Oser sortir du néant

Témoignage écrit par « Princesse Z »

J’ai voulu apporter mon témoignage par le biais de Geneviève Schmit pour faire passer un message d’espoir et d’optimisme !

J’ai 45 ans, maman de deux garçons dont un porteur de handicaps mentaux, moteurs avec une autonomie très limitée, deux beaux adolescents qui poussent au gré du vent comme beaucoup à leurs âges.

.

Je me permets de citer un texte de Jean Tardieu de 1951 qui s’intitule La Môme Néant :

Quoi qu’a dit ? – A dit rin.
Quoi qu’a fait ? – A fait rin.
A quoi qu’a pense ? – A pense à rin.
Pourquoi qu’a dit rin ?
Pourquoi qu’a fait rin ?
Pourquoi qu’a pense à rin ?
– A’ xiste pas.

      

 

Si un jour vous vous dîtes que vous n’êtes RIEN alors fuyez le plus loin et vite possible car c’est faux! Vous êtes, vous avez été et vous serez![/box]

J’ai grandi en pensant être la môme néant jusqu’ a mes 41 ans…
Une mère castratrice, dominatrice, avec de nombreuses névroses non résolues que j’ai porté de ma naissance à mes 43 ans puisqu’elle est partie d’un cancer généralisé en trois années…
Un papa abonné absent fuyant la lourdeur du domicile conjugal et toujours abonné absent depuis 45 ans…
Mais une grand-mère maternelle m’élevant chez eux qui m’a apporté douceur, tendresse, valorisation et petit estime de moi.

   

En résumé, la proie idéal pour un manipulateur pervers narcissique car une carence affective énorme et une introversion, une non confiance en moi si détectable !

      

J’ai vécu 15 ans avec ce pervers narcissique et j’ai eu deux garçons dont un porteur de handicap, j’ai vacillé, perdu tous mes repères, mes valeurs jusqu’ à accepter l’inacceptable !

J’ai culpabilisé en pensant que j’étais devenue folle, que j’avais un sérieux problème mais en fait j’étais son problème?!

EspoirJ’ai accepté les premières colères sans rien dire car ma mère était très coléreuse et je me suis dit que s’il prenait confiance en moi dans notre couple cela passerait, j’ai accepté des critiques, des rabaissements physiques, des remarques faites toujours sur le fil ou l’on me répondait mais c’est de l’humour voyons !
J’ai accepté d’être considérée comme une moins que rien, d’entendre des critiques sur tout ce que je faisais, penser.
J’ai pansé ses petits bobos de l’âme et du corps car il a déclaré une maladie dont il s’est servi par la suite pour ne plus rien faire et dire qu’il était extrêmement fatigué.
J’ai continué malgré tout à subir sans broncher, à protéger mes enfants de ses colères, de ses remontrances.

Je l’ai vu balancer violemment mon fils handicapé du haut de ses trois ans sur le mur près de son lit en se reprenant en lui disant dès qu’il hurlait que papa n’a pas fait exprès, punir mon premier de sortie ou de télé sur des semaines!

Mais tout était toujours fais en border line donc excusable ?…

      

Il allait jusqu’ à fouiller dans les poubelles pour vérifier si j’achetais bien les aliments qu’il voulait que j’achète et je donne à manger à nos enfants, à détailler toutes les listes de courses, à vérifier les numéros de téléphone appelés, à vouloir que telle marque de produits ménagers soit utilisée, les bouchons bien remis sur les tubes de dentifrice, crème solaire etc…

Vous vous retrouvez à tout faire pour qu’il ne se mette pas en colère, donc une soumission totale avec perte de vos valeurs, et a accepter car vous avez été élevé sur des bases judéo-chrétiennes qui expliquent que le devoir conjugal doit avoir lieu car vous êtes mariés…

Nous avons déménagé une dernière fois un peu plus au soleil, j’ai cru que nous allions enfin réussir à vivre en harmonie.

J’ai tenté durant ses quinze années de vie de le rendre heureux mais ce n’était jamais assez!

      

Et mon constat à l’heure d’aujourd’hui c’est que jamais je n’aurais été à sa hauteur !
J’ai stoppé ma vie professionnelle pour m’occuper de mon second fils car aucune structure ne lui correspondait et de mon premier de deux ans plus âgé.
Il à fini par me couper de toute vie professionnelle, sociale…

J’ai tenté de créer une auto entreprise ou j’ai rencontré IG qui m’a créée un déclic en me disant mais pourquoi restez-vous avec un mari qui refuse tout?
J’ai répondu pour mes enfants…

J’ai fini par le quitter parce qu’un « ange » humain a été mis sur ma route, mon compagnon depuis quatre ans.

J’ai quitté l’enfer pour sauter dans le vide avec mes deux enfants sans parachute ! Mais entre RIEN et le vide mon choix s’est fait en onze jours !

      

Reste forte car les choses vont s'arrangerLa peur qui nous vrille le ventre, qui nous retourne les tripes est créée de toute pièce par leur façon de dire, de faire à notre égard!
Mais en fait ceux sont eux qui ne sont RIEN sans nous, leurs proies…

Je me souviens encore avoir vécu des journées à n’entendre que des choses négatives et un coup de fil, la venue d’ami(e)s à la maison le masque du gentil, aimable, souriant, plaisantin était mis !
Un sacré paraître! Fichtre !…
Je finissais par nous appeler mes enfants et moi  « la vitrine » du commerçant! Un joli tableau de famille avec des dessous bien tristes et cruels…

Je n’en ai parlé qu’a très peu d’ami(e)s et a aucun(e)s ami(e)s en communs pour qu’ils n’aient pas à subir cette mascarade !

Je n’oublierais jamais ce sentiment de HONTE qui me collait à la peau…

      

Oui j’étais honteuse d’en être arrivée à une telle soumission, plus de joie de vivre, plus d’envies trop présentes, en ayant toujours l’impression que ce que j’aimais avant ne devais plus faire partie de ma vie.
Honte d’en parler, sentiment d’incompréhension autour de moi, mes ami(e)s , ma famille …évidemment on ne voyait que le masque pas en dessous.

 

Je suis actuellement en phase de reconstruction lente mais je n’ai plus peur!
Ni de lui ni de ses stratagèmes cherchant à duper la justice, les ami(e)s, professionnels s’occupant de mon fils, les professeurs de mon premier etc etc…
Je suis en cours de divorce, cela dure depuis quatre ans puisqu’il à la méthode et le don de tout faire traîner…
Mes enfants ont été les otages du chantage classique je ne paierais aucune pension alimentaire, je vis dans le domicile conjugal mais je ne fais rien pour l’entretenir et le vendre…..etc etc.

Le but dernier étant de m’asphyxier financièrement pour me tuer d’avoir osé le quitter !

      

J’aimerais que ce témoignage serve d’espoir !

J’ai le syndrome de Mère Térésa comme beaucoup de proie et de victime de manipulateurs pervers narcissiques !

Mais nous pouvons nous en sortir, le bonheur est en nous et non nous ne sommes pas la Môme Néant !

Je ne suis pas Rien !

Je suis « Princesse Z » avec un don d’amour universel et je vous souhaite à toutes et tous de croire en vous, de reprendre confiance, de prendre soin de vous, de vous aimer !

Nous sommes remplis de bonté et de bienveillance, toutes nos cellules ne demandent qu’a emmagasiner du positif !

Je vous souhaite de rayonner le plus longtemps possible et je partage avec vous sur le bord du trottoir un morceau de bonheur comme un petit bout de soleil !

      

Bien à vous… Princesse Z


La reproduction intégrale de mon écrit est autorisée. Cependant, mon nom complet ainsi que le lien actif de la page du site internet http://soutien-psy-en-ligne.fr ou/et https://pervers-narcissiques.fr est obligatoire. Vous remerciant de votre compréhension ainsi que de l’intérêt porté à mon travail, Geneviève Schmit.

Pervers-narcissiques.fr

Pervers-narcissiques.fr Site portail pour les victimes de PN

Geneviève Schmit - Experte dans l'accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques

Geneviève Schmit, coaching thérapeutique.

. . © Geneviève Schmit, experte dans l’accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques.
Pour toutes consultations à distance, laissez-moi un texto au 06.43.43.15.79


 

J’aurais grand plaisir à lire vos interventions sur le Facebook qui vous est dédié: Facebook pour les victimes de violence psychologique et de manipulation perverse. Soutien.PsyFacebook Soutien.Psy

 


 

Pages similaires :

Genevieve Schmit

En tant qu'experte dans l’accompagnement des victimes de manipulation perverse, J'ai mis en place un protocole qui peut se pratiquer à distance, de quelque pays que ce soit par téléphone ou Skype. 06 43 43 15 79 (laissez moi un texto pour que je puisse vous rappeler au plus vite)

10 commentaires

  1. Je suis restée 15ans avec un homme comme vous decrivez vous parlez de pervers narcissique je parle de »psychopathe » je reprends l’expression d’une psy qui m’a ouvert les yeux.
    Je m’en suis sortie j’ai une belle vie jattends mon 3e enfant avec unautre homme.
    Avec le psychopathe j’ai eu une fille âgée de 13ans et j’ai des doutes elle a le même comportement que lui,est ce c’est parce quellqu’elle l’a eu en modèle ou est ce que c’est dans ses gênes?
    Il m’a dénigré devant elle lui a fait croire à plusieurs reprises que je voulais l’abandonner elle amors que j’ai toujours tout fait pour elle il ne s’est jamais occupé d’elle elle ne veut plus me voir je ne sais plus quoi faire.
    Pourtant elle a tout vu et entendu depuis qu’elle est née il lui a fait des misères à elle aussi mais quand je lui rappelle elle me dit « c’était avant » depuis qu’on est séparé il l’a récupère quand il veut il y a même une période où nous n’avions plus de nouvelles de lui nous l’avions croisé avec ma fille il a couru dans sa voiture après nous avoir vu mais elle ne veut pas admettre tout ça.
    Est ce que je dois l’a laisser faire sa vie avec lui?
    Parce que plus j’insiste plus elle m’en veut et elle ne veut pas s’intégrer dans ma nouvelle vie aidez moi svp

  2. Je vous remercie pour ce témoignage si bien écrit.
    Cela fait maintenant 3 ans que mon enfer a éclaté au grand jour, car je n’en avais aucunement conscience durant ma vie avec le père de mes enfants.
    Je me retrouve très bien dans tout ce que décrit Princesse Z.
    Mariés durant 9 ans nous avons eu deux filles. Le cours des années qui passent n’a fait qu’aggraver mon isolement car je travaillais avec lui, donc entièrement dépendante financièrement et socialement.
    Nous avions une situation très enviable après des années de travail intense. Il était mon héros, ainsi que celui dont tout le monde parlait lors des soirées ou dans notre milieu professionnel. Son courage, son style charmeur et son énergie ne faisaient que l’admiration de tous. J’étais celle qui avait la « chance  » de partager sa vie, de vivre cette extraordinaire expérience à ses côtés, de côtoyer cet être surhumain que beaucoup m’enviaient.
    Mais à quel prix?

    Pour renaitre de cet homme qui s’était approprié mon être, mon corps et mes pensées je n’ai pas eu d’autre choix que de changer de milieu professionnel, couper tout lien avec nos connaissances communes et ma vie d’avant.
    Ainsi il ne peut plus m’atteindre, ni se prévaloir de ma réussite dans mon choix de reprendre des études ou s’approprier toutes mes actions positives.
    Je suis marquée à jamais par les phrases « tu me dois tout », « tu ne peux pas vivre sans moi », et cela me pose des difficultés à rétablir une relation avec un homme, même s’il parait être le plus adorable du monde. Mais je me suis réappropriée mes succès, ma silhouette, j’ai enfin laissé poussé mes cheveux comme je les aime et porte enfin les vêtements qui me plaisent.
    Il arrive toutefois de repenser à cet homme qui a conditionné mon droit et ma façon de vivre durant ces années d’enfer, surtout quand je tourne la serrure de la porte de la maison que nous avions constitue ensemble. Puis dès que la porte s’ouvre je suis à chaque fois soulagée d’y voir ma nouvelle vie, ma décoration, les tableaux que j’ai accroché et surtout de constater qu’il n’en fait plus partie.
    Courage à toutes et tous ceux qui vivent cela, c’est très dur de se reconstruire mais on y arrive, un pas devant l’autre suffit chaque jour. Il me reste pourtant à ne plus avoir peur de l’ombre de cet homme car si j’ai pu reprendre possession de ma vie il reste encore nos filles à préserver. Et les PN savent très bien faire durer les procédures, les aliéner…

  3. Merci pour ce témoignage.

    J’ai vécu pour ainsi dire la même chose (l’humiliation, les coups, la honte, être coupé du monde car vous avez peur de ce qu’il pourrait leur faire) mais j’ai des enfants et maintenant il veut me les enlever car suivant ces dires je suis une mauvaise mère.
    Il les monte contre moi à tel point que j’ai dû les faire placer (2 mois) pour apaiser les tensions mais les humiliations continues, j’ai croiser mes enfants dans un supermarché et sa copine m’a interdit de leur dire bonjour comme elle m’interdit de les appeler, sous peine de poursuite, quand ils sont chez leur père( elle a fait ça le jour de l’anniversaire de l’un d’eux).
    Ca ne fait rien, je ne baisserais pas les bras et je vais me battre pour les garder avec moi car il leur a promis de les tuer s’ils parlaient de leurs vécus, il ne sait jamais occupé de ces enfants.
    Effectivement, il n’est rien sans une proie à ces cotés, je me demande toujours comment j’ai pu rester, moi aussi 15 ans, avec lui mais la peur et la non estime de soi jouent un rôle important.
    Maintenant, je me reconstruis petit à petit grâce aux soutiens de ma famille.

    Pour toutes celles et ceux qui vivent toujours ça, courage nous ne sommes pas des moins que rien, nous sommes nous, des êtres vivants, avec une force que l’on ne soupçonne pas mais elle est là car c’est elle qui nous donne le courage d’avancer et d’exister, on doit simplement en prendre conscience mais aussi apprendre à se pardonner.
    Et oui, se pardonner!!! Alors, COURAGE, PARDON et dîtes vous que nous sommes des SOLEILS (et lui n’est pas rien, n’est-ce pas?).

    Sylvia

  4. Je suis tellement émue par votre témoignage. Pourtant, en vous lisant, je me vois à quelques exceptions près !
    Je vous remercie d’en avoir parlé car il faut mettre tout le monde au courant de ce genre d’individu qui a toujours le masque qu’il faut selon la situation….

    Merci pour la belle conclusion vous êtes Princesse Z et moi je me voyais à la fin de cette histoire comme une Héroïne des Temps Modernes….
    voyez notre conclusion est pratiquement la même car il faut avoir vécu ce chemin de la naissance jusqu’à ce que nous en prenions réellement consciences pour dire Non et entrevoir le début de la Liberté…

    Merci mon Dieu de ne jamais avoir abandonnée…
    Soyez Heureuse et pensez à vous…
    Pleins de ondes positives vont vers vous

  5. Bravo à vous d’être arrivée à enclencher la sortie de ce « rien » comme vous dites !
    Une des choses les plus importantes dans votre témoignage c’est qu’il ne faut pas avoir honte. Trop de personnes restent dans cette situation par honte.
    Une fois qu’on n’a plus honte, on peut envisager des choses, mais tant que la honte est là…

  6. Bravo « Princesse Z ». Continuez d’avancer vers la sérénité ! Et merci pour votre témoignage.
    Catherine

  7. Merci à vous pour votre témoignage!
    A la lecture de votre histoire on s’y retrouve et on a moins à rougir des faiblesses qu’on a eu ou qu’on a encore ….
    Vous avez réussi et une nouvelle vie s’offre à vous ce qui nous donne de l’espoir du courage pour avancer ……

  8. Bravo,Madame
    Il y a un moment où il faut dire stop. La vie est enjeu.
    La libération intérieur qui amène la paix et la liberté passe par la reconnaissance et acceptation en partie de notre responsabilité dans cette relation. Le pardon sera l’ultime acte libérateur.
    Bonne journée
    Marc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *