bonjour
    Je découvre vos propos. Le fruit de ma collaboration professionnelle avec un PN a été l’objet d’un désastre sur ma vie professionnelle et personnelle, objet et plus victime dans un environnement de travail hautement toxique. La précarité de l’emploi – 7 ans de CDD – a développé différents mécanismes tels que syndrome de Stockholm,soumission morale progressive sans m’en rendre compte, stratégies malsaines de sa part etc. Le pire a été de découvrir des manipulations du même type de mon ex-meilleure amie synchrone à 900 km de distance sans se connaître. La faille venait assurément de moi. J’ai enquêté et découvert avec fortes présomptions un père lui-même manipulateur. Dans une logique de secouriste, il est souvent demandé au blessé d’évaluer l’intensité de sa douleur physique sur une échelle de 0 à 10. Je fais partie de ceux dont les blessures invisibles demeurent sans preuves, sans traces réelles aux yeux de la justice pour une quelconque réparation du préjudice moral. Ma douleur morale a été portée à son paroxysme par période tant le stress s’était ancré jusque dans mes cellules des années après la fin de notre collaboration. Il suffisait que je le croise lui et sa cohorte – des femmes en plus ! – de sorte que le mécanisme de fuite, d’alerte, de maux internes se redéclenchent. Quand on me parle de solidarité féminine, du constat de leur très grande loyauté à l’égard d’un  » très très grand connard  » excusez-moi, Simone Veil s’en retournerait dans sa tombe. J’ignore encore si tout a été savamment orchestré, tout ou en partie. Tout était psychique. Parce que je savais me défendre, que j’étais excellent élément, on a cherché donc à me détruire par l’aspect psychique (exposition prolongée sous un chauffage du plafond par fortes températures changées en permanence par différentes collègues avec soufflement sur le dos car très sensible puis examens médicaux à la clé par ex). Quand j’ai relaté mon histoire à une relation amicale, elle a été attérée. Je n’ai pas voulu  » voir  » admettre le piège dans lequel j’avais été enfermée et je ne suis pas sûre que ce soit encore fini pour moi; même loin des yeux loin du coeur, il a monté des personnes contre moi.J’aime écrire du comique, on s’est obstiné « par hasard » à détruire tout ce qu’il y avait de meilleur en moi pendant une période. Alors, j’assume intégralement mes propres termes et logiques suivants. Demain, sa mort m’est annoncée, ce sera un nuisible de moins sur terre. Aujourd’hui, je ne suis plus dans la soumission, j’ai accepté le piège, constaté le bordel sans nom un long temps dans ma vie, dans ma santé (AVC récupéré rapidement), troubles psychosociaux entreprise sur le corps .. Il est possible qu’il est encore placé d’autres pions pendant une période de ma convalescence, je n’ai aucune preuve bien sûr et ce dans ma vie privée. Il y a une empreinte subtile que je reconnais pour avoir collaboré avec lui. C’est comme une odeur que l’on reconnait à 10000. Le jour où il sera fatigué de placer ces pions, il viendra peut-être me faire face. Là je vous le dis en toute honnêteté. Avec les cours de self,s’il m’approche, il aura un coup dans les parties ou un coup de poing illico presto sur la gueule très discrêtment car un homme qui s’en prend ainsi à une femme ne mérite en aucun cas la reconnaissance de sa propre « souffrance » sinon la seule reconnaissance de sa propre lâcheté. Aucune justification, aucune raison ne sont données pour détruire la vie d’une personne. Il est possible qu’il m’est fait du  » bien », recommandée en entreprise pour protéger sa réputation etc Bref, n’étant pas dupe, toujours lui avec une longueur d’avance, lui-même en dépit de tout le bien qu’il peut faire devant un public pour redorer son blason, je n’en ai cure. Ma réputation peut nuire à long terme, soit. Mais quand on vous a touché, c’est irréversible. Lui, il aura peur de moi. Merci

  6. Jenny

    Bonjour,
    Je suis actuellement en couple depuis 13 ans; c’est ma deuxième relation de cette durée. Je me suis toujours posée des questions sur ce mal-être que je me traine depuis l’adolescence; je me suis toujours demandée pourquoi mes relations à autrui étaient tjrs très compliquées; Je me suis toujours demandée pourquoi je me sentais si frustrée et incomplete…..

    Depuis qq temps maintenant la situation est devenue très tendue avec mon conjoint; des disputes pour un oui ou un non, une incapacité à communiquer sans que ça ne devienne une joute verbale…. et puis tout d’un coup je me renferme et reste dans le mutisme pendant des heures, voire des jours.

    Puis, hier matin, une engueulade plus poignante que d’habitude m’a poussée à réflechir, non pas sur lui, mais sur moi …. Moi, qui étais convaincue que notre problem était un désamour qui s’était installé, me suis rendue compte d’une toute autre réalité.

    J’ai ouvert Google et j’ai tapé dans la barre de recherches tous les défauts de personnalité qu’il me trouve et ça me renvoie vers les pages qui traitent de Perversion Narcissique.

    La page Wikipedia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Perversion_narcissique) qui traite du sujet stipule :
    La thérapeute comportementaliste et cognitiviste Isabelle Nazare-Aga18 estime qu’il faut qu’une personne corresponde à au moins 14 des 30 comportements caractéristiques suivants pour qu’on puisse parler d’un pervers narcissique.

    Sans recopier la liste des comportements, je peux répondre oui à bien plus que 14….

    Il en va de meme pour les autres pages que j’ai consultées. Je me reconnais à 100%. Et, votre page ne fait qu’enfoncer le clou….

    Je ne sais pas comment gérer cette situation.

    merci à ceux qui me liront,

    • FRANCOISE

      Bonjour Jenny
      Je vous réponds et je me rends compte qu’il faut beaucoup de tact à ce sujet délicat. J’ignore si je saurai vous apporter mon soutien ponctuel. Il y a un mois, une de mes amies a été sauvagement assassinée par son mari dont elle voulait divorcer. Elle était expatriée. Depuis sa décision pour certaines raisons personnelles, elle se sentait enfin libre, libérée de son emprise. Il a eu beau faire, sa décision irrévocable, il a prémédité son geste. je vous épargne les détails sordides. Elle avait 37 ans. Mon histoire est différente de la vôtre. Toutes les histoires sont différentes. Je vous exhorte à garder confiance, assurance, foi en vous et vos capacités. L’enseignement que j’en ai tiré de plus de six dernières années est que l’être humain a toutes les ressources positives en lui pour faire face et se tirer de n’importe quelle situation. Avoir affaire à ces personnes hautement toxiques vous révèlera la puissance de votre instinct de survie peu à peu. La vie doit toujours reprendre le dessus. Faîtes-vous aider si nécessaire par un professionnel compétent. Travailler discrètement et inlassablement votre force intérieure et morale. Ne vous résignez jamais, ne capitulez jamais, gardez la tête haute, espoir; de cette épreuve, vous en ferez un sentiment de résilience apte à développer de nouveaux projets, vous rebondirez ainsi confiante face à la vie et aux autres; Je plains aujourd’hui ces profils perturbés. Ils ne sont que maître dans l’art de faire l’autruche, la tête dans le sable, le postérieur à l’air. Relater votre expérience est un grand pas vers la guérison ainsi que le progrès. Apprenez à écouter votre voix intérieure. Forcez-vous à vous promener de temps en temps, à faire les activités que vous aimées, tendre uniquement vers ce (ux) qui vous fait/font du bien et ne faîtes que ça, quoiqu’il arrive en positif ou négatif dans votre vie en complément de votre travail intérieur. Communiquez avec les personnes, maintenez constamment un lien avec ceux que vous aimez et vos connaissances. Lisez les articles sur les attitudes à adopter, ceux à déconseiller. La majorité des gens aspire à être heureux, vous le savez. Bien entendu, la prudence est recommandée. Le piège à éviter est de croire, sortir mordicus que vous pouvez changer ces profils-là. J’ajouterai également de fonctionner sur l’affectif. Vous y parviendrez. Vous êtes une personne courageuse et persévérante. Quant à savoir ce qui cloche en vous, ce profil est attiré avant tout par des personnes équilibrées dotées d’une belle âme et grande richesse intérieure. Vous manquez d’assurance et il sent votre faille. Je me répète encore: travaillez-le avec un professionnel compétent.J’ai accompli seule une introspection énorme suite à certaines circonstances. J’ai eu une attaque cérébrale où il y a eu absence de prise en charge, liée aux conséquences lancinantes, insidieuses de cet environnement de travail. La forte manipulation mentale, maniée dans toute sa dangerosité est susceptible de créer des conséquences physiologiques graves et d’autres maux divers dans l’organisme tels que troubles du sommeil, intestinaux, palpitations cardiaques, psoriasis, migraines .. Prenez soin de vous, chouchoutez vous. Au besoin si vous en avez la possibilité,faîtes du sport, un sport que vous aimez ou une activité artistique. Le sport, la création, la musique sont des ressorts psychiques très puissants. Merci à vous. Bon courage gardez en tête que la lumière est toujours au bout

      • FRANCOISE

        Correction : j’ajouterai également de ne jamais fonctionner sur l’affectif avec eux, chantage permanent oblige. Epuisant .. Merci

    • Lucille

      Si je comprends bien, vous pensez être vous-même une « perverse narcissique » ?
      J’admire votre courage de le reconnaître ouvertement.
      Il n’y a pas 50 solutions : il faut consulter un professionnel.
      Si vous tenez à la personne dont vous partagez la vie, vous pourriez commencer par contacter un conseiller conjugal ? S’il lui semble que vous avez besoin d’un autre type de soins, il vous le dira.

      • FRANCOISE

        Bonsoir,
        Je reprends l’écrit suite à la remarque de Lucille. J’ai réagis plus positivement pour une raison évidente qu’un pervers narcissique, à de très très rares exceptions près, ne reconnait pas de lui-même qu’il en a le profil et qu’il souffre ouvertement jusque dans un témoignage comme le vôtre, Lucille. J’avoue aussi qu’il y a eu malentendu, à la base et que j’ai décidé de laisser mon écrit dans le même sens;or, je soutiens mes arguments encore à présent sur la réalité de la maîtrise subtile de l’art d’un MPN, de son assurance, de son sang-froid, de son implacable logique.Il lui est rare de réfléchir sur lui-même et de se cerner lui-même MPN. Un MPN est un joueur d’échec, un virtuose des jeux d’échecs, des stratégies de la peur et maître dans le camouflage. Le connard – excusez-moi – qui s’affichera ouvertement comme un connard avec les mêmes traits de personnalités et même nombre n’est pas pour autant un MPN. Il montre ouvertement ce qu’il est.Les traits de caractères que vous avez relevés sont soit des traits de caractères au travers de situations et d’attitudes précises. Il est facile de s’auto-suggestionner, de s’auto-persuader, se culpabiliser soi-même surtout quand on est mal, Jenny. Avant de faire des questionnaires qui vous définissent comme telle et détruisent votre moral pour rien, vous et votre couple, sachez, Jenny, prendre le recul nécessaire, sachez et je le maintiens encore, vous faire du bien encore et toujours, et vous rapprocher d’un professionnel compétent en cas de doute, bref, prendre le taureau par les cornes. Quand une personne est mal, installé dans un conflit et cherche en soi-même les torts/responsabilités qu’elle aurait en elle-même, ne vous avisez pas à vous informer auprès d’un tel questionnaire la prochaine fois. Identifiez quelles sont les arguments qui vous ont mis ça en tête ? Si vous manipulez plus ou moins, demandez-vous si c’est pour réclamer de l’attention, faire du chantage ou autre. En couple, qui ne l’a pas fait (..)? Votre réaction Google n’a pas été la meilleure action à entreprendre, pour vous dire la vérité. En comparaison, c’est aller directement dans un bain glacé pour attraper mal. Bof .. Voyez si vous nécessitez définir votre profil psychologique avec un psy sans vous démonter la tête. Restez droite dans vos bottes et vos habitudes. Voyez si vous nécessitez de restaurer simplement votre confiance avec un bilan de compétences – renseignez-vous sur les profils professionnel RIASEC du psychologue américain Holland – ou un nouveau sport pour se renforcer type arts martiaux ou si une sélection dans ses relations en est la cause. Attention, prenez et laissez ce que je vous dis dans les deux dernières lignes, expérimentez par vous-même l’activité qui vous convient et il n’est pas sûr que vous ayez besoin de sélectionner vos relations. Maintenant, voici la démarche, vous faîtes face, vous restez neutre et objective, allez vous entretenir avec un professionnel, interroger une amie sûre – sûre absolument! – qui vous dira le fond de sa pensée sur ce constat MPN et agissez en conséquence; Enfin, que vous le soyez ou non – ce qui m’étonnerait à la lecture de vos émotions – soyez toujours positive. Les gens évoluent dans la vie. Il faut travailler sans cesse sur soi, s’adapter, s’écouter et se respecter avant tout. J’avais une amie profil MPN qui ne s’est jamais rendue compte. De tout cela, vous vous révèlerez beaucoup plus forte par la suite. gardez confiance et positive. La vie est précieuse. Ne vous faîtes pas peur inutilement et ne vous laissez pas influencer par qui ou quoi que ce soit. Bien à toi

        • FRANCOISE

          Dernière chose, Jenny, si j’insiste autant c’est que mon amie dcd ne pourra jamais réaliser ce qu’elle a à faire. Elle est morte de violence de son conjoint, elle est enterrée ce jour du 25/11, jour de la violence contre les femmes ! Alors, on se tutoie, souviens-toi dans la vie, il y a toujours de l’espoir. Des imbéciles, on en croise, qui nous persuaderaient que nous avons un problème. Vrai ou non, sache que nous en avons tous un et qu’il est plus rassurant de dire que l’autre a un problème. Mon parcours est étrange. Je me suis relevée de moi-même de l’épreuve ou de plusieurs épreuves. J’ai vu parfois un psychologue, j’ai été secouriste, je n’ai pas peur de voir les choses en face, je fais peur aussi aux personnes avec cette particularité d’affronter les choses de face. les gens qui ont peur de moi ont peur d’eux-même. je connais mes points forts, faibles, qualités, défauts, sait présenter mes excuses, je ne bois, ne fume et ai une obligation de mener une vie saine/ Ma logique n’est pas la tienne. Elle provient de certaines raisons, notamment du passage d’un MPN qui s’ignore. Je le croise, il a l’air de m’ignorer et j’ai conscience que l’action peut se faire dans mon dos. J’ai choisi de mener une vie cohérente, avec mes rêgles. Les gens le savent, point. J’ai croisé ou entendu plus parler de MPN qui s’ignore que de MPN qui se dévoile .. A toi de voir ! Toutes mes pensées positives, tu aboutiras; cela se lit entre les lignes. By

  7. aegnor56

    Bonjour,
    Cela fait bientôt treize années que je vis avec une P.N. mais peu de temps que je peux mettre enfin un nom sur ma souffrance: perverse narcissique.
    Je voudrais partir, mais ne peux pas et ne sais pas pourquoi.
    Pourtant j’ai tout ce qui me faut pour le faire. Que me manque-t-il pour faire ce pas vers la liberté?

  8. unkown

    Je ne sais pas si ma future ex en est une. J’ai beaucoup chercher, essayer de comprendre. Je pensais et lui est lu, les descriptions du PN, du borderline. Je suis persuadé maintenant qu’elle doit en être une. Je suis d’après internet ce que l’on appelle un alpha. J’ai subi le film, la guerre des roses puissance 10. Tout y est passé, l’enfer, je me suis retrouvé dans des états cataclysmiques. Maintenant, elle désire divorcée à l’amiable, enfin amiable pour elle, ruine pour moi. En très peu de temps, elle à mis mes deux ados (filles) dans sa poche, machiavel.
    Elle ne peut s’empêcher de communiquer avec moi, de part ma nature, je suis pour le compromis, comment y arriver avec une personne qui n’est pas cash ? vous argumentez, réponse proche de zéro, vide, hors sujet ou « délireman ». Je ne peux m »empêcher malheureusement d’y répondre, pourquoi ? dépendance affective, je n’y crois pas. Le besoin de rétablir certaines vérités avec une personne qui n’a rien fait, le comble, j’ai vécu l’enfer.
    Ce WE, elle rappelle des amis à moi, elle dit ne pas comprendre pourquoi, ils lui en veulent. Pourquoi, facile, des faire-valoir. Je m’en sers quand j’en ai besoin, j’insulte leurs enfants, les exploitent. Je me rappelle son surnom, il finit par pas nette, je n’ai fait que le rapprochement dernièrement, une copine m’a simplement dit : « C’est maintenant que tu te poses la question. »
    Résultat, elle divorce, me trompe, me fait vivre un enfer, manipule mes enfants, veut ma ruine et cette putain d’empathie (excuser la vulgarité), mes valeurs, mon honneur, m’empêche de me venger.
    L’avantage, par rapport à tout ce que j’ai lu, c’est que ma façon d’être, fait que je suis comme le roseau, je n’ai ni esprit de vengeance et de haine, je veux poursuivre ma vie. Je ne fais jamais de mal à personne, ne profite pas, mais de plus en plus souvent, je me demande si il y a une justice en ce monde.

  9. Renee

    Bonjour,
    J.ai quitté mon conjoint et je n’arrive pas à m.en remettre, j.ai tout donné pour cette relation. Quelq.un m.a conseillé de lire des articles sur les pervers narcissique, je constate qu.il correspond en chaque point à un PN . Mais je suis tellement démolie, que je me dis que j.exagere peut être ? Qui est en mesure de m.aider à poser ce  » diagnostic »? Je me dis que je cherche peut être à l.accuser d être un PN pour, réussir à archiver ce dossier dans ma tête et passer à autre chose… mais la réalité des faits c.est que son comportement m.a détruite, j.ai tellement de colère d.avoir accepté et laisser faire , j.ai honte. J.ai 2 enfants que je veux protéger . Vers qui me tourner ? À ma demande , on avait consulté une conseillère conjugale, je me suis retrouvée seule aux rdv car il m.avait tout mis sur le dos. Suite à notre séparation toujours à ma demande j.ai demandé à voir une conseillère familiale par rapport aux enfants, mais lui est ressorti indemne , c.est moi qui abuse… Je n.ai plus confiance en personne . Je voulais en finir avec la vie, mais je me bas à remonter la pente pour mes enfants , mais je suis encore fragile, mais j.ai besoin d.aide . J’en ai parlé à la Psy que je consulte que je pense que c.est un PN mais elle m.a dit mais pourquoi vouloir savoir ça, c.est une étiquette à la mode rien de plus, du coup je ne vais plus au rdv je me sens encore trahi…
    merci de bien vouloir m.aiguiller svp, c.est vital pour moi merci

    • chantal pironi

      Bonjour
      Je viens de lire votre histoire.
      je suis une thérapeute et je suis indignée que cette psychologue vous dit que le terme pervers narcissique est à la mode.
      le pervers narcissique existe et pour un jour retrouver sa liberté de pensée il faut justement le reconnaitre et dire que vous avez été victime de ce genre d’individu.
      je vous soutiens sans connaitre réellement votre histoire.
      N’hésitez pas à m’écrire via mon adresse mail si vous en éprouvez le besoin.
      Bien à vous

  10. Djamel

    Bonjour j’ai avoué à ma copine qu’elle est perverse narcissique. Ça l’a mise hors d’elle.
    J’ai fait une bêtise de le dire. Que dois je faire maintenant ?

    • Bonjour Djamel,
      Si vous pensez réellement qu’elle a des comportement de perverse narcissique, et bien partez.
      Si vous avez dit çà pour la provoquez, excusez vous platement, et tentez de récupérer la relation …
      Bon courage, Geneviève Schmit

  11. Steeve

    Ces gens mérite de gouter aux fruits de leurs attaquent morbide

  12. armhonnie

    Bonjour Madame,
    j’ai laissé un long commentaire, il y a qq jours, sous un autre article.
    Vous m’avez suggéré de prendre 2 rdv, ce que je viens de faire (les 24/3 et 7/4 en fin d’après-midi.
    Je viens de lire cet article, je me reconnais dans la recherche perpétuelle de ce que je suis, dans les yeux, les propos et les réactions des autres à mon encontre.
    Je viens de comprendre que vous pensez qu’il y a danger à « informer » le PN de sa vraie « nature »… et du coup, vous prendrez des précautions, alors que je voudrais tellement savoir !
    Pour moi, mes « anxiétés » ne sont pas « naturelles », mais acquises à la suite d’expériences précoces de terreur et d’abandon (dont je me rappelle et que je pensais avoir « réparées » grâce à l’amour de ma mère et de mes soeurs).

  13. Chantal

    Merci pour cet article..le pervers narcissique,a-t-il une conscience?
    l’ ex de ma fille est comme ceci..séparés,il continue de l’ embêter,de jouer le jaloux,de prendre les enfants en otage pour essayer de récupérer ma fille..elle va mieux,mais,malgré.
    Le jugement,il lui envoie des mots soit d amour soit d insulte,au lieu de demander des nouvelles des enfants..
    heureusement,après dix de manipulation,elle a pu partir et se reconstruit aussi..mais j’ai peur pour mes petits enfants,dans le sens,qu il les fasse souffrir pour atteindre leur mère

  14. Odile

    Bonjour, une question qui me préoccupe : un PN sait-il quand il bascule ou, au début quand il est plus jeune, pense t-il que la vie est comme ça pour tout le monde ? Que faire très bien semblant c’est la solution du bonheur et que si il est vide de quelque chose ( ce qu’il recherche par la suite chez une autre personne quand il a compris ) il pense que tout le monde est pareil ? Peut-il bien vivre une période dans sa vie dans le cas d’un entourage non contrariant, voire être adulé ? se rend t’il compte de son vide intérieur ? Je vous remercie d’avance de me donner votre avis.

  15. MademoiselleC

    Je me demande si les psycologues sont capables de déceler facilement les pervers narcissiques et de voir ce qu’ils font subir à leur conjoint à travers la victimisation et la culpabilisation, si le conjoint n’est pas présent pendant la thérapie?

  16. Maryline

    Bonjour,
    quand je l’ai quitté, mon mari a pleuré toutes les larmes de son corps faisant croire qu’il était malheureux parce qu’il m’aimait plus que tout au monde alors qu’il a tout fait pour me conduire à la déchéance et me faire mal. Aujourd’hui il poursuit son harcèlement au travers de mes enfants qu’il a ligués contre moi en les persuadant que j’étais folle et méchante et que c’était moi la perverse narcissique qui l’a fait souffrir.
    Je lui fais un divorce pour faute parce qu’il m’a fait descendre aux enfers et j’ai dû m’enfuir en laissant tout derrière moi après 34 ans de vie commune.
    Je me demande comment je peux faire pour que mes enfants cessent de le croire et comprennent que tout ce qu’il raconte n’est qu’un horrible tissu de mensonges.
    Je lis vos articles et je regarde vos vidéos avec beaucoup d’intérêt et je vous remercie d’être là pour soutenir ceux qui ont croisé la route d’un être aussi infâme. Bien à vous Maryline

    • Bonjour Maryline,

      Il ne m’est pas possible d’expliquer en quelque ligne comment agir d’autant plus que je n’ai aucun élément qui puisse m’y aider.
      Je vous suggère de regarder les 2 vidéos sur le sujet et éventuellement prendre un rendez-vous pour une consultation à distance afin qu’on puisse réellement y réfléchir ensemble.
      Bon courage! Geneviève Schmit

  17. nemosophie

    Bonjour,

    Beaucoup de chose dans ce texte… et un peu de confusion vis-à-vis de la théorie de la perversion narcissique.

    Un pervers narcissique qui souffre… et ben… c’est un « borderline » (ou personnalité limite) qui n’a pas encore atteint le stade de la perversion narcissique accomplie au sens que Racamier (découvreur de la perversion narcissique) donne à ce terme.

    Donc, qualifier de pervers narcissique un « borderline » qui use de mécanisme pervers narcissique revient en quelque sorte à le condamner sans espoir de rédemption, alors que les personnalités limites peuvent très bien évoluer vers un fonctionnement efficient non empreint de perversion.

    La problématique est hyper-complexe tant est si bien qu’il est extrêmement difficile d’en vulgariser correctement les concepts. Pour autant, les mots sont importants et l’on ne peut diagnostiquer le pervers narcissique de « souffrant », car si tel était le cas, c’est alors qu’il a changé de registre psychopathologique et qu’il a évolué vers une autre entité nosographique (schizophrénie, « folie », etc.).

    • Bonjour,
      Le terme de « souffrance » est à prendre dans son sens de tension et non pas d’émotion.
      Mais sans doute l’avez vous compris.
      Geneviève Schmit

    • Caramel

      Merci Genevieve pour cet article. Il decrit parfaitement ce que je ressentais instinctivement a propos de mon ex.

      @nemosophie: comment distinguer le pervers narcissique d’un borderline?
      Comment aider un borderline? Je suis persuadée que mon ex souffre (au debut de chaque crise de deni/rage, il me suppliait d’arrêter (de le confronter, de vouloir partir), il s’est mis a vomir puis a pleurer a chaudes larmes apres sa derniere crise).
      Peut-on se mettre en contact?

      • nemosophie

        Bonjour Caramel,

        Je vous recommande fortement le site de l’AAPEL où un article présente la différence entre « borderline » et « pervers narcissique » : http://aapel.org/bdp/BLperversnarcissique.html

        En explorant ce site, vous y trouverez un questionnaire à utiliser pour vous aider à diagnostiquer un trouble de la personnalité « borderline ».

        Cela pourra peut-être vous aider.

        • candy

          Très bon post !
          Ils sont presque morts tout à fait et avec eux la vie est un enfer ,impossible de communiquer ,impossible d’avancer,impossible d’être détendu,impossible d’être heureuse,impossible d’être soi .
          Mon père en était un et toute petite je le trouvais fou bizarre malade d’instinct je le fuyais et le laissé aboyé quand il obtenait pas ce qu’il voulais de moi.
          Au fond de moi je me disais tant que tu demandera pas les choses gentiment je ferais le contraire.
          Il est jamais arrivé ça le rendait fou et du coup il s’en prenait à plus faibles plus dociles plus naifs plus comprehenssifs.
          Mais au fond il m’admirait et il avait peur de moi avec elle ça marche pas.
          Depuis j’en ai rencontré une dizaine que j’ai fuis assez rapidement.
          Ils sont tellement froids inhumains calculateurs je les trouves idiots .
          Ils sont toujours ds le paraître l’image le superficiel l’argent tout est creux vide lisse .
          Les qualités ils en ont aucunnes.
          Ils sont mythomanes constament et manipulateurs certains meilleurs que d’autres comme manipulateurs.
          Ils copient les autres volent leurs idées leurs projets,imites nos qualités,profites de tout le monde mais ca se voient ,ca se sent,ils sont incohérents ,ils ne respectent rien ni personne.
          Beaucoup ont peurs d’eux,d’autres sont hypnotisés devant leurs faux talents fausses personnalites .
          Moi soit je les ignore,soit je leurs renvoit leurs images ,la vraie et ça ils détestent mais je m’en fiche.
          Ils sont peureux et lâches ,arrêtez d »avoir peur.
          Ils arrivent pas à me soumettre ,pas envie de les excuser ils sont malades mais ils se soignent pas bien au contraire.
          Un pervers est un être de souffrance et quand nous on Souffre à cause d »eux soit ça les rends joyeux soit ils sont indifferents rien que ça est la preuve qui sont inhumains,sadiques,toxiques.
          Fuyez les si vous voulez qui se soignent c »est pas en souffrant à leurs places qui se soigneront et arrêtons de leurs trouver des excuses .
          Mon père était un p.N. J’en suis pas devenue une ,eux ils ont choisis d »être comme ça ils jouissent de la souffrance qui provoque c’est un véritable plaisir pour eux .
          Ils sont conscients certains l’avoue à demi mots mais ils le savent qu’ils se servent et profitent des autres.
          Pour eux c’est normal et tampis si vous êtes naifs humains .
          Pour eux vous êtes des jouets rien d’autres.
          C’est effrayant mais c’est la réalité !
          Courage à tous ouvrez l’oeil et fermez la porte aux vampires si vous voulez être heureux !!!