Gagner en justice face à un manipulateur pervers narcissique

Témoignage d’une femme courageuse aux prises avec un pervers narcissique et qui a su faire valoir ses droits face à la justice.

.Si on est malin, si on sait contrôler ses propres émotions et qu’on a de la ressource, on peut « gagner » face à un pervers narcissique. J’en suis la preuve vivante. Mais il faut en premier lieu oublier toute notion de « victime ».

Vous n’aurez probablement jamais la reconnaissance de ce que vous avez subi et le plus vite vous acceptez cela, mieux vous vous en sortirez au tribunal.

Allez voir un psy pour vous faire aider et si votre avocat vous dit le contraire, trouvez-en vite un autre.

La première phrase que mon avocat m’ai dite c’est que les juges sont souvent « agacés » d’entendre parler des pervers narcissiques, que c’est une mode, et que cela se retourne inévitablement contre la victime.

Mon avocat m’a dit qu’on allait faire un dossier sur les faits et rien que les faits prouvables.

Croyez-moi, c’est la seule et unique bonne stratégie. Vous allez gagner sur ces faits prouvables, mais pour cela, vous devez avoir les nerfs solides et préparer votre « sortie » bien avant que le sociopathe sente qu’il y a de l’eau dans le gaz…
Dans l’état dans lequel vous vous trouvez à ce moment là c’est dur d’accueillir ce discours, surtout de la part son propre avocat, mais c’est pourtant le signe qu’il s’y connaît réellement!.

Lorsque je me suis rendue compte que je vivais avec un sociopathe j’ai fait 3 choses : j’ai beaucoup lu pour apprendre les mécanismes de la manipulation et de la violence psychologique, j’ai consulté un psy plusieurs fois par semaine et j’ai pris un rendez-vous avec un avocat.

Et une quatrième chose… j’ai fermé ma gueule et j’ai gardé ça pour moi en attendant d’y voir plus clair !

Je n’en ai parlé à personne si ce n’est à mon psy.
A ce stade vous ne savez pas à qui vous pouvez faire confiance. Même les amis les plus proches risquent de ne pas comprendre ou pire de ne pas vous croire tellement ils sont sous le charme du manipulateur pervers !
C’était très dur, mais c’est une des choses essentielles qui m’a sauvée !

On n’annonce rien à personne, on observe, on planifie et on agit. Vous pouvez être sûr que pendant ce temps là, à votre insu, le manipulateur pervers récrit l’histoire et a déjà commencé sa campagne de diffamation. Vous ne le réaliserez souvent que bien plus tard!

Pendant tout ce temps, à la maison, j’ai appliqué la technique « dos rond« . Cela veut dire rester totalement, lisse, molle et neutre dans ses échanges avec le sociopathe. Pas d’affection, pas de relations sexuelles, pas de jouxte verbale. Rien.
Mon espoir était qu’il s’ennuie et qu’il me quitte. Chose qui ne s’est pas produite.

Au bout d’un certain temps, et sur les conseils de mon psy,  j’ai changé de tactique car je commençais à trop souffrir de ce double jeu, aussi bien psychiquement que physiquement (maladies).
J’ai donc démasqué le sociopathe.
Mais attention! Cette stratégie est très risquée, surtout en cas de violences physiques!
J’ai anticipé en prévenant la Police et j’ai fait la confrontation fatale devant la porte ouverte de notre logement, de telle sorte que je puisse partir en urgence, au cas où.

Attention, ne démasquez jamais un sociopathe si vous pensez être en danger.

Ma stratégie a été de commencer à lui mettre une pression constante: détective privé pour constater ses multiples relations extra-conjugales et enregistrements audio de toutes les immondices qu’il me disait quotidiennement. Je l’ai menacé de dévoiler à son entourage des photos de lui avec d’autres femmes, ainsi que certains enregistrements choisis de ses nombreuses violences verbales s’il m’empêchait de partir tranquillement. Je lui ai également retiré, petit à petit, un certain confort matériel. Je ne lui donnais plus d’argent, plus de cadeaux, et j’en passe… C’est un vampire qui s’approprie tout ce qu’il veut, que cela lui appartienne ou pas.

Mais j’ai pourtant encore attendu dans l’espoir vain de divorcer « à l’amiable ».

Lorsque j’ai enfin demandé le divorce, après avoir perdu plus d’un an à croire ses mensonges et en me berçant dans l’illusion d’un divorce à l’amiable, la guerre fût déclarée. Nous avions atteint le point de non retour. Trop tard pour faire marche arrière.

On m’avait conseillée de sortir en douce de la maison toutes mes affaires personnelles ainsi que les photocopies tous ses dossiers administratifs, tant qu’il ne se doutait de rien…
Malheureusement, j’étais trop fatiguée et diminuée à l’époque pour le faire. A mon grand regret je n’en avais pas ce courage.
Je n’ai découvert que bien plus tard, devant le juge, que c’était lui qui avait anticipé et fouillé dans toutes mes affaires !

N’oublions jamais que les pervers narcissiques sont des prédateurs et qu’ils ressentent le danger bien avant nous-même !

Aujourd’hui, je ne dispose que les quelques vêtements et affaires que j’ai réussi à prendre lorsque j’ai quitté mon domicile. Je sais que je peux faire une croix définitive sur tout le reste.

A la différence de beaucoup d’autres victimes je n’ai pas d’affect pour ce sociopathe. Dès que j’ai compris qui il était et ce qu’il faisait pour m’anéantir, le lien qui me reliait à lui s’est brisé. C’était terminé.
Je suis consciente que c’est une grande chance.
Pendant un certain temps il m’est arrivé d’avoir pitié de lui et de vouloir l’aider … il joue si bien les victimes, bien mieux que le meilleur des comédiens du monde, mais cela n’a pas duré. J’ai très vite ressenti du mépris et même du dégoût pour lui.

Tous les livres que j’avais lus disaient qu’on ne peut pas gagner contre un sociopathe. Qu’il faut tout abandonner, argent, maison, enfants, mais je ne pouvais pas accepter cela. Impossible pour moi. J’avais besoin de me battre pour revivre. C’était peut-être malsain, mais ce besoin m’obsédait. C’était pour protéger mes enfants mais aussi pour reprendre ce qui me revenait de droit après tant d’années de vie commune avec ce parasite qui se servait librement dans mes comptes bancaires et dans toutes mes affaires, comme ça lui plaisait.

Après avoir patienté pendant plus d’un an, et tout en préparant ma stratégie, je suis finalement partie lorsqu’il m’a agressée physiquement. Je n’en pouvais plus. Le médecin légiste a constaté une côte cassée et a posé 10 jours d’ITT, pourtant, le procureur a classé la plainte sans suite.
Si vous êtes victime de violences « légères » je ne vous conseille pas de porter plainte ! C’est triste à constater mais, mon expérience personnelle me fait dire que même les « femmes flics » ne vous aideront pas. Le manipulateur pervers va réussir à les manipuler, tous…
Dans mon cas, cette plainte aurait pu me desservir devant le JAF, c’était une grosse erreur stratégique.

Le sociopathe avait donc une plainte au pénal qui pesait sur lui ainsi qu’une demande d’audience en référé pour le divorce. Pour échapper à ses responsabilités, il s’est volontairement interné en hôpital psychiatrique soi disant pour une dépression pendant une longue période pour échapper aux conséquences de ses actes. Pendant cette période de séparation j’ai fait croire à mon sociopathe de mari que je n’avais rien à cirer de tout ce qui en fait était réellement important pour moi (les enfants, la maison).

Je l’ai laissé croire que j’allais tout plaquer et recommencer ma vie ailleurs, qu’il pouvait tout prendre.

Et encore une fois, je le répète, j’avais un très bon avocat qui avait compris les mécanismes de ce personnage et qui connaissait les erreurs à éviter devant le JAF (Juge des affaires familiales).
Je me suis rendue au tribunal avec un dossier presque vide. Il ne contenait que des informations détaillées et avec des justificatifs sur mes finances ainsi que trois ou quatre attestations concernant ma « moralité ». J en’étais pas très rassurée, mais je vous assure, je sais aujourd’hui que, pour moi en tout cas, c’était la seule bonne stratégie !
Son dossier à lui comportait des dizaines de pages d’attestations diffamatoires que nous avons démontées, ligne par ligne ainsi que des déclarations de charges et de revenus, presque à 100 % fausses.

Et j’ai gagné. Tout! La garde des enfants, une pension alimentaire, et même une indemnité d’occupation du domicile conjugal que j’ai quitté.

Nous avions un 2ème bien immobilier locatif dans une autre ville. J’ai fait croire à ce sociopathe que je voulais le vendre à tout prix, que j’avais trouvé un acheteur parmi mes amis, et qu’il voulait l’acquérir tout de suite. Comme prévu, il bloque. C’est ensuite son propre avocat qui propose dans les échanges officiels que j’occupe ce logement. C’est bien évidemment ce que je souhaitais réellement. Ce n’est pas encore fait, parce qu’il faut pour cela que je change de commune et cela impactera potentiellement la garde des enfants, mais cela va se faire. Je suis confiance. Et tout cela sans indemnité d’occupation puisqu’il s’agit d’une résidence secondaire.

Mais en attendant les temps sont financièrement très durs. Le sociopathe a réussi à vider une partie de mes comptes bancaires avant que je n’ai pu tout verrouiller. J’ai dû racheter des vêtements, équiper un logement, et acquérir tout ce qui est nécessaire pour vivre.

Je m’attend maintenant à ce qu’il fasse traîner le partage immobilier et financier durant des années.

Mais le partage sera fait et mon avocat m’assure que je vais récupérer tout ce qui me revient, en fait, des centaines de milliers d’euros. Il pense comme moi que finalement ce sera ce sociopathe qui sera dépouillé par les frais de justice, d’indemnités d’occupation et de pensions alimentaires non payées.

Pour moi, le coût de ce double jeu a été énorme psychiquement. Je ne vais pas encore très bien, je prends des médicaments, je dors mal, je ne mange pas correctement, mes collègues de travail savent que je ne suis pas capable de grand chose en ce moment même s’ils n’osent rien dire. Je sens que la guérison va être très longue.

Je suis atteinte de stress post-traumatique et surtout, je dois me pardonner tous les comportements aberrants que j’ai dû adopter face à ce manipulateur.

On appeler mon comportement de la « contre-manipulation« . Pour moi c’était le déni de mes valeurs personnelles les plus précieuses ainsi que de mon intégrité. J’ai dit, j’ai fait des choses que jamais je n’aurai imaginé pouvoir accomplir, mais je ne regrette pas ma « stratégie« . Elle m’a sauvé la vie.

Si j’avais eu plus de force, je l’aurais fait plus tôt… mais je me trouvais encore plongée dans l’illusion du « Non…jamais il ne ferait ça« 
En fait, il a fait bien pire.

Mon discours peut vous paraître froid, dénué d’humanité et même cynique. Il est malheureusement à l’image de la justice dans le cadre des relations avec une ou un manipulateur pervers..

Aujourd’hui, il me reste à parcourir un cheminement pour me reconnecter avec mes émotions, me réapproprier mes valeurs personnelles, réapprendre à me faire confiance et pour surtout accorder aux autres une confiance plus mesurée enfin d’aller de l’avant..

Témoignage d’un lectrice qui souhaite rester anonyme et recueillit pour vous par Geneviève Schmit, le 8 décembre 2016

 


 


 

Petit florilège de réactions sur le vif:

Édifiant! Quelles stratégies il faut mettre en place pour contrer ces pervers, devenir et penser comme eux… Dur…

.

Comme je comprends cette dame, on se retrouve à faire des choses qui ne nous ressemblent pas du tout, la reconstruction est difficile mais rien n’est impossible…. Pour moi le combat c’est certain ne s’arrêtera jamais mais il m’affecte de moins en moins, mais le fait qu’il utilise les enfants, grrrr… Je suis certaine que le temps travaillera pour nous… Patience, un mot que l’on entend beaucoup dans ce genre de situation…

.

Entièrement d accord ! ..j avais perdu la première fois et la seconde j ai réussi à faire retirer une garde alternée avec la maîtrise de mes émotions ( ce qui m avait fait défaut avant!) Et les faits et rien que les faits!!! Aujourd’hui j ai énormément changé. Avant je donnais ma confiance à autrui et en était personnellement carencee et à présent je donne ma confiance qu en moi et nullement en autrui…phase de reconstruction.

.

Merci ! Merci pour ce témoignage qui démontre qu’il est possible de « gagner »… Il est possible de « contre-manipuler » PN dès lors qu’on a compris son fonctionnement et ses attentes ! J’espère que beaucoup de membres vont s’inspirer de ce récit car il me semble être « une clé » pour affronter PN. Ce fonctionnement vaut pour la vie courante, ne surtout pas « accuser » PN, si vous agissez dans le calme et le dialogue, les gens constateront d’eux-même l’attitude négative de PN ! De plus, en agissant ainsi, vous êtes irréprochable face à PN.. je vous assure que cela fonctionne. En résumé, soyez vous-même, utilisez ce que vous êtes, vos valeurs, vos qualités humaines, toutes ces choses dont PN est dépourvu ! Bon courage à tous.

.

Pour ma part j’ai payé très cher deux erreurs: l’avoir démasqué sans me protéger. Et espérer pouvoir être comprise de certains amis. Vos alliés, ceux qui comprendront, seront très rares.

.

Beaucoup de courage dans ce témoignage, elle n’a pas à s’en vouloir d’avoir contre manipulé elle n’est pas comme lui loin de là, elle s’est seulement sauvée elle et ses enfants. L’important aussi est d’avoir un bon avocat, la mienne a été déterminante, c’est comme un psy si je puis dire, ça passe ou pas, ne pas hésiter à changer si besoin car il nous accompagne pour un très long chemin… S’entourer de gens fiables et solides, l’important comme on dit ce n’est pas la quantité mais la qualité. Bon courage

.

Comme ça me parle…

.

Très beau texte sur un témoignage rempli de pépites . A lire, relire…

.

Très lucide ! Moi je suis dans phase préparation séparation d’avec femme PN. Je suis prêt à lâcher de l’argent qui m’appartient à travers ma part de l’appartement. L’objectif étant la liberté retrouvée. Il faut parfois leur donner la sensation qu’ils ont gagné. Il faut être adroit et futé. Lâcher du lest. Le but n’est pas la vengeance par rapport à votre souffrance vécue avec PN. Le but c’est de quitter cette relation.

.

La justice se base sur des FAITS qui sont PROUVABLES ! Rien d’autre. Parler de « PN » n’est JAMAIS une bonne stratégie !

.


 

Pervers-narcissiques.fr

Pervers-narcissiques.fr Site portail pour les victimes de PN

Geneviève Schmit - Experte dans l'accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques

Geneviève Schmit, coaching thérapeutique.

. .   © Geneviève Schmit, experte dans l’accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques. .


 

J’aurais grand plaisir à lire vos interventions sur le Facebook qui vous est dédié: Facebook pour les victimes de violence psychologique et de manipulation perverse. Soutien.PsyFacebook Soutien.Psy