Geneviève SCHMIT

Geneviève SCHMIT

 

Geneviève SCHMIT - Experte dans l'accompagnement de victimes de pervers narcissiques

Geneviève SCHMIT – Experte dans l’aide aux victimes de pervers narcissiques

 

Je suis formée en psychologie positive et  en thérapie analytique avec une approche globale depuis 1995. Praticienne Hypnose Ericksonienne, à l’hypnose clinique. Je suis formée aux techniques de gestion du stress post traumatique telles que l’EMDR et l’IMO, en Thérapies Brèves , à la sophrologie analytique, et au coaching.

Ayant moi-même fait l’expérience de vie avec un manipulateur pervers narcissique, et m’en étant sortie grandie, j’ai voulu faire profiter les autres de ma propre expérience.

Riche de ce vécu,j’ai fais des recherches durant de nombreuses années afin d’apporter les enseignements indispensables concernant le comportement du pervers narcissique et de sa proie.
Mon objectif est d’accompagner les victimes vers leur autonomie. 

Aujourd’hui je suis reconnue experte dans ce domaine bien particulier qui est celui de l’accompagnement des victimes manipulateurs pervers, hommes ou femmes.

Les personnes qui font appel à moi-même en France, en Belgique et au Québec .
Autres francophones également de tous les autres horizons.

Je propose des consultations par téléphone ou Skype.

 

[encadré] Pour vous aider, j’ai besoin de mettre en place un protocole d’accompagnement en deux séances que vous pouvez découvrir en cliquant ici . [/boîte]

 

En plus des consultations individuelles, j’organise et anime des formations à Paris, ponctuellement dans d’autres villes de France et même par vidéo conférence.

Je suis fondatrice du  » Groupe de recherche et d’accompagnement des victimes de violence psychologique et de manipulation perverse  » ©

 

 

[boîte] Pour prendre rendez-vous: +33 (0) 6.43.43.15.79 [/ box]

Laissez moi un texte avec votre nom complet et votre demande
afin que je puisse y répondre plus vite.

 

Charte déontologique

Toutes les informations que vous souhaitez me confier par mail ou par téléphone resteront strictement confidentielles.
C’est un principe de base essentiel et je ne déroge pas.

 

 

 

4 commentaires

  1. Bonjour, quand le PN vous envoie un sms en disant lui même qu’il est pervers narcissique et que les pervers moins on leur parle mieux c’est
    pensez vous que l’on peut se servir de ce sms en justice?
    cordialement

  2. Bonjour, Je suis séparé de mon ex conjoint depuis 1 an et demi, nous avons un fils de 5 ans et depuis quelques mois j’ai pris conscience qu’il était sans doute un PN.
    Je me suis séparé de lui car il était alcoolique et après 5 années de vie commune, j’ai décidé de le quitter. Après notre séparation je suis resté très proche de lui, ne voulant pas le faire souffrir… je lui ai dis que s’il se faisait soigner, je lui laisserais peut être une seconde chance… et au bout de six mois où il ne faisait pas d’effort j’ai réalisé que je devais passer à autre chose. Ces six ont été très révélateurs et la suite plus encore… Durant 6 mois je continuais à lui faire ses courses, à lui faire sa vaisselle car il se posé en victime et je culpabilisé bcp… il ne voyait notre fils que quand j’étais là et je pensais qu’il devait voir son fils à cette époque, ne réalisant pas encore ce qu’il était…. J’ai ensuite rencontré quelqu’un et il a commencé à changer, devenant plus agressif, mais après chaque passage d’insultes, de menaces, il me disait que c’était parce qu’il m’aimé, qu’il voulait que je revienne (chose qu’il n’avait pas fait pendant 6 mois, la situation lui allant très bien comme ca je pense)… je l’excusais donc à chaque fois… Il a cassé mon pare brise, ma giflé, craché dessus et malgré tout ca, je le pardonné à chaque fois, car il me disait qu’il souffrait de notre séparation, que je lui avais pourri la vie en le quittant…
    Il m’envoyait des message tout gentils, puis quand il savait que je voyais mon conjoint actuel me traité de tous les noms et le lendemain faisait comme si rien ne s’était passé… Durant les 6 premiers de notre séparation il ne voyait notre fils que lorsque j’étais là… ensuite quand j’ai eu quelqu’un, j’y allais moins et il ne manifesté pas l’envie de voir son fils. Quand nous étions en « bon terme » il me parlé à moi, m’envoyé des messages, m’appelé moi… et c’est moi qui lui proposé de voir son fils, qui devait parfois lui courir après pour qu’il le voit… et j’étais avec mon conjoint actuel, il me harcelait de message concernant notre fils alors qu’habituellement il s’en foutait…
    En un an et demi, il n’avait jamais pris son fils pour dormir chez lui (à part 5 ou 6 fois durant les six premiers mois et quand j’étais là)… mon fils avait mangé 5 ou 6 fois chez son père sans moi… il n’allait pas le chercher à l’école, quand il était en froid avec moi, il pouvait rester 2 ou 3 semaines sans voir son fils (mais en continuant à m’envoyé des message chaque jour tout de même pour m’insulter, me culpabiliser…)… Il n’en avait pas encore besoin, car j’étais toujours malgré tout… à vouloir arranger les choses, à essayer de le comprendre… J’ai accepté de lui, ce que je n’aurais accepté de personne d’autre…
    J’ai réalisé qu’il y a avait un souci quand un jour je me suis querellé avec mon conjoint actuel qui est quelqu’un de très bon, patient, qui m’aime réellement et que j’aime également de tout mon cœur… Je me querellé avec lui, à cause de mon ex que je n’aimé plus mais que je défendais malgré tout. J’aurais pu briser notre histoire alors que je n’avais rien à lui reprocher et je n’arrivais pas en vouloir à mon ex qui, comme il avait menacé de le faire, me pourrissait la vie… J’ai réalisé à ce moment là qu’il y avait un soucis que j’étais sous l’emprise de cet homme…Les morceaux du puzzle se sont assemblé dans ma tête et j’ai réalisé qu’il m’avait manipulé depuis le début… Quand je l’ai rencontré j’étais avec quelqu’un qui m’aimait mais qui parfois me rabaissé (ne m’écoutait pas quand je parlé, ne faisait rien à la maison…) et c’est comme ca qu’il m’a séduite…
    il m’a dit que je ne méritait pas qu’on me traite comme ca, m’écouté, me rendait importante… J’ai quitté cet personne et me suis mise avec lui… il m’écoutait au début, m’aidait beaucoup à la maison… il a voulu qu’on emménage ensemble très vite, au bout de deux mois il me parlait d’enfant et ca allait très vite pour moi mais malgré tout, devant « cet amour » qu’il manifesté pour moi, j’étais enchanté.. Je passé déjà au-dessus de messages à une ex lui disant qu’il n’était rien sans elle, il lui envoyé des message très souvent et elle ne répondait pas.. et au dessus de l’alcool, deux choses qui auraient était rédhibitoire pour moi normalement.. Il m’a fait accepter des choses, avec le recul je n’en reviens toujours pas…
    Une fois que je suis tombé enceinte, il était ravi et moi un peu paniqué du fait de ses problèmes d’alcool, je lui ai dis que s’il n’arrêté pas avant la naissance, j’élèverais son enfant seul…
    Il a arrêté… bien diminué en tout cas. A était parfait à l’accouchement… Mais une fois l’enfant là, il n’a plus rien fait à la maison, ne s’en occupé pas, ou très peu… et quand je lui reproché, me disait que ca n’tait pas le cas, qu’il faisait des choses et que je ne m’en rendais pas compte… Il a arreté de travaillé, et a repris l’alcool de plus belle.. Ma vie se résumé à m’occuper de mon fils le matin qd il dormait, le déposer à l’école, aller travailler, aller chercher mon fils à l’école, aller faire les courses, faire à manger à mon fils, lui donner à manger en haut pour que lui soit au calme devant la TV, coucher mon fils, faire à manger pour nous, manger à 21h, 2h parfois car il ne voulait pas manger tot et aller me coucher… Si je m’asseyais entre deux, il me disait « ben qu’est-ce que tu fais? » alors que lui ne bougé pas du canapé… Le pire dans tout ca, c’est que s’il n’avait pas eu l’alcool, j’aurais supporté ca bien plus longtemps… car parfois il me disait « ben va voir tes copines « … et quand je les voyais (1 fois tous les 6 mois), il m’envoyait des message pour me dire qu’il se sentait mal… me faisait culpabiliser…
    Quand on s’engueulé pour l’alcool ou pour le fait que je trouvé qu’il ne faisait pas grand chose, il était tellement sure de lui dans ses réponse, il restait calme et froid et je finissais pas me demander si ce n’était pas moi qui lui en demandé trop…

    Bref… Je pense qu’il est clair maintenant qu’il est un PN… j’ai décidé de faire les démarche juridique pour la garde de mon fils, pour avoir le moins de contact avec lui..il a réalisé qu’il me perdait réellement.. et depuis que je lui dis vouloir faire le dossier, il va chercher mon fils à l’école quasiment tous les jours et de se fait je suis obliger de le voir… AU début mon fils ne voulait pas y allé, il rentré et me disait « maman, je vois trop papa »…mais les jours passe et c’est un enfant, il préfère que son père vienne le chercher que de rester à la garderie… Je veux demander la garde exclusive et vois une avocate mercredi prochain.. mais lui veut plus, et j’ai peur qu’il obtienne plus…

    J’aimerais que vous me disiez ce que vous en pensez… Et-il PN d’après vous?

    A t-il des chances d’obtenir la garde alternée?

    Il faut savoir qu’il a déjà était marié (nous nous n’étions pas marié), qu’il a déjà un fils de 13 ans pour qui il a obtenu la garde alterné, malgré le fait qu’il battait son ex femme, reconnu pas le juge… (s’en est tjs défendu fasse à moi, mais aujourd’hui je sais que c’est vrai)…

    Je réalise aujourd’hui qu’il agissait déjà comme un PN avec son premier fils, lui faisait du chantage affectif, pouvait être le meilleur papa du monde et parfois le rabaissé s’il faisait quelque chose qui n’allait pas dans son sens. Il le montait contre sa mère le culpabilisé…
    Je suis désolée de réaliser ça seulement maintenant, et je ne veux pas qu’il fasse de même avec mon fils…

  3. Bonjour, apparemment mon ex, le père de ma fille âgée de bientôt 10 ans et MPN. Cela fait huit ans que nous sommes séparés. Depuis, c’est l’enfer. J’avais dit à mon avocat mes doutes concernant mon ex mais il n’était pas convaincu. Il me disait que les PN sont doués d’une grande intelligence et qu’ils occupent des postes importants. Ce qui n’est pas le cas de mon ancien compagnon. Non pas qu’il soit dénué d’intelligence, mais rien d’exceptionnel, normal quoi. Pour ce qui est de sa situation sociale, ce n’est pas terrible. Il n’a rien construit (à part avoir fait notre enfant), n’est pas riche…. D’ailleurs, heureusement, cela réduit ses moyens de pression. Donc, c’est ce qui me fait hésiter depuis des années… est-il vraiment un MPN ? Je pense que oui. Je présume que comme dans toute les pathologies il y a des degrés d’intensité et que ce phénomène touche toutes les couches sociales… Qu’en est-il ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *