L’emprise incomprise

Pourquoi les victimes ont tant de mal à faire comprendre leurs comportements liés à la dépendance affective et à la manipulation perverse?

Très régulièrement, trop régulièrement même, les médias nous offrent à lire des « faits divers », de femmes, dans la plupart des cas, qui se sont faites violer, tabasser ou assassiner par leurs compagnons ou proches.

En écrivant cela je pense aussi à l’affaire Tariq Ramadan[1], qui fait suite à de trop nombreuses autres #meetoo[2]  dont la liste serait trop longue à énumérer. Je me suis personnellement intéressée, non pas à l’affaire elle-même, sur laquelle je ne veux pas me prononcer, mais plutôt sur la multitude de  commentaires suscités par chaque article de presse.

Lire ces réflexions entraîna chez moi une réelle stupeur! Je réalisais l’abîme dans lequel se trouve la compréhension, pourtant primordiale, des effets de l’emprise perverse sur ses victimes.

Je n’imaginais pas à quel point le phénomène d’emprise, qui me parait si familier, était non pas « mal compris », mais totalement incompris d’une grande partie des intervenants. Je sais aussi que dans cette « affaire », comme dans toutes les autres, il y a des fanatiques ou irréductibles qui imposent tellement violemment leur avis que cela muselle les personnes plus pondérées qui alors n’osent plus s’exprimer par peur du lynchage.

 

Une fois encore, la voix est muselée par les agresseurs, et leurs soutiens.

 

C’est en lisant tout cela que me vient, toujours comme une évidence, que ce n’est pas la voix des victimes qui fait défaut, mais bien l’écoute qui en est faite !

L'emprise incomprise. Geneviève SCHMIT

 

Ce n’est pas la voix des victimes qui manque, mais bien l’écoute qui en est faite !

Les victimes parlent, elles hurlent même leurs souffrances, leurs indignations! Elles osent, la plupart du temps, déposer plainte une fois, deux fois, et ensuite … renoncent. Leurs renoncements ne viennent pas d’un manque de courage mais bien d’un manque d’écoute et … allons jusqu’au bout de la réflexion, d’un manque d’actions salvatrices concrètes.

Les Forces de l’Ordre, que je respecte au plus haut point, on beaucoup à apprendre sur la manière d’accueillir les victimes. Le manque de formation, le manque d’effectif, le manque de temps … toutes ces choses sur lesquelles nous n’avons aucune prise sont principalement responsables de cette triste réalité. Tant que la victime n’est pas rouée de coups, ou laissée morte sur le sol, rien ne bouge.

Et pourtant … j’en ai malheureusement connu de ces victimes laissées mortes sur le sol … Mortes à coups de pieds dans le visage, par plusieurs coups fusils, ou amenée au suicide… Des femmes mortes … pour rien… par des détraqués qui, faute de cadres adéquats, recommenceront un jour ou l’autre.

Je crois qu’aujourd’hui la priorité est de faire comprendre au public et aux personnes de la relation d’aide ou de la justice, ce qu’est l’emprise perverse et qu’une proie ne peut pas « simplement » fuir, ou ne pas aller au rendez-vous imposé par le prédateur, même si cela les arrange de le croire.

 

Geneviève SCHMIT

23 novembre 2018

[1] Tariq Ramadan, né le 26 août 1962 à Genève, est un islamologue suisse, ayant également la nationalité égyptienne.

Petit-fils du fondateur des Frères musulmans, il est titulaire controversé d’un doctorat de l’université de Genève pour une thèse consacrée au réformisme islamique. Il a été professeur titulaire de la chaire d’études islamiques contemporaines à l’université d’Oxford avant d’en être destitué, et donnait des cours et conférences au sein de plusieurs universités. C’est un Prédicateur qui tenait régulièrement des conférences et est auteur de nombreux ouvrages sur le thème de l’islam et l’intégration avant son incarcération. Il est accusé par ses détracteurs d’être un adepte du double discours, modéré pour les médias et fondamentaliste pour son public.

En 2017, il est accusé de viol et de harcèlement sexuel par plusieurs femmes, ce qui conduit à sa mise en congé de l’université d’Oxford. Il dément les accusations puis fait des aveux mitigés. En février 2018, il est mis en examen pour « viol » et « viol sur personne vulnérable » et placé en détention en France. D’autres plaintes se rajoutent par la suite. En septembre 2018, il est inculpé par la justice suisse pour des faits similaires.

[2] #Meetoo et #BalanceTonPorc est un hashtag qui s’est largement diffusé sur les réseaux sociaux en octobre 2017 pour dénoncer l’agression sexuelle et le harcèlement, plus particulièrement dans le milieu professionnel, à la suite d’accusations de cette nature portées contre le producteur américain Harvey Weinstein



La reproduction intégrale de mon écrit est autorisée. Cependant, mon nom complet ainsi que le lien actif de la page du site internet http://soutien-psy-en-ligne.fr ou/et https://pervers-narcissiques.fr est obligatoire. Vous remerciant de votre compréhension ainsi que de l’intérêt porté à mon travail, Geneviève Schmit.

Pervers-narcissiques.fr

Pervers-narcissiques.fr Site portail pour les victimes de PN

Geneviève Schmit - Experte dans l'accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques

Geneviève Schmit, coaching thérapeutique.

. . © Geneviève Schmit, experte dans l’accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques.
Pour toutes consultations à distance, laissez-moi un texto au 06.43.43.15.79


 

J’aurais grand plaisir à lire vos interventions sur le Facebook qui vous est dédié: Facebook pour les victimes de violence psychologique et de manipulation perverse. Soutien.PsyFacebook Soutien.Psy


 

Pages similaires :

Genevieve Schmit

En tant qu'experte dans l’accompagnement des victimes de manipulation perverse, J'ai mis en place un protocole qui peut se pratiquer à distance, de quelque pays que ce soit par téléphone ou Skype. 06 43 43 15 79 (laissez moi un texto pour que je puisse vous rappeler au plus vite)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *