Être ou ne pas être, victime

Être ou ne pas être, victime!

Témoignage

Être victime, ce n’est pas une situation que l’on accepte facilement.
Personne ne veut être victime, parce qu’on n’est pas « du bon côté« .
D’abord, on s’en défend… On se trouve des torts, on positive… Mais ça ne marche pas, zéro résilience.

Cheminant, on prend conscience que la seule manière de se réapproprier son « moi » est d’apprivoiser cette nature de victime, au plus profond de soi. De l’accepter. De se pardonner.

Alors, et alors seulement, il est possible d’en reprendre la responsabilité (« je » a fait un choix et, même si ce n’était pas le bon, « je » en suis responsable), et d’entrer en résilience.

Je vois deux types de « victimes« :
– la victime « héroïsée« , celle que l’on présente, celle que l’on soutient, la victime médiatisée, la « victime reconnue« , qui répond à des critères d’injustice précis, elle a un STATUT (attention, c’est pas drôle d’être victime), c’est la « victime gagnante« 
– la victime « looser« : c’est celle que la société laisse de côté, parce qu’elle met des failles en exergue, des failles administratives, des manquements; c’est la victime dont l’histoire dérange, celle qu’on ne veut pas voir.

Cette dernière, la « victime perdante » n’a pas de statut, n’est pas visible, ne DOIT pas l’être, et ne trouvera pas d’aide sur son chemin.

Tel est le cas des victimes du pervers narcissique, qui font face à un vide juridique désarmant de pauvreté et à un constat: c’est la société toute entière qui fait le jeu des PN (la preuve: les victimes ont honte et se cachent!), les PN le savent…

Fermer les yeux, regarder l’autre mourir à côté de soi, parce qu’on ne veut pas voir le vampire.

Victime désarmée, qui s’excuse de déranger…

 

Corinne, une « victime »



La reproduction intégrale de mon écrit est autorisée. Cependant, mon nom complet ainsi que le lien actif de la page du site internet http://soutien-psy-en-ligne.fr ou/et https://pervers-narcissiques.fr est obligatoire. Vous remerciant de votre compréhension ainsi que de l’intérêt porté à mon travail, Geneviève Schmit.

Pervers-narcissiques.fr

Pervers-narcissiques.fr Site portail pour les victimes de PN

Geneviève Schmit - Experte dans l'accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques

Geneviève Schmit, coaching thérapeutique.

. . © Geneviève Schmit, experte dans l’accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques.
Pour toutes consultations à distance, laissez-moi un texto au 06.43.43.15.79


 

J’aurais grand plaisir à lire vos interventions sur le Facebook qui vous est dédié: Facebook pour les victimes de violence psychologique et de manipulation perverse. Soutien.PsyFacebook Soutien.Psy

 


 

 

Genevieve Schmit

En tant qu'experte dans l’accompagnement des victimes de manipulation perverse, J'ai mis en place un protocole qui peut se pratiquer à distance, de quelque pays que ce soit par téléphone ou Skype. 06 43 43 15 79 (laissez moi un texto pour que je puisse vous rappeler au plus vite)

9 commentaires

  1. Bonjour Genevieve,

    Je vous écris en ne sachant tj pas si je suis avec un PN. Je remet tout en doute, jusqu’à moi même. Je suis avec mon mari depuis 10 ans, et nous avons 3 enfants. Au début de notre relation il a était l’homme parfait que j’attendais depuis toujours : beau, grand, sportif, drôle, très intelligent et charismatique ; moi j’avais un travail à responsabilités et je gagnais très bien ma vie. J’ai tout de suite pensé : pourquoi un homme comme lui s’intéresse à moi ? Il était tellement parfait ! J’étais aveuglément amoureuse, je dois bien l’admettre.
    Tout s’est bien passé pendant 2 ans, avec des petites disputes, ou il avait forcèment raison, et c’était moi qui ne comprenait pas, et je le croyais, je me disais il a forcément raison ça vient de moi.
    Puis il y a eu l’arrivée de notre premier enfant, j’ai alors tout quitté : travail, région amies, pour m’installer avec mon mari. Et là ça a commencé, incidieusement, sans que je ne rende compte de rien… D’abord des petites réflexions, puis ça s’est amplifié, tout ce que je faisait n’était jamais bien, il a commencer à prendre la main sur bp de choses. Ce qui est fou c’est que ce que je faisait n’était jamais assez bien, qd il me le disais ensuite j’avais le droit à : mais c’est pas moi que je dis ça, c’est pour ton bien, parce que je t’aime, combien de fois j’aj eu le droit à cette phrase !
    En 10 ans il n’a jamais été violent, ni vulgaire dans ses propos, il a eu des crises de colère qui se comptent sur les doigts d’une main…. Et puis il est tellement gentil et serviable avec tout le monde, d’ailleurs tout le monde l’aime, il est très apprécié dans son travail.
    Sauf que après une crise de colère énorme il y a un an, j’ai commencé à me poser des questions, il m’avait vraiment traité comme une moins que rien et devant mes enfants… J’ai commencé à en parler à une amie, puis deux, au début elle me disait il exagère, puis j’ai commençait une thérapie car je me sentais perdu, je ne me retrouvais pas, je ne savais plus qui j’étais… Et là les choses ce sont empirées, il a senti que je reprenais le dessus, alors j’ai eu le droit aux crises de larmes parce que j’allais détruire notre famille, que j’allais le détruire, lui qui est si empathe et altruiste (ce sont ses mots) .
    J’ai découvert qu’il avait hacké ma tablette et probablement mon téléphone, j’a trouvé une caméra espion, il a appelé mes amis et ma famille pour leur dire à quel point j’étais horrible, et manipulatrice, et dernièrement j’ai découvert qu’il a écrit deux mails vraiment horribles à ma thérapeute, car il dit s’inquiéter pour lui et les enfants ! C’est vraiment terrible, j’ai beaucoup pleuré j’avoue. J’ai eu p,usieurs menaces de sa part comme quoi il allait me mettre à la porte si ça continue…
    Mais là il est redevenu extrêmement gentil et attentionné, et je me dis est ce que j’exagère pas ? Est ce que ça ne vient pas de moi ? Deux amies très proches me disent : pars au plus vite ! Maisje doute, est ce que je ne déforme pas la réalité ? Je ne sais plus…

    • Bonjour,
      Réfléchissez à la période, 6 mois, 1 an, qui a précédé cette crise annonciatrice des autres.
      S’es-il passé quelque chose?
      Cela me fait penser à l’expression d’un trouble intérieur dû à un choc, ou autre chose…
      Il faudrait vraiment qu’il consulte sans aprioris un psychiatre pour y voir clair.
      Mon avis bien évidemment ne se base que sur ce que je viens de lire et de comprendre.
      Bon courage et prenez soin de vous. Geneviève SCHMIT

  2. Nathalie, victime « looser » ainsi que les enfants

    Celle que l’on a fait taire par des moyens inimaginables, sous couvert et avec la « complicité  » de tous les acteurs de la justice…
    Celle que l’on a fait taire parce qu’elle dérangeait trop…
    Celle que l’on ne veut pas voir parce qu’elle « ferait mieux d’être comme tout le monde » dixit une éducatrice…
    Celle qui a finit par se taire pour ne pas être brisée, accepter que le masque n’ait pas pu tomber parce que personne n’a eu le courage de le faire tomber…il est si difficile de sortir de sa zone de confort, comme un ouragan qui emporterait toutes les convictions et les croyances…qu’y aurait-il alors derrière ?
    Mais je n’ai pas perdu le meilleur…les étoiles dans les yeux des enfants parce que ma JOIE de VIVRE finit toujours par les emporter.
    Mais je n’oublie pas aussi d’être terre-à-terre et juridiquement, je vais être un peu dure…Chaque acteur qui pose les yeux sur de telles situations est RESPONSABLE et COUPABLE de « Mise en danger délibérée de la personne  » avec comme circonstances aggravantes Non-Assistance à personne en Danger.

    Ne baissez jamais les bras pour vous-même ou pour vos enfants parce qu’ils l’espèrent au plus profond d’eux.
    Le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire à vous et à eux, c’est celui de LA VIE.
    Puissiez-vous tous trouver la paix du coeur…

  3. Bonjour
    Je dépose un tout petit peu de mon fardeau sur votre site ce soir…
    J’ai réussi à me libérer d’une relation extrêmement toxique de trois ans avec un homme qui m’a ensuite harcelée quelques temps. Après de grands moments sombres, aidée par une thérapeute, j’ai retrouvé un équilibre et ma sérénité. Je suis restée trois ans célibataire, faire confiance encore était difficile pour moi.
    Puis j’ai rencontré quelqu’un que je sentais honnête et fiable, et vécu une relation d’un an avec lui. Il était au courant de mon passé compliqué avec cet ex.
    Moi j’étais remise et je souhaitais être heureuse dans une relation saine et simple.
    Il y a un mois, alors que nous discutions d’avenir, il m’a appris qu’il avait invité mon ex trois fois chez lui, parlé de moi de longues heures avec lui, et pour me le prouver il m’a envoyé une vidéo de ces rencontres qu’il avait filmée, chez lui. Évidemment mon ex lui a raconté des mensonges sordides à mon sujet.
    J’ai su ensuite que mon compagnon actuel m’avait dénigrée auprès d’amis chers, depuis le début de notre relation, qui sur le moment l’avaient cru. Je l’ai quitté et devant ses emails soudain délirants, j’ai rompu toute communication… Il a continué à envoyer des messages à mes amies, ou à des relations, pour se plaindre de moi. Bien sûr, personne ne l’a cru.
    Mais tout cela m’a beaucoup blessée, j’ai du mal à redresser la tête pour le moment, je me sens salie, j’essayais de sortir de toute cette noirceur. La situation m’a parue si énorme.
    Je poursuis ma thérapie pour comprendre, j’ai déjà compris une partie de mon parcours.
    Il reste quand même la sensation d’avoir eu une relation avec un mensonge, c’est très violent à nouveau. J’ai du mal à sortir de chez moi. C’est momentané mais j’avais envie de le dire ce soir.
    Je vous remercie de votre attention, de ce blog.
    Je ne sais pas si je souhaite que ce témoignage soit publié trop longtemps sur ce réseau… Merci de votre compréhension.
    Lia

    • Bon dieu, quelle situation !!
      C’est comme si cet homme avait été l’émissaire du précédent, pour achever le travail de destruction….
      Bon courage.
      Je suis de tout cœur avec vous.
      Affectueusement, Geneviève Schmit

  4. Chère madame, j’ai laissé une réponse pour illustrer votre propos sur Facebook, le pervers narcissique a cette autre science malsaine , de savoir mettre sa victime dans une telle problématique pécuniaire, que je n’ai pas la moindre ressource pour solliciter un entretien avec vous. En tous les cas sachez que ce que vous dites peut être encore plus terrible que vous n’imaginez, j’ai bien sûr été victime de l’anecdote que je relate et comme je le dis, ce n’est qu’un petit apéritif . Je rédige actuellement sous forme de « roman vrai » les péripéties d’un mariage extravagant, ahurissant, propriétaire avec mon ex d’une superbe villa, d’une pharmacie, pour sauver ma peau j’ai dû renoncer à tout je suis à l’heure actuelle titulaire d’une pension de 419 euros par mois, elle m’a tout prix, mon emploi, ma pharmacie, mes enfants, ma maison, mon chien et mes 20 ans ….simple témoignage, les femmes aussi peuvent être de terribles perverses narcissiques MARC merci de vous consacrer à la dénontiation de ce fléau de l’humanité ……AMITI2S CORDIALES

    • Bonjour,

      Par prudence, j’ai retiré de votre message votre nom de famille et votre téléphone … qui n’apporte rien de plus à ce que vous nous confiez.

      Oui, des femmes peuvent être aussi diabolique que certaines hommes PN … nous n’en doutons plus.
      Continuez de témoigner, c’est important !!

      Bon courage, Geneviève Schmit

    • Bonjour Marc, je vous remercie de votre réaction via le site de Madame Schmitt.
      Je suis dans le même cas que vous et serais ravie que vous preniez contact avec moi .
      Geneviève Schmit est d’accord pour servir d’intermédiaire si vous lui en faites la demande en privé.
      Bien à vous et au plaisir de vous lire,
      Corinne

    • Marc. J’ai reconnu ton message. Eve.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *