Comment gagner pacifiquement contre un pervers narcissique?

image_pdfExporter l'article en PDFimage_printImprimer l'article

Cette réflexion fait suite à ma lecture du commentaire d’un homme victime sur l’un de mes sites.
J’en profite pour répondre à sa question.

Geneviève SCHMIT

Les hommes se sentent parfois lésé dans la représentation victime / femme et pervers narcissique / homme. Ils ont raison.

Cela vient peut être en partie du fait que le terme victime est féminin et le terme pervers narcissique est masculin. Malgré la meilleure volonté du monde il est très difficile, à toutes les phrases, faire valoir le fait que les positions sont interchangeables. En ce qui me concerne, je marque au début et à la fin de mes articles que les rôles sont interchangeables.

Malheureusement, très peu d’hommes osent témoigner, parler de leur souffrance, des violences subies et parfois des violences rendues.

Une victime homme m’écrit dans l’un de mes sites qu’il s’étonne que les bourreaux semblent mieux vivre l’après de la relation que la victime elle-même. « On parle peut du fait qu’il ou elle fasse du mal aux autres dit-il, et il semble traverser le temps si calmement en final… Pourquoi poursuit-il sa vie paisiblement après avoir broyé, laminé la vie de sa proie
Comment alors « gagner » PASSIFIQUEMENT contre le PN?
« 

On croit que le PN vit sa vie tranquillement. C’est possible, mais j’en doute. Un pervers narcissique a nécessairement besoin, de par sa structure même, d’autres personnes pour le nourrir de la même manière qu’un bébé a besoin d’une autre personne pour venir lui donner son biberon. Ou alors, c’est que ce n’est pas un pervers narcissique.

Le pervers narcissique peut donc paraître tout à fait heureux après la séparation parce qu’il aura trouvé une autre personne qui le nourrira. C’est très bien pour lui, il a sa dose de narcissisme, de complaisance. Il donne donc cette impression d’être heureux. Cette situation laisse souvent les victimes abandonnées sur le bord de la route dans le plus grand désarroi et même parfois jalouse.

Pourquoi elle ou il a tout ce que je n’ai plus ? C’est la jalousie qui nous vient de l’illusion encore présente que nous aurions pu changer quelque chose si nous avions agi différemment.

Et bien non.

Lorsque le pervers narcissique n’aura plus ce dont il a besoin avec la personne suivante il y aura une crise reproduisant ainsi l’histoire avec l’autre personne. Ce sera bien évidemment un autre jeu puisque nous participons dans ce « jeu » de la rupture et de la dynamique relationnelle. Nos tempéraments vont avoir une influence sur les évènements. Mais de toute manière, à un moment ou un autre, cette relation qui semble idyllique va se briser. A un moment ou une autre, la victime suivante va ouvrir les yeux, ou vivre la chose en trop. De plus, on parle de plus en plus de ce phénomène, ce qui peut contribuer à ouvrir les yeux et lui faire poser un stop qui déclenchera immanquablement le mécanisme qui fait que la fracture va se mettre en place.

Pour moi, il n’y a pas moyen de rompre ce schéma là et gagner « pacifiquement » contre le pervers narcissique veut alors dire le laisser vivre sa vie, le laisser partir sans plus s’en préoccuper. C’est nous qui leur donnons à ce moment-là, le pouvoir de nous détruire alors même qu’il ne s’occupe probablement plus de nous. Nous lui donnons encore ce pouvoir par l’intérêt que nous lui portons.

Gagner pacifiquement, j’appelle cela la résilience. Il y a aussi la notion de pardon qui est très mal comprise et qui entre en ligne de compte. La pardon n’implique pas de dire à l’autre que ce qu’il a fait est très bien et qu’il peut continuer, mais cela veut plutôt dire, pour moi, je lâche prise, je le laisse partir avec son tempérament, son système, je n’en veux plus. Et je me pardonne d’avoir accueilli cela en moi, et je lui pardonne et le laisse partir.


Geneviève SCHMIT 25 septembre 2020


Parlons en !

Vous n’avez plus envie de souffrir ?


Consultations en ligne de 40 minutes par Skype et par téléphone

© Geneviève Schmit, experte dans l’accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques depuis 2008.

Pour toutes consultations à distance, laissez-moi un texto au 06.43.43.15.79

La reproduction intégrale de mon écrit est autorisée. Cependant, mon nom complet ainsi que le lien actif de la page du site internet https://soutien-psy-en-ligne.fr ou/et https://pervers-narcissiques.fr est obligatoire. Vous remerciant de votre compréhension ainsi que de l’intérêt porté à mon travail.

Geneviève Schmit.
J'aurais grand plaisir à lire vos interventions sur le Facebook qui vous est dédié :
Facebook pour les victimes de violence psychologique et de manipulation perverse. Soutien.Psy

Genevieve Schmit

En tant qu'experte dans l’accompagnement des victimes de manipulation perverse, J'ai mis en place un protocole qui peut se pratiquer à distance, de quelque pays que ce soit par téléphone ou Skype. 06 43 43 15 79 (laissez moi un texto pour que je puisse vous rappeler au plus vite)

6 commentaires :

  1. Bonjour
    Après avoir été débouté 3 fois au JAF pour la garde alternée. Et une demande a la cour d appel
    Il recommence une 4eme demande .
    Il tente la méditation familiale pour arriver à ses fins
    Et continuer pour ne plus payer de pension alimentaire.
    Ma fille en pleine adolescence comment savoir ce qu elle vit.
    Comment tenir encore et encore sur la durée face a ce fou

  2. Bonjour, je doute fortement aussi de la tranquilité mimé du PN, c’est une personnalité en souffrance, en ce qui concerne la paix avec lui, elle n’est jamais mutuelle de toutes façons, c’est plus une acceptation de la proie qui est le chemin, enfin pour la part, a côté il y de belles personnes, après cela j’ai laissé le temps a les enfants de eux mêmes se confronté a une réalité d’accepter et de choix de faire de cette relation particulière d’une mère on ce qu’ils souhaitent. Je l’ai laissée tout simplement employés les moyens habituels pour m’atteindre, se servir des enfants, j’ai arrêté de vouloir les protéger, faire cela a permis à les enfants d’assumer seul face a leur mère ce fonctionnement, l’un après l’autre ils ont décidé la distance, n’ayant toutes façons que des signes en public d’affection, jamais la porte fermée, très peu de temps après ce processus perceptible, leur mère s’est mise en relation…
    Gagnage ou pas, je doute…mais je respire.
    Maintenir un mur est toujours une constante, ne jamais permettre une brèche dorénavant, j’imagine que mes enfants retournerons, je regarderai avec patience et phylosophie se prendre encore de faux espoirs d’une relation saine.

  3. D’accord avec votre notion de résilience, de pardon. Mais que faire lorsque le PN continue malgré tout, au bout de 10 ans de séparation, à s’acharner sur sa victime, à épier ses moindres faits et gestes, à l’humilier en public, à la harceler (mais pas trop pour ne pas risquer une peine de justice), à la menacer ? Comment faire pour vaincre ?

    • Bonjour, Je pinaille peut être sur les mots (déformation professionnelle) , mais qu’est ce que « vaincre »?
      Pour moi, dans cette situation, c’est pouvoir vivre plus sereinement.
      Il est évident que lorsque un PN continue de s’acharner, et c’est souvent le cas, il est difficile ou même inconscient de rester zen.
      Par contre, le travail résidera dans le fait de mettre en place des systèmes pour vivre cela mieux, et que les agressions nous agressent de moins en moins.
      Tout un programme … je m’en doute. Et il sera différent pour chaque personne.
      Ne perdez pas courage! Geneviève SCHMIT

  4. Comment sauver sa peau quand le PN est notre enfant mineur qui vit encore à la maison?

    • Bonjour,
      Tout va dépendre de la situation. Je n’ai pas une recette magique qui fonctionne pour tout le monde.
      J’ai plusieurs patientes dans ce cas en ce moment.
      Parlons en en consultation si vous le souhaitez.
      Bon courage, Geneviève SCHMIT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *