Manipulation perverse et viol par un supérieur hiérarchique

Agressée une énième fois…

Témoignage d'une victime de pervers narcissique dans le cadre professionnel

J’ai été victime d’agissements pervers de la part de mon directeur.

L’histoire est complexe, même si je ne suis peut-être pas la seule victime à penser ça.

Manipulation perverse et viol d'un supérieur hiérarchiqueSournoisement, il m’a isolée par une fausse bienveillance. Il schématise, théâtralise, organise et prémédite son crime pour mieux le déguiser.

Pourquoi penser qu’un directeur voudrait nous faire du mal ? N’est-il pas censé s’assurer que je sois en sécurité sur mon lieu de travail ? Que faire si les personnes censées nous protéger deviennent des agresseurs ? Ne plus travailler ? Ne plus sortir ?

Il a utilisé contre moi des leviers de manipulation telles que la surprise, l’étonnement, la peur panique, la contrainte. Alors, en moi, se sont mis en place des mécanismes de défenses psychiques. Ma personne se dissociait pour enfouir la violence de l’agression et subir sans rien ressentir.

Viol

Les agressions s’enchaînent, mon psychisme s’amoindri et je ne peut plus résister à cette torsion psychologique.

Dès qu’il a senti que j’étais suffisamment détruite, il m’a violée à plusieurs reprises sans que je ne puisse rien dire, rien faire. Je n’avais plus de force pour contrer toute cette violence… → Première agression

Après l’agression, comme chez beaucoup de victimes, s’installe la culpabilité. Mon agresseur a bien fait en sorte que ça s’installe. Ensuite il y a eu le déni. Mon cerveau ne voulait plus me dire l’horreur de ce que je venais de vivre.

J’ai besoin d’aide !

Complicité de la direction

J’avertis la direction. Quelle est sa réaction ?
Elle me demande de le contacter, de lui envoyer un mail pour lui dire que je démissionne à cause de lui.

Un mail !!!!  On me demande d’écrire à mon agresseur ?!! Comme si ça n’avait pas été assez difficile pour moi de subir cette torture physique et psychologique !!

Totalement détruite je continue de m’enfoncer en exécutant ce que la direction veut de moi.

⇒  Encore UNE…

Et pendant ce temps, ce directeur continue à me glisser des idées dans ma tête..

  • « Ton mari est dangereux, je vais porter plainte contre lui. »
  • « Tu t’attendais à quoi au bout de 15 jours ? « 

⇒ Mon mari, dangereux ?

Je démissionne pour me protéger de ce sale type et maintenant mon mari est la personne qui devient le danger ? Ne serait-il pas plutôt dangereux pour lui ?

⇒ Je m’attendais à quoi au bout de 15 jours ?
Mais à rien ! Je voulais devenir formatrice !! Je n’ai jamais demandé à devenir « l’objet de torture » du directeur !

Je subis et il essaie de me suggérer que c’est de ma faute ? !

Démission

Il accepte ma démission parce que je lui dis que la directrice est au courant de ce qu’il m’a fait subir.

Voilà comment j’ai encore dû lutter, souffrir de cette violente agression , parce que, non seulement la direction sait ce qu’il fait et n’agit pas, mais elle me remet de surcroît dans les filets de mon agresseur !
La directrice me dit au téléphone que cette personne a déjà eu ce genre de comportements dans le passé. Je me dis qu’elle va m’aide ? Et bien non, elle ne m’aide pas. Elle demande à mes collègues de ne plus me contacter, exige que je récupère mes affaires quand il n’y aura plus personne pour me voir et me poser des questions. Elle m’isole !

Quoi de mieux qu’une victime seule sans défense ?!

⇒ Ça Continue …

Classement sans suite

En moins de 6 mois mon dossier a donné un classement sans suite, mais je sais très bien que ça ne veut pas dire qu’il est innocent. Apparemment lui ne le sait pas et demande à la directrice, toujours « complice », de légitimer son discours en lisant pour lui un communiqué qu’il a rédigé …
Dans ce communiqué, il expliquerait que j’ai porté plainte contre lui alors que je n’ai eu qu’une simple « relation extra conjugale » avec lui, et que ça a donné un classement sans suite ! Il est malin ! Et la directrice en question, une fois encore, agit avec lui pour le protéger !

Mais elle va plus loin ! Elle porte plainte début septembre contre mon mari pour diffamation parce qu’il a osé écrire un texte sur un compte Facebook privé expliquant que cette directrice sait pertinemment que dans son établissement un directeur agresse des femmes et pour autant ne fait rien.

Cet homme a pourtant déjà eu une plainte contre lui et qui avait été régler à l’amiable en 2012. La direction ne pouvait donc ignorer son comportement depuis au moins depuis 6 ans !

⇒ Une de plus…

Lâcheté

Quand vont-ils réagir ? Quand il y aura une femme qui passera à l’acte ?
Non plus !

En août 2018, j’écris à cette directrice « complice », à ce directeur agresseur et au directeur général que je suis au bout du rouleau prête à en finir avec ma vie. Personne ne prend la peine de me répondre.

Ce jour-là, si mon mari (qui je rappelle est dangereux) ne m’avait pas protégé en appelant les pompiers, je ne serais sans doute plus là pour en parler.

⇒ Toujours PLUS…

Se débattre

Entre temps, j’écris à tout le monde. Je veux me défendre, je n’ai pas à subir tout ça, je suis victime dans cette histoire, ce n’est pas moi qu’on doit agresser encore et encore !

Je contacte des associations, l’inspection du travail, la médecine du travail, les CHSCT (Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ).
Les associations me sont immédiatement d’une grande aide. On m’expliquent que je ne suis pas seule, que je peux les contacter à n’importe quel moment. Je vois une issue…
Je rencontre les responsables de l’inspection du travail, et là … nouvelle agression … « on ne peut rien pour vous parce que vous avez démissionné ».

⇒  Encore UNE…

J’appelle la médecine du travail, le médecin me dit « je ne peux rien faire pour vous, vous avez démissionné, et puis j’ai d’autres choses à faire » et il me raccroche au nez.

⇒ Encore et ENCORE…

Et je ne parle pas des agressions que j’ai oubliées et mises de côté dans mon esprit.

Cela fait aujourd’hui onze mois de souffrance, de violence liée à un emploi qui a détruit une partie de moi-même….

Dénoncer

Cet agresseur est directeur d’une grande institution, il se cache derrière des valeurs qui ne sont pas les siennes. Il a sous sa responsabilité de nombreuses salariées susceptibles d’être victimes, de nombreuses jeunes femmes, des étudiantes qui fréquentent les établissements dont il est responsable. Cet homme est pervers et capable de tout pour détruire l’autre et assouvir ses envies.

La société n’a pour l’instant pas fait grand-chose mis à part m’enfoncer dans cette descente aux enfers.

Justice

Mais je ne compte pas en rester là, et j’attends de la justice française qu’elle assume ses responsabilités et me permette de retrouver ma dignité.

La société se doit de réagir face à la violence que subissent de nombreuses victimes, tous les jours. Il est plus que temps de cesser de taire cette violence inacceptable. De plus, je veux reprendre une place légitime dans la société…

 

Cérynie


 

La reproduction intégrale de cet écrit est autorisée. Cependant, mon nom complet ainsi que le lien actif de la page du site internet http://soutien-psy-en-ligne.fr ou/et https://pervers-narcissiques.fr est obligatoire. Vous remerciant de votre compréhension ainsi que de l’intérêt porté à mon travail, Geneviève Schmit.

Pervers-narcissiques.fr

Pervers-narcissiques.fr Site portail pour les victimes de PN

Geneviève Schmit - Experte dans l'accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques

Geneviève Schmit, coaching thérapeutique.

. . © Geneviève Schmit, experte dans l’accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques.
Pour toutes consultations à distance, laissez-moi un texto au 06.43.43.15.79


 

J’aurais grand plaisir à lire vos interventions sur le Facebook qui vous est dédié: Facebook pour les victimes de violence psychologique et de manipulation perverse. Soutien.PsyFacebook Soutien.Psy

 


 

Pages similaires :

Genevieve Schmit

En tant qu'experte dans l’accompagnement des victimes de manipulation perverse, J'ai mis en place un protocole qui peut se pratiquer à distance, de quelque pays que ce soit par téléphone ou Skype. 06 43 43 15 79 (laissez moi un texto pour que je puisse vous rappeler au plus vite)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *