Hommes victimes de violence intra-familiale – La place de la justice – 2ème partie.

Comme pour les femmes victimes de violence conjugale, le choix et le rôle de l’avocat sera déterminant. Je crois qu’il ne faut pas hésiter, en début de procédure, à changer de défenseur si vous ne vous sentez pas respecté. Beaucoup de victimes, homme, ou femmes, cherchent désespérément un « expert en pervers narcissique« , pensant ainsi être mieux défendus…

Le sujet des hommes pervers étant un sujet large, j’ai choisi de découper cet article en 4 parties. Le premier point sera traité ici, et les 7 points suivants découpés sur 3 prochains articles.

  1. Introduction
  2. Des visions différentes de la relation perverse. (partie 1)
  3. La place de la justice face aux hommes victimes. (partie 2) (cette page)
  4. Homme battus, femmes battues, même accueil ? (partie 3)
  5. Homme battus, femmes battues, même comportement ? (partie 3)
  6. Points d’obstacles rencontrés par les hommes victimes. (partie 3)
  7. Pourquoi les hommes restent-ils dans la relation perverse ? (partie 3)
  8. Difficulté de séparer le vrai de l’exagération dans l’histoire perverse. (partie 4)
  9. Du sentiment de culpabilité à la résilience. (partie 4)

C’est peut-être vrai, peut-être pas. D’une part, ceux-là sont très difficiles à trouver et fort coûteux. (Il faut comprendre que gérer un tel dossier exige de lire énormément de pièces et donc, demande une très grande quantité d’heure de travail). Je pense qu’il vaut mieux privilégier un avocat  avec lequel vous vous sentez respecté et qui se montre suffisamment réactif. Il ne faut pas non plus exiger de lui une présence non-stop au risque de se le mettre à dos…

Hommes victimes de violence psychologique et conjugale - Geneviève SCHMIT - La place de la Justice face aux hommes victimes

Choisissez un avocat avec lequel vous vous sentez écouté et respecté dans votre particularité.

La manière dont votre procédure sera reçue par le juge va donc dépendre de:

  • Votre propre préparation du dossier.
    Vous aurez probablement le plus gros du travail à faire… Celui de trier les informations utiles pour la procédure et de déterminer ce qui est prioritaire, secondaire et annexe. Un avocat ne peut matériellement pas consacrer le nombre d’heures nécessaire pour étudier toutes les pièces et s’investir émotionnellement dans la compréhension profonde de sa situation perverse, ou alors cela coûterait une fortune si le tarif horaire est respecté.
  • Votre capacité à dissocier l’émotionnel du juridique.
    La Justice n’est pas là pour « guérir » émotionnellement, même si cela peut vraiment aider.
  • La compréhension et l’art que votre avocat aura pour éclaircir la situation et réécrire l’histoire.
  • Sa capacité à anticiper les comportements de la partie adverse.
    C’est ici, entre autre, qu’une bonne connaissance des comportements des manipulateurs pervers est indispensable.
  • Sa patience et sa clairvoyance.
  • L’humeur et la sensibilité du juge … Oui, ce sont des êtres humains…
  • Etc. …

Les règles dans le domaine de la justice restent toujours les même:

  • Ne jamais parler de « perversion narcissique » et éluder si on vous en parle. De plus, il est particulièrement difficile d’expliquer la perversion narcissique à ceux qui ne la connaissent pas. L’idée alors serait de mettre en avant les « faits » qui, par de multiples faisceaux d’indices peuvent amener à déduire qu’il s’agit d’une situation perverse.
  • Toujours tout ramener aux FAITS PROUVABLES. Les faits, toujours les faits !
  • Le reste, qui n’en demeure pas moins important, va venir « illustrer » ce que l’avocat va mettre en avant. L’avocat doit en quelque sorte « réécrire l’histoire« .
  • Ne pas s’attarder sur une démarche à l’amiable. En règle générale, cela ne fonctionne pas.
  • Rechercher les points faibles de l’autre afin de les utiliser intelligemment pour que la procédure se passe au mieux, rapidement si possible, surtout s’il y a des enfants.
  • Bien « cadrer » toutes les décisions afin que l’autre ne s’engouffre pas dans les failles pour poursuivre son travail de destruction.
  • Anticiper les coups bas de la partie adverse. Par exemple: donner des pièces quelques minutes avant l’audience, faire silence radio, provoquer …
  • Tenter d’aller vite… Plus la procédure s’allonge, plus l’autre à du temps pour s’organiser et nuire.
  • Garder un calme à toute épreuve. Se faire aider pour cela.
  • Ne pas s’entêter avec des exigences qui, même si elles sont compréhensibles, n’ont aucune chance d’aboutir ! Un avocat qui sait dire « non » est un bon avocat.

Attention, le temps favorise toujours là où le pervers narcissique et joue contre sa victime !

Avocats, thérapeutes, comment pouvons-nous connaître la vérité?

Notre métier d’accompagnants de victimes de violence conjugale nous contraint à prendre parti.

Nous remarquons souvent, comme c’est le cas chez les manipulateurs pervers, que la personne voulant poser une plainte dilatoire le fait juste avant l’assignation en divorce, empêchant ainsi toute réaction… Nous ne pouvons pourtant pas prendre cela comme un indice convaincant du comportement toxique.

Le plaignant qui vient se confier, ne dira jamais que ce qu’il souhaite dire. Nous n’avons donc qu’une petite partie de l’histoire, déformée par la vision que le client ou le patient a d’elle. La souffrance exprimée est souvent décrite comme extrême et, même si, en la comparant à d’autres, elle ne l’est pas, il ne faut pas oublier que pour celui qui la porte, elle est unique et destructrice.

« La » vérité n’existe donc pas. Elle est aussi multiple que le nombre de personnes qui la compose et qui l’observe. Elle risque même d’évoluer et de se déformer avec le temps. Effectivement, il n’est plus un secret pour personne de savoir que la mémoire modifie les souvenirs afin de les rendre plus gérables. Il faut impérativement en tenir compte afin de ne pas commettre de graves erreurs de jugement qui détruiraient encore plus de vies.

La personne en souffrance vient vers l’avocat et le thérapeute comme elle irait vers un « sauveur« . Ainsi, elle a tendance à faire porter tout le poids de son angoisse et de la responsabilité de son futur sur ces mains qui se tendent.

L’Affaire des deux Judokas

Je peux vous apporter comme exemple « l’affaire Margaux Pinot-Alain Schmitt« , les deux judokas français qui ont défrayé les réseaux sociaux fin novembre 2021.
Entre exhibitionnisme et voyeurisme, chacun y va de son jugement personnel. Quant aux belligérants, ils n’ont de cesse de diffuser des vidéos, de faire des photographies en gros plants de leurs hématomes et d’apporter leurs témoignages pour s’attirer les bonnes grâces des internautes. De pseudos journalistes orientent joyeusement leurs propos afin de créer de toute pièce des polémiques qui, si toutes les informations étaient données, n’auraient pas lieu d’être. La guerre du clic a commencé.

C’est suivant la manière dont un drame conjugal va être raconté, que le flot des supporters va s’engouffrer …

Chacun des deux sportifs a trouvé un conjoint par ailleurs avec qui ils vivent depuis longtemps. Pour orienter la pensée des lecteurs,  les journalistes n’hésitent pas à dire que « Margaux Pinot et Alain Schmitt occupent chacun une maison, leur relation n’étant pas de notoriété publique« , alors qu’ailleurs, dans le même article que je viens de lire[1], le juge parle de « domicile du couple« . Bref, tout et son contraire se dit afin de brouiller les esprits, d’empêcher toute saine réflexion et d’attiser l’agressivité que cette violente dispute conjugale sur fond de « double emprise« , suscite.

Ce cas précis est intéressant pour illustrer la difficulté que l’on a pour se faire un avis sur une situation qui nous est apportée car nous avons là deux personnes, « en couple illégitime » depuis de très nombreuses années et dont l’un d’eux, Alain Schmitt, a de l’ascendance sur l’autre puisqu’il était son entraineur. Les deux adversaires sont d’accord pour dire que la « bagarre » a été déclenchée par une discussion sur les nouveaux projets professionnels d’Alain Schmitt. Ce dernier partait entrainer l’équipe nationale d’Israël le lendemain de leur violente dispute, mettant donc un terme à leur « collaboration » et donc leur relation.  La tension de ce départ a fort probablement déclenché chez sa maitresse une très vive réaction surement amplifiée également par la jalousie. Quoi qu’il en soit, les gestes de violence de part et d’autre sont totalement inacceptables. Le judoka a été arrêté le lendemain en sortant de chez eux… La plainte de Margaux Pinot, bien que classée sans suite parce qu’elle ne comporte pas assez de preuves concernant la culpabilité de son amant, le contraint à rester en France, brisant probablement son avenir professionnel…

Les deux athlètes s’affrontent dès lors en duel par médias interposés, sur les réseaux sociaux, lors de conférences de presse ou au cours d’interviews sur les chaînes d’information continue. Nous pouvons donc dire sans crainte de se tromper qu’au-delà de la manipulation qui sévit entre ces deux amants, les deux judokas nous manipulent également dans le but évident de marquer des points et de tenter de faire fléchir la justice.

Geneviève SCHMIT
mai 2022


[1] ladepeche.fr – https://www.ladepeche.fr/2021/12/03/violences-conjugales-accusations-appel-relaxe-on-vous-resume-laffaire-margaux-pinot-9968997.php

Parlons en !

Vous êtes homme victime ?


Consultations en ligne de 40 minutes par Skype et par téléphone
© Geneviève Schmit, experte dans l’accompagnement des victimes de manipulateurs pervers narcissiques depuis 2012.

Pour toutes consultations à distance, laissez-moi un texto au 06.43.43.15.79

La reproduction intégrale de mon écrit est autorisée. Cependant, mon nom complet ainsi que le lien actif de la page du site internet https://soutien-psy-en-ligne.fr ou/et https://pervers-narcissiques.fr est obligatoire. Vous remerciant de votre compréhension ainsi que de l’intérêt porté à mon travail.

Geneviève Schmit.
J'aurais grand plaisir à lire vos interventions sur le Facebook qui vous est dédié :
Facebook pour les victimes de violence psychologique et de manipulation perverse. Soutien.Psy
image_pdfExporter l\'article en PDFimage_printImprimer l\'article

Genevieve Schmit

En tant qu'experte dans l’accompagnement des victimes de manipulation perverse, J'ai mis en place un protocole qui peut se pratiquer à distance, de quelque pays que ce soit par téléphone ou Skype. 06 43 43 15 79 (laissez moi un texto pour que je puisse vous rappeler au plus vite)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.