Accouchement

image_pdfExporter l'article en PDFimage_printImprimer l'article

Humour sarcastique

 

Madame, 25 ans, vient de vivre un accouchement particulièrement difficile et douloureux sans péridurale.
Enfin on lui pose le bébé dans les bras.

 

Monsieur, un peu à l’écart, avec un petit sourire narquois:   « ah! finalement çà fait pas mal , hein ? »

On peut reconnaître là le comportement typique de l’individu immature
qui évacue sa propre angoisse en niant ou minimisant
jusqu’au ridicule un évènement difficile.

Genevieve Schmit

En tant qu'experte dans l’accompagnement des victimes de manipulation perverse, J'ai mis en place un protocole qui peut se pratiquer à distance, de quelque pays que ce soit par téléphone ou Skype. 06 43 43 15 79 (laissez moi un texto pour que je puisse vous rappeler au plus vite)

2 commentaires

  1. Après une journée de travail, l’enfant ne descendait pas (3 tours de cordons), on nous annonçait une césarienne. Il criait « Tu ne sais même pas faire un enfant! »
    L’anesthésie était un échec, l’anesthésie s’est excusé auprès de papa, quand je sortais de la salle d’opération, il me montrait le bébé « il est beau, il a mes épaules », pas un mot concernant ma souffrance.
    Le lendemain de mon accouchement, après la visite de mes parents à l’hôpital, fermant la porte de ma chambre il criait « la naissance est important pour la famille de 3, tes parents me dérangent. Qu’est ce qu’ils font là » (ma mère est pédiatre pourtant)
    Le jour de sortie de l’hôpital, il ne voulait pas que mes parents vienne avec lui à l’hôpital, en sortant, il marchait vite avec le bébé dans le panier, encore faible, je n’arrivais pas à le suivre, il criait « les femmes françaises savent sortir de l’hôpital seule avec leurs bébés en conduisant, toi tu ne sais même pas marcher! » (je ne suis pas française »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *